Iaroslav Likachev a ouvert la marque en sautant sur un retour de Manix Landry en première période. Les Olympiques ont vaincu les Remparts de Québec 5-1 vendredi soir au centre Robert-Guertin.

5-1 contre les Remparts: Darien Kielb coule son ancien club

À part quelques arrêts spectaculaires du gardien Carmine Pagliarulo, les quelque 3000 spectateurs qui s’étaient déplacés au centre Robert-Guertin vendredi soir n’avaient pas eu beaucoup à se mettre sous la dent jusqu’en début de troisième période.

Mais les unités spéciales ont animé la soirée dans le dernier vingt. Darien Kielb, un ancien des Remparts de Québec, s’est fait plaisir en brisant une égalité de 1-1 pendant un désavantage numérique. Giordano Finoro a ajouté un but 26 secondes plus tard pendant une pénalité à retardement et ce même Kielb a donné un coussin de trois buts aux Olympiques pendant un avantage numérique en route vers une période de quatre buts sans riposte. Les Gatinois ont ainsi eu raison des Diables rouges par la marque de 5 à 1.

Le but gagnant de Kielb a habilement été préparé par Pier-Olivier Roy, natif de Lac-Etchemin. La recrue de 16 ans a profité d’un espace libre dans le coin de patinoire pour y lancer solidement la rondelle. Le bond favorable a été saisi par le défenseur des Olympiques qui a pu décocher un tir sur réception pour tromper la vigilance de Pagliarulo.

« J’ai vu le jeu se dessiner. J’ai vu que la rondelle était libre et que j’avais le temps d’y aller d’un solide lancer frappé », a dit celui qui a permis aux Olympiques de mettre fin à une séquence de cinq défaites consécutives.

Si la deuxième période avait donné lieu à un spectacle de « Pag », la troisième a été celle de Rémi Poirier, qui a eu à se signaler à plus d’une reprise pour conserver l’avance acquise par les locaux en troisième période. Le gardien des Olympiques a repoussé 28 tirs des Remparts. Pagliarulo a affronté 28 tirs. William Basque a complété la marque dans une cage déserte.

Iaroslav Likhachev avait ouvert le pointage pour les Olympiques en première période. Philipp Kurashev lui avait assuré une réplique rapide en ayant recours à une feinte qui a déculotté Poirier.

Après le match, l’entraîneur-chef Patrick Roy n’avait pas trouvé son club bien impressionnant malgré une bonne première période.

« Je ne sais pas si le dernier match contre Gatineau à Québec la semaine dernière a joué dans la tête de nos joueurs. Nous avions largement dominé. Nous sommes arrivés ici avec trois victoires en ligne. Nous étions sur une bonne séquence. Nous avions bien commencé le match, mais nous n’avons pas été capables de prendre l’avance. Les Olympiques ont travaillé plus fort que nous en deuxième période. En troisième, la rondelle avait des yeux pour eux. »

Même si la majorité de ses amis qui étaient avec les Remparts lors de sa première saison sont partis, Kielb avoue que ça fait toujours un velours de vaincre son ancien club.

« Battre son ancien club, c’est toujours spécial, surtout quand tu arrives à contribuer à la feuille de pointage. Les unités spéciales ont fait la différence pour nous. Nous n’avons pas trop contrôlé le jeu en première période, mais nous nous sommes réveillés en deuxième. La troisième période, il faudrait toujours jouer comme ça. »

Face au club qu’il adulait dans son enfance, Pier-Olivier Roy a complété son match avec deux points. Si son jeu sur le but vainqueur semblait avoir été planifié, il a toutefois admis que la chance avait joué de son côté.

« J’avais vu l’espace libre pour envoyer la rondelle. Je ne savais pas que le bond allait aboutir sur la palette d’un de nos joueurs ! Dans les entraînements, j’envoie des rondelles dans les coins alors je savais quand même où la rondelle allait se retrouver avec la force utilisée. »

Le premier choix des Olympiques en 2018 va se souvenir longtemps de cette victoire où il a joué un rôle clé sur deux buts.

« Les Remparts, c’est l’équipe que je suivais quand j’étais jeune. C’est toujours plaisant de les affronter, surtout avec Patrick Roy derrière le banc. »

Les Olympiques se rendront maintenant à Drummondville dimanche pour se mesurer au club qui vient de mettre fin à la séquence de 25 victoires consécutives des Huskies de Rouyn-Noranda.

+

Les 67’s l’emportent haut la main à Kingston

Meneurs du classement général de la Ligue de l’Ontario, les 67’s d’Ottawa n’allaient pas se faire jouer le même tour deux fois à Kingston. Défaits par le pire club à leur dernier passage au Leon’s Center le 22 février, les 67’s ont remis les pendules à l’heure avec une victoire convaincante de 5-0 vendredi soir.

De retour dans l’alignement après avoir regardé quelques matches à partir des gradins, la recrue de 16 ans Cameron Tolnai a inscrit un but en plus d’ajouter une passe sur celui de Samuel Bitten. Quinn Yule, Graeme Clarke et Austen Keating ont aussi déjoué Marshall Frappier et Brendan Bonnelo. Les gardiens des Frontenacs (14-49-2) ont affronté 30 tirs.

De son côté, Cédrick Andrée a bloqué 19 lancers pour récolter son quatrième jeu blanc de la saison dans sa 32e victoire, qui le place à égalité avec Petr Mrazek au troisième rang de l’histoire des 67’s pour le plus grand nombre de victoires dans une saison. Les 67’s (47-11-5) vont terminer leur week-end avec deux matches consécutifs contre les Generals d’Oshawa samedi après-midi à la Place TD et dimanche soir au Tribute Communities Centre.

Le match de samedi sera présenté au réseau Sportsnet.

Les Ravens au championnat canadien

Les Ravens de Carleton vont participer au championnat canadien de hockey universitaire la semaine prochaine à Lethbridge, en Alberta. Ils ont obtenu le dernier laissez-passer ontarien vendredi soir en gagnant le match de la médaille de bronze de l’OUA 3-0 contre l’Université Western.

Le gardien gatinois François Brassard a réalisé 40 arrêts pour inscrire le blanchissage. Cette semaine, il avait justement hérité du titre du gardien de l’année dans la conférence de l’Est. Il a aussi été sélectionné dans la première équipe d’étoiles. Son coéquipier Alexandre Boivin, d’Orléans, a fait sa place dans la deuxième équipe d’étoiles.

Toujours à Carleton, Jacob Smith a reçu le titre de la recrue de l’année en plus d’être choisi dans l’équipe d’étoiles des recrues tout comme le Gatinois Yvan Mongo des Gee Gees de l’Université d’Ottawa. Après avoir mené son club à un dossier de 22-2-4, Patrick Grandmaître a été nommé l’entraîneur-chef de l’année.

Toujours chez les Gee Gees, Kevin Domingue (première) et Cody Drover (deuxième) ont été sélectionnés dans les équipes d’étoiles.