Mathieu Bizier (21) a donné une première victoire en 11 matches aux Olympiques de Gatineau en marquant le but gagnant en prolongation pendant un avantage numérique vendredi soir au centre Robert-Guertin.

Bizier procure aux Olympiques une première victoire en 11 matches

Une tonne de pression vient d’être évacuée du vestiaire des Olympiques de Gatineau.

Vendredi soir, ils ont signé leur première victoire de la saison au centre Robert-Guertin quand Mathieu Bizier a profité d’une pénalité à l’Armada de Blainville-Boisbriand pour marquer le but décisif en prolongation.

Cette victoire de 4-3 arrive à point après 10 défaites consécutives et la multiplication de sorties maladroites de la direction au cours des dernières semaines.

Le capitaine Charles-Antoine Roy a pris les choses en main en marquant deux buts dans ce premier gain depuis le match d’ouverture à Drummondville. Devant la porte du vestiaire, il souriait à pleines dents pendant que ses coéquipiers chantaient les paroles d’une chanson de Bon Jovi.

« Il y a longtemps que nous n’avions pas entendu ça après un match ! Ça fait du bien, ce n’est pas possible. Je voulais tout donner ce soir pour mettre fin à notre séquence de défaites. Je voulais patiner, frapper et gagner toutes mes batailles pour montrer comment il faut jouer. J’adore entendre les gars crier dans le vestiaire en ce moment ! Nous avions eu une bonne semaine à l’entraînement. Nous étions tannés de perdre. Nous voulions gagner à tout prix et ç’a paru ce soir. »

Comme c’est souvent arrivé dans leur léthargie, les Olympiques (2-8-2) ont pris les devants 2-0 sur des buts de Charles-Antoine Roy et le premier de la saison de Carson MacKinnon, mais comme à l’habitude, leurs adversaires sont revenus de l’arrière.

Zachary Roy et Yaroslav Likhachev ont ramené l’Armada à 2-2. Le Russe de 18 ans s’est même fait plaisir en envoyant un signe de baiser vers le banc de son ancienne équipe après avoir créé l’égalité à l’aide d’un tir parfait qui n’a laissé aucune chance à Creed Jones.

Bizier libéré

Le capitaine Roy a toutefois redonné les devants aux locaux en troisième période, mais Likhachev lui a encore assuré la réplique pour ramener les deux clubs à la case départ. En prolongation, pendant une punition à Samuel Bolduc, Mathieu Bizier a mis fin au supplice des Gatinois en complétant un jeu de Carson MacKinnon et Alexandre Hogue au grand plaibonheur de la foule annoncée à 2769 spectateurs, un chiffre gonflé de moitié.

« C’est toute une libération. Pendant notre séquence de revers, nous avons perdu quelques fois en prolongation et je m’étais retrouvé sur la glace dans ces moments-là. Ça fait du bien de vivre l’effet contraire », a dit le héros de la fin du match.

Bizier a été récompensé en déjouant Émile Samson d’un tir dans la partie supérieure du filet. C’était le retour du pendule pour celui qui avait raté au moins « trois ou quatre bonnes chances » de marquer en temps réglementaire.

« J’ai eu des occasions en or, mais j’ai raté le filet sur des jeux que je réussis normalement quand tout va bien. C’est différent quand ça fait longtemps que tu cherches à marquer un but », a ajouté celui qui avait été écarté de la feuille de pointage à ses huit matches précédents.

La séquence de 10 défaites des Olympiques était la plus longue depuis une série de 13 échecs en 2008. L’Armada (3-6-2) a quant à elle encaissé un cinquième revers de suite en ce début du week-end des rivalités dans la LHJMQ. Les deux équipes vont s’affronter à nouveau dimanche à Blainville-Boisbriand. Cette fois, David Aebischer, le défenseur numéro un du club, pourrait disputer son premier match de la saison.

Jones blessé

Cette victoire pourrait toutefois avoir été coûteuse aux Olympiques. Creed Jones a dû être remplacé avec 8:27 à faire au match quand il a reçu un coup de coude à la tête pendant une descente à deux contre un. Il a été remplacé par Rémi Poirier, qui a immédiatement eu à faire face à un désavantage numérique à cinq contre trois. Poirier a repoussé les cinq tirs de l’Armada pendant le reste du match.

Charles-Antoine Roy espère maintenant que ce premier succès en 11 matches provoquera un enchaînement de victoires.

« Il ne faut pas s’asseoir là-dessus. Il faut continuer dimanche et dans le prochain voyage en Abitibi. »

+

LES 67'S PERDENT UN MARQUEUR DE 50 BUTS POUR AU MOINS QUATRE MOIS

Avant même d’entreprendre un duel important contre les Petes de Peterborough à la Place TD vendredi soir, les 67’s d’Ottawa avaient appris une bien mauvaise nouvelle.

Une blessure à l’épaule va les priver des services de Graeme Clarke pendant une période de quatre à six mois. L’espoir des Devils du New Jersey s’est blessé lui-même en célébrant son deuxième but du match de lundi contre les Frontenacs de Kingston. C’était déjà son septième but en neuf matches, mais dans un excès d’enthousiasme, il s’est projeté dans la baie vitrée. Son épaule a mal encaissé le coup et il devra passer sous le bistouri la semaine prochaine.

Son absence a paru vendredi dans un revers de 3-1 aux mains des Petes (8-3-0) malgré une domination ottavienne de 34-18 dans les tirs. Austen Keating a privé Hunter Jones d’un blanchissage avec moins de deux minutes à jouer. Les 67’s (6-4-0) fondaient de grands espoirs sur Clarke pour remplacer une partie des 59 buts de Tye Felhaber l’an dernier.

« Notre profondeur et notre caractère seront mis à l’épreuve, a concédé l’entraîneur-chef André Tourigny. Un marqueur de 50 buts, ça ne se remplace pas. Il faudra s’appliquer encore mieux dans notre jeu défensif. »

Mitchell Hoelscher, Marco Rossi, Austen Keating et Jack Quinn seront les attaquants de premier plan des 67’s au cours des prochains mois, mais ils auront besoin d’un peu d’aide pour remplir le filet. Il existe un écart entre ces quatre attaquants et le reste du groupe.

« Nous regardons ailleurs pour obtenir de l’aide depuis le début de l’été, mais nous voulons nous assurer d’aller chercher le bon joueur qui va remplir un besoin. Nous n’avions que 11 attaquants. Nous tombons à 10 maintenant. Déjà là, il y a un besoin », a ajouté Tourigny.

Tourigny aimerait aussi un peu plus de production offensive de la part de Cameron Tolnai, le premier choix du club en 2018. Il n’a qu’un point en 10 matches après avoir connu un excellent camp d’entraînement.

« Il joue bien. Ça va finir par débloquer. Il doit jouer avec un peu plus de vigueur, c’est tout. »

Les 67’s ont au moins pu récupérer le défenseur Nikita Okhotyuk vendredi soir. Cet autre espoir des Devils n’avait pas joué de la saison en raison d’une fracture à un doigt. Autre membre de la brigade défensive, Merrick Rippon sera quant à lui au rancart pendant quelques semaines.