De tous les joueurs qui ont participé au Championnat mondial junior en République tchèque, le Suisse David Aebischer a obtenu le meilleur différentiel à +7. Le défenseur a aussi amassé six passes en cinq matches.
De tous les joueurs qui ont participé au Championnat mondial junior en République tchèque, le Suisse David Aebischer a obtenu le meilleur différentiel à +7. Le défenseur a aussi amassé six passes en cinq matches.

Aebischer est de retour et en mission

La date limite des transactions est passée dans la LHJMQ. Pour la première fois en deux ans et demi, le Gatinois Charles-Antoine Roy n’était pas dans les parages des Olympiques de Gatineau.

À 20 ans, le capitaine va tenter d’inscrire son nom sur la coupe du Président avec le Phoenix de Sherbrooke.

Les Olympiques ont perdu leur meilleur franc-tireur. Roy menait l’équipe avec 22 buts. Le plus rapide patineur du club est parti, mais les Gatinois pouvaient se consoler. Leur meilleur défenseur, David Aebischer, était de retour après avoir défendu les couleurs de la Suisse au Championnat mondial junior en République tchèque.

L’arrière-garde de 19 ans a récolté six points en cinq matches avec un différentiel de +7, un sommet parmi tous les joueurs du tournoi. La Suisse a pris le cinquième rang.

Au loin, Aebischer a suivi toute la saga des Olympiques avec intérêt. Il a commencé par voir les images des gradins désertés, puis il a vu la grogne s’emparer des partisans et les démissions de quelques dirigeants.

« Chaque jour, il semblait se passer quelque chose. Je suivais beaucoup notre équipe. Quand j’ai vu aussi peu de partisans pour voir nos matches, ça m’a fait mal au cœur. Les Olympiques ont un club avec beaucoup de tradition. C’était plate pour les joueurs qui se donnent quand même à fond à tous les matches. Après, j’ai vu pas mal de changements et nous avons commencé une séquence de victoires. Ça allait tellement bien tout d’un coup que je me suis dit que je ne savais pas si j’allais revenir. Je ne savais plus s’ils avaient encore besoin de moi ! »

Évidemment, le Suisse plaisantait. Il tenait à revenir à Gatineau pour faire partie de la solution en deuxième moitié de saison.

« Je suis content d’être là et de retrouver les gars. Nous avons une meilleure cohésion dans la chambre que l’an dernier. Individuellement, nous avions de meilleurs joueurs, mais c’était un peu moins des joueurs d’équipe. Cette année, nos joueurs ne sont pas aussi forts sur une base individuelle, mais ils pensent à l’équipe davantage. Je pense que cette cohésion nous a sauvés de la catastrophe. Les anglophones et les francophones s’entendent vraiment bien. Notre club est soudé. C’est ce qui doit être notre force. »

À son premier entraînement mercredi, Aebischer a rapidement constaté que l’ambiance était moins tendue sur la patinoire. Dans sa tête, le défenseur s’est aussi imposé une mission avant de terminer sa carrière dans la LHJMQ.

« Même si nous n’avons pas été très bons à l’entraînement aujourd’hui, il y avait beaucoup de fun sur la patinoire. Maintenant, mon objectif est clair. Il faut faire les séries. Nous pouvons le faire. Gatineau n’a pas raté les séries depuis plus de 30 ans. Il faudra gagner nos matches contre les clubs qu’il faut battre. »

L’année dernière, Aebischer avait joué son meilleur hockey après le Championnat mondial junior. Cette année ne devrait pas faire exception. Il commençait à peine à se mettre en marche après avoir été blessé dans le dernier match hors-concours. Il a pris part à seulement 18 des 39 matches (13 points) du club, mais il reste 29 matches à la saison, puis en République tchèque, il a été le défenseur le plus utilisé de la Suisse avec une moyenne de 21-22 minutes par match.

« Je suis content de mon tournoi. Nous avons battu la Finlande, les champions du monde en titre. Ça s’est compliqué contre les Russes dans la phase éliminatoire parce que nous avons pris trop de punitions, mais là, je suis ici et je suis vraiment excité d’aider les boys à gagner des matches. Il en reste beaucoup à jouer. Tout est possible. »

+

MacDonald ne viendra pas

Soumis au ballottage de la LHJMQ par le Titan d’Acadie-Bathurst et réclamé par les Olympiques mardi, Anderson MacDonald ne viendra pas à Gatineau.

Les deux camps n’ont pas pu s’entendre sur les termes d’un contrat dans les 24 heures requises. Le Titan a n’a pas conservé l’attaquant de 19 ans sur sa liste de protection.

MacDonald, un ancien choix de première ronde qui avait marqué 29 buts dans la LHJMQ à 16 ans, est donc devenu un agent libre. Les autres clubs du circuit Courteau ont jusqu’au 10 janvier pour le mettre sous contrat.

Marc Saumier, directeur des opérations hockey par intérim des Olympiques, a indiqué qu’il ne parlerait plus du dossier MacDonald sur la place publique. Le joueur a récemment eu recours au programme d’aide de la LHJMQ afin de régler un problème d’ordre personnel.

Boivin et Milo Roelens restent

Les Olympiques ont profité de la date limite des transactions dans la LHJMQ lundi pour confirmer les places de Tyler Boivin et Milo Roelens jusqu’à la fin de la saison.

Boivin, acquis des Tigres de Victoriaville en échange d’un choix de 9e ronde, a récolté trois points à ses six matches d’essai. L’attaquant franco-ontarien de 19 ans a aussi retenu l’attention des entraîneurs en raison de sa fougue.

Milo Roelens, 16 ans, aura quant à lui l’occasion de jouer dans la même équipe que son frère Métis (19 ans) pendant au moins une demi-saison.

Les Gatinois ont payé deux choix de troisième ronde pour l’obtenir des Eagles du Cap-Breton.

Il a déjà participé à neuf matches des Olympiques (un point). Il avait récolté 38 points en 22 matches avec l’Académie canadienne et internationale de Rockland au niveau midget AAA.

Des nouveaux à l’entraînement

Acquis à la date limite des transactions lundi, les attaquants Evan MacKinnon (Bathurst), Samuel Fortier (Sherbrooke) et le gardien Tommy Da Silva (Saint-Jean) ont participé à un premier entraînement avec les Olympiques mercredi.

Membre de l’Intrépide de Gatineau, Fortier est surtout venu se familiariser avec ses éventuels coéquipiers. Blessé à une cheville, Adam Capannelli est aussi venu faire un tour à Guertin pour faire évaluer son état de santé.

L’attaquant de 20 ans prévoit un retour au début de février. À 16 ans, il avait été le quatrième compteur de la Ligue midget AAA, à peine deux points derrière Maxim Trépanier.

Blessé à Shawinigan vendredi, Vincent Martineau n’était pas sur la glace, mais Manix Landry était là même s’il ne pouvait prendre de contacts.