Les Olympiques de Gatineau ont eu besoin des tirs de barrage pour venir à bout du Phoenix de Sherbrooke, dans le premier d'une série de matches hors-concours.

Beauchamp tranche le débat

La glace n'était pas très belle et le jeu sur celle-ci était assez échevelé, ce qui était normal pour un premier match hors-concours impliquant plusieurs recrues des deux côtés.
En fin de soirée mercredi, le bilan était quand même positif pour les Olympiques de Gatineau, qui ont remporté un gain de 3-2 en tirs de barrage contre le Phoenix de Sherbrooke en plus de voir que leur vieil amphithéâtre, le Centre Robert-Guertin, n'a pas éprouvé de problème majeur outre une surface raboteuse en fin de partie.
Les quelque 950 amateurs qui se sont déplacés pour l'occasion sont repartis contents grâce au but du Gatinois Anthony Beauchamp au cinquième tour de la fusillade, après que les huit premiers tireurs aient tous soit raté la cible, soit échappé la rondelle en se présentant devant les gardiens. 
Beauchamp avait aussi compté en temps réglementaire, pour lancer les siens en avant 2-1 au deuxième tiers en avantage numérique, mais les visiteurs ont répliqué en troisième par l'entremise de Jason Imbeault, aussi lors d'une attaque à cinq.
En jouant à domicile, les Gatinois avaient un léger avantage puisqu'ils ont habillé neuf vétérans de la LHJMQ, alors que le Phoenix n'a utilisé que trois joueurs d'expérience qui était avec lui l'an passé. Une situation qui risque d'être inversée jeudi soir quand les deux mêmes clubs vont se retrouver à Sherbrooke.
« Ça a été bon, on voyait que les joueurs avaient hâte de jouer et de voir un peu d'action, surtout en début de partie. J'ai vu une équipe qui a bien fait les choses, avec le peu de directives qu'on leur a données. On aurait aimé compter plus de buts, c'est certain, mais on a eu assez de chances de marquer. À la fin, c'était dur d'évaluer la qualité du jeu en raison des rondelles qui bondissaient sur la glace », analysait après coup l'entraîneur-chef des Olympiques Éric Landry, qui a laissé ses adjoints Francis Wathier et Ron Choules diriger la circulation derrière le banc.
La bataille pour le poste d'adjoint au vétéran Tristan Bérubé en début de saison, du moins jusqu'à ce qu'au retour possible de Mathieu Bellemare de sa blessure (s'il n'est pas échangé auparavant), s'est poursuivie lors de cette rencontre alors que les recrues Rémi Poirier et Nicolas Campbell se sont partagé le travail. 
Âgé de 16 ans et choix de cinquième ronde au dernier repêchage, le premier n'a cédé qu'une fois sur les 12 tirs des visiteurs, seul Ryan Donovan parvenant à le prendre en défaut en fin de premier tiers.
Pour ce qui est de Campbell, le cerbère originaire d'Ottawa a accordé un but sur 16 lancers, en plus d'être parfait lors des tirs de barrage. « Les deux ont bien fait », a noté Landry.
Le Phoenix a également utilisé ses deux gardiens lors de cette rencontre, Thomas Sigouin effectuant quelques bons arrêts, mais cédant deux fois sur 19 lancers avant d'être remplacé par William Giroux à mi-chemin. Gardien affilié de Sherbrooke l'an passé, celui-ci a arrêté les 22 tirs dirigés vers lui en deuxième moitié et en prolongation.
Le deuxième tiers a été marqué de deux combats et vu que l'attaquant du Phoenix Simon Lefebvre a été impliqué dans chacun de ceux-ci, face à Pier-Olivier Lacombe et Olivier Plourde, il a été expulsé de la rencontre.
« J'ai bien aimé la prestation des jeunes de notre équipe, on a eu des hauts et des bas pendant le match, mais les gars se sont bien donnés et les gardiens de but ont fait le travail. En général, je suis très satisfait, nos jeunes défenseurs ont bien fait aussi », estimait l'entraîneur-chef du Phoenix Stéphane Julien.
Les Olympiques n'ont pas lancé dans la mêlée leur nouvel attaquant russe acquis au repêchage européen l'été dernier, Mikhail Shestopalov. Éric Landry a indiqué qu'il ne jouera pas avant la semaine prochaine afin de lui donner le temps de s'acclimater à son nouvel environnement.