Malgré leurs sept buts marqués la veille, les Olympiques se sont inclinés par la marque de 7-3 contre le Phoenix de Sherbrooke, samedi soir.

Autre festival offensif à Sherbrooke pour les Olympiques

Sur papier, ça ne paraît pas bien. Vingt-quatre heures après avoir marqué sept buts contre les Voltigeurs de Drummondville, les Olympiques de Gatineau ont encaissé sept buts contre le Phoenix de Sherbrooke.

Ils ont été battus 7-3, samedi soir, au Palais des Sports Léopold-Drolet.

Ça donne du carburant à ceux qui croient que l’équipe d’Éric Landry a du mal à coller deux bonnes performances consécutives.

Il suffit de regarder la feuille de pointage d’un peu plus près pour découvrir les circonstances atténuantes.

D’abord, les Olympiques menaient par un but après 40 minutes de jeu.

Le Phoenix a pris les commandes durant une troisième période où il a inscrit cinq buts sans riposte.

« Je ne veux pas blâmer la fatigue », déclare Landry.

« Même au début de la soirée, le score n’indiquait pas vraiment l’allure du match. Ils avaient la rondelle plus souvent que nous. Nous avons été un peu opportunistes quand nous avons marqué nos buts », enchaîne l’entraîneur-chef.

« On jouait quand même un deuxième match en autant de soirs. On rendait visite à un club qui n’avait pas joué, vendredi. Le Phœnix nous attendait, à la maison, un peu comme on attendait Drummondville la veille. Tout ça fait en sorte que leurs joueurs avaient plus de jambes que nous à partir du début de la partie. »

Le Phoenix a surtout gagné la bataille des unités spéciales. Le but gagnant et le but d’assurance ont été marqués avec l’avantage d’un homme.

« Il ne s’agissait pas nécessairement de mauvaises punitions, note Landry. Ces punitions nous ont quand même fait mal. »

Encore Trépanier

Creed Jones est resté le match jusqu’à la toute fin. Il a maintenant alloué 15 buts à ses trois derniers départs. Ça lui confère un taux d’efficacité de 83,5 % en novembre.

Gabriel Bilodeau, Charles-Antoine Roy et Maxim Trépanier ont marqué les buts dans la défaite.

Trépanier a également obtenu une mention d’aide dans ce match. Ça lui fait 10 points en cinq parties depuis le début du mois.

« On sent qu’il a trouvé sa place à Gatineau. Il joue selon notre identité d’équipe, mais avec son style à lui. C’est excellent. C’est ce qu’on veut », commente Landry.

« Des bons joueurs comme Maxim font parfois l’erreur d’attendre la rondelle. Les bons joueurs, ceux qui font la différence, sont ceux qui vont chercher les pucks. Ils s’impliquent défensivement. Ils gagnent leurs batailles. Tout ça leur permet ensuite de se démarquer offensivement. »

Trépanier et ses coéquipiers auront le loisir de se refaire des forces. Ils ne joueront leur prochain match que samedi prochain.

Le prochain défi sera cependant de taille. Ils accueilleront l’équipe de l’heure dans la LHJMQ. Les Huskies de Rouyn-Noranda ont remporté leurs sept dernières parties.

+

EN BREF

Le train des 67’s ne s’arrête pas

Des blessés ? Pas de problème. Même avec un alignement réduit, les 67’s d’Ottawa continuent leur travail de démolition dans la LHOntario. En utilisant seulement 16 patineurs, dimanche après-midi, André Tourigny a trouvé le moyen d’infliger un cuisant revers de 7-4 au Battalion de North Bay. L’attaquant franco-ontarien Sam Bitten, longtemps coincé dans un quatrième trio en raison de la profondeur de l’attaque ottavienne, trouve une façon de profiter de l’opportunité qui lui est offerte. Il a été le principal artisan de son équipe, dans le nord ontarien. Il a marqué deux buts et obtenu autant de mentions d’aide lors de cette partie. Kody Clark a lui aussi connu un bon match. Celui qui s’est laissé distraire par les négociations de son premier contrat professionnel, plus tôt cet automne, a bel et bien retrouvé son calme. Il a mis trois points (un but et deux passes) en banque à North Bay. Sasha Chmelevski, Austen Keating, Jack Quinn et Tye Felhaber ont été les autres marqueurs, dans un match où Cédrick Andrée a réussi 20 arrêts. 

***

Deux victoires à Amos

La meilleure équipe de la division CCM rendait visite à la pire, ce week-end. Ce qui devait arriver, arriva. L’Intrépide de Gatineau a gagné, sans trop de difficultés, à Amos. Samedi, les Forestiers se sont bien battus avant de s’incliner 4-1. Dimanche, les visiteurs ont démontré leur supériorité. Ils ont obtenu un gain de 6-2, dans une partie où leur gardien Alexandre Groleau a fait face à seulement 18 lancers. Ce fut un bon week-end, dans l’ensemble, pour la plupart des joueurs de Martin Lafleur. Quinze d’entre eux ont participé au pointage. Le week-end fut particulièrement productif pour Mathieu Raby, qui a marqué un but et obtenu trois passes. Le défenseur a inscrit neuf de ses 14 points, depuis le début de la saison, contre les Forestiers. L’attaquant Viktor Barakett a touché la cible à trois occasions. Anthony Hamel a obtenu trois mentions d’aide.