Olympiques

Abramov vient battre les Olympiques

La tempête de vendredi à samedi a été une bonne chose pour Vitalii Abramov et les Tigres de Victoriaville.

Les mauvaises conditions routières ont forcé l’annulation de leur visite à Gatineau samedi et le duel contre les Olympiques a été remis à dimanche.

Blessé légèrement avant son match de vendredi, Abramov a bénéficié d’une journée supplémentaire pour se soigner. L’ancienne gloire des Olympiques a ainsi pu reprendre sa place dans l’alignement pour disputer un dernier match au centre Robert-Guertin.

Abracadabramov a déjà été plus étincelant devant les partisans gatinois, mais dimanche, il en a fait juste assez pour sortir de Guertin en vainqueur. L’attaquant russe a participé à un but et il était aussi sur la glace quand Maxime Comtois a inscrit le but victorieux des Tigres à 3:16 de la fin du match.

Abramov a hérité de la deuxième étoile et les Tigres ont signé un gain de 3-2 devant une foule annoncée à 2403 spectateurs.

« C’était bien de pouvoir jouer un dernier match ici, mais si ça m’a fait bizarre de jouer contre mes anciens coéquipiers, mais j’ai aimé le défi. L’annulation du match de samedi m’a aidé à revenir au jeu aujourd’hui », a dit le numéro 11 des Tigres.

Olympiques

Dernière visite pour Abramov

Recrue par excellence de la LHJMQ en 2015-2016. Meilleur compteur du circuit Courteau en 2016-17.

Vitalii Abramov aura marqué l’imaginaire des partisans des Olympiques de Gatineau avant d’être échangé aux Tigres de Victoriaville contre plusieurs choix au repêchage à la mi-novembre. Son impact immédiat et son agilité hors-norme lui ont attiré des comparaisons à Claude Giroux. On lui a même accolé le surnom d’Abracadramov. L’expression a amusé l’attaquant russe pendant son séjour à Gatineau où il a accumulé 197 points en 142 matches de saison régulière. 

Samedi soir, il aura l’occasion de venir s’amuser une dernière fois au centre Robert-Guertin alors que les Tigres feront leur deuxième visite de la saison en Outaouais.

Le hasard a voulu que le dernier match d’Abramov au « Vieux Bob » ait été contre les Tigres. C’était un 11 novembre. Il avait justement été la bougie d’allumage des siens dans un gain de 6-3 où il avait été la première étoile de la rencontre avec deux buts et trois points.

Reste à voir comment les partisans vont l’accueillir à présent qu’il évoluera dans le camp ennemi.

« Je ne sais pas comment les gens vont réagir. J’espère que tout sera correct. Je suis excité de revenir à Gatineau pour saluer les partisans et revoir les gens de ma famille d’accueil. J’ai un match contre Québec vendredi avant de penser à celui de Gatineau, mais je crois que je vivrai des émotions spéciales. J’ai passé du bon temps avec les Olympiques », a-t-il raconté au Droit avant d’affronter les Remparts vendredi soir, mais une blessure de dernière minute au bas du corps lui a finalement empêché de prendre part au match.

La blessure serait mineure selon les Tigres, mais sa présence à Guertin pourrait être compromise samedi.

Toujours en santé vendredi matin, l’espoir des Blue Jackets disait être resté en contact avec ses anciens coéquipiers de l’Outaouais. Il a cru comprendre leur tristesse, puis leur colère lorsqu’il a été échangé même si tout allait bien chez les Olympiques. Il n’a d’ailleurs pas été surpris de voir l’équipe continuer à gagner malgré son départ. Les protégés d’Éric Landry avaient perdu deux matches de suite après l’échange d’Abramov, mais ils avaient enchaîné avec une série de 14 matches sans défaite en temps réglementaire.

« Les gars n’étaient pas trop contents quand je suis parti, mais j’ai suivi leurs résultats et leurs succès ne m’ont pas surpris. Gatineau a une bonne équipe. D’autres joueurs ont profité d’un temps de glace accru après mon départ et c’est un club qui travaille très fort. »

Les Tigres, c’est maintenant bien connu, ont tout misé pour gagner un championnat en 2018. En plus d’avoir ajouté le meilleur attaquant de la LHJMQ, les Félins ont aussi mis la main sur Étienne Montpetit. Le gardien de 20 ans est considéré comme le meilleur de la ligue.

Étrangement, les Tigres sont toujours derrière les Olympiques au classement, mais depuis un mois, ils remontent la pente rapidement.

« Le club travaille plus fort. Nous allons beaucoup mieux. Je suis bien chez les Tigres. J’aime tout à Victoriaville et je suis content que le club ait mis le paquet pour aller chercher de bons joueurs. »

Parce qu’ils disposent maintenant d’un alignement bien garni, les Tigres devraient dépasser les Olympiques au classement d’ici peu. « L’objectif, c’est de gagner le plus de places possibles au classement pour améliorer notre sort dans les séries », a dit Abramov.

Champion compteur ?

Auteur de 50 points en 31 matches, Abramov était le troisième marqueur de la LHJMQ même s’il a raté plusieurs matches pendant sa participation au Championnat mondial junior. Il avait toutefois 19 points de retard Alex Barré-Boulet (Armada), le meneur de la ligue.

Aura-t-il suffisamment de temps pour le rattraper et gagner un autre championnat des compteurs ?

« On ne sait jamais ce qui peut arriver, mais je n’y pense pas vraiment. Je vais y aller un match à la fois et voir ce qui va se produire. »

Jeudi, dans le premier match d’un « trois en trois » des Tigres ce week-end, il a amassé quatre points en jouant avec le médaillé d’or Maxime Comtois.

Olympiques

Ottawa impose sa loi à Gatineau

Il faisait tempête à l’extérieur, mais à l’intérieur du «Vieux Bob», l’ambiance était électrique pour la deuxième manche de la Bataille de la rivière des Outaouais entre les Olympiques de Gatineau et les 67’s d’Ottawa.

Un partisan ottavien avait lancé les hostilités juste avant l’hymne national en criant un retentissant «let’s go Ottawa»! Les partisans des Olympiques l’ont rapidement enterré avec leurs chants de «Go Hull Go»! La table était mise pour une bonne soirée de hockey junior, mais il y avait une équipe qui semblait en mission plus que l’autre. Et ce n’était pas l’équipe locale.

Les 67’s sont sortis avec le couteau entre les dents. Dominants sur le plan physique, ils ont rapidement pris les devants pour ne jamais regarder derrière. Les visiteurs ont signé une victoire de 5-0 pour ainsi venger leur échec de 4-1 sur la patinoire extérieure de la Place TD le 17 décembre dernier.

Les «visiteurs» ont ainsi cassé le party de la majorité des 2980 spectateurs gatinois, qui n’ont même pas pu applaudir un seul but de leurs favoris. Olivier Tremblay, un rescapé de la LHJMQ, n’a eu qu’à effectuer 20 arrêts pour réaliser son deuxième jeu blanc de la saison.

Le Franco-Ontarien Samuel Bitten s’en est aussi donné à cœur joie en sol outaouais en comptant deux buts. La recrue de 17 ans a ouvert la marque à la 13e minute de jeu et il a fait 3-0 pour les 67’s en deuxième période. Austen Keating et Mitchell Hoelscher ont aussi déjoué Tristan Bérubé dans les 40 premières minutes de jeu.

Le vétéran a cédé sa place à William Giroux en troisième période. Troisième gardien des Olympiques, Giroux a été rappelé pour le week-end afin de remplacer Creed Jones qui devait retourner à la maison pour soigner une blessure mineure. Il sera de retour à Gatineau mardi. Giroux a été un des rares éléments positifs dans ce match où les Olympiques ont été déclassés sur toute la ligne.

Le gardien de 19 ans a repoussé 11 tirs dans ses 12 premières minutes de jeu pour garder le pointage à un niveau raisonnable. Il n’aura cédé qu’une seule fois sur 12 tirs, celui de Kody Clark. Il a dû briller plus souvent qu’à son tour pendant que ses coéquipiers, frustrés, se succédaient au banc des punitions. Le désavantage numérique des Olympiques a également connu une bonne soirée, n’allouant aucun but en sept occasions des 67’s.

Trépanier blessé

Le duel à caractère robuste a donné lieu à un combat de lutte entre le colosse Shawn Boudrias et le géant Kevin Bahl. Le match a également fait une victime. Tombé dangereusement en deuxième période, Maxim Trépanier n’est jamais revenu au jeu et les Olympiques n’avaient pas de nouvelles à son sujet après la défaite, une troisième consécutive depuis la fin de la période des transactions.

L’entraîneur-chef Éric Landry s’expliquait mal la mauvaise sortie de son club contre les 67’s.

«Ils nous ont mis beaucoup de pression au début du match. Nous étions nerveux avec la rondelle. Il y avait de l’excitation dans l’air. Déjà pendant l’hymne national, on entendait les cris des spectateurs. C’est comme si nous avions eu trop d’énergie mal placée. Il n’y a rien qui a fonctionné pour nous. Ottawa a bien fait. Il faut leur rendre crédit. Ils ont gardé les choses simples alors que nous avons tenté de compliquer les choses. Ils ont placé des rondelles pour aller les chercher alors que nous avons tenté des jeux plus difficiles.»

Les Olympiques (23-15-4) ont connu du succès sans Vitalii Abramov depuis le mois de novembre, mais les départs de Mitchell Balmas (pas encore remplacé par Dawson Theede, blessé) et de Will Thompson à la défensive semblent avoir compliqué les choses. Les deux avaient été des acteurs importants de la dernière victoire des Olympiques contre les 67’s plus tôt en décembre.

Olympiques de Gatineau

La rivalité renaît à Guertin

La grandeur de l’événement du match extérieur présenté à la Place TD a amené son lot de distractions dans le premier affrontement en 15 ans entre les Olympiques de Gatineau et les 67’s d’Ottawa le 17 décembre dernier.

Il n’y a qu’une rivière qui sépare les rivaux naturels du hockey junior canadien et les duels entre les deux clubs de la région de la capitale nationale ont toujours été très intenses.

Le match extérieur remporté 4-1 par les Olympiques il y a quelques semaines a fait exception à la règle. La partie a été disputée sans anicroche dans un décor féérique digne d’un grand festival de hockey.

Cela pourrait changer au centre Robert-Guertin vendredi soir alors que les deux clubs vont croiser le fer à nouveau dans un environnement qu’ils connaissent beaucoup mieux.

«La dernière fois, c’était plus un spectacle. Vendredi, nous allons jouer dans notre aréna. Nous sommes difficiles à battre à la maison. Les gars en parlaient justement ce matin. Ils avaient l’intention de sortir leurs épaules. Ça devrait être un match robuste. Ça  va être un maudit bon match», a lancé l’attaquant Anthony Beauchamp.

Originaire de Thurso, il a été témoin de la rivalité Ottawa-Gatineau dans sa jeunesse. Il a même été partisan des deux clubs avant de jouer pour les Olympiques.

«J’assistais aux matches des deux équipes. À Ottawa, j’allais voir les équipes de Cody Ceci et Tyler Toffoli. Puis, j’ai vu les matches hors-concours où ça brassait pas mal entre les deux clubs ! Encore cette année, j’ai des amis de l’autre côté. Je m’entraîne avec Tye Felhaber et Samuel Bitten durant l’été.»

Qui remplacera Balmas?

Les Gatinois voudront surtout retrouver le sentier de la victoire vendredi puisqu’ils ont perdu leurs deux derniers matches en Abitibi.

Pour se faire, il faudra qu’un autre héros se lève puisque dans le dernier gain des Olympiques contre les 67’s, Mitchell Balmas avait hérité de la première étoile grâce à son tour du chapeau. Ce fut aussi son dernier match avant d’être échangé au Titan d’Acadie-Bathurst.

Shawn Boudrias avait également excellé dans ce match-là avec une récolte de trois points. Quand on lui demande s’il est prêt à prendre le relais de Balmas, il sourit. «J’ai quand même eu la deuxième étoile dans ce match ! Je vais toujours m’en souvenir. Je voulais vraiment compter un but dans ce match extérieur et c’est arrivé. Bon, Mitchell est parti, mais je suis encore là ! Et je veux gagner ce match comme tous les autres.»

Il n’y a pas que Balmas et Boudrias qui avaient été des joueurs importants dans cette victoire contre Ottawa. Will Thompson, lui aussi échangé, avait donné le ton avec une mise en échec percutante contre le capitaine des 67’s, Travis Barron, dès le départ.

L’entraîneur-chef Éric Landry croit d’ailleurs que d’autres joueurs sont prêts à prendre des responsabilités accrues afin d’aider les Olympiques à balayer la série intra-ligues.

«Au-delà des statistiques, plusieurs joueurs avaient contribué à cette victoire. Nous avons perdu quelques éléments depuis ce temps-là et nous avons perdu nos deux matches à Val-d’Or et Rouyn-Noranda, mais nous avons continué à avoir des chances de marquer. Cette semaine, nous avons travaillé notre exécution. Je suis certain que d’autres joueurs vont se lever.»

Landry pense aussi que ses joueurs seront plus concentrés vendredi soir alors qu’ils n’auront plus à composer avec l’excitation du match extérieur.

«On revient dans un encadrement que les joueurs connaissent. Les gens vont voir du vrai hockey junior à son meilleur !»

Olympiques de Gatineau

Theede, la bombe à retardement

Des partisans des Olympiques de Gatineau ont grincé des dents quand le club a échangé Mitchell Balmas au Titan d’Acadie-Bathurst juste avant Noël.

Auteur de 24 buts au moment de la transaction, l’attaquant de 19 ans était le deuxième meilleur franc-tireur de la LHJMQ, mais quand le Titan a offert deux choix de première ronde et l’attaquant de 20 ans Dawson Theede en compensation, la direction du club ne pouvait pas refuser.

Un des choix de première ronde a déjà servi à soutirer Maxim Trépanier à l’Océanic de Rimouski, mais Dawson Theede, lui, n’a toujours pas été en mesure d’aider les Olympiques à gagner des matches.

Blessé au haut du corps pendant la prolongation de son dernier match avant la pause de Noël, l’Ontarien ne s’est pas encore entraîné avec le club.

Selon le directeur des opérations hockey des Olympiques, son retour à l’entraînement devrait se faire d’une journée à l’autre.

« Nous aurons plus de nouvelles jeudi. Nous aimerions le voir jouer contre les 67’s d’Ottawa vendredi, mais nous voulons aussi nous assurer qu’il soit à 100 % avant de le lancer dans la mêlée. Sa blessure avait l’apparence d’être mineure au début. Il était rentré chez lui sans en parler à personne après son dernier match avant Noël », a expliqué Alain Sear durant l’entraînement des Olympiques mercredi.

Comme Zack MacEwen ?

Pour l’entraîneur-chef Éric Landry, la rentrée de Dawson Theede va changer la dynamique de son attaque. L’an dernier, à 20 ans, Zack MacEwen avait connu une saison magique qui lui avait permis d’obtenir un lucratif contrat avec les Canucks de Vancouver.

Theede a sensiblement le même gabarit que MacEwen. Ce n’est pas le même genre de joueur, mais Landry estime que son nouveau géant pourrait rapporter des résultats similaires à ceux de MacEwen pour son équipe.

« Dawson n’est pas comme Zack. Zack faisait 6’4’’ lui aussi, mais on aurait dit qu’il avait les mains agiles d’un joueur de 5’5’’ ! Mais comme Zack, Dawson est capable de marquer de gros buts. Il peut se servir de son gabarit pour se rendre au filet ou pour créer de l’espace à ses coéquipiers. Sans jouer comme Zack, Dawson pourra arriver à la même fin. Il va juste faire les choses différemment. »

Au moment de son acquisition, Theede avait récolté 28 points en 32 matches et il aurait été le meilleur compteur des Olympiques.

Le choc de la transaction passé, l’agent libre a hâte de mettre la main à la pâte pour aider son club à reprendre sa série victorieuse.

« Ça ne me dérange pas d’être ici maintenant. J’avais passé deux ans à Bathurst où l’équipe se dirigeait vers une grosse année, mais c’est le temps d’aller de l’avant et je veux aider Gatineau à gagner. Nous avons une bonne équipe. Nous sommes bien placés au classement et nous aurons l’occasion de causer des dommages dans les séries. Je suis taillé sur mesure pour ça. J’ai un gros gabarit. Je joue avec fougue et j’ai l’expérience d’avoir atteint le carré d’as l’an dernier », a dit le colosse de 6’4’’ et 220 livres.

Theede se souvient de son seul match disputé à Gatineau cette saison. Il avait été décoré de la première étoile en déjouant Mathieu Bellemare deux fois.

« Je suis excité à l’idée de jouer à Gatineau à nouveau, mais pour mon nouveau club. Je ne sais pas quand, mais j’ai l’intention de reprendre là où j’avais laissé à Bathurst en jouant de grosses minutes », a dit celui qui a compté 24 buts la saison dernière.

Olympiques de Gatineau

Prolongation de contrat pour Landry

Au début de la saison 2017-18, les observateurs de la planète LHJMQ prédisaient une saison de misère aux Olympiques de Gatineau.

Les plus pessimistes ont même suggéré que l’équipe la plus titrée de l’histoire du circuit Courteau était menacée d’une place dans les séries éliminatoires pour la première fois depuis 1984.

La transaction presque inévitable de Vitalii Abramov était au coeur des préoccupations pour cette première année complète de l’ère d’Éric Landry derrière le banc de l’équipe gatinoise.

Or, les Olympiques ont connu un excellent départ et lorsqu’ils ont décidé de sacrifier le meilleur compteur de la LHJMQ à la mi-novembre, l’équipe s’est mise à gagner davantage. Elle a même connu une séquence de 10 victoires consécutives au mois de décembre.

Il y a presque un an, Landry avait également redressé les Olympiques après le congédiement de Mario Duhamel.

Parce que son club a effectué plusieurs transactions dans le cadre d’un plan à long terme, le directeur des opérations hockey des Olympiques, Alain Sear, a tenu à assurer une stabilité à son organisation en octroyant une prolongation de contrat de deux ans à son entraîneur-chef.

Éric Landry était sous contrat jusqu’à la fin de la saison 2018-19. Il pourra maintenant manoeuvrer jusqu’en 2020-21, après la rentrée prévue dans un nouvel amphithéâtre.

«La décision a été assez facile à prendre. Quand j’ai approché le conseil d’administration avec le désir d’offrir une extension de contrat à Éric, je souhaitais nous offrir une stabilité à long terme. J’étais tanné de voir le va-et-vient au sein de notre organisation. Éric a prouvé qu’il était capable de mener cette équipe avec succès. Cette organisation a été bâtie par la qualité de ses entraîneurs. Il y a une harmonie et une chimie qui s’est installée entre tous les membres de l’organisation et la prochaine étape sera de retenir les services de nos autres entraîneurs», a mentionné Alain Sear pendant une conférence de presse au centre Guertin mardi.

De son côté, le principal intéressé n’avait qu’à contempler un mur dans son bureau pour montrer son appréciation devant sa prolongation de contrat.

Éric Landry fixait les photos de Pat Burns, Claude Julien et Alain Vigneault devant lui quand il a lancé ceci.

«Comment un Gatinois ne peut-il pas être motivé en regardant ces photos ? Benoît Groulx n’y est pas encore, mais il y sera éventuellement. Cette équipe a toujours eu du succès avec des entraîneurs locaux. Au niveau junior, c’est un job de rêve pour un gars de la place. Cette prolongation de contrat est une belle marque de confiance étant donné qu’il me restait encore un an et demi.»

Ce qu’il compte faire d’ici la fin prévue de son mandat ?

«Faire le mieux possible pour cette équipe et développer des joueurs pour le prochain niveau. Quand tu regardes les Alex Breton, Alexandre Landreville, Jeffrey Durocher et Gabriel Bilodeau, tu te dis qu’ils ont été formés ici et qu’ils sont taillés dans le moule de l’Olympique ultime.» Landry a gagné beaucoup de matches à sa première saison complète aux commandes des Olympiques, mais il souligne que rien de tout ça ne pourrait se produire sans l’appui de ses adjoints.

«Ron Choules, c’est la clé. Il est expérimenté. Il a été entraîneur-chef dans cette ligue. Il connaît bien notre ligue. C’est un excellent communicateur et son travail avec les défenseurs est reconnu. Francis Wathier, c’est un nouveau coach. C’est un ancien joueur qui a joué et gagné la coupe ici. Il est facile d’approche avec les jeunes alors que Stéphane Proulx excelle à développer nos gardiens. Je ne pourrais pas demander mieux comme soutien. Tout le monde est excellent dans son rôle et nous prenons les décisions ensemble dans l’intérêt fondamental de l’équipe.»

LHJMQ

Une période mouvementée

Six nouveaux joueurs. Six départs. C’est presque le tiers des effectifs des Olympiques qui sont constitués de nouveaux visages après la dernière période des transactions dans la LHJMQ.

Décidément, le club gatinois vient de connaître des semaines mouvementées, mais même s’il était à deux points de la première position du classement général à la pause de Noël, le directeur des opérations hockey Alain Sear assure qu’il n’est jamais passé près de dévier de son plan de se ranger dans le camp des vendeurs.

« Pour avoir une chance d’atteindre le carré d’as, il nous manquait encore au moins une ligne d’attaque et un défenseur de premier plan. Pour les obtenir, ça prenait des actifs. Nous n’avions pas la capacité de nous payer cela cette année. Nous ne pouvions pas nous améliorer au même rythme que certaines équipes prêtes à payer le gros prix dans l’espoir de se rendre jusqu’au bout », a lancé Alain Sear en faisant allusion aux grosses acquisitions des Tigres de Victoriaville (Vitalii Abramov, Étienne Montpetit), du Titan d’Acadie-Bathurst (Mitchell Balmas, Olivier Galipeau, German Rubstov) et de l’Armada de Blainville-Boisbriand (Drake Batherson).

Olympiques

Un échange, deux revers

Pour accommoder une demande d’un de leurs joueurs, les Olympiques de Gatineau ont effectué une neuvième et dernière transaction samedi avant la clôture des marchés dans la LHJMQ.

Anthony Gagnon, ancien choix de deuxième ronde du club en 2015, est passé à l’Océanic de Rimouski en compagnie d’un choix de septième ronde en 2018 contre le défenseur format géant, Tyler Higgins et un choix de sixième ronde en 2018 (celui de Chicoutimi).

Même s’il a démontré des signes d’un certain potentiel, l’attaquant de 18 ans n’a jamais pris son envol à Gatineau. Cette saison, il avait inscrit six points en 39 matches.

Higgins, un défenseur de 19 ans doté d’un gabarit de 6’5’’ et 220 livres a récolté six points en 21 matches entre Val-d’Or et Rimouski où il n’aura joué que trois matches.

« Higgins est un gros bonhomme et nos joueurs détestaient jouer contre lui. Il sera très utile en désavantage numérique. Quant à Anthony, il nous a demandé un changement d’air à la dernière minute. C’est un joueur que nous avons apprécié. Nous croyons toujours en son talent, mais pour une raison qui nous échappe, ça n’a pas fonctionné pour lui ici. Son passage dans une autre organisation et dans un autre système de jeu pourra peut-être le relancer », a expliqué le directeur des opérations hockey, Alain Sear.

Les dernières transactions des Olympiques (23-13-4) n’ont pas payé de dividendes immédiats puisqu’ils ont connu un week-end infructueux en Abitibi où ils n’ont marqué que deux buts.

Samedi, ils se sont inclinés 3-1 à Rouyn-Noranda contre leur ancien défenseur Will Thompson qui est demeuré dans le camp victorieux à son premier match avec les Huskies (24-10-7).

Chris McQuaid, justement acquis des Huskies avant Noël, a été l’unique marqueur des Olympiques contre son ancien club.

Dimanche, à Val-d’Or, les Gatinois se sont aussi inclinés 3-1 contre les Foreurs, une équipe en grande reconstruction malmenée 11-3 par les Voltigeurs de Drummondville la veille.

Mathieu Marquis, un Valdorien de 18 ans qui avait passé la première moitié de saison à garder les buts des Flames de Gatineau dans la Ligue junior AAA du Québec, a remporté son premier départ en carrière dans la LHJMQ en repoussant 29 lancers des Olympiques.

Seul Métis Roelens a pu déjouer la première étoile du match. C’était aussi le premier but de l’attaquant recrue dans la LHJMQ. À son premier départ devant la cage des Olympiques, Creed Jones a cédé un but dès le premier lancer pendant une attaque massive double des Foreurs (16-21-3). Il a aussi été déjoué par Ivan Kozlov alors que Nathan Hudgin a complété dans un filet désert. Creed a effectué 21 arrêts.

« Nous avons manqué toutes nos chances de marquer. Tantôt, nous avons fendu l’air. Tantôt, nous manquions complètement des filets ouverts. Quand nous sommes parvenus à décocher de bons tirs, leur gardien a fait de gros arrêts », a résumé l’entraîneur-chef Éric Landry, qui a vu son club se mettre dans l’eau chaude très rapidement en écopant de quatre pénalités dans les huit premières minutes de jeu.

« Nous avons entrepris le match sur les talons. Les punitions ont coupé le rythme, mais notre gardien Creed a bien fait ça. »

Olympiques de Gatineau

Will Thompson passe aux Huskies

La période des transactions va prendre fin samedi midi dans la LHJMQ, mais s’il n’en tient qu’à lui, Alain Sear ne bougera plus.

Jeudi matin, le directeur des opérations hockey des Olympiques de Gatineau a effectué ses sixième et septième transactions depuis l’ouverture des marchés le 18 décembre. Avec autant de mouvements, il a le sentiment d’avoir terminé son travail.

Il lui a été difficile de laisser partir Vitalii Abramov, Mitchell Balmas et Mathieu Bellemare pour préparer l’avenir du club. Jeudi matin, il a fait son dernier sacrifice en expédiant le défenseur de 20 ans Will Thompson aux Huskies de Rouyn-Noranda contre un choix de deuxième ronde en 2019 (celui qu’il avait cédé pour obtenir le défenseur de 17 ans Chris McQuaid) et l’attaquant Brandon Frattaroli. Lui aussi âgé de 17 ans, il n’a jamais été repêché dans la LHJMQ, mais il est le troisième meilleur marqueur de la Ligue midget AAA du Québec cette saison. Le porte-couleurs des Lions du Lac St-Louis avait été un joueur invité au camp des Huskies.

Le départ d’un joueur de 20 ans était inévitable chez les Olympiques depuis l’arrivée de l’attaquant Dawson Theede dans le troc de Mitchell Balmas. Blessé, Theede n’a pas encore joué. Son retour au jeu est prévu le 12 janvier contre les 67’s d’Ottawa.

« Nous ne précipiterons rien. Nous avons acquis Theede pour les séries. Ce n’est pas une semaine de plus qui va nous faire mal », a indiqué Alain Sear.

Parce qu’il représentait une bonne valeur pour les Olympiques, Will Thompson savait qu’il risquait de changer de camp à tout moment. Il est venu chercher ses effets personnels au centre Robert-Guertin avant l’entraînement de l’équipe à 10 heures. Il ira rejoindre les Huskies à Rouyn-Noranda qui affronteront justement les Olympiques dès samedi soir.

« Ça va faire très étrange de jouer contre les Olympiques dès le départ. Ça sera difficile de traiter ce match comme un autre. Je viens de gagner un dernier match à Guertin mercredi. J’ai mis du temps à quitter la glace parce que j’essayais de m’imbiber du moment. J’ai vu la transaction venir. Mon agent m’avait dit que plusieurs clubs étaient à mes trousses. J’avais une bonne idée que ce match pouvait être mon dernier à Gatineau », a dit le défenseur natif de Fredericton.

Ancien choix de première ronde des Sea Dogs de Saint-Jean, Thompson s’est dit peiné de quitter les Olympiques parce que c’est ici que sa carrière a véritablement pris son envol.

« Je crois que mon échange à Gatineau l’an dernier a été la meilleure chose pour ma carrière. Je me suis découvert un côté offensif. Les entraîneurs m’ont aidé à devenir un défenseur plus complet. Je me suis beaucoup amélioré. En même temps, je suis excité d’aller rejoindre une équipe qui aspire au championnat et qui est très difficile à affronter. Je pense pouvoir les aider encore plus dans cet aspect. »

Chez les Olympiques, Alain Sear a décrit Will Thompson comme un véritable guerrier. « Un joueur comme lui est devenu une denrée rare dans cette ligue. C’est une très bonne personne qui a contribué à nos succès cette année. Il croyait en nos chances de gagner et il a été contagieux. En l’échangeant, nous avons récupéré notre choix de deuxième ronde qui avait servi à obtenir McQuaid en plus de mettre la main sur un très bon espoir de 17 ans que certains considèrent comme le meilleur joueur de la Ligue midget AAA cette saison. »

Frattaroli en ascension

Brandon Frattaroli a inscrit 22 buts et 45 points en 27 matches cette saison et sera évalué à l’entraînement des Olympiques vendredi. Selon son entraîneur Jon Goyens, il s’agit d’un joueur de caractère en pleine ascension. « Il n’a jamais joué bantam AAA, mais il est déterminé. Sa progression ressemble à celle de Cédric Paquette qui a joué trois années midget AAA. »

Olympiques de Gatineau

Retour sur le sentier de la victoire

Vaincus pour la première fois en 11 matches au dernier jour du calendrier de l’année 2017, les Olympiques de Gatineau n’ont pas lésiné avant de reprendre leurs bonnes habitudes.

Les nouveaux venus Maxim Trépanier et Chris McQuaid ont brisé la glace en obtenant leurs premiers points dans l’uniforme gatinois dans un gain de 5-2 contre les Foreurs de Val-d’Or au centre Robert-Guertin mercredi soir. 

Le premier a atteint le plateau des 10 buts pendant un avantage numérique et il a aussi ajouté une passe sur l’un des deux buts de Shawn Boudrias. Le deuxième a préparé le premier but du match d’Anthony Beauchamp dès la deuxième minute de jeu.

Le capitaine Alex Breton a ajouté sa touche personnelle à cette 23e victoire de la saison en fournissant trois passes. Alec Malo a complété la marque pour les Olympiques (23-11-4) contre le jeune gardien de 16 ans Jonathan Lemieux, qui est devenu le gardien numéro un des Foreurs à la suite de la transaction qui a envoyé l’excellent Étienne Montpetit (20 ans) aux Tigres de Victoriaville mardi.

Lemieux n’était pas la seule recrue de 16 ans dans l’alignement des Foreurs (15-20-3) qui ont échangé quelques-uns de leurs meilleurs joueurs au cours des derniers jours.

Mercredi soir, ils étaient sept joueurs de 16 ans pour affronter les Olympiques ! Inutile de dire que les 1873 spectateurs ont assisté à un duel inégal, surtout lors des deux premières périodes où les locaux menaient 33-12 au chapitre des tirs, mais les visiteurs ont repris du poil de la bête en dominant les Olympiques 18-7 dans les lancers au troisième tiers.

Yan Dion et Adam Cheezo ont profité du laisser-aller des Gatinois pour enfin déjouer Tristan Bérubé dans cette période soporifique.

Trépanier content

Maxim Trépanier s’est dit heureux de mettre son premier but avec sa nouvelle équipe de côté, mais il n’allait pas en perdre son sommeil s’il avait dû attendre plus longtemps.

« Je suis content, mais je ne me faisais pas de stress pour ça. Je savais que ça allait venir. Je joue avec de bons joueurs et je suis bien entouré en avantage numérique aussi. Si ça avait été plusieurs matches sans compter, j’aurais eu plus hâte, mais à mon deuxième match, c’est bien. »

L’ancien de l’Océanic de Rimouski dit avoir déjà développé une certaine chimie avec Anthony Gagnon, Shawn Boudrias et Jeffrey Durocher. « Anthony, je joue avec lui depuis que je suis jeune. C’est facile de jouer avec lui. Je le comprends. Shawn Boudrias est un autre joueur de talent et Jeffrey Durocher travaille tellement fort qu’il produit de belles choses. »

Le capitaine Alex Breton savait quant à lui que le match contre les Foreurs pouvait représenter un piège à la fin d’une longue séquence victorieuse.

Breton pense rester

« Il leur manquait leurs trois meilleurs joueurs. Avec toutes les transactions qu’ils ont effectuées, il y avait plusieurs jeunes joueurs sur la glace et ça paraissait », a dit celui qui assurait ne pas être inquiet à quelques jours de la date limite des transactions dans la LHJMQ.

« Ça fait partie du hockey junior. Je me concentre sur mon jeu. Les rumeurs de transactions ne m’affectent pas vraiment. De toute façon, je pense que je suis ici pour de bon. »

De son côté, l’entraîneur-chef Éric Landry a aimé la concentration et l’exécution de ses joueurs dans les deux premières périodes.

« Nous avons bien fait les choses en les gardant les plus simples possible. Nous étions concentrés à la tâche. En troisième période, j’ai senti les joueurs essayer de faire de beaux jeux. Ç’a créé des revirements et ils ont pu prendre de bons tirs de qualité. »

Après seulement deux matches, Landry dit voir un excellent joueur de hockey en Maxim Trépanier.

« Il est intelligent. Il fait les bons jeux en prenant de bonnes décisions avec et sans la rondelle. Quant à Breton, il est directement relié à nos succès cette année. Il est sous-estimé dans la ligue, mais très apprécié ici. Il porte le “C” avec fierté. C’est le plus important. »