Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

67's

Quinn en ascension fulgurante au classement des espoirs

N’essayez même pas de chercher. Il n’y a pas un autre hockeyeur au monde dont la cote a augmenté aussi rapidement que celle de Jack Quinn auprès des recruteurs de la Ligue nationale de hockey.

À sa première année d’admissibilité au repêchage de la LNH, l’Ottavien de 18 ans avait reçu la cote « B » par le bureau central de recrutement au début du mois d’octobre.

Cette cote est généralement décernée aux jeunes espoirs de deuxième ou troisième ronde d’une séance de sélection.

Trois mois plus tard, l’attaquant des 67’s d’Ottawa est installé au sommet des francs-tireurs de la Ligue de l’Ontario (LHO) et il est maintenant considéré comme le neuvième meilleur patineur du repêchage de 2020 parmi les joueurs évoluant en Amérique du Nord.

Jack Quinn lui-même n’avait pas vu venir ce bond prodigieux.

« La dernière liste (de la Centrale) m’a surpris. Je ne m’attendais pas à monter aussi haut, aussi rapidement. C’est pas mal cool de voir que je m’en vais dans la bonne direction. »

Il faut dire que Quinn revient de loin. À sa saison recrue dans la LHO, il avait compté 12 buts en 61 matches.

Après 41 matches cette saison, il a déjà compté 35 buts. Vous vous souvenez de Tye Felhaber, la « machine à scorer » des 67’s l’an dernier ? Il avait inscrit 59 buts dans une saison exceptionnelle qui lui a valu un contrat avec les Stars de Dallas. S’il maintient le rythme, Quinn se dirige vers une saison de... 58 buts !

La différence, c’est que Felhaber a réussi l’exploit à 20 ans. Quinn a fêté ses 18 ans en septembre.

Ce n’est pas tout. Il a commencé sa saison avec une récolte de quatre buts en 11 parties. Depuis, il a marqué 31 fois à ses 30 derniers matches et 25 fois à ses 20 derniers matches. Rien qu’en 2020, il est rendu à trois tours du chapeau ! Encore là, Quinn dit être surpris par sa séquence infernale.

« J’ai toujours été un marqueur et j’ai toujours eu confiance en mes moyens, mais les buts viennent plus rapidement que j’avais pensé. »

La saison dernière, il était émerveillé de voir Tye Felhaber remplir le filet. Maintenant, c’est lui qui marque au même rythme.

« C’était vraiment cool de voir Felly l’an dernier. Je me demandais comment il faisait pour compter autant de buts ! Il s’est rendu à 50 buts en seulement 47 matches. C’était surréel. Je n’ai jamais pensé que je pourrais être proche de produire comme lui. Je suis originaire de Cobden. Tye a grandi dans mon coin (à Pembroke). Je l’ai  toujours admiré. Il a été un modèle à suivre pour moi. »

Chez les 67’s, l’entraîneur-chef André Tourigny avait rapidement identifié les joueurs qui pouvaient remplacer les buts de Tye Felhaber cette saison. Quinn faisait partie des candidats, mais au début de l’année, c’était surtout Graeme Clarke qui devait remplir ces souliers. Or, l’espoir des Devils du New Jersey a dû être opéré à une épaule après avoir marqué sept buts en neuf matches. Pendant son absence, c’est Jack Quinn qui a pris le relais.

« Est-ce que j’ai profité de l’absence de Graeme ? Oui et non. Si Graeme est là, nous avons un autre compteur de 50 buts et notre équipe est encore plus redoutable. La différence pour moi cette année, c’est que je lance beaucoup plus. Je suis arrivé au camp en pleine confiance avec un gros été d’entraînement. Je suis plus expérimenté. Je suis plus à l’aise. »

Le 21 novembre dernier, après avoir volé la vedette à Quinton Byfield (deuxième espoir nord-américain) en comptant ses 11e et 12e buts de la saison, Quinn avait dit qu’il visait une saison de 40 buts. Deux mois plus tard, il ne lui manque plus que cinq buts pour réaliser son objectif.

« Cinquante, c’est un beau chiffre », a-t-il dit à propos de son objectif revu à la hausse.

Un beau chiffre certes, mais surtout un objectif très réaliste.

Olympiques

Premier tour du chapeau pour Zach Dean

Quand les Olympiques de Gatineau ont repêché Zach Dean au quatrième rang du dernier repêchage de la LHJMQ, ils savaient qu’ils avaient un diamant brut entre les mains.

À 16 ans, il a démontré quelques éclairs de génie par-ci, par-là en première moitié de saison, mais depuis le retour du congé de Noël, il est carrément passé à un autre niveau.

67's

Les 67’s champions des prolongations et des fusillades

Élu le joueur le plus utile à son équipe dans le Match des espoirs de la Ligue canadienne de hockey à Hamilton jeudi, Jack Quinn est rentré à Ottawa pour marquer un autre but en temps réglementaire en plus d’en ajouter un en fusillade pour aider les 67’s à vaincre les Firebirds de Flint 5-4 devant 5091 spectateurs à la Place TD vendredi soir.

Olympiques

Poirier deuxième dans l'histoire des Olympiques

Avec un gardien au sommet de son art, les Olympiques de Gatineau ont inscrit une huitième victoire à leurs neuf derniers matches vendredi soir au centre Robert-Guertin.

Rémi Poirier a repoussé 44 des 47 tirs des Foreurs de Val-d’Or pour conduire les siens à un gain de 4-3. Auteur de deux blanchissages à ses deux matches précédents, le gardien de 18 ans a étiré sa séquence sans accorder de but à 172 minutes et 17 secondes durant le match contre les Foreurs.

Olympiques

Charles Henry se rapproche de Guertin

Depuis le temps que les partisans des Olympiques de Hull/Gatineau attendent, Charles Henry a fini par dire ce qu’ils rêvent d’entendre.

Même s’il est mal à l’aise à l’idée d’être le centre d’attraction, l’architecte des sept coupes du Président et de la coupe Memorial des Olympiques est enfin prêt à se laisser tirer vers le centre Robert-Guertin. Pour la première fois depuis sa démission en 2010, la porte est ouverte pour que son veston de directeur général/gouverneur soit accroché au plafond du vétuste amphithéâtre de la rue Carillon aux côtés des autres immortels de la franchise.

«J’avais dit tout haut que si les Olympiques se débarrassaient de leurs cancers, je reviendrais à Guertin. C’est fait. Maintenant, la balle est dans leur camp», a-t-il révélé au Droit jeudi soir.

D’ailleurs, Charles Henry est déjà revenu à Guertin la semaine dernière. Sans avertissement, il est retourné sur les lieux où il avait pris un malin plaisir à façonner une dynastie du hockey junior entre 1985 et 2010.

«J’ai décidé ça tout bonnement. Je suis sauté dans mon char. Ma fille Joanne m’a conduit jusqu’à Guertin. Je suis allé voir Micheline Béland (secrétaire de longue date des Olympiques). Puis tout le monde s’est pointé au bureau. Norm MacMillan (le nouveau président), Marc Saumier (le nouveau directeur des opérations hockey), les entraîneurs aussi. Je tenais à leur dire que j’étais derrière eux à 100 %. J’avais dit que je reviendrais quand le ménage serait fait. Je voulais les encourager», a dit celui qui est ralenti par ses traitements de chimiothérapie.

Charles Henry tenait aussi à féliciter les partisans pour leur rôle dans le remaniement de la haute direction des Olympiques.

«Ce sont les fans qui ont réussi à créer ce mouvement. Ils l’ont fait à l’aide de vos informations dans Le Droit. Ç’a l’air de beaucoup mieux aller maintenant. La nouvelle direction va pouvoir bâtir sa propre histoire. Les partisans commencent déjà à revenir. Je suis à l’aise avec Norm MacMillan dans la chaise du président. Il fait partie du décor sportif de l’Outaouais.»

Fondation Pat-Burns

Le «Grand Manitou» en a dit beaucoup plus qu’anticipé au Droit jeudi. Au départ, le but de l’appel était simplement de lui parler de sa présence dans un match des anciens joueurs des Olympiques au profit de la Fondation Pat-Burns qui se tiendra dimanche à midi au Complexe Branchaud-Brière, à l'initiative du 104.7 FM.

«Je m’en vais là-bas pour dropper le puck. C’est tout. Si les anciens veulent me parler, ça va me faire plaisir de le faire», a-t-il dit d’un ton mi-blagueur.

Des joueurs représentant chacune des sept coupes du Président des Olympiques seront sur la patinoire dans le cadre de ce match pour lui rendre hommage. Sébastien Bordeleau sera de la partie. Il n’a même pas attendu son invitation. Il tenait à être sur place selon Daniel Brunet du comité des anciens.

Stéphane Matteau, Bruno Lemire, Jean-Philip Chabot, Alexandre Quesnel, Francis Wathier, Joël Blain, Marc Saumier, Michael McKay, Kelly Nester et Martin Ménard (ne jouera pas) seront du nombre des personnalités présentes. Le Gatinois Daniel Brière, même s’il n’a jamais joué pour les Olympiques, sera aussi de la partie. Rick Hayward, membre de la première équipe championne des Olympiques et un des préférés de Charles Henry, sera du match.

«Il a été un des joueurs les plus populaires de l’histoire. Il se battait beaucoup et ne perdait pas souvent! Dans ce temps-là, le monde adorait ça. Pat Burns aussi!»

L’entrée au match sera de 6 $ ou de 10 $ pour deux billets.

Intrépide

Fortier excité de se joindre aux Olympiques

Les Olympiques de Gatineau ont peut-être échangé leur meilleur compteur à la date limite des transactions dans la LHJMQ, mais en perdant les services de leur capitaine Charles-Antoine Roy à court terme, ils ont aussi planifié leur avenir à long terme.

Les Gatinois ont mis la main sur des choix de première, quatrième et huitième ronde du Phœnix de Sherbrooke, mais il ne faudrait pas oublier qu’ils ont aussi obtenu le meilleur franc-tireur de l’Intrépide de Gatineau dans ce troc. Samuel Fortier mène l’Intrépide avec 15 buts en 24 matches. Ça le positionne au sixième rang parmi les francs-tireurs de la Ligue midget AAA du Québec.

67's

Rossi et Quinn dans la vitrine

Les années se suivent et se ressemblent pour les représentants des 67’s d’Ottawa au Match des espoirs de la Ligue canadienne de hockey (LCH).

En 2018, Kevin Bahl y avait pris part. En 2019, ce fut le tour de Graeme Clarke et Nikita Okhotyuk. Les trois joueurs font maintenant partie de l’organisation des Devils du New Jersey. Jeudi soir, à Hamilton, vous pouvez donc parier que les recruteurs de Devils auront les yeux rivés sur Marco Rossi et Jack Quinn. Les deux joueurs figurent parmi les 10 meilleurs patineurs nord-américains du repêchage 2020 selon la liste de mi-saison préparée par le bureau central de recrutement la LNH.

Olympiques

La flamme olympique tatouée sur le coeur

La première moitié de saison a été pénible pour toute l’organisation des Olympiques de Gatineau.

Sorties maladroites de leurs dirigeants dans les médias. Promotions ratées. Deux séries interminables de 10 défaites et plus. Des gradins qui se vidaient à vue d’œil.

Hockey junior

Rémi Poirier se distingue en vue du repêchage

Ça fait beaucoup de chiffres à assimiler, en l’espace de quelques heures.

Rémi Poirier a stoppé les 70 rondelles qui ont été dirigées vers son filet, ce week-end. Le gardien de but des Olympiques de Gatineau a désormais une séquence active de 133 minutes et 16 secondes sans allouer de but.

Ça lui a valu le titre de joueur par excellence de la dernière semaine dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

« Avec tous les joueurs qui sont partis, il faut que chacun hausse son jeu d’un cran. Il fallait que je le fasse aussi. Je dois aider mon équipe à gagner. Je l’ai fait en fin de semaine. Nous voulons tous faire les séries », a-t-il déclaré après la dernière partie.

C’était une belle façon, pour lui, d’entreprendre le dernier droit du calendrier. Les Olympiques ont profité de la période des transactions des Fêtes pour laisser partir son partenaire des derniers mois, Creed Jones.

« Je tombe premier gardien. C’est une motivation de plus pour mon repêchage. Il va falloir que j’en profite », dit-il.

D’autres chiffres.

Le Centre de soutien au recrutement (CSR) de la LNH a dévoilé son classement de mi-saison, lundi matin. Poirier est le seul et unique joueur des Olympiques à y figurer. Il occupe le 24e rang, chez les gardiens qui évoluent en Amérique du Nord.

67's

Les 67’s renouent avec la victoire après un rare échec à Peterborough

La séquence record de 17 victoires consécutives des 67’s d’Ottawa a pris fin samedi soir avec un revers de 4-0 à Peterborough, mais à leur retour à la Place TD dimanche, ils ont mis ce rare blanchissage de côté pour enregistrer un gain de 7-4 contre l’Attack d’Owen Sound.

Pris dans le verglas à leur retour de Peterborough, les hommes d’André Tourigny sont rentrés à Ottawa à deux heures du matin pour affronter un club qui était déjà en ville parce qu’il avait eu congé de match samedi.

Les 67’s (31-7-0) ont connu un lent départ contre l’Attack, mais les prouesses de Cédrick Andrée ont permis aux locaux de s’accrocher jusqu’à ce qu’ils ouvrent les vannes.

Jack Quinn et Joseph Garreffa avaient placé les 67’s en avance 2-0 après deux périodes, mais Quinn a ajouté deux autres buts dans le dernier tiers pour compléter son deuxième tour du chapeau en cinq matches et ainsi attendre le plateau des 30 buts.

Garreffa a aussi compté en troisième période pour terminer son match avec trois points. Cameron Tolnai et Daylon Groulx ont complété la marque. Acquis de l’Attack jeudi, Groulx a inscrit son premier but avec les 67’s contre son ancien club. Il a aussi ajouté une passe avec sa promotion dans le premier trio aux côtés de Marco Rossi et Garreffa.

Blessé samedi à Peterborough, Austen Keating a raté le match de dimanche pour mettre fin à sa séquence de fer de 121 matches consécutifs où il avait été dans l’alignement. L’attaquant de 20 ans pourrait rater une ou deux semaines de jeu en raison de son malaise au haut du corps.

Ancien défenseur des 67’s, Carter Robertson a inscrit deux buts dans le camp de l’Attack (18-16-6).

«Nous étions fatigués mentalement aujourd’hui. Physiquement, nous étions corrects, mais notre équipe a vécu beaucoup d’émotions dans les 10 derniers jours avec notre séquence victorieuse, la date limite des transactions et notre fin de semaine de trois matches en trois jours. Nous n’étions pas contents de la façon dont nous avons perdu samedi, mais nous avons rebondi avec un solide match aujourd’hui», a expliqué l’entraîneur-chef André Tourigny.

67's

Les 67’s visaient un Grand Chelem

Les 67’s d’Ottawa ont gagné un 17e match de suite vendredi soir à la Place TD.

Un gain de 9-6 contre le Storm de Guelph, les meneurs de la division mid-ouest, mais surtout les vainqueurs du dernier championnat de la Ligue de l’Ontario (LHO) le printemps dernier à leurs dépens.

Olympiques

Tyler Boivin motivé d’affronter les Tigres samedi

Les Tigres de Victoriaville lui ont donné sa première chance dans la LHJMQ. Tyler Boivin en sera toujours reconnaissant, mais le Franco-Ontarien de Rockland a été échangé aux Olympiques de Gatineau avant Noël et s’apprête à affronter son ancien club pour la première fois à Guertin samedi soir.

Il n’en peut plus d’attendre.

«J’ai hâte d’être dans la face de mes anciens coéquipiers. J’ai beaucoup d’amis dans ce groupe, mais ils sont devenus des adversaires. Je ne dois pas changer ma game à cause de ça. Je suis sûr qu’ils seront prêts. Ça se peut que Louis (Robitaille, l’entraîneur-chef) me tire la pipe durant le match, mais ça va être le fun. Ce match est une grosse source de motivation pour moi. Tu veux toujours aller chercher les deux points contre ton ancien club», a dit celui qui a inscrit trois points en six matches avec les Olympiques en plus de faire grandir ses coéquipiers d’un pouce ou deux sur la patinoire.

Attaquant de 19 ans, Boivin était arrivé à la croisée des chemins avec les Tigres où il se remettait à peine d’une mononucléose qui l’a tenu à l’écart du jeu pendant deux mois. À Gatineau, il obtient un nouveau départ dans un club qui avait besoin de sa robustesse.

«Les Tigres m’ont acquis comme agent libre et m’ont donné tous les outils pour réussir, mais j’ai été malade cette année et ils avaient d’autres plans. Ils ont déjà de bons joueurs d’habiletés et ils voulaient prendre un virage jeunesse. La pause de Noël m’a permis de revenir à la pleine santé. Je suis retourné dans le gymnase et j’ai pris confiance dans ma game

Le duel contre les Tigres arrive à point parce qu’ils représentent le premier club à rattraper au classement de la conférence de l’Ouest de la LHJMQ.

«Ils sont juste devant nous. C’est un match important. Une victoire ferait du bien aux gars dans la chambre et surtout pour moi. J’aimerais prouver aux Tigres que j’ai ma place dans la ligue et que je peux jouer n’importe où. J’ai plus de temps de glace ici. À Victo, en raison de mon rôle restreint, j’étais plus nerveux à l’idée de faire des erreurs. Ici, je fais ce que j’ai à faire et j’apporte une dimension physique qui manquait avec mon arrivée et celle de (Vincent Martineau). Je serai toujours là pour défendre mes coéquipiers.»

Les Tigres (14-19-8) ont neuf points d’avance sur les Olympiques (12-24-3) au classement. Les Gatinois vont ensuite accueillir l’Armada de Blainville-Boisbriand dimanche au «Vieux Bob».

+

L'INTRÉPIDE DÉBUTE 2020 AVEC UNE VICTOIRE

L’Intrépide de Gatineau a amorcé l’année 2020 sur une bonne note en soutirant une victoire de 4-2 au Rousseau Royal de Laval-Montréal au Complexe Branchaud-Brière vendredi soir.

Marc-Olivier Racine-Roy a dirigé l’attaque gatinoise avec deux buts.

Andrew Belchamber et Jacob Santerre ont ajouté un but et  une passe chacun pendant que Vincent Maisonneuve a amassé deux passes.

L’Intrépide (15-12-1)  recevra les Vikings de St-Eustache samedi après-midi. 

Olympiques

Qui chaussera les patins de Roy?

Les Olympiques ont reçu une mine d’or du Phoenix de Sherbrooke pour les services de leur capitaine Charles-Antoine Roy.

À long terme, les choix de première, quatrième et huitième rondes ainsi que l’espoir Samuel Fortier pourraient rapporter gros à l’équipe gatinoise. À court terme, c’est un marqueur de 22 buts qu’il faut remplacer.

Olympiques

Aebischer est de retour et en mission

La date limite des transactions est passée dans la LHJMQ. Pour la première fois en deux ans et demi, le Gatinois Charles-Antoine Roy n’était pas dans les parages des Olympiques de Gatineau.

À 20 ans, le capitaine va tenter d’inscrire son nom sur la coupe du Président avec le Phoenix de Sherbrooke.

Olympiques

Les Olympiques réclament deux joueurs au ballottage

Quelques heures après avoir échangé leur capitaine, les Olympiques de Gatineau ont utilisé le ballottage pour ajouter deux attaquants d’expérience à leur formation.

Reste maintenant à voir si ces deux joueurs se rapporteront en Outaouais.

Le bureau de direction de la LHJMQ a imposé une condition à la venue de l’ailier gauche de 19 ans Anderson MacDonald.

Le joueur, qui est originaire du Nouveau-Brunswick, a été laissé sans protection par le Titan d’Acadie-Bathurst. Il connaissait pourtant un certain succès à l’attaque, cette saison. Il avait marqué 15 buts et obtenu 13 mentions d’aide en 34 rencontres.

Il a cependant eu besoin du programme d’aide de la ligue, afin de régler des problèmes de nature personnelle.

Le joueur doit d’abord subir une évaluation auprès d’un spécialiste, en lien avec ces problèmes, avant d’obtenir le droit de se joindre à sa nouvelle équipe.

L’autre attaquant réclamé mardi se nomme Adam Capannelli. Celui-là finira assurément par jouer au centre Robert-Guertin. Les entraîneurs des Olympiques devront cependant s’armer de patience.

Il est blessé et ne devrait pas revenir au jeu avant « trois ou quatre semaines ».

À 20 ans, il a marqué un but en 15 matches, avec l’Armada de Blainville-Boisbriand.

« On savait qu’il était blessé. C’est pour ça que l’Armada l’a libéré. Leurs dirigeants sont allés chercher un autre joueur de 20 ans. Pour nous, c’est un gars qui a de la fougue. De la fougue, et un bon coup de patin. Il va driver le net. Il sera très bon dans notre chambre de hockey », estime le directeur général intérimaire des Olympiques, Marc Saumier.

M. Saumier est prêt à attendre ce joueur, même si son équipe a besoin de gagner des matches dès maintenant pour rester dans la course aux séries éliminatoires.

« Ça va être bon, dit-il. Ça va donner un peu de souffle à nos jeunes. Il va nous donner un bon coup de main avec son expérience. Il est très content qu’on le ramasse. C’est un bon signe. »

La plupart des joueurs acquis dans les derniers jours devraient participer à l’entraînement de mercredi, au centre Guertin.

Olympiques

Capitaine Roy fait exploser la banque

Les ventes de feu devaient être derrière les Olympiques de Gatineau.

C’était le plan concocté par Alain Sear avant de démissionner de son poste à la direction des opérations hockey en pleine période des transactions dans la LHJMQ.

Olympiques

Roy passe au Phoenix, Jones à l’Océanic

Les Olympiques ont retrouvé le chemin de la victoire après la pause de Noël.

Leur heureuse séquence a pris fin à Québec dimanche, mais pour accéder aux séries éliminatoires, il faudra trouver une autre formule.

Après le match de dimanche, Le Droit a appris que les Olympiques devront travailler avec un coefficient de difficulté un peu plus élevé pour se frayer un chemin dans les séries. Selon nos informations, les Gatinois vont échanger leur capitaine Charles-Antoine Roy au Phoenix de Sherbrooke et le gardien Creed Jones à l’Océanic de Rimouski lundi, date limite pour effectuer des transactions dans la LHJMQ.

À LIRE AUSSI : Fin d’une bonne séquence pour les Olympiques

Le directeur des opérations hockey, Marc Saumier, n’a pas pu confirmer ou infirmer les informations du Droit, mais selon des sources sûres, les Olympiques n’ont pas pu résister à l’offre du Phœnix. Pour soutirer un produit local aux Olympiques, Sherbrooke va donner un choix de première ronde en 2022, des choix de quatrième et de huitième rondes en 2020 ainsi que l’attaquant Samuel Fortier de l’Intrépide de Gatineau.

Quant à Creed Jones, il va rapporter un choix de deuxième ronde en 2021 aux Gatinois. Ce dernier sera l’adjoint de Colten Ellis dans le club d’Alexis Lafrenière. En ce moment, l’Océanic perd de précieux points au classement parce que Ellis est blessé depuis plusieurs semaines. La date de son retour au jeu demeure inconnue. Jones, 19 ans, pourra monter la garde en attendant son retour. Il est capable de travailler dans le rôle d’un gardien numéro un.

C’est la deuxième fois en deux ans que l’Océanic vient piger à Gatineau pour obtenir du soutien devant le filet. Tristan Bérubé avait terminé l’année dans le Bas-St-Laurent l’an dernier.

Chez les Olympiques, Marc Saumier avait toujours indiqué que Charles-Antoine Roy n’était pas à échanger à moins d’obtenir une offre exceptionnelle. Il faut croire qu’il a été séduit par le dépôt d’un choix de première ronde en retour de ce simple joueur invité au camp des Olympiques en 2016.

Une ou deux coupes ?

Devenu meilleur compteur des Olympiques, Roy totalisait 22 buts et 37 points en 37 matches. Attaquant ultra rapide, il était le cœur et l’âme du club en plus d’être un joueur local, fier de porter les couleurs des Olympiques.

À 20 ans, il aura l’occasion de gagner une coupe du Président et peut-être même une coupe Memorial en se joignant à l’équipe numéro un au Canada.

Le Phœnix avait dépêché son directeur général adjoint Jean Gagnon aux derniers matches des Olympiques. Roy avait impressionné en marquant des buts dans chacun de ses cinq derniers matches.

Quant à Creed Jones, son dernier match avec les Gatinois aura été une victoire de 4-1 vendredi à Shawinigan. Obtenu des 67’s d’Ottawa en 2017, l’Ontarien de 19 ans avait une fiche de trois victoires et 13 défaites cette saison. Il montrait une moyenne de 3,69 buts alloués par match avec un pourcentage d’arrêt de ,891. Il a notamment vaincu l’Océanic à Rimouski le 9 novembre dans un match où les Olympiques avaient été dominés 36-17 dans les tirs au but.

Olympiques

Fin d’une bonne séquence pour les Olympiques

QUÉBEC — Les Olympiques de Gatineau ont lutté jusqu’à la dernière minute pour étirer leur séquence victorieuse à Québec dimanche après-midi, mais les Remparts ont tenu bon pour l’emporter 3-2 devant 6722 spectateurs au Centre Vidéotron.

Ancien des Olympiques, Anthony Gagnon a fait la différence en marquant deux buts en troisième période.

Hockey junior

Despatie va rester à Québec

QUÉBEC — Restera? Restera pas?

Emerik Despatie, le gardien gatinois des Remparts de Québec, ne savait pas sur quel pied danser quand Patrick Roy a effectué une sortie dans les médias à la mi-novembre en avançant qu’il valait peut-être mieux protéger son jeune gardien en l’envoyant terminer la saison avec l’Intrépide de Gatineau dans la Ligue midget AAA du Québec.

Les Remparts ont un jeune club. Leurs gardiens sont exposés à chaque match. Le gardien de 16 ans a participé à 16 rencontres jusqu’à maintenant et montre une moyenne de 4,20 alloués par match avec un pourcentage d’arrêt de ,860.

Vendredi soir, à Boisbriand, Despatie a encore forcé Patrick Roy à songer à la possibilité de le retourner dans le midget AAA quand il a été battu trois fois sur les cinq premiers tirs de la rencontre. Il a aussitôt été remplacé par Tristan Côté-Cazenave, qui a cédé à son tour. Despatie est revenu devant le filet où il a pu se ressaisir. Il a fermé la porte pour terminer le match avec 28 arrêts sur 31 tirs.

Où en sommes-nous maintenant à deux jours de la date limite des transactions?

«Il va finir l’année avec nous. C’est sûr que le fait d’avoir obtenu un gardien de 20 ans (Côté-Cazenave) change la donne parce qu’il va jouer la majorité des matches. En même temps, nous allons essayer de donner des matches à Emerik pour qu’il prenne de l’expérience. J’avais songé à la possibilité de le retourner dans le midget AAA pour son bien. C’est sûr qu’hier, quand il a donné trois buts sur cinq tirs, je me questionnais. Mais, il a bien fini le match. Ce sont des signes très encourageants qui nous permettent de penser qu’avec le temps, il va se sentir plus confortable et prendre confiance en lui. Je pense qu’Emerik est nerveux, mais c’est notre gardien d’avenir. On ne veut pas le brûler. En même temps, on veut y aller intelligemment en essayant de lui en donner un peu plus. De toute façon, c’est une année comme ça pour nous», a expliqué le Diable rouge en chef après la défaite de 5-2 des Remparts contre les Olympiques samedi.

Emerik Despatie a fait le saut du midget espoir à la LHJMQ. La marche est haute entre les deux calibres de jeu, mais il avait bien entrepris la saison en gagnant ses trois premiers départs. Ça s’est compliqué par la suite et la sortie de Roy était survenue après une défaite de 9-3 contre Baie-Comeau le 16 novembre.

Le Gatinois admet avoir été déstabilisé par les propos de son entraîneur qui faisait allusion à un retour au hockey midget AAA.

«Sur le coup, ça m’a découragé un peu. Ça m’a créé un stress. Je me sentais plus regardé que d’habitude, mais quand j’ai su que j’aurais d’autres chances de faire mes preuves, ça m’a soulagé. Dans ma tête, je suis un gardien de la LHJMQ. Je ne veux pas retourner dans la ligue midget AAA. Ce n’est pas mon objectif du tout.»

Quand même, Despatie dit avoir eu chaud vendredi soir quand il a été battu trois fois sur cinq tirs dans les premières minutes de jeu contre l’Armada.

«Je pense toujours un peu à ça (être cédé à l’Intrépide), mais il faut que je trouve une façon de bloquer ça de mon esprit pour rester concentré. J’ai été débarqué du match, mais je suis revenu et je n’ai pas accordé de but après. Je sais que nous avons une jeune équipe et que nous sommes exposés à plusieurs bonnes chances de marquer, mais ça me donne aussi l’occasion de faire des arrêts importants. Je veux aussi cimenter ma place pour l’an prochain. Mon but, c’est de devenir le gardien numéro un de ce club.»

La date limite des transactions arrive lundi dans la LHJMQ. Il semble bien que l’Intrépide ne recevra pas de renforts en provenance des Remparts.

Olympiques

Les Olympiques étirent leur séquence victorieuse à Québec

QUÉBEC — Incapables d’acheter une victoire avant la pause de Noël, les Olympiques de Gatineau sont maintenant devenus invincibles!

Samedi après-midi, devant 8614 spectateurs au Centre Vidéotron de Québec, ils ont signé une cinquième victoire consécutive, de loin, leur plus longue séquence de succès de la saison. En prenant la mesure des Remparts par la marque de 5-2, ils ont ainsi remporté un match crucial contre un club qu’ils tentent de dépasser au 16e rang du classement général de la LHJMQ.

Les protégés d’Éric Landry se sont même donné un solide coussin de 3-0 grâce à des filets de Carson MacKinnon, de l’ex-Rempart Braeden Virtue et de Kieran Craig avant de voir les Remparts reprendre vie sur des buts de Nathan Gaucher et Aleksei Sergeev.

Mais les visiteurs ont profité de quatre punitions des Diables rouges en troisième période pour prendre du momentum jusqu’au but de Charles-Antoine Roy, qui a trouvé le fond du filet sur le septième avantage numérique du match des Olympiques (12-23-3). 

Mathieu Bizier a complété dans une cage déserte. Joueur local de la région de Québec, Bizier a terminé le match avec trois points.

«Nous sommes plusieurs joueurs de la région de Québec dans le club. C’est une motivation supplémentaire pour nous d’avoir des gens de notre famille dans les gradins. Il y a même Virtue qui a joué pour les Remparts. Tu veux toujours bien faire quand tu joues contre ton ancienne équipe. Je ne sais pas ce qu’il a pris, mais il joue vraiment du gros hockey pour nous présentement.»

En pleine ascension depuis qu’il a marqué un but spectaculaire à Guertin le 11 décembre dernier, Virtue est méconnaissable sur la patinoire. Il a haussé son jeu de plusieurs crans. Quand on demande à Bizier si ce premier but a pu être l’étincelle pour l’allumer, il répond par l’affirmative.

«Ça se peut ça. En tout cas, moi, ce but-là m’aurait donné confiance!»

Bizier a mis la mauvaise séquence des Olympiques avant les Fêtes sur le compte de la malchance. Ils avaient perdu plusieurs matches serrés en toute fin de match. Maintenant, ils prennent l’avance et sont capables de la garder.

«Nous avions eu un peu de malchance, puis dernièrement, c’est le contraire. On dirait qu’elle est partie. C’est sûr que nous travaillons fort et que nous faisons de bonnes choses. J’espère que ça va continuer comme ça. Nous venons de gagner un gros match de quatre points. On voit que maintenant, c’est Québec qu’il faut rattraper. Si on gagne demain, nous serons qu’à deux points d’eux. Ça serait un autre pas dans la bonne direction.»

Les choses ont tellement changé rapidement chez les Olympiques que même l’entraîneur-chef Éric Landry s’est surpris à dire des choses inhabituelles en référence à son avance de 3-0 qui a failli fondre en deuxième période.

«En deuxième période, nous avions l’air un peu trop confiants... Nous avons commencé à prendre de mauvaises habitudes ici et là avec la rondelle.»

Carson MacKinnon, qui disputait un 301e match en carrière dans la LHJMQ, a récolté trois points dans la victoire.

Rémi Poirier a effectué 24 arrêts contre 27 pour Tristan Côté-Cazenave.

Les Olympiques ont disputé le match sans Manix Landry, blessé au dos à Shawinigan dans un match où il n’a fait que quatre présences. Ils ne jouera pas demain dans le deuxième match contre les Remparts (15-22-1). Vincent Martineau a aussi raté la rencontre après avoir bloqué un lancer avec sa main à Shawinigan. Les radiographies n’ont pas révélé de fracture, mais sa main est toujours enflée. En son absence, Justin Bergeron, 16 ans, a effectué ses débuts dans la LHJMQ.

Olympiques

Les Olympiques signent une quatrième victoire de suite en s'imposant à Shawinigan

SHAWINIGAN — C’est le monde à l’envers. Les Olympiques ne perdent plus. Les Cataractes ne gagnent plus.

Vendredi soir, à Shawinigan, les Gatinois ont étiré leur séquence victorieuse à quatre matches avec un gain de 4-1 sur les Cataractes, battus dans un cinquième match de suite malgré l’ajout de Maxime Trépanier, un ex-olympique qui a été finaliste de la LHJMQ avec les Mooseheads de Halifax au printemps dernier.

Arrivés en Mauricie la veille du match dans l’espoir de se donner toutes les chances possibles d’amasser le plus de points dans un week-end crucial de trois matches en trois jours qu’ils vont terminer à Québec samedi et dimanche, les Gatinois sont sortis en force.

Métis Roelens et Charles-Antoine Roy (20e but) ont donné une priorité de 2-0 aux visiteurs dès le premier tiers, puis au moment où les locaux montraient des dents en deuxième période après avoir réduit l’écart à 2-1 sur un but de Jordan Lepage, les Olympiques (11-23-3) ont donné le coup de grâce.

Kieran Craig a récolté son deuxième point du match en passant la rondelle à Jérémy Rainville, qui a déjoué Antoine Coulombe pour redonner un coussin de deux buts aux Gatinois pendant un désavantage numérique.

En troisième période, après quelques attaques massives infructueuses des Cataractes (18-19-0) grâce aux prouesses de Creed Jones (31 arrêts) et de plusieurs tirs bloqués en défensive, Pier-Olivier Roy a mis fin au débat en comptant dans une cage déserte.

D’un seul trait, les Olympiques se sont rapprochés à six points des Remparts de Québec et du 16e rang du classement général de la LHJMQ.

Les deux prochains matches du week-end seront déterminants.

« Nous savions avant de commencer la fin de semaine que nous voulions y aller pour les six points. Ça va être de gros matches à Québec », a expliqué Kieran Craig.

Le match à Shawinigan a été ponctué de quatre combats. Depuis le retour de la pause de Noël, les Olympiques ont livré sept combats en quatre matches. Quatre victoires.

« C’est l’effet Tyler Boivin et Vincent Martineau, dit Craig, première étoile du match. Ils nous apportent cette confiance physique que nous n’avions pas. Tout le monde est prêt à se battre l’un pour l’autre, pas seulement au sens figuré, mais en bloquant des tirs et en récupérant des rondelles. »

Dans leur séquence de 12 revers consécutifs, les Gatinois ont souvent laissé filer des avances. Depuis le retour du congé de Noël, ils ont une confiance renouvelée. Ils parviennent à protéger leurs avances. « Éric (Landry) gère bien les lignes. Nous avons plus de ressources. Nous sommes moins fatigués en troisième période », a ajouté Craig.

Pour Éric Landry, les nombreux combats de ses équipiers sont un signe évident d’un esprit d’équipe bien soudé.

« Notre équipe veut miser sur son talent avant tout, mais on voit que les gars veulent se protéger entre eux. Ils ne reculent devant rien. Les Cataractes ont été physiques ce soir. Les joueurs se sont tenus », a dit celui qui dit avoir couché à Shawinigan la veille d’un match pour la première fois depuis qu’il est avec les Olympiques.

Dans la victoire, il a perdu les services de Manix Landry et Vincent Martineau, mais les deux joueurs feront le voyage à Québec et seront évalués samedi.

67's

Séquence record de 15 victoires pour les 67's

L’année 2020 n’était vieille que de deux jours que les 67’s d’Ottawa avaient déjà un nouveau record de franchise en poche.

En l’emportant 8-4 contre les Frontenacs de Kingston devant 3591 spectateurs à la Place TD jeudi après-midi, les 67’s ont triomphé dans un 15e match de suite. Seulement deux éditions des 67’s avaient gagné 14 matches consécutifs en saison régulière dans l’histoire de 52 ans du club : celle dirigée par Léo Boivin en 1972-73 et l’autre menée par Brian Kilrea, championne de la coupe Memorial en 1998-99.

Hockey junior

Caufield donne la victoire aux Américains

OSTRAVA — L’espoir du Canadien de Montréal Cole Caufield a marqué en prolongation, lundi, permettant aux Américains de gagner 4-3 face aux Tchèques, au championnat mondial de hockey junior.

Les États-Unis ne peuvent pas terminer plus bas que deuxièmes dans le groupe B.

Si le Canada perdait contre la République tchèque, mardi, les Américains finiraient premiers.

Caufield a été repêché 15e au total par le Tricolore, en juin. Il a réussi son premier but du tournoi à 3:14 en prolongation, suite à une passe d’Alex Turcotte.

Shane Pinto, Arthur Kaliyev et Jack Drury ont été les autres buteurs des Américains.

La riposte est venue de Petr Cajka et de Libor Zabransky, auteur de deux filets.

Jan Jenik a subi une blessure à la jambe droite tard au deuxième vingt, après avoir été plaqué. Choix des Coyotes de l’Arizona, en 2018, il excelle avec les Bulldogs de Hamilton, dans la Ligue américaine.

Le match Russie - Allemagne aura une grande importance, mardi. Une défaite ferait glisser les Russes jusqu’en ronde de relégation.

Les Allemands seraient écartés par un revers en temps régulier. Mais s’il faut aller en prolongation, il faudrait tenir compte du match opposant les Tchèques à l’unifolié.

Plus tôt lundi, à Trivec, la Suède a facilement battu le Kazakhstan 6-2.

Pour un deuxième match d’affilée, Samuel Fagemo a inscrit les deux premiers buts de la Suède, qui occupe le premier rang du groupe A avec huit points en trois matchs. La Finlande suit, seulement un point derrière les Suédois.

Nils Hoglander (1-1), Rasmus Sandin (0-2) et Nils Lundkvist (0-2) ont également récolté deux points pour les vainqueurs.

Linus Oberg, Jonatan Berggren et Lucas Raymond ont obtenu les autres filets des Suédois.

Oleg Boiko et Maximu Musorov ont offert la réplique du Kazakhstan, qui complète le volet préliminaire avec un dossier de 0-4, au cinquième et dernier rang du groupe A.

Après le premier but de Fagemo, à 15:12 de la première période, les Suédois se sont distancés de leurs rivaux avec quatre buts consécutifs, dont trois en avantage numérique, dans un intervalle d’un peu plus de huit minutes au deuxième vingt.

La Suède complétera la portion préliminaire du tournoi en se mesurant à la Slovaquie, mardi.

La Suisse a de son côté dominé la Slovaquie 7-2, s’emparant ainsi du troisième rang dans le groupe A.

La Suisse menait 3-0 après une période, ayant marqué trois fois en moins de sept minutes.

Gilian Kohler a réussi un doublé. Valentin Nussbaumer a ajouté un filet et trois passes, tandis que Sandro Schmid, Simon Knak, Mika Henauer et Matthew Verboon ont aussi marqué pour les vainqueurs.

Martin Fasko-Rusas et Robert Dzugan ont répliqué pour les Slovaques, quatrièmes dans le groupe A.

Olympiques

Pas de transaction imminente pour Marc Saumier et les Olympiques

Installé dans le fauteuil du directeur des opérations hockey par intérim des Olympiques de Gatineau depuis le 20 décembre, Marc Saumier veut prendre le temps de bien analyser toutes les données nécessaires avant de poser un premier geste pour aider son club à accéder aux séries éliminatoires.

Selon l’ancien joueur vedette du club, il est clair qu’il va conclure au moins un marché d’ici la date limite des transactions le 6 janvier à midi.

« J’ai reçu beaucoup d’offres, mais il y a peu de concret jusqu’à maintenant. Tout le monde pense que je suis désespéré d’obtenir de l’aide immédiate, alors on me demande toujours un des nos quatre choix de première ronde en 2020 et souvent deux jeunes joueurs. Je ne mettrai pas notre reconstruction en péril juste pour faire les séries cette année. J’ai bon espoir que nous pourrons rattraper Québec, Halifax ou Victoriaville pour accéder aux séries, mais ça ne se fera pas au détriment de nos choix au repêchage et de nos jeunes joueurs. Nous aurons de fortes chances de repêcher plusieurs fois tôt dans le repêchage en 2020. Quant à nos jeunes, ils sont ici pour de bon. »

Saumier dit avoir reçu une offre alléchante jusqu’à présent. Reste à savoir si le joueur offert pourra réellement faire la différence pour le prix exigé.

« J’ai le beau jeu en ce moment. Nous détenons les premiers choix de Halifax, Bathurst et Blainville-Boisbriand en plus du nôtre. Notre équipe sera en progression en deuxième moitié de saison. Nos jeunes joueurs ont déjà beaucoup contribué au pointage dans nos deux dernières victoires. »

Hockey

Le Canada rebondit contre l’Allemagne au Mondial junior

OSTRAVA, République tchèque — Joel Hofer a remporté son premier départ sur la scène internationale à quelque niveau que ce soit, et le Canada a battu l'Allemagne 4-1 au Championnat mondial de hockey junior lundi.

Nolan Foote, Liam Foudy et Ty Dellandrea ont récolté un but et une aide chacun. Calen Addison a également touché la cible pour les Canadiens, qui espéraient se relever d'une gênante défaite de 6-0 contre la Russie samedi.

Yannik Valenti a privé Hofer d'un blanchissage avec 67 secondes à écouler au temps réglementaire, au moment où le Canada jouait à court de deux hommes. Hendrik Hane a écopé du revers.

«J'étais pas mal nerveux, a admis Hofer. Il y avait beaucoup de pression après le dernier match. C'était pas mal embarrassant pour nous, mais nous avons rebondi en groupe.»

Le Canada affiche un dossier global de 14-0 contre l'Allemagne au Championnat mondial de hockey junior depuis la réunification de ce pays en 1990.

Après trois matchs, le Canada présente un dossier de deux gains et un revers pour un total de six points. Il aura une chance de s'assurer du premier rang au classement du groupe B avec une victoire contre la République tchèque, le pays hôte, mardi soir.

Les États-Unis occupent le premier échelon avec un total de huit points après leur victoire de 4-3, en prolongation, contre la République tchèque lundi soir.

Cole Caufield, l'espoir du Canadien, a mis fin au match avec son premier but du tournoi à 3:14 de la période additionnelle.

La ronde des médailles s'amorcera jeudi, après un congé généralisé au Jour de l'An.

Le Canada était privé de deux éléments de son trio numéro un, puisque Alexis Lafrenière était au rancart en raison d'une blessure à un genou, survenue samedi lors de ce qui est devenu la pire défaite du Canada dans les 44 ans d'histoire du tournoi.

De plus, Joe Veleno n'a pu prendre part au match à cause d'une suspension pour avoir donné un coup de casque lors de ce même match. Soudainement, l'entraîneur-chef Dale Hunter a dû se débrouiller avec seulement 11 attaquants.

Par ailleurs, les nouvelles n'étaient pas toutes mauvaises dans le camp canadien. Il n'est pas impossible que Lafrenière, vainqueur du titre de joueur par excellence de la Ligue canadienne de hockey l'an dernier, revienne au jeu pendant le tournoi puisqu'un examen d'imagerie par résonance magnétique n'a révélé aucun dommage structurel.

Il a assisté à la rencontre des gradins, en compagnie de Veleno et du gardien québécois Olivier Rodrigue.

Bonnes occasions ratées

Après leur victoire de 6-4 contre les États-Unis au lendemain de Noël et leur dégelée de samedi - le début de tournoi le plus difficile pour le pays depuis 1980 - le Canada a laissé filer de nombreuses occasions de marquer avant que Foote ne vienne finalement à bout de Hane.

Le fils de l'ex-Nordique Adam Foote a déjoué le gardien allemand d'un tir dans la partie supérieure du filet à 11:50 de la première période, après qu'un tir de Kevin Bahl eut été bloqué. Ce premier but a permis au Canada de respirer un peu plus à l'aise, et est venu quelques minutes après qu'un tir du défenseur Bown Byram eut donné contre la barre horizontale lors d'un avantage numérique.

L'Allemagne, qui a amorcé la rencontre avec un dossier de 1-1 — identique à celui du Canada — a profité d'une supériorité numérique plus tard au premier vingt. Toutefois, Hofer s'est dressé devant une formation qui s'est présenté au match avec cinq buts en 11 tentatives avec l'avantage d'un homme, un sommet depuis le début du tournoi.

Mis à part cette séquence, les Allemands n'ont pas offert une grande résistance contre une équipe efficace en échec-avant et habile à faire circuler la rondelle en territoire adverse.

Alors que le Canada détenait toujours sa mince avance d'un but, Hofer a réalisé un bel arrêt contre Valenti lors d'un autre avantage numérique, en deuxième période. Il a ensuite stoppé un tir de Dominik Bokk et un autre de John-Jason Peterka, avec sa mitaine, lors d'une échappée.

Quelques instants plus tard, à 12:24, Foudy a doublé l'avance du Canada grâce à un tir qui a battu Hane du côté rapproché. Puis, Addison, un espoir des Penguins de Pittsburgh, a profité d'un avantage numérique de deux hommes pour porter la marque 3-0 seulement 97 secondes plus tard.

«Il a été solide pour nous, a reconnu Dale Hunter. Ce fut un segment crucial du match.»

Dellandrea a scellé l'issue du match avec 9,2 secondes à écouler au temps réglementaire, en poussant la rondelle dans un filet désert.

Choix de quatrième ronde des Blues de St. Louis en 2018, Hofer a été sensationnel avec les Winterhawks de Portland, dans la Ligue de hockey de l'Ouest. Jusqu'à maintenant cette saison, il affiche un dossier de 20-4-2, une moyenne de buts alloués de 1,81 et un taux d'efficacité de ,937.

Originaire de Winnipeg et âgé de 19 ans, Hofer n'était pas vraiment pressenti pour se joindre au programme de Hockey Canada jusqu'à l'automne. Or, voilà qu'il a envoyé un message clair de rester devant le filet de l'équipe, malgré le but tardif de Valenti à l'aide d'un tir sur réception, lors d'un avantage numérique de deux hommes.

Olympiques

Les Olympiques renaissent

Le coup de balai au deuxième étage des Olympiques de Gatineau avant Noël semble avoir redonné vie à l’équipe de hockey sur la glace.

La troupe d’Éric Landry a profité de la fusillade pour vaincre l’équipe numéro un au pays devant plus de 2200 spectateurs au centre Robert-Guertin samedi. Énergisée et beaucoup plus nombreuse qu’au début du mois de décembre, la foule a même pu scander ses traditionnels « Go Hull Go » pendant la victoire de 4-3 contre le Phoenix de Sherbrooke, qui mettait fin à une interminable séquence de 12 revers consécutifs.

67's

Rossi et les 67’s au sommet

Revenu d’Autriche où il est allé célébrer Noël parmi les siens, Marco Rossi a propulsé les 67’s d’Ottawa au sommet du classement général de la Ligue de l’Ontario (LHO) en fin de semaine.

Il a d’abord inscrit deux buts et une passe dans une victoire convaincante de 7-2 à Kingston samedi avant d’ajouter un tour du chapeau dans un autre gain sans équivoque de 6-1 contre les Petes de Peterborough dimanche.

Hockey

Mondial junior: plus de peur que de mal pour Lafrenière, qui n'affrontera pas l'Allemagne lundi

OSTRAVA, République tchèque — Alexis Lafrenière a souri alors qu'il assistait aux derniers instants de la séance d'entraînement dimanche. Il avait de toute évidence l'air soulagé.

Le joueur étoile ratera le match du Canada contre l’Allemagne lundi, et l’équipe n’a pas voulu s’avancer sur sa présence pour le reste du Championnat du monde de hockey junior.

Lafrenière, pour sa part, n’a pas voulu dire si son tournoi était terminé.

«Il marche. C’est positif», a déclaré l’entraîneur adjoint d’Équipe Canada junior, André Tourigny, dans un point de presse en français au cours duquel il a précisé qu’un test d’imagerie par résonance magnétique effectué sur le genou gauche de Lafrenière n’avait révélé aucune fracture, ni aucune déchirure ligamentaire.

Ce test a été réalisé dans un hôpital d’Ostrava, à la suite d’un diagnostic initial effectué par le thérapeute en chef de l’équipe, le Dr Ed Berdusco.

«En tant qu’entraîneur, nous voulons savoir s’il (Lafrenière) sera en mesure de jouer, a ajouté Tourigny. Il (le médecin) n’a pas voulu dire s’il pouvait jouer, mais il n’a pas dit qu’il ne pourrait pas.»

Lafrenière ratera de toute évidence le match de lundi contre l’Allemagne, mais pourrait effectuer un retour au jeu mardi contre le pays hôte, la République tchèque, ou encore pendant la ronde des médailles à compter de jeudi.

«Il s’amuse et fait des blagues avec les gars, a décrit Tourigny. Il est très détendu en ce moment, donc c’est un bon signe.»

L’attaquant québécois avait dû être escorté hors de la patinoire pendant la deuxième période du match entre le Canada et la Russie, samedi.

Tandis que les Canadiens tiraient de l’arrière 3-0, la jambe de l’attaquant étoile âgé de 18 ans s’est retrouvée coincée entre les jambières du gardien russe Amir Miftakhov alors qu’il tentait de traverser son demi-cercle, à 18:24 du deuxième tiers. Lafrenière s’est ensuite tordu de douleur, alors qu’il était allongé sur la surface glacée.

«C’est difficile pour lui d’être à l’écart, a reconnu le capitaine canadien Barrett Hayton. C’est bien de l’avoir dans l’entourage de l’équipe, car il amène une belle énergie.»

Le Canada a appris dimanche qu’il devra se débrouiller sans deux de ses trois meilleurs attaquants face à l’Allemagne lundi puisque Joe Veleno a écopé d’une suspension d’un match en raison d’un coup donné avec son casque lors de la défaite contre la Russie.

L’espoir de 19 ans des Red Wings de Detroit est l’une des pièces maîtresses de l’avantage et du désavantage numérique et a été le joueur le plus efficace lors des mises en jeu avec un rendement de 57,6 pour cent.

Lafrenière a marqué 23 buts et amassé 70 points en seulement 32 rencontres cette saison avec l’Océanic de Rimouski, dans la LHJMQ.

Il s’était signalé avec une performance de quatre points dans la victoire de 6-4 du Canada contre les États-Unis en lever de rideau du tournoi, le 26 décembre.

Hayton s’excuse

Entre-temps, Hayton a dû faire un deuxième mea culpa pour avoir refusé de retirer son casque protecteur pendant l’hymne national russe après la correction de 6-0 subie samedi.

«Je veux simplement m’excuser... aux Russes, à leur équipe et à tout le monde, a déclaré le hockeyeur âgé de 19 ans, dans un communiqué diffusé par Hockey Canada en fin de soirée samedi. Ce n’est pas ce que je voulais faire, mais je dois accepter la responsabilité de mes gestes.»

Les représentants de l’unifolié ont pris part à un entraînement très intense dimanche, dans l’espoir de tourner la page sur la déconfiture de la veille.

Il faut saluer le travail des Russes, a dit Tourigny. Ils ont joué avec intensité. Ils jouaient avec l’énergie du désespoir. Ils étaient beaucoup plus intenses que nous. C’est un aspect que nous pouvons améliorer, ce qui est une bonne nouvelle.»

Hayton a ajouté que les Canadiens, qui ont une fiche d’une victoire et d’une défaite dans le groupe B, ont peut-être prêché par excès de confiance.

«C’est de toute évidence un rappel à l’ordre, a-t-il évoqué. Ils nous ont vraiment malmenés.»

Les principaux gagnants de l’absence de Lafrenière lundi seront Connor McMichael, le meilleur marqueur de la Ligue de hockey junior de l’Ontario (OHL) et membre des Knights de London, qui sont dirigés par Dale Hunter, et Dawson Mercer - le 13e attaquant lors des deux premiers matchs du tournoi.

McMichael a patiné en compagnie de Hayton et Nolan Foote dimanche, tandis que Mercer faisait partie d’un trio avec Joe Veleno et Quinton Byfield.

«Je ne doute aucunement de notre équipe, a assuré McMichael. Nous serons bien meilleurs.»

Hockey

Mondial junior: le Canada perd le match contre la Russie... et Lafrenière [VIDÉO]

OSTRAVA, République tchèque — Le Canada a encaissé un cuisant revers de 6-0 contre la Russie, et il n'était pas au bout de ses peines puisqu'il a aussi perdu les services de son joueur étoile Alexis Lafrenière, qui semble s'être blessé à un genou samedi au Championnat du monde de hockey junior.

Tandis que les Canadiens tiraient de l’arrière 3-0, l’attaquant étoile âgé de 18 ans est entré en contact avec le gardien russe Amir Miftakhov alors qu’il tentait de traverser son demi-cercle, à 18:24 du deuxième tiers. Lafrenière a perdu légèrement son équilibre et le genou gauche du joueur originaire de Saint-Eustache a semblé se tordre.

«Nous n’avons pas de détails à donner, a dit l’entraîneur-chef du Canada, Dale Hunter, quand il a été questionné pour savoir la gravité de la blessure. Il continue à être évalué.»

Après que Lafrenière eut été rejoint par ses coéquipiers et le personnel médical d’Équipe Canada junior, la foule s’est tue.

Lafrenière, qui pourrait être le premier choix du prochain repêchage de la LNH, se tordait de douleur alors qu’il était allongé sur la surface glacée.

Il n’a pu mettre de poids sur sa jambe gauche, tandis qu’il était escorté hors de la patinoire par ses coéquipiers.

Lafrenière a marqué 23 buts et amassé 70 points en seulement 32 rencontres cette saison avec l’Océanic de Rimouski, dans la LHJMQ.

Il s’était signalé avec une performance de quatre points dans la victoire de 6-4 du Canada contre les États-Unis en lever de rideau du tournoi, le 26 décembre.

«Il est un morceau important de cette équipe, mais ce n’est pas une excuse, a dit Hunter. Les Russes ont joué un bon match. Nous devons retenir la leçon et tourner la page.»

L’attaquant canadien Ty Dellandrea a admis avoir été ébranlé par la blessure de Lafrenière.

«Il est un meneur sur la glace et dans le vestiaire, a-t-il dit. Nous savons tous quel type de joueur il est.»

Nikita Alexandrov, avec un but et une passe, Alexander Khovanov, Pavel Dorofeyev, Nikita Rtischev, Yegor Sokolov et Grigori Denisenko ont tous touché la cible pour la Russie, qui a rebondi après une étonnante défaite de 4-3 encaissée le 26 décembre contre le pays hôte, la République tchèque.

Miftakhov, qui a entamé la rencontre devant le filet de la Russie en remplacement de Yaroslav Askarov, a effectué 28 arrêts et signé le jeu blanc.

C’est la première fois depuis le 27 décembre 1998 que le Canada est blanchi au Mondial junior - une séquence de 134 matchs.

Nico Daws a cédé quatre fois sur 18 tirs avant d’être remplacé par Joel Hofer. Ce dernier a conclu la rencontre avec 20 arrêts pour le Canada.

Ainsi, en plus d’avoir perdu son joueur étoile, le Canada a sans doute offert l’une de ses pires performances en 44 ans d’histoire à ce tournoi.

Pour leur part, les Russes étaient furieux pendant l’hymne national après la rencontre, puisque le capitaine du Canada Barrett Hayton n’a pas retiré son casque. Quelques joueurs ont refusé de serrer la main de Hayton avant de quitter la patinoire.

«Je regrette de ne pas avoir retiré mon casque pendant l’hymne national de la Russie à la suite du match d’aujourd’hui et je tiens à m’excuser auprès de l’équipe russe et de ses partisans, a dit Hayton dans un communiqué émis par Hockey Canada en fin de soirée. En tant que meneur au sein de mon équipe, je tentais de réfléchir au match et de trouver des solutions pour qu’on se regroupe. J’étais perdu dans mes pensées.»

Le Canada, la Russie, la République tchèque, les États-Unis et l’Allemagne ont tous des fiches de 1-1 dans leur groupe. Le Canada tentera de se racheter lundi, quand il affrontera l’Allemagne.