Le Suisse David Aebischer a démontré qu’il avait l’étoffe pour devenir le défenseur numéro un d’une équipe de la LHJMQ quand Gabriel Bilodeau et Darien Kielb ont été blessés durant les dernières séries éliminatoires de la LHJMQ.

Aebischer prêt à devenir quart-arrière

Les partisans des Olympiques de Gatineau ont vu trois versions de David Aebischer pendant la saison 2018-19.

Il y a eu celle d’avant Noël où le défenseur recrue a fait ses classes dans la LHJMQ. Le Suisse a ensuite brillé au Championnat mondial junior de Vancouver. À son retour, il avait gagné en confiance et il était devenu un rouage important de la brigade défensive gatinoise.

Puis, il y a eu le dernier quart de la saison où sa progression a été si fulgurante qu’elle pouvait se mesurer de match en match. Dans les séries, deux piliers sont tombés au combat : le capitaine Gabriel Bilodeau et son bras droit, Darien Kielb. Au lieu de voir son efficacité réduite en prenant les bouchées doubles dans un rôle qu’il n’avait jamais occupé, il a haussé son jeu d’un autre cran.

Les partisans seront gâtés au cours des prochains mois. Ils pourront suivre son évolution à sa deuxième saison dans la LHJMQ. Le défenseur aura 19 ans à la fin septembre et il semble prêt à reprendre exactement là où il avait laissé pour occuper le rôle de quart-arrière de la défensive gatinoise cette année.

Dès son premier match hors-concours contre les Foreurs de Val-d’Or le 24 août, il a amassé trois passes.

« On ne partira pas en peur avec ça. Ce n’était qu’un match hors-concours, mais notre équipe et celle des Foreurs étaient presque complètes. Il faut aussi dire que j’arrivais du camp des moins de 20 ans de l’équipe suisse et que j’avais déjà joué quatre matches avant de débarquer à Gatineau », a-t-il dit après un entraînement intensif à Branchaud-Brière mercredi.

N’empêche, la direction des Olympiques a tellement aimé ce qu’elle avait vu d’Aebischer dans la dernière portion de la saison qu’elle a choisi d’échanger Iaroslov Likhachev à l’Armada de Blainville-Boisbriand afin de repêcher le Russe Yevgeni Kashnikov tôt au repêchage européen. Aebischer, lui, était devenu indispensable.

« En séries, quand nous avons perdu Bil, il s’est accaparé son rôle et il a été capable de le remplir même s’il n’avait que 18 ans, a lancé l’entraîneur-chef Éric Landry. David est un joueur efficace sur la glace. Ça lui permet de ne pas gaspiller de temps à corriger ses erreurs. Il n’a pas à travailler pour rien, car il est toujours à la bonne place. C’est pour ça que les grosses minutes dans un club de hockey sont jouées par des joueurs de 19 et 20 ans dans notre ligue. »

Pas de LNH pour l’instant

La progression constante d’Aebischer n’a pas été suffisante pour convaincre une équipe de la LNH de le repêcher ou de l’inviter à un camp des recrues cet été. Il a quand même choisi de revenir à Gatineau pour poursuivre son ascension.

« Je ne m’attendais pas à grand-chose, mais j’ai été un peu déçu quand même. Ça ne m’empêchera pas d’être motivé pour la prochaine saison, au contraire. Je suis encore plus confiant que l’an dernier. J’ai beaucoup progressé l’an dernier et je pense que je pourrai en faire autant avec une autre année junior dans la meilleure ligue au monde. Je ne me sens pas encore prêt à 100 % à faire le saut avec mon équipe professionnelle à Fribourg-Gottéron et je vais pouvoir aider les jeunes à Gatineau. Je veux leur apprendre à travailler comme des professionnels. »

Aebischer a terminé sa première saison avec 28 points en 59 matches, mais a doublé sa production offensive en deuxième moitié de saison. Il a ajouté trois passes en cinq duels des séries où il avait été employé jusqu’à 35 minutes par match.

« Les séries, c’était assez intense. Je n’avais jamais autant joué de toute ma vie. Je me suis surpris moi-même, mais je voulais aider l’équipe à gagner et j’ai pris mon rôle à cœur. Je suis prêt à prendre la charge de travail pour combler les départs de Bil et Kielb. »

Ne lui reste qu’à soigner une petite blessure musculaire.

Rien pour menacer son début de saison.

+

Roy et Bizier dans la LNH

Deux joueurs des Olympiques ont fait leurs valises pour la prochaine semaine alors que Charles-Antoine Roy et Mathieu Bizier ont quitté l’équipe pour se rendre aux camps des recrues de leurs équipes respectives dans la LNH. Roy et Bizier n’ont pas été réclamés au dernier repêchage de la LNH, mais ils ont tous les deux reçu des invitations pour participer aux camps de développement des Golden Knights de Vegas et des Red Wings de Détroit après la séance de sélection. Les deux équipes ont été séduites par ce qu’elles ont vu parce qu’elles ont réitéré leurs invitations pour leurs camps des recrues cette semaine. D’ici au 12 septembre, les deux attaquants tenteront de brouiller les cartes afin de pousser la note jusqu’à un camp d’entraînement principal de la LNH.

Milo Roelens à Rockland

Acquis dans une transaction avec les Screaming Eagles du Cap-Breton la semaine dernière, Milo Roelens amorcera la prochaine saison du côté ontarien où il compte poursuivre ses études à l’Académie canadienne et internationale de Rockland, là où ont évolué deux autres joueurs des Olympiques au cours des dernières années : Manix Landry et Matthew Grouchy. Le jeune frère de Métis Roelens a disputé sa dernière saison avec le Séminaire St-François dans la Ligue midget AAA du Québec, mais il avait l’intention de poursuivre des études privées pendant sa saison de 16 ans. Il avait envisagé le programme de l’école Rothesay au Nouveau-Brunswick avant d’être échangé en Outaouais. Parce qu’il est un joueur québécois, Milo Roelens serait admissible à un rappel avec les Olympiques même s’il joue en Ontario.

Plusieurs blessures

La saison n’est pas encore commencée, mais l’infirmerie des Olympiques déborde avec trois patients qui évoluent à la défensive et un autre en attaque. Les défenseurs Chris McQuaid et Braeden Virtue pourraient rater le début de la saison régulière alors que David Aebischer est tenu à l’écart du jeu de manière préventive. McQuaid n’est pas attendu avant le mois d’octobre. Il récupère toujours à la suite d’une opération au bas du corps. Virtue est attendu d’ici deux à quatre semaines. Ben Allison, blessé à un pouce, en a encore pour un mois avant de revenir au jeu. En incluant les joueurs blessés et ceux qui sont partis à des camps de la LNH, les Olympiques ont deux gardiens, cinq défenseurs et 11 attaquants en santé pour leur prochain match hors-concours à Boisbriand vendredi.