Drakkar

D'Artagnan Joly quitte le Drakkar

BAIE-COMEAU — Ça bouge à bord du Drakkar. L’attaquant D’Artagnan Joly a quitté le navire en attendant de connaître sa nouvelle destination tandis que le gardien Justin Blanchette a exigé une transaction, à la grande surprise du directeur général Steve Ahern.

Commençons par le cas Joly. Il amorce donc ses vacances de Noël quelques jours avant ses désormais ex-coéquipiers. Personne n’a jamais remis en doute ses talents de hockeyeur, mais pour ce qui est de son niveau d’engagement, il a été régulièrement remis en question par les partisans de l’équipe, qui n’en pouvaient plus de le voir à la traîne.

«En ce qui concerne son talent, personne n’a de doute. D’Artagnan, c’est aussi une bonne personne et un coéquipier apprécié, mais respecter les limites de vitesse sur la glace, ce n’est pas toujours de mise», a imagé Ahern, qui aurait bien aimé que Joly prenne exemple sur le capitaine du Drakkar, Gabriel Fortier, sur l’importance de jouer avec intensité.

Le grand attaquant de 6’3”, qui a compilé une fiche de 26 points en 31 rencontres jusqu’ici, a intéressé quelques autres directeurs généraux à travers la LHJMQ. Ahern croit même qu’il pourra boucler une transaction dès l’ouverture du marché dimanche, quelques détails restant à peaufiner.

«Je trouve ça dommage, j’aurais bien aimé que D’Artagnan termine sa carrière ici, mais ça ne s’est pas passé comme ça», a ajouté le dg, qui avait acquis Joly des Olympiques de Gatineau le 21 décembre 2015 dans la transaction impliquant Nicolas Meloche.

Ahern déçu

Quant à Blanchette, Ahern a avoué être tombé en bas de sa chaise quand le cerbère est venu le voir pour exiger d’être échangé. «Je suis sincèrement déçu. Justin a un important examen [scolaire] jeudi, on va le laisser se concentrer là-dessus, mais quand on exige un échange, il me semble qu’on ne fait pas ça sur un coup de tête. Il n’était pas sur le marché des échanges et le plan était de le garder ici.»

Selon le directeur général du Drakkar, le gardien n’aurait guère apprécié le nouveau modus operandi de l’entraîneur-chef Martin Bernard, qui a décidé de laisser la cage au même gardien tant que ce dernier remportait des matchs. Kyle Jessiman en a profité pour prendre la pole.

«Les deux fois où Justin a pris le net après ça, il n’a pas fait la job», n’a pu que reconnaître le patron hockey du Drakkar, qui a confié qu’il s’attendait à ce que Blanchette s’impose cette saison, lui qui montre une fiche de huit gains et cinq revers et un pourcentage d’arrêts de ,888. Ahern n’aura sûrement pas autant pour Blanchette que le prix qu’il a payé pour l’obtenir du Phœnix de Sherbrooke en 2016, soit un choix de première ronde.

Pour les deux matchs de la fin de semaine à Rimouski, le Drakkar a rappelé le gardien Félix-Antoine Voyer des Gaulois de Saint-­Hyacinthe midget AAA, choix de 12e tour de l’équipe au dernier repêchage.

Dobson et Joseph dans sa mire

Ahern a aussi confié au Soleil qu’il devrait avoir bien des choses à annoncer dès le signal d’ouverture du marché des échanges dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Ce n’est pas un secret qu’il est à la recherche de défenseurs et il a indiqué «être sur les dossiers» de Noah Dobson, du Titan d’Acadie-Bathurst, et Pierre-Olivier Joseph, des Islanders de Charlottetown, sûrement les arriè­res les plus recherchés.

«Oui, on regarde pour Dobson et Joseph, mais pour l’instant, les prix sont excessifs et je ne lessiverai pas notre équipe pour conclure une transaction, c’est sûr.»

Hockey junior

Les Olympiques sans complexe contre les 67’s

Il fallait que les 67’s d’Ottawa traversent la rivière des Outaouais pour subir une première défaite en temps réglementaire depuis le 3 octobre dernier.

Les Olympiques de Gatineau, quinzièmes au classement général de la LHJMQ, ont mis fin à une séquence difficile de six revers de suite en renversant la meilleure équipe de la Ligue de l’Ontario avec une victoire de 2-1 devant une foule survoltée comme dans un match des séries éliminatoires au centre Robert-Guertin vendredi soir.

Olympiques

Bérubé gonflé à bloc pour la coupe Alexandra

La pente menant vers la coupe Alexandra perchée au sommet de la montagne pourrait sembler impossible à franchir pour les Olympiques de Gatineau.

L’équipe de la LHJMQ vient de perdre ses six derniers matches. À l’autre bout du spectre, les 67’s d’Ottawa n’ont jamais été défaits en temps réglementaire à leurs 23 derniers matches.

Olympiques

Ennuis de santé pour Charles Henry

L’architecte des sept championnats de la coupe du Président des Olympiques de Hull/Gatineau éprouve des ennuis de santé.

Diagnostiqué avec une tumeur lymphatique au cou il y a deux semaines, Charles Henry a perdu 50 livres en seulement quelques mois. 

Selon sa famille, il est encore trop tôt pour connaître l’ampleur de la tumeur, mais celle-ci affecte sa capacité de se nourrir. 

Des traitements de chimiothérapie, de radiation ou une intervention chirurgicale seront les scénarios envisagés par les médecins à la suite d’une rencontre vendredi.

Ancien pompier à Ottawa et entraîneur chevronné dans l’organisation des Voyageurs d’Ottawa Est, Charles Henry avait apporté une crédibilité instantanée aux Olympiques dès son arrivée en 1985 en amenant son ami Wayne Gretzky à acheter le club auprès de la Ville de Hull. Avec Pat Burns à la tête de son club, il avait remporté le championnat du circuit Courteau dès sa première année. Grâce à son doigté pour choisir des entraîneurs doués et à un réseau de contacts hors du commun, le « Grand Manitou » a aidé à construire sept équipes championnes de la coupe du Président entre 1986 et 2008. Menée par un autre Franco-Ontarien, Claude Julien, l’édition de 1996-97 a aussi soulevé la coupe Memorial sur la patinoire du centre Guertin. Henry a quitté l’équipe de son propre chef en 2010. Les Olympiques n’ont pas gagné un championnat de la LHJMQ depuis son départ.

Charlie Henry a déjà remporté une première lutte contre un cancer du pancréas en 2011. Les médecins ne donnaient pas cher de sa peau, mais il avait survécu. Il avait parlé d’un « miracle » dans un entretien avec Le Droit par la suite. 

Pour célébrer sa victoire, il avait effectué un grand voyage en Chine avec son fils Michael.

Son combat pourrait être plus compliqué cette fois étant donné son âge plus avancé (80 ans), mais dans la vie comme au hockey, Charles Henry a toujours démontré qu’il pouvait déjouer les pronostics.

Olympiques

Les Olympiques privés de leurs Européens

Qui dit mois de décembre dit tournois de hockey internationaux.

Iaroslav Likhachev a quitté Gatineau au début de la semaine pour rejoindre l’équipe nationale russe des moins de 18 ans en vue du Championnat mondial junior A qui se déroulera en Alberta du 9 au 16 décembre.

Olympiques

Les Olympiques dominent, mais s’inclinent

Même en dominant leurs adversaires samedi soir au centre Robert-Guertin, les Olympiques de Gatineau ont été incapables d’acheter une victoire.

Les protégés d’Éric Landry se sont butés à un gardien au sommet de son art. Antoine Coulombe a mérité la première étoile en repoussant 43 des 45 tirs des Olympiques et les Cataractes de Shawinigan ont quitté le « Vieux Bob » avec un gain de 3-2.

Olympiques

Les Olympiques écrasés par les Voltigeurs

Retour à la normale à Drummondville vendredi soir. Si les Olympiques avaient pu surprendre les Voltigeurs 7-1 au centre Robert-Guertin il y a deux semaines, ces derniers ont pu leur rendre la monnaie de leur pièce devant leurs propres partisans avec un gain convaincant de 7-3.

Tel un scénario idéal écrit pour les partisans drummondvillois, Maxime Comtois, fraîchement de retour de son stage avec les Ducks d’Anaheim, a marqué le premier but des Voltigeurs à son premier match de la saison dans la LHJMQ.

Olympiques

Comtois en renfort contre les Olympiques

Les Olympiques n’ont pas goûté à la victoire depuis trois matches. Leur dernier gain remonte au 16 novembre : une surprise de 7-1 contre les Voltigeurs de Drummondville.

Ceux-ci n’ont pas perdu depuis cette dégelée inattendue. Ils ont gagné leurs quatre matches suivants par des pointages combinés de 26-7. Les deux équipes croiseront le fer à nouveau vendredi soir au centre Marcel-Dionne. Les Voltigeurs (18-6-1) auront le cœur à la revanche et pourront miser sur un ajout de taille pour parvenir à leurs fins.

Les Olympiques (10-13-3) auront la tâche de freiner leur séquence de revers tout en composant avec le retour d’un joueur de la LNH.

Maxime Comtois arrive des Ducks d’Anaheim où il avait entrepris la saison avec une impressionnante récolte de deux buts et sept points en 10 matches avant de subir une blessure, qui l’a amené à un repos forcé, puis à un court séjour dans la Ligue américaine.

Les Ducks ont cédé le médaillé d’or du dernier Championnat mondial junior aux Voltigeurs le week-end dernier. Vendredi, il disputera son premier match de la saison dans la LHJMQ face aux Olympiques. En 2017-18, il avait marqué 44 buts et totalisé 85 points en 54 matches avec les Tigres de Victoriaville.

Acquis par voie de transaction en juin dernier, Comtois s’amène dans une équipe déjà bien nantie en attaque. Sept joueurs des Voltigeurs ont amassé au moins un point par match depuis le début de la saison, dont  l’ancien Intrépide Xavier Simoneau.

D’ailleurs, quand on lui a demandé s’il avait hâte de jouer avec Joe Veleno pendant une entrevue télévisée lundi, Comtois a répondu dans l’affirmative tout en ajoutant rapidement le nom de Simoneau au passage. Les deux ont joué ensemble pendant le camp des Voltigeurs. La petite bombe de St-André-Avellin devrait profiter de la présence du colosse de 6’2’’ et 212 livres à ses côtés.

Simoneau comblé

« Ce n’est pas encore déterminé si nous allons être dans le même trio, mais c’est sûr que ce serait plaisant de jouer avec un joueur de son style. Max est un des meilleurs attaquants en puissance de la ligue. Nous avons joué ensemble durant le camp et on se complétait bien, mais notre club est fort bien équilibré avec quatre bons trios, six défenseurs solides et deux bons gardiens », a dit Simoneau avant d’affronter les Olympiques jeudi.

Avec Comtois dans leurs rangs, les Voltigeurs seront mieux armés pour faire la lutte aux Huskies de Rouyn-Noranda (22-4-0) dans l’espoir de prendre le premier rang de l’Association de l’ouest de la LHJMQ.

« C’est sûr que l’ajout de Max représente un élément important. Il a joué dans la Ligue nationale. Il a gagné une médaille d’or. Nous l’avons affronté dans les séries l’an dernier. C’est dur de jouer contre lui. Il arrive à un bon moment. On vient de gagner trois matches dans les Maritimes. Nous sommes sur une lancée et nous pensons encore à ce match que nous avons perdu contre les Olympiques. »

Six joueurs des Voltigeurs venaient alors de participer à la série Canada-Russie avant de débarquer à Gatineau. Le gardien Olivier Rodrigue était resté à la maison. Ce sera différent vendredi.

« Nous ne nous étions pas présentés. On a vu le résultat. Ça avait brassé aussi à la fin, alors... »