Le Gatinois Alexis Bourque mène la Ligue de hockey d’excellence du Québec avec 27 buts en 25 matches dans la catégorie bantam AAA.

Alexis Bourque : l’ADN d’un champion

Avant d’animer les foules dans la LHJMQ ou même dans la LNH, Xavier Simoneau, Benoît-Olivier Groulx, Hendrix Lapierre, Jean-Gabriel Pageau et Derick Brassard ont commencé par briller au Tournoi bantam Royal-Brassard de Gatineau.

La 24e édition qui a pris son envol jeudi ne devrait pas faire exception à la règle. L’Intrépide de l’Outaouais domine les 24 équipes de la Ligue de hockey d’excellence du Québec dans la catégorie AAA avec une fiche de 23-1-1 en saison régulière. L’équipe est bondée de joueurs doués. Parmi ceux-ci, Alexis Bourque mène tous les francs-tireurs du circuit provincial avec 27 buts en 25 matches. Son histoire n’est pas banale. L’attaquant de 14 ans a l’ADN d’un champion.

Son père, Kevin, a fait partie de la seule édition championne de la coupe Jimmy-Ferrari de l’Intrépide de Gatineau en 1994. Il avait alors été un coéquipier de Daniel Brière. Dans la LHJMQ, le colosse de 6’3’’ a soulevé les coupes du Président et Memorial avec les Prédateurs de Granby en 1996.

Sa mère, Joëlle, s’est également illustrée sur la scène sportive nationale. Elle a participé à neuf championnats canadiens de curling, gagnant notamment l’or en équipe mixte avec Jean-Michel Ménard en 2001. Elle a aussi ajouté des médailles d’argent et de bronze. Le sport fait partie de la vie de ses parents qui se sont d’ailleurs rencontrés sur un terrain de baseball.

Alexis Bourque a aussi touché à quelques sports dans sa jeunesse, mais le hockey a toujours été numéro un pour lui.

«J’ai déjà joué au soccer, mais une fois, j’ai eu un carton rouge et ça ne m’a plus tenté de jouer après», lance-t-il avec un large sourire.

Le hockey, c’est pratiquement une obsession chez lui. C’est plus qu’un sport. C’est un style de vie.

«J’aime tout ce qui entoure le hockey. J’aime être avec les gars sur la glace, dans le vestiaire et dans les hôtels.»

Sur la patinoire, ce qui le distingue des autres, c’est son instinct naturel de marqueur selon son entraîneur-chef Yves Dagenais.

«C’est un marqueur né. Dans notre équipe, il a la chance d’être bien entouré par des joueurs qui le complètent bien comme Christopher Talbot. Il a un très bon lancer du poignet, mais il est surtout très précis. Ce n’est pas le joueur le plus flamboyant, mais il a une bonne vision du jeu, une bonne tête de hockey.»

Sa tête lui sert également sur les bancs d’école, là où il excelle avec une moyenne générale de 90 % au combiné de ses deux premières sessions.

Ce n’est pas un hasard si Bourque marque à profusion. Tout est une question de pratique.

«À la maison, j’exerce mes lancers depuis que je suis jeune. J’en ai brisé des filets et j’en ai fait des marques sur les poteaux. Mon père m’a toujours aidé. C’est lui qui m’a incité à mettre des patins dès l’âge de trois ans. Au début, je ne voulais pas vraiment embarquer sur la glace, mais il a insisté. Il a bien fait parce que j’ai commencé à aimer ce sport et me voilà rendu ici aujourd’hui», raconte celui qui fait déjà tout près de 6’0’’.

S’il arrive à compter plus que quiconque au Québec chez les joueurs de 14 ans, Bourque tient à souligner le travail de ses coéquipiers.

«Ça ne se fait pas tout seul. Sans mes coéquipiers je n’aurais pas reçu toutes ces belles passes. Sans eux, rien de tout ça m’arriverait», a dit celui qui a compté un but dans un gain de 7-1 contre les Titans d’Ottawa Valley en ouverture de tournoi jeudi soir.

D’ailleurs, quand on lui demande de raconter son meilleur souvenir de hockey, il rétorque qu’il ne l’a pas encore vécu.

«Nous avons gagné des tournois au fil des ans, mais jamais la coupe Dodge. Nous allons aller la chercher et c’est ça qui va devenir mon meilleur souvenir.»

Qui sait? Dans un avenir rapproché, il pourrait imiter son père en aidant l’Intrépide de Gatineau à gagner son deuxième trophée Jimmy-Ferrari.

L'Intrépide de Gatineau a inauguré une nouvelle murale en l'honneur de Daniel Brière jeudi soir à l'ouverture de la 24e édition du tournoi bantam Royal-Brassard. Installée à côté de celle de Pat Burns sur la passerelle du Complexe Branchaud-Brière, elle souligne les exploits de la carrière du plus grand joueur de l'histoire de l'Intrépide midget AAA. Il a mené l'équipe à son seul championnat de la coupe Jimmy-Ferrari en 1993-94.

+

L'INTRÉPIDE MIDGET AAA SE RÉGALE DEVANT SON AVENIR

L’Intrépide bantam AAA est premier au classement de la Ligue d’excellence du Québec. Même chose pour l’Intrépide bantam AAA relève. Les Ambassadeurs de Gatineau sont les favoris pour remporter la catégorie AA de la 24e édition du Tournoi bantam Royal-Brassard de Gatineau, qui aligne même une curieuse équipe venue d’Ukraine cette semaine.

Toutes ces équipes ont amorcé le tournoi avec des victoires jeudi. Dans les gradins, l’entraîneur-chef de l’Intrépide midget AAA était encouragé par ce qu’il voyait des prochaines cohortes qui alimenteront son équipe dans les deux prochaines saisons.

«Les hockeyeurs nés en Outaouais en 2005 forment un groupe très intéressant. Le bantam AAA a de la profondeur à toutes les positions. Souvent, dans une cohorte, les attaquants peuvent être plus forts que les défenseurs ou vice-versa, mais dans cette équipe, il existe un bel équilibre en attaque, en défense et devant le filet. C’est plutôt rare que l’on voie ça et c’est l’fun de voir que des joueurs au potentiel intéressant vont se greffer à notre équipe midget AAA. Nous avons eu de bons joueurs dans les dernières années qui ont été sélectionnés dans les premières rondes de la LHJMQ, mais là, il y a un meilleur équilibre», a expliqué Martin Lafleur, qui vient de signer une prolongation de contrat d’une saison avec l’Intrépide midget AAA.

L’Intrépide n’aligne que deux patineurs de 15 ans cette saison. Il y a deux ans, il en comptait quatre. En 2003-04, quand la troupe de Martin Lafleur avait atteint la finale de la coupe Jimmy-Ferrari, elle avait aligné un record de neuf joueurs de 15 ans. Il est encore trop tôt pour déterminer combien de joueurs de la cohorte de 2005 pourront faire le saut dans le midget AAA à 15 ans, mais Martin Lafleur aura le loisir de choisir.

L’Intrépide bantam AAA s’est incliné en finale de deux tournois cette saison, mais il avait été champion à Gatineau l’an dernier dans la catégorie relève. Les Ambassadeurs de Gatineau ont été champions et finalistes à leurs deux tournois. Ils vont défendre leur titre en fin de semaine. Les Loups des Collines, les Mariniers d’Aylmer et les Voisins de Gatineau sont aussi inscrits dans la catégorie AA. L’entrée au tournoi est gratuite.