Il aurait préféré poursuivre son développement dans une ligue profesionnelle à 19 ans, mais le contrat de la LNH de Vitalii Abramov ne lui donnait pas le choix de revenir avec les Olympiques.

Abramov rentre à Gatineau

Secoué. Désillusionné. Vivement déçu.
Malgré ses états d'âme, Vitalli Abramov n'aura pas eu à réfléchir très longtemps à son avenir après avoir été retranché par les Blue Jackets de Columbus mercredi.
Jeudi après-midi, il a appelé les Olympiques pour leur dire qu'il rentrait au bercail pour une troisième saison. Son plan d'aller jouer dans une ligue professionnelle finlandaise n'était pas vraiment envisageable. Le règlement de la LNH est clair envers les joueurs repêchés à partir de la Ligue canadienne de hockey (LCH). Sous contrat avec les Blue Jackets qui l'ont sélectionné en troisième ronde du repêchage de 2016, Abramov devait revenir dans la LCH à 19 ans.
La période d'incertitude est donc terminée. « Abracadabramov » sautera dans un avion vendredi pour aller rejoindre ses coéquipiers à Québec. Ceux-ci seront en action à Rimouski vendredi soir avant de jouer à Québec samedi après-midi. Directeur des opérations des Olympiques, Alain Sear ne savait pas si son joueur vedette allait pouvoir se pointer à temps à Rimouski ou s'il allait rester à Québec.
« Nous attendons ses papiers de transfert de la Fédération internationale de hockey sur glace. Ça doit être fait chaque fois qu'un Européen est retranché par son équipe de la LNH pour venir jouer dans une ligue nord-américaine. Ses chances de jouer sont de 50-50. »
Qu'il enfile l'uniforme Noir et Blanc en fin de semaine ou non, la décision d'Abramov a soulagé la direction de l'équipe au plus haut point. Les partisans s'en réjouiront aussi.
Pour une deuxième journée consécutive, Abramov n'a pas répondu à nos demandes d'entrevues. Ses agents non plus, mais sous le couvert de l'anonymat, un membre de son entourage a fait savoir au Droit que la décision du joueur n'a pas été difficile à prendre.
« Dans le fond, il n'avait pas le choix. Il est rendu trop près de Columbus pour tout foutre en l'air. »
Les Blue Jackets, c'est connu, souhaitaient qu'il retourne dans les rangs juniors afin qu'il obtienne des responsabilités maximales au sein d'une équipe de hockey. De plus, les « Jackets » auraient été dans l'obligation de modifier le contrat de leur espoir pour lui permettre d'évoluer dans un autre club professionnel.
Difficile de savoir dans quel état d'esprit l'attaquant russe se présentera dans le vestiaire des Olympiques. Selon Alain Sear, le clan Abramov est content du dénouement de l'histoire.
« Nous avons concocté un plan bien précis avec ses agents pour l'aider à atteindre le prochain niveau. Son clan a aimé notre plan. Pour nous, la meilleure chose pour Vitalii, c'était qu'il revienne dans le hockey junior. C'est une excellente nouvelle. Nous l'attendons avec impatience », a noté Sear.
Un échange bientôt ?
Appelé à se prononcer sur le revirement de situation rapide dans la décision d'Abramov, Sear a avancé que son joueur « n'avait pas beaucoup d'avenues avec les règles en place. » Sans avoir parlé à Abramov jeudi après-midi, Sear s'attendait à ce qu'il devienne le meneur incontesté de son club. « Jouer dans la LCH à 19 ans, ça n'a pas de prix. C'est une ligue extraordinaire. Vitalii a encore des choses à accomplir. »
Quant à savoir s'il va les accomplir à Gatineau ou ailleurs dans la ligue où il est fortement courtisé, Sear a dit qu'il s'agissait d'un « dossier pour un autre jour. »
Quatre clubs aspirants au championnat de la LHJMQ seraient à ses trousses, mais pour l'instant, les Olympiques veulent tout simplement profiter de la présence du joueur le plus utile du circuit.
À Rimouski et Québec
L'entraîneur-chef Éric Landry voudrait bien miser sur le meilleur compteur de la LHJMQ pour son duel contre l'Océanic de la jeune merveille Alexis Lafrenière. L'Océanic a divisé les honneurs de son premier week-end, mais n'a marqué que deux buts en deux matches. Âgé de 16 ans, Lafrenière a déjà récolté le premier point d'une carrière qui s'annonce prolifique. Samedi, les Olympiques s'arrêteront à Québec où les Remparts ont gagné leurs deux premières parties.
Une défensive impitoyable selon Thompson
La saison des Olympiques n'est vieille que de quatre périodes qu'un constat s'impose déjà.
Ils vont causer des ennuis à bien des équipes offensives cette saison. D'abord, ils ont limité l'équipe classée #2 au Canada à un but en temps réglementaire dans une défaite de 2-1 en prolongation à Victoriaville. Puis, dans un match interrompu par le brouillard, ils tiraient de l'arrière 1-0 après 20 minutes contre l'équipe #5 au Canada, mais l'Armada de Blainville-Boisbriand avait été limitée à trois maigres tirs au but.
Admissible à un retour au jeu vendredi à Rimouski après avoir purgé une suspension de « deux matches », le vétéran défenseur Will Thompson a été impressionné par ce qu'il a vu du haut de la passerelle dans les quatre premières périodes de jeu de son équipe.
« Notre énergie sur la patinoire, notre engagement envers le jeu défensif, la qualité de notre brigade défensive. Ce sont des choses qui m'ont sauté aux yeux. Nous avons beaucoup travaillé sur le marquage des joueurs adverses dans les entraînements et ç'a porté fruit. C'est toute l'équipe qui vient en appui aux défenseurs. »
Défensivement et devant le filet, les Olympiques savent qu'ils ont peu à envier aux meilleures formations de la LHJMQ cette saison. Le problème, c'est qu'en l'absence de Vitalii Abramov, l'équipe gatinoise manquait de mordant offensif. Après quatre périodes et les poussières d'une prolongation, seul Shawn Boudrias a compté un but.
« Nous savons tous que nous n'aurons pas une équipe aussi offensive que la saison dernière, a reconnu Thompson. C'est la raison pour laquelle il faudra se concentrer sur nos forces. Le jeu défensif va nous permettre de gagner des matches. Nous avons limité les Tigres à 12 tirs dangereux et l'Armada a eu de la difficulté à se rendre à notre gardien », a dit le défenseur de 20 ans.
Ce dernier estime que le retour de Ron Choules parmi les entraîneurs des Olympiques n'est pas étranger au resserrement du jeu défensif. Choules appuyait Benoît Groulx en 2015-16 quand les Olympiques ont mené la ligue pour les buts contre. À Shawinigan, l'an dernier, les Cataractes ont aussi connu du succès.
« Ron a beaucoup d'expérience avec la position défensive. Il nous force à être responsables. Il est bon avec les jeunes et ses trucs fondamentaux aident énormément. »
Thompson n'a pas joué un match officiel depuis qu'il a été chassé pour une mise en échec à la tête dès le début du septième match de la série au Cap-Breton en avril. Il sera donc heureux de pouvoir disputer deux matches en deux jours à Rimouski et Québec ce week-end. « Je suis excité. Le camp d'entraînement a été très long et j'ai l'impression d'attendre mon retour au jeu depuis une éternité. Ma suspension est arrivée au mauvais moment. »
Nouvel Ontarien
Les Olympiques ont fait signer un contrat à l'Ontarien Giordano Finoro jeudi. Âgé de 19 ans, il a évolué avec les Colts de Barrie depuis deux saisons. Petit joueur rapide et intense, il a récolté 23 points en 58 matches la saison dernière. Il rejoindra les Olympiques mardi à Guertin.