Le gardien Emerick Despatie et le défenseur Tyson Hinds sont les deux joueurs les mieux classés de la région en troisième ronde selon le CSR de la LHJMQ.

Belle profondeur parmi les espoirs outaouais

QUÉBEC — Il n’y a pas d’Hendrix Lapierre ou de Benoît-Olivier Groulx pour être sélectionné au tout premier rang du repêchage de la LHJMQ cette année, ni même un Xavier Simoneau pour être recruté en première ronde, mais plusieurs hockeyeurs de l’Outaouais devraient trouver preneurs samedi.

Le gardien Emerick Despatie et le défenseur Tyson Hinds sont les deux joueurs les mieux classés de la région en troisième ronde selon le Centre de soutien au recrutement (CSR) de la LHJMQ, mais l’Intrépide de Gatineau midget AAA a remporté un championnat de division et il a atteint le carré d’as des séries alors que l’Intrépide midget espoir a été la meilleure équipe de la saison régulière dans la Ligue d’excellence du Québec.

Les joueurs qui ont fait partie de ces équipes seront récompensés estiment les recruteurs Patrick Leblond des Screaming Eagles du Cap-Breton et Danny Cornet des Saguenéens de Chicoutimi.

« C’est une belle année pour les joueurs de l’Outaouais. Moi, j’en aime vraiment plusieurs. Ils ne seront peut-être pas repêchés tôt, mais je crois qu’il y a énormément de joueurs de votre région qui vont sortir et ce sera le reflet de leurs belles saisons », a estimé Corneau.

Pour lui, il est évident que les joueurs du midget espoir n’étaient peut-être pas prêts à faire le saut dans le midget AAA à 15 ans, mais que ceux-ci ont progressé rapidement dans la dernière année.

Forte progression

« Les gars de l’espoir se sont bien développés, ils ont eu beaucoup de temps de glace et beaucoup de succès. Il y a peu de joueurs aux habilités brutes comme Lapierre en Outaouais cette année, mais il y a beaucoup de bons joueurs d’énergie. Il devrait y avoir un bon groupe dans le midget AAA l’an prochain », a ajouté Corneau, qui était également impressionné par le partenaire du gardien Despaties dans l’espoir.

Il faisait référence à Médéric Blouin-Rochon, classé comme un espoir de cinquième ronde.

Le défenseur Frédéric Brunet est aussi classé en cinquième ronde alors que l’attaquant Marc-Antoine Séguin peut s’attendre à être réclamé entre les rondes six à huit selon le CSR.

Chez l’Intrépide AAA, Andrew Belchamber pointe en quatrième ronde et Marc-Olivier Racine-Roy est entre les rondes six à huit. Jonathan Delorme n’est pas classé dans une ronde particulière, mais il pourrait intéresser des équipes après avoir été un joueur énergique qui a connu un certain succès dans les dernières séries.

Patrick Leblond, qui travaille pour les Screaming Eagles, mais qui est basé en Outaouais, ne se souvient pas d’avoir vu autant de joueurs de la région se retrouver sur la liste du CSR.

« Il y a une vingtaine de joueurs qui sont répertoriés. Il y a 10 à 12 joueurs du midget espoir sur la liste. C’est vraiment une bonne année. Ça pourrait être du jamais vu. Je ne dis pas qu’ils seront tous repêchés, mais je pense que les gens de l’Outaouais peuvent être fiers du développement de leurs joueurs cette année », a dit celui qui sera responsable d’un premier repêchage avec le titre de recruteur-chef des Screaming Eagles samedi.

Olympiques

Rémi Poirier frustre les Voltigeurs et les Olympiques gagnent

Pour lancer les hostilités de sa saison 2019-20 dans la LHJMQ, l’entraîneur-chef Éric Landry a fait confiance à son plus jeune gardien afin d’affronter les tirs des Voltigeurs de Drummondville.

Rémi Poirier lui aura donné raison puisqu’il a hérité de la première étoile du menant les Olympiques de Gatineau à une victoire de 7-4 au centre Marcel-Dionne malgré une domination de 52-23 des locaux au chapitre des tirs.

67's

67's d'Ottawa: les attentes restent élevées

Finalistes de la Ligue de l’Ontario (LHO), les 67’s d’Ottawa auront un rappel brutal de leur parcours inachevé dès leur premier match de la saison 2019-20 vendredi soir.

Aussi cruel que cela puisse paraître, les protégés d’André Tourigny revivront de mauvais souvenirs en lançant leur saison à l’endroit même où elle s’était terminée le 12 mai dernier : à Guelph. Vendredi, le Storm va lever sa bannière des champions des séries 2019 sous les yeux de l’équipe qu’ils ont vaincue en six matches. Les 67’s ont l’intention de rester au vestiaire pendant les cérémonies.

Vétéran de cinquième saison, Noel Hoefenmayer a justement indiqué jeudi que son équipe ne devrait pas manquer de motivation pour son match inaugural sur la route.

« C’est dur d’oublier tout ce que nous avons vécu le printemps dernier, mais nous commençons une nouvelle saison et nous devrions avoir un peu plus d’énergie pour ce match-là. Il faut se concentrer sur le moment présent et sur nos tâches. »

Si tout est à refaire chez le Storm qui a perdu la majorité de ses meilleurs joueurs après son championnat, les 67’s devraient être au plus fort de la course pour une deuxième saison consécutive.

Les Ottaviens ont perdu quelques grosses pointures avec les départs de Tye Felhaber, Sasha Chmelevski, Michael DiPietro, Lucas Chiodo et Kyle Maksimovich, mais Tourigny mise encore sur beaucoup de vétérans aguerris et certains sont prêts à prendre plus de place. Ce serait notamment le cas de Graeme Clarke, le meilleur candidat pour se rapprocher des 59 buts de Tye Felhaber.

Austen Keating, Marco Rossi, Mitchell Hoelscher et Jack Quinn sont de véritables pur-sang à l’attaque et les 67’s comptent sur les retours de leurs six meilleurs défenseurs de la dernière saison avec Kevin Bahl, Noel Hoefenmayer, Hudson Wilson, Merrick Rippon, Nikita Okhotyuk et Alec Bélanger. Devant le filet, Cédrick Andrée est de retour pour une troisième saison. Certains experts avancent même que les 67’s ont les éléments pour surpasser leurs résultats de l’an dernier.

Là-dessus, André Tourigny se fait un devoir de tempérer les attentes.

« Nous avons fracassé un record de franchise de 51 ans l’an dernier. Nous avons eu une saison fantastique. Nous avons devancé toutes nos projections. La majorité de nos joueurs n’avaient jamais gagné une ronde éliminatoire. Nous avons cette expérience maintenant, mais quand je m’assois sur mon sofa, je me demande bien s’il est possible de mieux faire ! Il faut rester humble. Nous avons une culture et une identité d’équipe propre à nous. Il nous manque un peu de profondeur en attaque. Il y a un écart entre nos meilleurs joueurs et nos jeunes recrues, mais celles-ci ont beaucoup de talent et elles sont intelligentes. »

Les 67’s utiliseront les prochains mois pour évaluer leurs besoins. S’ils constatent qu’un championnat est à leur portée, ils auront encore des munitions pour améliorer leur club. Cette semaine, ils ont justement échangé le vétéran défenseur Lucas Peric à Kingston en retour de choix de troisième et quatrième rondes. Ils ont encore de bons choix en banque pour les aider à attirer des joueurs d’élite pour aller chercher les deux victoires manquantes du printemps 2019.

Olympiques

Les Olympiques sont optimistes, alors que la construction commence

Un vent d’optimisme balaye le vestiaire des Olympiques de Gatineau à la veille de leur premier match de la saison 2019-20 à Drummondville vendredi soir.

Les deux années de démolition obligatoire sont terminées. L’air a été purifié. La fondation a été installée. Si les plans avancent comme prévu, la majorité des joueurs qui sauteront sur la glace contre les Voltigeurs feront partie de l’équipe qui aspirera bientôt à procurer un premier championnat à l’organisation depuis 2008.

Olympiques

Olympiques: «Les partisans pourront tomber en amour avec nos joueurs» — Alain Sear

La dernière saison complète des Olympiques de Gatineau au mythique centre Robert-Guertin est à nos portes.

Comme chaque début d’automne, l’enthousiasme et l’optimisme sont à leur comble. Les Olympiques lanceront une jeune équipe dans la mêlée vendredi soir à Drummondville. Depuis leurs sièges en bois, les partisans pourront apprécier les péripéties des Zach Dean, Olivier Boutin, Mathieu Bizier, Pier-Olivier Roy, Manix Landry, Émile Hegarty-Aubin et Yevgeni Kashnikov pendant plusieurs années, non seulement au « Vieux Bob » pour commencer, mais aussi après le déménagement dans le nouvel amphithéâtre du secteur de la Cité durant la saison 2020-21.

Olympiques

Un capitaine local pour les Olympiques

Il est presque tombé à la renverse quand on lui a annoncé qu’il serait le capitaine des Olympiques de Gatineau en 2019-20.

Simple joueur invité au camp de 2016, Charles-Antoine Roy a fait beaucoup de chemin depuis ce temps pour monter dans l’estime de ses entraîneurs et coéquipiers. Mardi soir, on lui a collé un « C » à l’avant de son chandail pendant une croisière sur la rivière des Outaouais avec les partisans et les partenaires du club.

Hockey junior

Hendrix Lapierre parmi les joueurs à surveiller

La 51e saison de la Ligue de hockey junior majeur du Québec se met en branle, jeudi soir, alors que les Huskies de Rouyn-Noranda amorceront la défense de leur titre en accueillant l’Armada de Blainville-Boisbriand.

La Presse canadienne présente une brochette de cinq joueurs qui seront à surveiller cette saison.

Olympiques

Remontée spectaculaire pour les Olympiques

Une semaine à Las Vegas a appris le sens du spectacle au Gatinois Charles-Antoine Roy.

À son retour dans l’uniforme des Olympiques dimanche au Complexe Branchaud-Brière, l’attaquant de 20 ans a complété une spectaculaire remontée en marquant sur un lancer de punition en prolongation. Son but a permis à son club de vaincre les 67’s d’Ottawa 6-5 dans le dernier match hors-concours des deux clubs.

Olympiques

Expérience inoubliable à Vegas pour Charles-Antoine Roy

À 16 ans, Charles-Antoine Roy jouait midget AA avec les Olympiques de Hull. Quatre ans plus tard, il est monté à bord du jet privé des Golden Knights de Vegas pour aller participer à un tournoi des recrues de la LNH en Californie.

Le contraste ne pouvait pas être plus prononcé. L’agent libre de 20 ans est revenu à la réalité en rentrant à Guertin jeudi, mais une chose est sûre, c’est qu’il n’oubliera jamais sa première expérience à un camp des recrues de la meilleure ligue de hockey au monde.

67's

Les 67’s visent un autre long printemps

La patinoire de la Place TD a été un endroit couru au printemps dernier quand les 67’s d’Ottawa ont atteint la finale de la Ligue de l’Ontario.

Avec un record de 14 victoires de suite pour amorcer les séries, son parcours s’était arrêté à deux gains du championnat. Six des 10 meilleurs compteurs du club sont ailleurs maintenant, dont Tye Felhaber, auteur de 59 buts, et Sasha Chmelevski, le meilleur marqueur des séries. Malgré tout, la relève des 67’s est prometteuse et l’organisation rêve d’un autre long printemps. Assurément, des décisions importantes devront être prises avant les Fêtes pour aider l’édition 2019-20 à répéter ses exploits, mais d’ici là, le club sera en évaluation.

Hockey junior

Manix Landry en pleine croissance chez les Olympiques

Au hockey junior, la métamorphose la plus spectaculaire d’un joueur de hockey se produit généralement entre le moment où il vide son casier au printemps et son retour au camp d’entraînement l’été suivant.

Chez les Olympiques de Gatineau, Manix Landry était encore un gamin quand il a quitté le centre Robert-Guertin en avril. Difficile de faire autrement. Né à la fin du mois de novembre, il était le plus jeune joueur de la LHJMQ en 2018-19. Quand il est revenu à son deuxième camp à la mi-août, il était devenu un homme. Il avait gagné un demi-pouce et ajouté une douzaine de livres à sa charpente.

Olympiques

Hegarty-Aubin explose et propulse les Olympiques vers la victoire à domicile

Émile Hegarty-Aubin a bien choisi son moment pour exploser offensivement.

L’attaquant de deuxième saison a inscrit ses quatre premiers points en matches hors-concours d’un seul trait pour mener les Olympiques de Gatineau à un gain de 5-3 contre l’Armada de Blainville-Boisbriand dimanche après-midi au Complexe Branchaud-Brière.

Hockey junior

Un gardien en cadeau pour les Flames de Gatineau

Le surplus de bons gardiens de 20 ans dans la LHJMQ aura des effets jusqu’au Centre sportif de Buckingham en ce début de saison de la Ligue junior AAA du Québec. Les Flames de Gatineau ont reçu tout un cadeau quand les Foreurs de Val-d’Or leur ont retourné le gardien Mathieu Marquis.

Natif de Val-d’Or, Marquis excellait chez les Flames en 2017-18 avant son rappel par le grand club de sa région. Là-bas, dans un club en reconstruction, il a fait face à des bombardements pendant plus de 3000 minutes. L’an dernier, ses prouesses lui ont permis de participer à 33 matches où il a maintenu une moyenne d’efficacité supérieure à ,900.

Hockey junior

Les Nats prêts à joindre l’élite

Depuis quatre ans, dans la Ligue centrale junior A (CCHL), la finale oppose toujours les Canadians de Carleton Place aux Sénateurs juniors d’Ottawa.

Ces derniers ont remporté les deux derniers championnats. Les Canadians ont gagné les deux titres précédents. Cette saison, les Nats de Rockland vont tenter d’ébranler cette hiérarchie en lançant une équipe jeune, mais expérimentée dans la mêlée pour leur troisième saison sur le site l’Académie canadienne et internationale de hockey.

Olympiques

Deuxième visite de Roy à Vegas

« Je n’ai pas à me plaindre du tout ! »

Telles ont été les premières paroles de Charles-Antoine Roy lorsqu’il a été joint par Le Droit au début de sa deuxième visite en moins de trois mois à Las Vegas.

Les partisans des Olympiques commencent à connaître son histoire. Retranché du midget AAA, jamais repêché dans la LHJMQ, ni dans la LNH, le Gatinois de 20 ans a quand même les deux pieds dans le show depuis qu’il a été invité au camp de développement des recrues des Golden Knights à la fin du mois de juin. Là-bas, il a suffisamment bien fait pour recevoir une deuxième carte de visite au camp des recrues.

« Quand elle m’a invité au camp de développement, la direction des Golden Knights m’avait dit qu’elle avait l’intention de m’inviter au camp des recrues aussi, mais il n’y avait pas de garantie. Il restait un match intra-équipe à jouer quand ils m’ont confirmé que je serais de retour en septembre. C’est vraiment cool. »

En juin, il avait bien vu une poignée de joueurs des Knights dans les parages, mais cette fois, presque toute l’équipe de la LNH est déjà sur place.

« Je n’ai pas vu les joueurs québécois comme Jonathan Marchesseault et Marc-André Fleury aujourd’hui, mais des joueurs comme Max Pacioretty, Alex Tuch, Nate Schmidt et Deryk Engelland sont tous venus se présenter. Il faut que je me pince. C’est un peu irréel. Il y en a qui me demande d’où je viens. Quand je dis que j’ai joué midget AA et que je n’ai jamais été repêché, ils pensent que je les niaise ! »

L’objectif de Charles-Antoine Roy ne changera pas. Encore une fois, il voudra démontrer à tout le monde qu’il aurait dû être repêché.

« Je veux obtenir une invitation au camp principal avec les vétérans. Je veux montrer mes forces. Pour moi, évidemment, ça passe par la vitesse. Les deux recruteurs qui m’ont rencontré pendant le camp de développement, je ne les connaissais pas, mais ils ont eu la même réaction en me disant “ouin, tu patines pas mal vite toi hein ?” »

Charles-Antoine Roy n’a pas ménagé ses efforts durant l’été.

« Ce n’était pas le gros luxe, mais je me suis entraîné au gymnase à Guertin. Sur la glace, j’ai patiné tout l’été avec un petit groupe qui comprenait Claude Giroux et Tye Felhaber. Patiner avec Claude, ça prépare assez bien ! »

Les recrues des Golden Knights ont passé leurs tests physiques jeudi. Vendredi, ils sauteront sur la glace à Vegas avant de s’envoler vers la Californie où ils disputeront un tournoi des recrues à Anaheim contre les Ducks, l’Avalanche et les Coyotes du 7 au 10 septembre.

Huit joueurs des 67’s

Mathieu Bizier est le seul autre joueur des Olympiques à prendre part à un camp des recrues de la LNH, mais de l’autre côté de la rivière, chez les 67’s d’Ottawa, huit joueurs patineront dans la meilleure ligue au monde au cours des prochains jours. 

Il s’agit de Noel Hoefenmayer (Caroline), Merrick Rippon (Caroline, mais blessé), Austen Keating (Saint-Louis), Hudson Wilson (San Jose), Kevin Bahl (Arizona) ainsi que les trois joueurs repêchés par les Devils du New Jersey, Mitchell Holscher, Nikita Okhotyuk et Graeme Clarke.

Olympiques

Aebischer prêt à devenir quart-arrière

Les partisans des Olympiques de Gatineau ont vu trois versions de David Aebischer pendant la saison 2018-19.

Il y a eu celle d’avant Noël où le défenseur recrue a fait ses classes dans la LHJMQ. Le Suisse a ensuite brillé au Championnat mondial junior de Vancouver. À son retour, il avait gagné en confiance et il était devenu un rouage important de la brigade défensive gatinoise.

Hockey junior

Les 67’s blanchissent les Olympiques

Les Olympiques de Gatineau et les 67’s d’Ottawa ont déjà livré des duels endiablés. Voire même ensanglantés lors des dernières décennies.

Le match hors-concours que les deux clubs ont disputé un contre l’autre, jeudi soir à Rockland, était tout, sauf ça. Les rivaux sont en période de rodage à trois semaines du début de leur saison régulière respective.

67's d'Ottawa

Marco Rossi affrontera les Olympiques

Les 67’s d’Ottawa sont au travail depuis quelques jours, à peine. Leurs entraîneurs n’ont même pas eu le temps d’organiser une véritable séance d’entraînement digne de ce nom.

Le camp des Olympiques de Gatineau, lui, entrera bientôt dans sa troisième semaine.

Olympiques

Boutin brille dans l’ombre de Dean au camp des Olympiques

Olivier Boutin ne le cache pas. Le défenseur recrue des Olympiques de Gatineau s’avère un de ces joueurs superstitieux avant une partie.

À quel point ? Ses nouveaux coéquipiers sont sur le point de le découvrir. « On pourrait me qualifier de bizarre », a soutenu l’ado de 16 ans, mardi midi, après une autre séance sur glace au camp d’entraînement de l’équipe au complexe Branchaud-Brière.

Hockey junior

Les frères Roelens réunis par les Olympiques

La semaine de l’attaquant Métis Roelens a bien commencé. Il a appris que son jeune frère âgé de 16 ans allait le rejoindre chez les Olympiques de Gatineau en vue de la prochaine saison.

L’équipe outaouaise a fait l’acquisition de Milo Roelens dans une transaction complétée lundi matin avec les Eagles du Cap-Breton. En retour, elle a cédé deux choix de troisième tour au repêchage et l’attaquant Alexandre Pellerin.

67's d'Ottawa

Un été court chez les 67’s

Il était 10 h et les joueurs commençaient à défiler un après l’autre avec leur sac d’équipement à l’aréna de la Place TD.

Certains souriaient en serrant des mains, d’autres étaient plus timides, mais tout aussi motivés. Tous carburent à l’espoir de se tailler une place chez les 67’s d’Ottawa, qui sont voués à une autre belle saison après avoir passé à deux victoires d’une participation au tournoi de la coupe Memorial.

Olympiques

L’alignement des Olympiques continue de fondre

Les Olympiques de Gatineau se rapprochent tranquillement de leur alignement final en vue de la prochaine saison.

L’équipe a libéré trois autres joueurs, dimanche matin, au lendemain d’un gain de 5-2 contre les Foreurs de Val-d’Or au complexe Branchaud-Brière. Deux d’entre eux ont joué pour la formation outaouaise en 2018-2019.

Hockey junior

Poirier et Jones confirmés dans leur postes chez les Olympiques

Le couperet est tombé à nouveau chez les Olympiques de Gatineau vendredi.

À leur retour de Rouyn-Noranda, où ils se sont inclinés 5-2 contre les Huskies jeudi soir, et avant de recevoir les Foreurs de Val-d’Or samedi après-midi (16 h) au Complexe Branchaud-Brière, l’entraîneur-chef Éric Landry a annoncé la mauvaise nouvelle aux joueurs retranchés : les gardiens Alexis Giroux et Nathan Pelletier, les attaquants Ludovick Lebel et Olivier Gervais-Daigneault, ainsi que le défenseur Xavier Brisebois.

Les départs de Giroux et Pelletier, de même que du Gatinois Simon Courroux plus tôt cette semaine, font que les deux vétérans de la saison dernière, Creed Jones et Rémi Poirier, sont confirmés dans leurs postes.

Le premier a participé à un premier match jeudi soir en allouant trois buts aux Huskies pendant sa moitié de match, Giroux ayant pris la relève par la suite.

Samedi, ce sera au tour de Poirier d’obtenir un premier départ du calendrier pré-saison, alors que les Olympiques disputeront un quatrième match.

« Pelletier a très bien fait au camp, on l’a gardé plus longtemps pour lui donner de l’expérience face à des lancers de la LHJMQ. Il va retourner dans le midget AAA (avec le Collège Notre-Dame) avec un bagage de plus, c’est bon pour son développement, a indiqué Landry après un entraînement de fin d’après-midi vendredi. Giroux, on a voulu lui donner des parties à lui aussi alors qu’il va être un joueur affilié. C’est important qu’il ait joué des matches si on est pour faire appel à lui, même s’il a été avec nous pendant les séries l’an passé. »

Giroux avait alors été rappelé pour pallier l’absence de Jones, qui avait dû déclarer forfait après deux matches de la série contre Drummondville en raison d’une mononucléose.

Poirier avait pris sa relève, et le cerbère de 17 ans avait hâte de disputer un premier match depuis le revers de 6-1 du 29 mars dernier qui avait éliminé les Gatinois en première ronde.

« Ça va faire du bien, ça fait cinq mois environ que je n’ai pas joué un match. Je vais être un peu rouillé, mais je suis certain que ça va passer au fil de la partie. Mes défenseurs vont être là pour m’aider aussi », a-t-il commenté.

Le gardien originaire de Farnham, dans les Cantons de l’Est, se dit en grande forme après un été passé à s’entraîner avec Alexis Carrier, l’entraîneur des gardiens des Saguenéens de Chicoutimi qui vient de son coin et qui l’a dirigé dans les rangs midget AAA. Il est totalement remis de l’opération pour un blocage aux reins qui avait retardé son début de saison l’an passé et il entend lutter avec Jones pour le poste de gardien numéro un.

« Ça a été bon d’obtenir plusieurs entraînements au camp et là, je suis super confiant pour la partie (de samedi) », a ajouté Poirier, qui ne sera éligible au repêchage de la LNH qu’en 2021 vu qu’il est né en octobre.

Landry n’a pas déterminé si Poirier disputera un match complet. L’entraîneur-chef et le DG Alain Sear ont encore quelques décisions à prendre, avec encore quatre joueurs de trop au camp. « Mais nous avons des blessures présentement et on doit prendre ça en ligne de compte pour jouer nos derniers matches du camp », a-t-il noté.

Allison blessé

Un de ces blessés est la recrue Ben Allison, qui a compté un but jeudi soir à Rouyn-Noranda après avoir récolté deux passes dimanche dernier contre Sherbrooke. Il n’a pas terminé le match en raison d’une blessure à une main et on craint qu’il doive s’absenter pour quelques semaines si des radiographies confirment une fracture. Un choix de deuxième ronde du Cap-Breton l’an dernier, il avait été acquis l’hiver dernier dans l’échange de Shawn Boudrias.

Landry a eu de bons mots pour Ludovick Lebel, un choix de quatrième ronde en juin dernier issu des rangs midget espoir.

« Lebel a bien fait au camp, c’est un gros bonhomme avec beaucoup d’intensité. C’est certain qu’il est encore jeune, mais on aime ce qu’il a fait au camp », a-t-il souligné.

Contre les Foreurs, le défenseur suisse David Aebischer va faire sa rentrée dans l’alignement.

+

Olympiques

Les Olympiques s’inclinent à Rouyn

Les Olympiques de Gatineau ont fait beaucoup de route pour aller jouer un match hors-concours à Rouyn-Noranda jeudi soir, mais ça en a valu la peine malgré un revers de 5-2 contre les Huskies de l’endroit, selon leur entraîneur-chef Éric Landry.

« On a vu ce qu’on avait à voir », a-t-il commenté d’entrée de jeu en entrevue téléphonique après la rencontre, un deuxième revers en trois parties présaison.

La recrue Ben Allison et le vétéran Metis Roelens ont compté les buts des Gatinois, alors que Samuel Johnson a dirigé l’attaque des Huskies avec un tour du chapeau, les autres buts étant l’œuvre de Loic Bergeron et Justin Bergeron.

Le gardien numéro un Creed Jones a obtenu le départ, obtenant de l’action pour la première fois du camp d’entraînement, et il a concédé les trois premiers buts des Huskies sur 19 lancers. La recrue Alexis Giroux est venu en relève et il a fait face à 17 tirs.

Les Olympiques ont utilisé une douzaine de recrues dans leur alignement à cette occasion alors qu’ils devront bientôt effectuer leurs dernières coupes pour permettre à leurs joueurs de savoir où ils s’en vont du côté scolaire. 

« C’était un bon test pour nos jeunes joueurs alors que nous avons joué un match sur une petite patinoire où il n’est pas facile de jouer, et contre une équipe expérimentée, qui a utilisé ses trois joueurs de 20 ans. C’est à ça que les matches hors-concours servent, à nous maintenant de prendre nos décisions. Nous avons jusqu’à samedi pour ce faire », a ajouté Landry, qui s’est dit satisfait de la sortie de Jones.

Les Olympiques vont jouer un quatrième match du calendrier préparatoire samedi à 16 h au Complexe Branchaud-Brière alors qu’ils recevront la visite des Foreurs de Val-d’Or.

Olympiques

Couroux retranché par les Olympiques

À leur retour de Sherbrooke, où ils se sont inclinés 4-0 devant le Phœnix mardi soir, les Olympiques de Gatineau ont procédé à deux autres retranchements mercredi, ceux du gardien gatinois Simon Courroux et du défenseur Samuel Tremblay.

Le club a fait savoir que le premier a été cédé aux Senators d’Ottawa, de la Ligue centrale junior A. 

Un choix de 13e ronde en 2018, il avait passé la saison dernière avec le Bishop’s College School, une école secondaire préparatoire. 

Le fait qu’il n’ait pas disputé de match hors-concours lui permet de conserver son éligibilité pour une potentielle bourse d’étude dans un collège américain. Les Olympiques misent toujours sur le duo des gardiens vétérans Creed Jones et Rémi Poirier.

Le calendrier présaison de l’équipe se poursuit jeudi soir alors que la troupe d’Éric Landry affrontera les Huskies à Rouyn-Noranda. Elle rentrera ensuite en sol outaouais pour accueillir les Foreurs de Val-d’Or samedi après-midi (16 h) au Complexe Branchaud-Brière.

Olympiques

Les jeunes Olympiques limitent les dégâts

SHERBROOKE — Alors que le Phoenix de Sherbrooke faisait confiance à quelques vétérans mardi soir au Palais des sports de Sherbrooke, les Olympiques de Gatineau envoyaient une fois de plus dans la mêlée une jeune équipe, qui a réussi à limiter les dégâts face à une formation plus expérimentée. Ce qui explique en partie la défaite de 4 à 0 contre les Sherbrookois.

« Le but était d’analyser nos plus jeunes et de les opposer à des vétérans de premier niveau, a expliqué l’entraîneur des Olympiques, Éric Landry. Ils ont pu jouer un niveau de hockey qui se rapproche du standard de la LHJMQ ce soir. En ce sens, je suis heureux du résultat. On a aussi donné une chance à des joueurs d’ici de se faire valoir. C’était important pour eux de disputer un match ici à Sherbrooke devant leur famille. »

Olympiques

Les vétérans des Olympiques entrent en scène contre le Phoenix

Les recrues des Olympiques de Gatineau ont bien réussi leur rentrée dimanche dans un gain de 5-3 contre le Phoenix de Sherbrooke et ce sera maintenant au tour des vétérans d’entrer en scène mardi lorsque les deux mêmes clubs s’affronteront à nouveau en Estrie.

L’entraîneur-chef Éric Landry a vu sa quinzaine de vétérans – sans compter l’attaquant Matt McQuade et le défenseur Braeden Virtue, qui se remettent d’opérations effectuées pendant la saison morte – sur la glace pour une première fois dimanche matin de même que lundi à l’entraînement au Complexe Branchaud-Brière.

Olympiques

Une bonne première impression avec les Olympiques pour Dean et Kashnikov

Les recrues des Olympiques de Gatineau ont bien amorcé le calendrier présaison de l’équipe dimanche au Complexe Branchaud-Brière en remportant un gain de 5-3 aux dépens du Phoenix de Sherbrooke.

Leur premier choix Zach Dean s’est particulièrement illustré devant les 446 partisans de l’équipe présents pour l’occasion avec un doublé. 

Il a réussi le premier but de la rencontre et celui de la victoire alors qu’il ne restait que 3:13 minutes à écouler au cadran, ce qui couronnait une remontée d’un déficit de deux buts après 40 minutes de jeu. Le club a confirmé après le match qu’il s’était taillé un poste pour amorcer la saison régulière.

Hockey junior

Dean veut rester à Gatineau

Éric Landry n’était pas sur la patinoire pour diriger les premières séances d’entraînement, au camp des Olympiques de Gatineau. Il regardait les recrues, derrière une fenêtre, au deuxième étage du Complexe Branchaud-Brière.

« Quand mes adjoints dirigent la circulation, les jeunes parlent plus. Ils sont moins nerveux. Ça leur donne une meilleure chance de s’intégrer », explique l’entraîneur-chef.