Gabriel Bilodeau est devenu le doyen de la brigade défensive des Olympiques avec la blessure au bas du corps d’Alex Breton.

Bilodeau dans la chaise du numéro un

Lentement mais sûrement, Gabriel Bilodeau aura gravi tous les échelons de la brigade défensive des Olympiques de Gatineau depuis son acquisition des Foreurs de Val-d’Or en janvier 2015.

À l’époque, il avait 16 ans et il avait été un choix de première ronde dans la LHJMQ. Il a dû apprendre à jouer derrière les Alexandre Carrier, Élie Bérubé, Marc-Olivier Crevier-Morin, Nicolas Meloche, Alex Breton et Will Thompson.

À ses débuts, il a même passé du temps dans les gradins lorsqu’il était le cadet des défenseurs gatinois, mais graduellement, il a fait son chemin vers le sommet de la hiérarchie.

Cette saison, à 19 ans, il portait l’étiquette du défenseur numéro trois du club au camp d’entraînement, mais l’échange de Will Thompson aux Fêtes et la récente blessure au capitaine Alex Breton vient de le propulser dans la chaise du défenseur numéro un.

Le club a indiqué mardi que l’absence de Breton allait être de trois à cinq semaines. La saison régulière de la LHJMQ prendra fin dans trois semaines. Les séries débutent dans quatre semaines.

D’ici là, Bilodeau devra jouer le rôle de général.

«Bret, c’est une grosse perte. Il jouait du hockey inspiré depuis le début de l’année. Je pense qu’il fait partie des cinq meilleurs défenseurs de la ligue. C’est plate de le perdre, mais nous savons que nous allons le retrouver pendant les séries éliminatoires. Il reste neuf matches à jouer en saison. C’est sûr qu’il va falloir que j’élève mon jeu d’un cran, mais je ne suis pas seul. Nous avons une bonne défensive», a dit l’auteur de 29 points en 59 matches.

Le Lavallois n’avait que de bons mots pour ses compagnons de la ligne bleue.

«Darien Kielb joue du gros hockey depuis le départ de Thompson. Chris McQuaid est jeune, mais il est efficace et plein de talent. Vincent Lampron revient d’une blessure et va pouvoir nous aider. Je pense que nous pourrons tenir le fort pendant l’absence de Bret.»

Le premier test sans le capitaine qui menait l’équipe pour les minutes de jeu sera mercredi lors de la visite des Screaming Eagles du Cap-Breton, un des rares clubs à se trouver derrière les Olympiques au classement pour leurs neuf derniers matches de la saison.

«Les séries arrivent vite et nous voulons améliorer notre position au classement. Ça va être important d’entrer dans les séries avec la bonne attitude et en confiance. Ce n’est pas le premier défi que nous avons à relever. Nous sommes prêts à en relever d’autres !»

Retour de Trépanier
Les Olympiques pourront récupérer au moins un soldat mercredi alors que Maxim Trépanier est prêt à revenir au jeu après avoir raté les neuf derniers matches. Mikhail Shestopalov représente encore un cas douteux. Il s’est entraîné sans contact mardi et Éric Landry aimerait le voir pratiquer au moins une fois avec contact avant de l’insérer à l’alignement.

«Maxim a connu une de ses meilleures pratiques de l’année. Shesto a aussi été mieux que je pensais. Olivier Plourde est demeuré à Gatineau après le voyage dans les Maritimes. Il a été très bon pour nous. Il amène une dimension intéressante à notre club. Il apporte beaucoup d’énergie, mais il faudra faire attention. Il a déjà joué sept matches comme joueur affilié et il a droit à 10 matches. Pour l’avoir à temps plein, il faudrait que son club junior AAA soit éliminé, mais nous aurons des renforts bientôt. Dawson Theede sera avec nous vendredi à Shawinigan et Shestopalov est près d’un retour.»

Depuis les Fêtes, les Olympiques ont rarement évolué avec leurs trois joueurs de 20 ans dans l’alignement. Mercredi, avec les absences de Breton et Theede, Alexandre Landreville sera le seul du trio sur la glace de Guertin.

Le Gatinois connaît ses meilleurs moments en carrière dans la LHJMQ. Il vient de franchir le plateau des 30 points.

Chose certaine, Landry est content de l’acquisition tardive de Tyler Higgins maintenant. «Nous avons fait cette transaction pour ne pas être pris comme l’an dernier. En cas de blessure, un défenseur de 19 ans est toujours utile.»

Theede : suspension profitable ?

Dawson Theede purgera le dernier de sa suspension de six matches mercredi soir quand les Olympiques vont accueillir les Screaming Eagles du Cap-Breton. Dans un sens, la suspension de l’attaquant de 20 ans – pour avoir livré deux combats sur la même séquence – se sera avérée utile puisqu’il n’a jamais joué un match en parfaite santé depuis son arrivée de Bathurst. Encore mardi, il était absent de l’entraînement régulier. Sa pause obligatoire de deux semaines lui aura été profitable selon l’entraîneur-chef Éric Landry. « Au mieux, Dawson a joué à 80 % de ses capacités depuis son arrivée avant Noël. Son retrait du jeu va l’avoir aidé à récupérer. Il avait joué son meilleur match avant d’être suspendu. Le problème, c’est que son absence a taxé d’autres joueurs comme celle de Breton risque de le faire. »

Un autre Roelens s’impose

Métis Roelens est revenu à temps de son voyage dans les Maritimes pour assister aux deux derniers matches de son frère Milo au tournoi bantam Royal-Brassard de Gatineau. Non seulement son club du Typhon de Québec a délogé l’Intrépide de l’Outaouais comme champion de la catégorie AAA, mais Milo a été le meilleur compteur du tournoi avec cinq buts et neuf points en six matches. « Je suis le frère aîné chez nous. Milo est le deuxième de la famille et j’ai deux petites soeurs aussi. Milo a très bien joué. Il n’a que 14 ans, mais il est presque aussi grand que moi », signale le géant de 6’4’’ des Olympiques qui pourra espérer jouer avec son frère dans la LHJMQ d’ici deux ans. « Mon père a toujours construit une patinoire extérieure à la maison et nous en avons tous profité », a ajouté l’aîné âgé de 17 ans.

Roy, l’étudiant par excellence

Charles-Antoine Roy est le candidat des Olympiques au trophée Marcel-Robert qui sera remis au meilleur athlète étudiant au Gala des rondelles d’or de la LHJMQ le 4 avril prochain. Étudiant en sciences de la nature au Cégep de l’Outaouais, le Gatinois a maintenu une moyenne générale de 85 % à sa première session. Sa nomination l’assure d’une bourse minimale de 400 $. « Je voudrais étudier en ingénierie électrique à l’université. La première session s’est bien passée pour moi. J’ai toujours été sérieux dans mes études. Le dernier voyage dans les Maritimes, par exemple, a été assez long et j’ai eu beaucoup de temps pour faire mes devoirs », a dit le rapide patineur qui connaît une saison intéressante pour un joueur qui a été retranché deux fois par l’Intrépide midget AAA.