Alex Breton et Gabriel Bilodeau ont eu la lourde tâche de surveiller le premier trio explosif des TIgres vendredi soir, mais ils n’y pouvaient rien sur ce but marqué à cinq contre trois en première période.

Abramov fait son spectacle

VICTORIAVILLE — Vitalii Abramov a été clair cette semaine. Il est membre à part entière des Tigres de Victoriaville maintenant et il a les yeux rivés sur la coupe du Président.

Et ce n’est pas parce qu’il affronte l’équipe qui l’a attiré dans la LHJMQ qu’il va se retenir. Vendredi soir, à l’ouverture des séries contre les Olympiques dans un Colisée Desjardins bondé de 2926 spectateurs, il a été incisif.

Il a marqué deux buts et ajouté deux passes pour guider les Tigres à une victoire facile de 7-2.

« C’est un très bon départ. Il faut continuer », a dit la première étoile de la rencontre.

Questionné à savoir s’il avait trouvé bizarre d’aller à la guerre contre ses anciens compagnons d’armes quand la première rondelle a été déposée, le Russe a mentionné que c’était spécial pour lui de jouer contre sa première équipe canadienne.

« Mais je veux gagner et comme je joue pour les Tigres, c’est pour eux que je veux gagner. »

L’entraîneur-chef Éric Landry a eu beau essayer d’envoyer Alex Breton et Gabriel Bilodeau pour surveiller le trio d’Abramov complété par Maxime Comtois et Ivan Kosorenkov, mais son opposant Louis Robitaille avait l’avantage d’avoir le dernier changement.

Quand les deux défenseurs allaient se reposer un peu, Robitaille dépêchait son gros trio sur la patinoire et les Gatinois en ont payé le prix presque chaque fois.

Maxime Comtois a terminé le match avec deux buts pendant que Kosorenkov a touché la cible une fois en plus de préparer trois buts.

« Il faudra faire encore plus attention dans nos changements dans le prochain match. Victo a fait du bon travail. Il faudra réviser notre stratégie », a lancé Éric Landry.

De son côté, Louis Robitaille disait avoir lu dans Le Droit que Breton était prêt à jouer 36 minutes par match et qu’il devait en tenir compte.

« S’il est prêt à le faire, c’est sûr que nous devons aussi faire attention. C’est un des meilleurs défenseurs de la ligue. Il faut tirer profit de notre avantage de la glace. À Gatineau, ça sera différent. »

Jamais dans le coup

Les Olympiques n’ont pas offert une grande résistance aux Tigres dans ce premier match éliminatoire. Après la première période, les locaux avaient l’avantage 16-1 dans les tirs au but et menaient 2-0 au pointage. Les Gatinois avaient aussi donné quatre avantages numériques aux locaux dont un cinq contre trois qui a permis à Maxime Comtois d’ouvrir la marque.

« Nous avons été très indisciplinés. Le plan de match était de ne pas prendre de punitions. Nous avons fait l’opposé. La ligne est mince entre l’intensité et l’indiscipline », a dit Landry au sujet de son équipe qui s’est tirée dans le pied dans cette première période.

Bombardé de toutes parts, Tristan Bérubé a limité les dégâts jusqu’en troisième période. Il a été déjoué par Justin Paré et Ivan Kosorenkov dans la période médiane. Gabriel Bilodeau a assuré la riposte des Olympiques dans cette période grâce à un puissant tir qui a déjoué Étienne Montpetit.

Le ciel est tombé sur la tête des visiteurs en troisième période avec des buts rapides de Comtois, Abramov et Dominic Cormier. À 7-1, Bérubé à céder sa place à Creed Jones qui a bien fait en repoussant les 10 derniers tirs des vainqueurs, qui ont dominé le match 45-17 à ce chapitre.

Boudrias blessé

Anthony Beauchamp a ajouté le deuxième but des Gatinois dans la cause perdante. La défaite a été assez cinglante pour les hommes d’Éric Landry, qui devront se relever dès samedi soir et possiblement sans leur meilleur compteur, Shawn Boudrias. Ce dernier a quitté le match en deuxième période et n’est pas revenu au jeu.

« Nous allons évaluer sa situation d’ici le prochain match et voir où il en est », a indiqué Landry.

« À MINUIT, TOUT SERA OUBLIÉ ET ON RECOMMENCE » — BRETON

VICTORIAVILLE — Si les Tigres voulaient s’assurer de ne pas donner d’espoir aux Olympiques d’amorcer une séquence victorieuse, ils pouvaient difficilement faire mieux vendredi soir.

Ils n’ont donné aucune chance aux Olympiques dans un match qu’ils ont dominé de A à Z. Comment rebondir après avoir encaissé une telle raclée ?

« Il faut appliquer la règle de minuit. Les Tigres ont gagné, c’est beau, mais à minuit, tout sera oublié et on recommence. C’est un nouveau jour. Il faut revenir à la base », a dit le capitaine Alex Breton qui a passé plus de la moitié du match sur la patinoire. Il a quand même eu suffisamment d’énergie pour empêcher les Tigres de marquer à forces égales. Il a aussi récolté une passe sur le but d’Anthony Beauchamp.

Breton ne voulait pas baisser les bras même si les Tigres ont sorti les griffes dans le premier match de la série.

« Il faut éviter les punitions, ça, c’est certain. »

L’entraîneur-chef Éric Landry se disait convaincu que ses joueurs pouvaient mieux faire dans le deuxième duel samedi soir.

« Nous avons nous-même créé leurs occasions de marquer. Ce n’est pas le moment de changer le système de jeu que nous avons mis en place pendant une saison. La première chose que nous devons faire, c’est de rentrer dans leur zone. Nous avons occasionné des revirements à leur ligne bleue et même dans notre zone où nous avons passé beaucoup trop de temps parce que nous avons fait des erreurs d’exécution et de prise de décision. »

Landry croit aussi que ce premier match éliminatoire aura servi de leçon pour plusieurs recrues. « La nervosité, c’était une chose normale pour nos joueurs. Quand on regarde notre alignement, il n’y a pas beaucoup de joueurs d’expérience. Ce premier match est de côté maintenant. La bonne chose, c’est que nous pouvons juste être mieux dans le prochain match. »

La rencontre s’est terminée dans le tumulte, ce que l’entraîneur des Tigres n’a pas apprécié. « Ils ont essayé d’attaquer à nos meilleurs  joueurs dans ce match. Il fallait s’assurer de les faire payer en profitant de leur indiscipline. »