L'Armada a ainsi quitté le centre Robert-Guertin avec un gain de 3-2 même si les Gatinois ont limité les visiteurs à 24 lancers, dont seulement quatre en troisième période.

Autre défaite par un but des Olympiques

À leur quatrième match en cinq jours, les Olympiques de Gatineau ont trouvé l'énergie nécessaire pour lutter à armes égales contre l'Armada de Blainville-Boisbriand, mais pour un troisième match de suite, ils se sont inclinés par la marge d'un but.
Pierre-Luc Dubois a profité d'une bévue du gardien Mathieu Bellemare derrière son filet en troisième période pour s'emparer de la rondelle et inscrire le but qui a fait la différence samedi soir. L'Armada a ainsi quitté le centre Robert-Guertin avec un gain de 3-2 même si les Gatinois ont limité les visiteurs à 24 lancers, dont seulement quatre en troisième période.
En résumé, les Olympiques (19-24-4) ont terminé une semaine éreintante avec un seul point au classement sur une possibilité de huit. Vaincue la veille par les Cataractes de Shawinigan, l'Armada (28-12-6) a quant à elle retrouvé le sentier de la victoire. L'équipe de Joël Bouchard a remporté huit de ses neuf derniers duels.
Au lieu de se laisser décourager, l'entraîneur-chef Mario Duhamel a choisi de voir le bon côté des choses après cet autre revers crève-coeur.
«J'ai aimé la manière que notre équipe s'est comportée. Nous venons de jouer un quatrième match en cinq jours et nous avons eu un voyage en Abibiti là-dedans. Nous tirions de l'arrière 2-0, mais nous n'avons jamais abandonné. Pour moi, la deuxième période nous appartenait. La troisième également. Nous sommes revenus en force et même si le troisième but était un mauvais but, nous n'avons jamais abdiqué contre une équipe qui aspire aux grands honneurs. Je pense que nous avons grandi là-dedans. Ça vient nous motiver davantage de savoir que nous pouvons compétitionner contre les meilleures équipes de la ligue. Il y a beaucoup de positif dans le caractère de notre équipe. C'est encourageant.»
Impossible de parler du match sans revenir sur la sortie hasardeuse de Mathieu Bellemare derrière son filet qui a remis la rondelle directement sur le bâton de Pierre-Luc Dubois, qui n'a eu qu'à contourner le filet pour marquer le but vainqueur.
«Ça fait une couple de fois ça arrive contre eux [une mauvaise sortie de filet de Bellemare]. Ça fait mal dans l'histoire du match. C'était 2-2 et nous les avons limité à quatre tirs en troisième période. Nous avions travaillé avec acharnement et la troisième période était la nôtre, mais ce but aura fait la différence. Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. Malgré ça, nous avons continué de travailler avec l'énergie du désespoir pour revenir dans le match.»
Les Olympiques ont cogné à la porte des buts souvent en fin de rencontre, mais Samuel Montembeault aura résisté à tous les assauts. Le gardien de l'Armada aura affronté 27 tirs dans la victoire des siens.
Il a été déjoué par Marc-Olivier Crevier-Morin en avantage numérique et Jeffrey Durocher. Mitchell Balmas a amassé un point dans un septième match de suite dans la défaite. Il a récolté 10 points pendant cette séquence.
Pierre-Luc Dubois avait aussi compté en première période pour l'Armada. Alex Barré-Boulet a été l'autre compteur du camp vainqueur. Ces deux dernières acquisitions ont produit la majorité des buts de la flotte laurentienne dans les dernières semaines. Leur entraîneur, Joël Bouchard, en est bien fier, mais il souhaite voir d'autres joueurs mettre la main à la pâte.
«Ils ont un bel impact sur notre équipe, mais les autres doivent élever leur jeu d'un cran. Quand tu joues 30 minutes sur 60, les chances ne sont pas de ton côté. À un moment donné, il faudrait que nos joueurs cessent de les regarder jouer et qu'ils commencent à jouer eux aussi. Dubois et Barré-Boulet font leur job. Ils jouent comme nous sommes supposés jouer, mais les autres devront se réveiller», a expliqué Bouchard.
Dans le vestiaire des Olympiques, le capitaine Marc-Olivier Crevier-Morin ne se montrait pas abattu même s'il n'était pas satisfait de la récolte de point de son club en fin de semaine. «Nous avons donné tout ce que nous pouvions donner. Nous avons joué deux bons matches à la maison. Malheureusement, on ramasse seulement un point. Le match de vendredi était émotif, mais j'ai aimé notre sortie aujourd'hui. Ça démontre le genre d'équipe que nous formons et ça prouve que nous pourrons faire de belles choses à l'avenir.»
Quant au but de la victoire, Crevier-Morin a dit qu'il y a eu mauvaise communication entre son gardien et lui. «C'est de la malchance. Ça fait partie du hockey. C'est plate de perdre comme ça, sur un mauvais bond. Mathieu n'a pas pu aller chercher la rondelle, car elle était de l'autre bord de la ligne [du trapèze]. Je croyais qu'il l'avait [la rondelle]. Il n'a pas pu me la passer. Il y a des équipes plus chanceuses que d'autres!»