Vitalii Abramov aidera les Olympiques tant et aussi longtemps que le DG Alain Sear n’aura pas son prix pour le sacrifier dans un échange qui lui permettrait de regarnir sa banque de choix au repêchage.

Abramov est toujours sur le marché

Le début de saison plus qu’intéressant des Olympiques de Gatineau est en train de créer des espoirs chez les partisans du club.

Dans une saison où il n’y a pas d’équipe clairement établie comme favorite dans la LHJMQ, les Olympiques pourraient-ils surprendre tout le monde et conserver les services du joueur le plus utile du circuit ? En deux matches depuis son retour du camp des Blue Jackets de Columbus, Vitalii Abramov a déjà amassé cinq points dans deux victoires éclatantes des Olympiques.

Ceux qui espèrent voir le magicien russe terminer sa carrière junior dans l’uniforme des Olympiques devront toutefois tempérer leur enthousiasme. Abracadabramov demeure sur le marché selon le directeur des opérations hockey, Alain Sear.

« Je ne me laisserai pas distraire par le bon départ de notre équipe. Nous avons un plan en place et nous allons l’appliquer. Notre objectif est de bâtir une équipe championne à partir du repêchage. Nous voulons regarnir notre banque de choix. C’est notre priorité. Avoir un bon petit club, c’est intéressant, mais ce n’est pas ce qu’on veut vraiment. Nous voulons avoir un club qui va se rendre loin », a-t-il laissé entendre jeudi.

Prix à la baisse

Avec les retours de German Rubtsov à Chicoutimi et d’Abramov à Gatineau, ça fait deux Européens de premier plan dans des clubs en transition qui peuvent être transigés au plus offrant à tout moment. Au départ, Bathurst semblait une destination de choix pour un des deux surdoués puisque le Titan n’avait pas de joueur européen cette année, mais il paraît que ses deux joueurs « importés » vont rentrer au bercail d’ici peu.

Avec un acheteur de moins, les prix pour Rubtsov et Abramov pourraient chuter. Là-dessus, Alain Sear n’est pas nécessairement d’accord.

« Abramov est le meilleur joueur de la ligue. Si tu veux gagner dans cette ligue, il te faut le meilleur joueur dans ton club. »

Sear ajoute qu’il n’a pas eu de discussions avec ses homologues depuis le retour d’Abramov de Columbus, mais qu’il n’a pas l’intention de réviser ses prix à la baisse.

« Si nous n’obtenons pas la juste valeur pour Abramov ou tout autre joueur, nous allons le garder. Abramov a fait la différence pour nous depuis son retour. Il ferait la différence pour n’importe quelle équipe. C’est un membre important de notre organisation. Il nous aide à gagner des matches et à faire progresser nos jeunes. Nous voulons le garder le plus longtemps possible, mais si le prix est bon, nous allons faire ce que nous devons faire. L’an dernier, Pierre-Luc Dubois a été échangé juste avant le Championnat mondial junior. »

Le message d’Alain Sear est clair. Pas question de garder Abramov simplement pour franchir une une ronde ou deux dans les séries. Il vise un grand chelem.

« Ce que nous voulons cette année, c’est de faire grandir nos jeunes de 17 et 18 ans et de les entourer de joueurs capables de leur montrer le chemin. C’est pour ça que nous sommes allés chercher Darien Kielb à Québec et Giordano Finoro en Ontario. C’est pour ça que je viens de passer trois jours à Sudbury. C’est pour ajouter de l’aide à notre club sans sacrifier de choix au repêchage. »

Les partisans qui espéraient voir les Olympiques se diriger vers la coupe du Président avec Abramov devront donc savourer les prouesses du #11 pendant qu’il est encore à Gatineau. Même si Éric Landry a rassemblé une équipe prometteuse sur la glace, Abramov pourrait partir à tout moment.