Pour son anniversaire de 18 ans vendredi, les Generals d’Oshawa ont offert un départ à leur gardien recrue Zachary Paputsakis chez lui à Ottawa. Le gardien de Rockland va affronter les 67’s à son quatrième départ en carrière dans la Ligue de l’Ontario. Il n’a pas encore subi la défaite en temps réglementaire.

67's: un duel Paputsakis contre Andrée

Le hasard fait parfois bien les choses.

Les Generals d’Oshawa visiteront les 67’s d’Ottawa vendredi soir à la Place TD. Ça tombe plutôt bien parce qu’ils ont l’intention de confier la garde de leurs filets à Zachary Paputsakis, une recrue de Rockland qui fêtera justement ses 18 ans vendredi.

Mieux, les spectateurs auront droit à un phénomène rare : une confrontation entre gardiens franco-ontariens ! Même si Cédrick Andrée était à Kitchener jeudi soir avec l’équipe ontarienne dans le cadre de la série Canada-Russie, les 67’s ont indiqué que le gardien d’Orléans serait leur partant.

« Je ne sais pas si les Generals m’ont fait un cadeau parce que c’est ma fête ou parce que nous jouons à Ottawa, mais ils m’offrent une occasion de réaliser un rêve d’enfance en jouant un match de la Ligue de l’Ontario (LHO) chez nous. J’ai aussi bien joué depuis le début de la saison. Je suis très excité à l’idée d’affronter Cédrick Andrée. Je le connais peu, mais il a fait ses preuves dans la ligue et j’aurai l’occasion de me comparer à un gardien établi », a-t-il dit à son arrivée à l’hôtel avec les Generals jeudi soir.

Choix de cinquième ronde des Generals en 2017, Paputsakis avait 16 ans quand il a joué dans la région pour la dernière fois. Au printemps 2018, il avait fait partie de l’équipe championne des Vikings de Casselman dans la Ligue junior B de l’Est ontarien.

À 17 ans, il s’était rendu au New Hampshire pour jouer avec l’équipe du Kimball Union Academy. Les Generals l’ont toutefois convaincu de se joindre à eux en lui offrant une bourse d’études complète.

« Je suis allé joué dans un prep school l’an dernier parce que je n’étais pas certain de pouvoir me tailler un poste avec les Generals à ce moment-là. J’ai pu me développer aux États-Unis, mais je ne cacherai pas que mon but était de jouer un jour avec les Generals quand ils m’ont repêché. Cette année, ils m’ont offert un bon contrat et je suis convaincu que j’ai pris la bonne décision. C’est une des bonnes organisations de la ligue. Ils traitent bien leurs joueurs. C’est aussi mon année de repêchage. Je rêve de jouer dans la LNH et je pense être à la meilleure place pour que ça arrive. »

Vendredi, Paputsakis en sera seulement à son quatrième départ dans la LHO, mais il faut dire qu’une entorse à la cheville dans le dernier match intra-équipe du camp d’entraînement a ralenti sa rentrée dans l’alignement.

« J’ai raté tous les matches hors-concours. Ce n’est pas la façon que je voulais commencer ma saison. Ça arrive. Il faut vivre avec, mais j’avais pris du retard sur les autres. Les Generals ont voulu m’intégrer graduellement. Ils m’ont placé dans des situations pour connaître du succès afin de bâtir ma confiance. Ils ne m’ont pas fait jouer contre de gros clubs en partant, mais j’ai pris de l’assurance maintenant. »

En trois départs, tous sur la route, Paputsakis n’a pas subi la défaite en temps réglementaire. Le gardien de 6’3’’ a gagné contre Hamilton et Kingston et il a perdu un match en tirs de barrage à son deuxième match contre Hamilton. Il a aussi fait trois présences en relève à Andrew MacLean. Sa moyenne se situe à 2,36 buts alloués par match avec un pourcentage d’arrêt de ,910.

Duel au sommet

Vendredi, les Generals (12-3-1) et les 67’s (12-4-0) vont jouer pour le premier rang de la division Est.

Pour la première fois de la saison, il aura le défi d’affronter un club avec une fiche gagnante.

« Ça se passe comme je le voulais. Je suis une recrue. Je dois gagner mes galons et chaque fois qu’on me donne une chance, je dois montrer ce que je peux faire. Les 67’s vont représenter un bon test. Je ne suis pas nerveux. Je suis surtout excité. J’ai eu plusieurs textos d’amis qui disent qu’ils vont venir voir le match. J’ai hâte. »