Austen Keating a préparé le but gagnant de Noel Hoefenmayer à 48 secondes de la fin du match vendredi soir à la Place TD. C’était son troisième point de la soirée. Les 67’s ont gagné 4-3 contre les Rangers de Kitchener.

Autre remontée spectaculaire des 67's

Sur les réseaux sociaux, le slogan des 67’s d’Ottawa est #NoQuit depuis l’année dernière. Ils devraient peut-être en ajouter un dans le genre de #ScoreFirst en 2019-20.

Pour la 11e fois en 12 matches vendredi soir, ils ont laissé les visiteurs marquer le premier but d’un match. Les Rangers de Kitchener ont même pris l’avance 3-0 en deuxième période, mais fidèle à leurs habitudes, les 67’s n’ont pas lâché.

Jack Quinn a marqué un premier but spectaculaire en se faufilant entre deux défenseurs pendant un avantage numérique pour allumer la foule. Puis Alec Bélanger a livré un solide combat contre Reid Valade. Les 2564 spectateurs à la Place TD étaient debout. C’était l’euphorie sur le banc des locaux. Cameron Tolnai a aussitôt ajouté son premier but de la saison, puis Austen Keating a créé l’égalité sur une passe de l’ex-Ranger Joseph Garreffa.

En moins de trois minutes, les 67’s étaient de retour à 3-3. En fin de troisième période, Noel Hoefenmayer a envoyé tout le monde à la maison dans la bonne humeur en marquant le but vainqueur avec 48 secondes à écouler. C’était le troisième point du défenseur de 20 ans. Austen Keating lui avait préparé la table pour inscrire son troisième point lui aussi.

Les 67’s (8-4-0) ont ainsi comblé un retard de trois buts pour l’emporter 4-3. Les Rangers (5-3-4) devront donc attendre encore un peu avant de gagner un premier match à l’étranger cette saison (0-3-3).

Quand on lui demande s’il devrait échanger son slogan #NoQuit contre le premier but dans un match, l’entraîneur-chef André Tourigny hoche de la tête.

« Je n’échangerais pas ce trait de caractère de notre club. Nous en avons besoin. Ça n’a pas de prix, mais j’aimerais bien avoir l’avance pour une fois. J’aimerais protéger une avance, mais ce soir, nous l’avons eu pendant un gros 48 secondes ! Pour l’instant, nous allons continuer de bâtir sur les éléments positifs. Nous sommes revenus de l’arrière en disputant un bon match. C’est juste que les Rangers ont aussi très bien joué en première période. »

Les bons 20 ans

En plus de Joseph Garreffa qui affrontait son ancien club moins d’une semaine après avoir été échangé à Ottawa, André Tourigny s’est montré élogieux envers ses deux autres joueurs de 20 ans : Noel Hoefenmayer et Austen Keating.

« Noel est un grand leader dans ce club. À mes débuts ici, il créait de l’offensive pour les deux clubs sur la glace ! Maintenant, il a appris à en créer juste pour nous ! Il se comporte comme un pro. Il mérite amplement ce qui lui arrive. Quant à Keats, c’est le secret le mieux gardé dans le monde du hockey. Il est incroyable. Il est tellement intelligent. Il joue à haute vitesse. Les gens pensent qu’il lui manque de la rapidité en raison de sa démarche sur patins, mais il est vif et il sait quoi faire avec une rondelle. »

À sa cinquième saison avec les 67’s, Noel Hoefenmayer connaît un début de saison canon. Il a six buts et 17 points en 12 matches. Keating a un point de plus que lui. Le défenseur a appris à calculer le moment où il peut aider l’attaque et ce sont les 67’s qui en sortent gagnants.

« Je sais quand appuyer l’attaque et quand rester derrière. Ce soir, nous n’avons jamais abandonné. Les avances des autres équipes ne sont jamais sécuritaires contre nous. Le combat d’Alec Bélanger a été le point tournant du match. Il a mis de la vie sur notre banc. Nous avons formé une équipe différente après. »