Espoir des Sénateurs d’Ottawa, Drake Batherson a amassé neuf points en cinq matches depuis que l’Armada de Blainville-Boisbriand l’a acquis du Cap-Breton à son retour du Championnat mondial junior.

Batherson, un exemple d’espoir

Vous ne connaissiez pas encore Drake Batherson avant le dernier championnat mondial junior?

Si vous suivez moindrement le hockey, vous savez maintenant que les Sénateurs d’Ottawa ont un diamant à l’état brut entre les mains. Au dernier Championnat mondial junior, l’attaquant de 19 ans a inscrit sept buts en sept matches pour aider Équipe Canada junior (ÉCJ) à gagner la médaille d’or.

Principal artisan de l’élimination des Olympiques de Gatineau avec ses 10 points en sept matches pour les Screaming Eagles du Cap-Breton au printemps dernier, Batherson devait être de retour au centre Guertin mercredi, mais le rendez-vous a été reporté en raison d’une fuite d’ammoniac.

Dommage parce que le nouveau membre de l’Armada de Blainville-Boisbriand progresse à vue d’œil.

«Il ne s’améliore pas au mois. Il s’améliore à la semaine», constate Joël Bouchard, entraîneur-chef et président-directeur général de l’Armada, qui était aussi chef de l’équipe de gestion d’ÉCJ.

Au Droit, Bouchard signale que Batherson est sur une lancée «hors de la normale depuis un an.» 

Difficile de le contredire quand Marc-André Dumont rappelle le récit de sa découverte par les Screaming Eagles. D’abord, à 15 ans, le Néo-Écossais a été ignoré au repêchage de la LHJMQ. À 16 ans, il a capté l’œil du recruteur-chef des Screaming Eagles, Jacques Carrière.

«Jacques m’avait dit qu’il représentait le meilleur talent des Maritimes, mais qu’il était âgé de 16 ans  et qu’il était chétif. Nous l’avions donc rencontré avec son père dans un café près de chez lui à Valley», raconte Dumont, l’entraîneur-chef et directeur général des «Aigles».

5’7’’ à 16 ans

Sur la liste de son équipe midget AAA, il mesurait 5’7’’ et demi. «Quand je lui ai serré la main, j’ai tout de suite vu qu’il devait avoir gagné trois pouces. Il avait un visage de jeune. C’était visible qu’il n’était pas encore mature et son père nous avait dit qu’il avait grandi tardivement lui aussi.»

Norm, le père de Drake, a joué dans la Ligue américaine contre Joël Bouchard justement.

Les Screaming Eagles ont donc sélectionné Batherson en sixième ronde du repêchage de 2015. À son premier camp, à 17 ans, il a été retranché et il a évolué au niveau junior A où, incommodé par deux pneumonies, il n’a compté que quatre buts. Il avait toutefois été rappelé pour une dizaine de matches durant la saison.

Recrue à 18 ans

À 18 ans, il était toujours une recrue, mais sa taille était passée à 6’1’’. «Il avait connu un bon début de saison, mais il avait été laissé de côté à l’occasion parce qu’il n’était pas habitué au rythme de la LHJMQ. À partir de novembre, sa progression a été fulgurante. Dans les séries, contre les Olympiques, il avait été le meilleur joueur sur la glace. C’est pour ça que les Sénateurs l’ont repêché en quatrième ronde.»

À son premier camp à Ottawa, il a tellement été bon que les Sénateurs lui ont immédiatement offert un contrat. Malgré cela, ÉCJ n’avait pas jugé bon de l’inviter à son camp d’évaluation estival.

Encore une fois, Batherson allait forcer la main à une équipe. Rendu à 6’2’’, il a finalement été invité au camp de sélection où il était considéré comme un joueur de quatrième trio, mais il a rapidement fait son chemin pour devenir le meilleur franc-tireur du club.

«Il progressait et il s’ajustait vite, dit Joël Bouchard. Il a fait sa place. Il s’améliore tellement vite et pourtant, il a encore tellement à apprendre. Il est voué à toute une carrière de joueur de hockey.»

Pour Dumont, l’éclosion de Batherson a une autre raison. «C’est un passionné avec un grand P et sa passion est contagieuse. Son exemple devrait donner de l’espoir à tous les joueurs qui font face à des épreuves. Il n’a jamais été sur les radars des équipes nationales. La LNH ne l’évaluait même pas à 17 ans. Il a été repêché à 18 ans. Sa récompense devrait motiver tous ceux qui pensent que leur carrière est finie parce qu’ils ne sont pas dans le système.»

Match annulé mercredi : le centre Robert-Guertin montre encore des signes de son âge avancé

Pour la deuxième fois cette saison, un match contre l’Armada de Blainville-Boisbriand a dû être reporté en raison de problèmes liés au centre Robert-Guertin.

Remis après une période en raison de la brume trop épaisse pendant un match du 24 septembre dernier, le match devait reprendre à partir de la deuxième période mercredi soir, mais un bris dans la tuyauterie du « Vieux Bob » a occasionné une fuite d’ammoniac mardi après-midi vers 14 h 30. Devant ce constat, il a fallu reporter ce match une deuxième fois. Le club devrait avoir des nouvelles à annoncer à cet effet  mercredi midi. Une équipe fera l’inspection de la fuite jeudi matin. En attendant, toutes les activités au centre Guertin ont été annulées jusqu’à nouvel ordre.

« Tout a été fermé, incluant le compresseur de la glace, les portes et les lumières. Pour faire exprès, il ne fait pas trop froid dehors ! Si ce n’est qu’un tuyau de plomberie à réparer, le compresseur pourra repartir rapidement, mais la glace serait encore trop molle pour présenter un match en soirée », a expliqué le directeur général des Olympiques, Alain Sear.

Ce dernier n’a pas voulu se plaindre du sort de son équipe dans le vétuste amphithéâtre de la rue Carillon. « Il y a des bris dans tous les amphithéâtres au Canada, mais comme Guertin vit sur le respirateur artificiel, chaque nouveau problème est amplifié », a-t-il ajouté.

Les Olympiques prévoient déménager dans un amphithéâtre neuf au début de la saison 2020. Une annonce importante est d’ailleurs prévue avant la fin de l’hiver.

L’entraîneur-chef Éric Landry pouvait quand même tirer du positif de cette nouvelle annulation de match. Il a quatre joueurs à l’infirmerie, dont deux qui sont tout près de revenir au jeu. Les attaquants Dawson Theede et Maxim Trépanier auraient peut-être pu reprendre l’action mercredi soir alors que les défenseurs Vincent Lampron et Darien Kielb auront besoin de quelques jours supplémentaires pour guérir leurs blessures. Les Olympiques ont un match prévu à Guertin vendredi contre les Voltigeurs de Drummondville.