Olympiques

Landry 2, crue des eaux 0

Le combat contre les éléments de la nature a été deux fois plus long qu’en 2017, mais pour la deuxième fois de suite, le clan d’Éric Landry a signé une victoire.

Même si la rivière des Outaouais est sortie de son lit pour entourer sa maison du boulevard Hurtubise, l’entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau a été épargné des infiltrations d’eau grâce à un plan de match à toute épreuve. Il faut dire que son « système de jeu » avait été perfectionné à partir de l’expérience des inondations d’il y a deux ans.

Sans intervention, son rez-de-chaussée aurait été submergé par au moins 6-8 pouces d’eau.

« La dernière fois, nous n’avions pas eu une seule goutte d’eau dans la maison, mais nous avons tiré des leçons de cette épreuve pour être encore plus efficaces cette fois-ci. Nous étions équipés pour résister à une autre augmentation de 50 autres centimètres du niveau de l’eau. Finalement, la crue des eaux s’est arrêtée à deux centimètres du record de 2017 chez nous », a dit celui qui n’a pas chômé pour sauver sa maison dans le dernier mois.

Loin de baisser sa garde, Landry voit toutefois la lumière au bout du tunnel. Mardi soir, pour la première fois en deux semaines, il a pu circuler en Jeep pour sortir de sa résidence avec de l’eau qui arrivait à ses portières. Auparavant, il fallait utiliser la chaloupe pour les déplacements de la famille.

Malgré le stress et les énergies dépensées pour préserver l’investissement le plus important de sa vie, Éric Landry trouvait le moyen d’en rire mercredi midi lors de la visite du Droit.

Hockey junior

Maxim Trépanier explose à Halifax

Déjà bien nantis pour viser la coupe du Président et la coupe Memorial en 2019, mais aussi en 2020, les Mooseheads de Halifax n’ont fait qu’une seule transaction majeure après le dernier congé de Noël.

Ancien joueur des Olympiques de Hull devenu directeur général à Halifax, Cam Russell est venu puiser chez son alma mater en versant un choix de premier tour ainsi que le Gatinois William Dagenais afin d’ajouter Maxim Trépanier (et un choix de quatrième ronde), le morceau manquant à son casse-tête.

Sports

Hinds, meilleur espoir de l’Outaouais

Le centre de soutien au recrutement (CSR) de la LHJMQ a publié la liste finale de ses meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage qui se tiendra à Québec le 8 juin prochain et 25 joueurs de la région outaouaise ont vu leurs noms y apparaître.

Du groupe, Tyson Hinds se trouve au sommet de la liste des joueurs locaux.

Le défenseur de l’Intrépide de Gatineau midget AAA est considéré comme le 37e espoir (le premier de la troisième ronde) sur l’outil de référence soumise par le CSR.

Cinq autres hockeyeurs de la région ont percé les cinq premières rondes de la liste, dont le gardien Emerick Despatie, classé en troisième ronde au 51e rang, mais ce membre de l’Intrépide midget espoir est considéré comme le troisième meilleur gardien disponible à la prochaine séance de sélection du circuit Courteau derrière Jacob Goobie de Halifax et William Rousseau de Trois-Rivières.

Hockey junior

Groulx de retour avec les Mooseheads

Plus les séries avancent, plus les défis sont grands.

C’est donc avec soulagement que les Mooseheads de Halifax ont accueilli des munitions supplémentaires dans leur duel contre les Voltigeurs de Drummondville mardi. Benoît-Olivier Groulx est revenu au jeu après avoir raté les 13 premiers matches des séries de la LHJMQ afin de soigner une mononucléose. Le virus n’aura pas paralysé l’attaquant gatinois aussi longtemps que prévu. 

Sa convalescence n’a duré qu’un mois alors que son compagnon de trio Maxim Trépanier avait été au repos complet pendant trois mois avant de se présenter au camp des Olympiques de Gatineau cet été.

« J’ai vraiment eu peur que ma saison soit terminée quand j’ai eu le diagnostic une journée avant le début des séries. La coupe Memorial était dans deux mois et Maxim m’avait parlé de sa propre expérience... J’étais découragé, mais je suis rentré à la maison et j’ai un oncle qui m’a dit qu’il avait mis seulement un mois pour s’en remettre. Ça m’a redonné espoir. »

Premier choix du repêchage 2016 de la LHJMQ et deuxième compteur des Mooseheads avec 80 points en 65 matches, Groulx a dit qu’il a vu apparaître une bosse sur son cou une semaine avant le dernier match de la saison régulière.

« J’avais moins d’énergie. J’avais mal à la tête. On a fait des tests deux jours avant le début des séries et nous avons eu les résultats le lendemain. Après, tout a déboulé. J’avais mal partout. C’était épouvantable. Je suis rentré à Gatineau et ma mère s’est bien occupée de moi pendant deux semaines et demie, puis je me suis mis à me sentir beaucoup mieux. J’ai fait les démarches pour revenir à Halifax et m’entraîner légèrement, mais il y a eu une rechute. Je pensais pouvoir revenir au milieu de la deuxième ronde au départ, mais il a fallu repousser ça. »

Groulx a finalement effectué un retour dans le troisième match de la série contre les Voltigeurs, une victoire de 2-1 où il n’a pas noirci la feuille de pointage, mais il a inscrit un point dans un gain de 5-2 mercredi. Les Mooseheads mènent maintenant la série 3-1.

À présent, Groulx assure se sentir beaucoup mieux pour attaquer les matches les plus importants de la série demi-finale.

« Il n’y a pas juste moi qui vais mieux. Notre équipe a été hypothéquée par les blessures toute l’année. Ça ne nous a pas lâchés. Nous n’avons jamais été aussi en santé que maintenant. J’ai un match en dessous de la ceinture. J’ai eu de la difficulté dans la première période mardi, mais ce n’était pas à cause des jambes lourdes. Plus ça avançait, mieux ça allait. Je joue avec Arnaud Durandeau et Maxim Trépanier et ça va vraiment bien. Maxim commence à jouer du gros hockey pour nous », a dit Groulx au Droit avant le quatrième de la série mercredi.

Contre les Voltigeurs, il est confronté à son ancien compagnon de trio de l’Intrépide de Gatineau : Xavier Simoneau, limité à une passe après quatre matches dans cette série. Les deux ont peu échangé jusqu’à maintenant.

« On s’est parlé, zéro, à part une fois sur la glace mardi où il m’a demandé comment j’allais. »

Olympiques

Le 4e choix pour les Olympiques

Les Olympiques de Gatineau n’ont pas joué de chance, jeudi soir, lorsqu’on a procédé au tirage au sort, pour déterminer l’ordre de sélection du prochain repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Détenteurs du 15e rang au classement général, au terme de la saison, les Olympiques détenaient deux des 21 boules, dans le boulier.

Ils avaient environ 10 % des chances de gagner et d’obtenir le tout premier choix. Ils parleront finalement au quatrième rang, lors de la séance de sélection qui se déroulera sur le parquet du Centre Vidéotron de Québec, le 8 juin prochain.

Les Sea Dogs de Saint-Jean ont gagné la loterie, grâce au choix de première ronde qu’ils ont acquis ans une transaction avec l’Armada de Blainville-Boisbriand.

Les Foreurs de Val-d’Or et les Wildcats de Moncton compléteront le top-3.

Olympiques

Qui gravera son nom sur la coupe du Président?

Les Olympiques de Gatineau ont été écartés des séries éliminatoires de la LHJMQ dès la première ronde, mais il reste plusieurs batailles intéressantes à suivre pour leurs partisans dans les quarts de finale qui débuteront vendredi.

Vous êtes toujours attachés aux anciens joueurs qui ont fait vibrer le «Vieux Bob»? La série la plus captivante risque d’être celle mettant en vedette l’Océanic de Rimouski aux Screaming Eagles du Cap-Breton. Pas moins de six ex-Olympiques seront impliqués dans ce duel, dont l’ancien capitaine Jeffrey Durocher avec l’Océanic. 

Il ira au front avec l’attaquant Anthony Gagnon et le Gatinois D’Artagnan Joly. Ils avaient été les trois premières sélections des Olympiques au repêchage de 2015. Tristan Bérubé est aussi membre de l’équipe de Serge Beausoleil, qui a balayé les Saguenéens de Chicoutimi au premier tour.

Vainqueur de la coupe du Président et de la coupe Memorial l’an dernier avec le Titan d’Acadie-Bathurst, Mitchell Balmas va unir ses efforts à ceux de Shawn Boudrias pour pousser les Screaming Eagles dans le carré d’as. Les hommes de Marc-André Dumont ont éliminé les Islanders de Charlottetown en six matches après avoir perdu les deux premiers duels.

Ailleurs, deux Gatinois et un Franco-Ontarien d’Orléans vont s’affronter dans une série entre les Huskies de Rouyn-Noranda et les Tigres de Victoriaville. Ainsi, l’ancien capitaine de l’Intrépide de Gatineau Mathieu Gagnon va croiser le fer avec son ancien coéquipier Conor Frenette ainsi que Tyler Boivin. Gagnon a compté un but en quatre matches dans la série plus difficile que prévu des Huskies contre les Cataractes de Shawinigan. Les Tigres ont accédé au deuxième tour grâce à une victoire en prolongation dans le septième match contre les Foreurs de Val-d’Or mercredi soir.

Meilleur compteur parmi les joueurs de l’Outaouais en première ronde, Xavier Simoneau et ses Voltigeurs de Drummondville ont rendez-vous avec le Phoenix de Sherbrooke, qui ont disposé de l’Armada de Blainville-Boisbriand en cinq matches.

Enfin, à Halifax, les Mooseheads se lanceront dans une série contre les Wildcats de Moncton. Ils seront toujours privés des services du Gatinois Benoît-Olivier Groulx, qui soigne une mononucléose. Les deux clubs viennent de sortir de séries de sept matches où ils ont dû remporter leurs deux derniers duels. Les Remparts de Québec menaient leur série 3-2 avant les deux gains à domicile des Mooseheads. Même s’il a raté le premier match en raison d’une blessure au haut du corps, l’ancien Olympique Maxim Trépanier a été le deuxième meilleur marqueur des prochains hôtes du tournoi de la coupe Memorial avec six points.

De leur côté, les Wildcats ont surpris le Drakkar de Baie-Comeau en remportant les deux derniers matches sur la patinoire de l’équipe de la Côte-Nord. Le Drakkar avait récolté 102 points au classement en saison régulière.

En Ontario

Dans la Ligue de l’Ontario, sept joueurs aux racines francophones de la région d’Ottawa ont accédé au deuxième tour éliminatoire.

C’est le cas de Cédrick Andrée, Merrick Rippon et Samuel Bitten des 67’s d’Ottawa ainsi que de Danyk Drouin et Mathieu Franche des Generals d’Oshawa. Jacob Paquette (Niagara) et Jacob LeGuerrier (Sault Ste-Marie) sont aussi dans la course.

Olympiques

«Les ventes de feu sont derrière nous»

Pour la première fois de leur histoire, les Olympiques ont été éliminés au premier tour des séries de la LHJMQ dans un troisième printemps consécutif, mais le directeur des opérations hockey Alain Sear avait une bonne nouvelle à livrer dans son bilan de fin de saison mardi avant-midi.

« Les ventes de feu sont derrière nous. Ça ne veut pas dire que des actifs ne bougeront pas, mais ça veut définitivement dire que la troisième phase est entamée. Celle-ci est une phase de construction et non pas une de reconstruction », a-t-il lancé dans une conférence de presse au centre Robert-Guertin où il était accompagné de l’entraîneur-chef Éric Landry et du président Martin Lacasse.

Olympiques

Gatineau peut-il se passer d’Aebischer ?

La saison 2018-19 des Olympiques de Gatineau fait maintenant partie du passé. Au cours des deux derniers jours, les joueurs sont venus chercher leurs effets personnels. Ils ont rencontré les entraîneurs et subi quelques tests physiques avant de rentrer chacun chez soi.

Le temps des grandes questions est déjà arrivé. Le club devra notamment remplacer son meilleur défenseur avec la fin de la carrière junior de Gabriel Bilodeau. Celui qui a été parachuté dans le rôle du défenseur numéro un avec l’absence de Darien Kielb dans les trois derniers matches de la série contre les Voltigeurs de Drummondville a très bien réagi.

Olympiques

Les Olympiques éliminés en cinq par les Voltigeurs

DRUMMONDVILLE — Ils ont offert le meilleur d’eux-mêmes. Ils ont lutté jusqu’à la fin, mais alors qu’ils étaient déjà privés de trois de leurs quatre meilleurs défenseurs, les Olympiques ont perdu deux autres soldats dans la première période du cinquième match de leur série contre les Voltigeurs à Drummondville vendredi.

Iaroslav Likhachev et Émile Hegarty-Aubin sont allés rejoindre Gabriel Bilodeau, Darien Kielb et Chris McQuaid dans les gradins du centre Marcel-Dionne. Il y a des limites à affronter une puissance de la LHJMQ avec un alignement aussi décimé. Malgré ce net désavantage face à une équipe expérimentée et construite pour gagner la coupe du Président ce printemps, les Gatinois ont fait amende honorable en gardant le match serré pendant deux périodes, mais les Voltigeurs ont explosé avec quatre buts en cinq minutes au début de la troisième période pour l’emporter 6-1 et ainsi expédier les visiteurs en vacances.

Devant 2830 spectateurs en liesse, les Voltigeurs ont enlevé cette série en cinq matches. Les Olympiques subissent ainsi une élimination au premier tour des séries du circuit Courteau dans un troisième printemps consécutif, une première dans la riche histoire de la franchise.

Dans une saison de reconstruction sans précédent où ils ont presque tout liquidé ce qu’ils avaient de valeur sur le marché des transactions, ils ont maintenu une fiche de 10-25-2, séries incluses, à partir de janvier. Toutefois, la souffrance achève. Le meilleur reste à venir pour cette jeune équipe qui a acquis de l’expérience inestimable contre l’une des meilleures formations de hockey junior au Canada.

Éric Landry demeurait fier de ses joueurs après la défaite fatale.

«Notre tâche s’est compliquée quand nous sommes tombés à 10 attaquants en première période. Nous voulions nous assurer d’avoir de l’énergie pendant tout le match, mais nous avons commencé à en manquer dans les deux dernières périodes.»

Les Voltigeurs ont dominé le match 48-12 au chapitre des tirs. Rémy Anglehart et Gregor MacLeod ont finalement déjoué Rémi Poirier en deuxième période.

MacLeod, Maxime Comtois, Joe Veleno et Nicolas Guay ont ajouté les autres buts dans le dernier tiers.

Giordano Finoro a été le seul à déjouer Anthony Morrone pour ramener momentanément le score à 3-1 au début du dernier vingt.

Éric Landry était aussi déçu de voir un but de Kieran Craig être annulé en deuxième période pour un bâton jugé trop élevé alors que la reprise semblait démontrer le contraire. Ce but aurait ramené les deux clubs à 1-1.

«Nous avions un bon match jusque là. C’est dommage.»

Dans le camp vainqueur, Xavier Simoneau a été un homme marqué dans le dernier duel. Le joueur de la Petite-Nation a inscrit un point, mais il a aussi purgé deux punitions en plus d’être impliqué dans un combat avec André Simard en fin de match.

«Je n’ai pas aimé mon match. Ça ne s’est pas passé comme je le voulais. J’ai mis mon équipe dans le trouble en première période. Ce n’était pas le plan de match, mais on s’est parlé entre les périodes et on est revenu à ce plan pour prendre le dessus. On s’est fait prendre à notre propre jeu dans les matches à Gatineau. On a été indiscipliné. Ç’a donné de l’adrénaline aux Olympiques. À cinq contre cinq, nous sommes bien plus dangereux. Ça n’a pas été facile. Les Olympiques travaillent fort. Ils jouent dur même s’ils sont jeunes. Rémi (Poirier) a fait de gros arrêts.»

Les Olympiques éliminés, Éric Landry a tenu à souligner l’acharnement de ses joueurs contre un club plus fort que le sien.

«Ils n’ont jamais lâché une seconde. Ils ont cru en eux. J’aurais aimé avoir mon club au complet pour affronter les Voltigeurs. Nos joueurs ont appris à se faire confiance dans cette série. Ils prenaient de meilleures décisions et ils avaient plus d’audace.»

+

Olympiques

Il restait de la magie à Guertin

Au moment où on les croyait déjà partis s’installer sur le site du prochain domicile des Olympiques, les fantômes du centre Robert-Guertin ont tenu à lancer un dernier signal qu’ils étaient toujours là mercredi soir quand les Gatinois ont renversé les Voltigeurs de Drummondville par la marque de 4-2.

Malgré un retard de 0-3 face à une puissance de la Ligue canadienne, ils ont aussi laissé miroiter qu’ils seront prêts à servir jusqu’à la fermeture du vénérable amphithéâtre de la rue Carillon.