La Ville de Baie-Comeau va injecter 1 million $ dans le Drakkar cette année

L'Est du Québec

La Ville de Baie-Comeau va injecter 1 million $ dans le Drakkar cette année

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
BAIE-COMEAU – La Ville de Baie-Comeau, propriétaire du Drakkar de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), vient d’autoriser un prêt exceptionnel de 600 000 $ à son club afin de lui permettre de passer à travers la saison, qui s’amorcera bientôt sans spectateurs. Ce prêt s’ajoute à la subvention annuelle de près de 400 000 $ que la municipalité donne déjà au Drakkar.

Ce prêt a été autorisé lundi soir, au terme d’une séance exceptionnelle du conseil municipal, séance qui n’avait pas été convoquée. Les huit conseillers ont tous renoncé à l’avis de convocation afin de procéder sur-le-champ, comme le permet la Loi sur les cités et villes. Il y avait pourtant une séance régulière du conseil prévue pour lundi prochain.

«C’est une situation qui nous demandait de donner un soutien financier à l’équipe maintenant», a lancé le maire Yves Montigny. «Si aujourd’hui on ne soutient pas le Drakkar, il ne pourra pas continuer», a-t-il ajouté en faisant valoir que le portrait est le même pour les autres clubs de la LHJMQ, même s’ils sont de propriété privée et non publique pour le Drakkar. Le prêt devra être remboursé par l’équipe au plus tard à la fin de la saison 2020-2021.

Évidemment, la crise du coronavirus a tout à voir avec cette décision. Comme la LHJMQ a choisi de relancer son calendrier régulier début octobre sans spectateurs dans les gradins, les équipes se voient ainsi privées de revenus aux guichets, sans oublier les recettes des restaurants, bars et boutiques de souvenirs, inexistantes elles aussi.

Les autorités du circuit junior majeur sont présentement en discussion avec le gouvernement provincial afin que ce dernier accorde une aide à la ligue et ses 12 équipes québécoises. Les six autres clubs de la LHJMQ se trouvant dans les Maritimes, la ligue doit aussi discuter avec les gouvernements du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse.

De Rockland à Moncton, Vincent Labelle trace son chemin

Hockey junior

De Rockland à Moncton, Vincent Labelle trace son chemin

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Ils sont jumeaux. Ils ont célébré leur 18e anniversaire il y a deux semaines. Ils ont passé l’essentiel de leur carrière en jouant côte à côte.

Vincent et Simon Labelle ont cependant emprunté des parcours différents cette saison. Après avoir été coéquipiers pour la dernière fois chez les Nats de Rockland dans la Ligue centrale junior A la saison dernière, Vincent fera le saut dans la LHJMQ chez les Wildcats de Moncton. Simon sera aux États-Unis et jouera avec les Titans du New Jersey dans la NAHL avant de joindre l’Université Colgate dans la NCAA la saison suivante.

Les Olympiques expulsés de Baribeau par une fuite d'ammoniac

Olympiques

Les Olympiques expulsés de Baribeau par une fuite d'ammoniac

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Quand le téléphone de Norm McMillan a sonné jeudi matin vers 11 h et qu’il a vu qu’un directeur du Service des Loisirs de Gatineau l’appelait, il a pensé un instant que ses Olympiques de Gatineau allaient pouvoir retourner au Centre Robert-Guertin plus tôt que prévu.

Le président de la formation itinérante de la LHJMQ a rapidement déchanté en apprenant qu’un taux trop élevé d’ammoniac dans les conduits sous la glace de l’aréna Baribeau forçait plutôt la Ville de Gatineau à fermer temporairement son domicile... temporaire.

L’entraîneur-chef et directeur général Louis Robitaille était sur la glace à diriger l’entraînement quotidien de l’équipe quand un employé est venu lui dire vers les 10 h 20 qu’il fallait évacuer le vétuste amphithéâtre.

À LIRE AUSSI: Les Olympiques s'installent à Baribeau

Aréna Baribeau: de vétuste à domicile des Olympiques

«C’est une situation qui est déplorable, personne ne s’attendait à ça. On était sur la glace... et l’employé est venu nous dire qu’il y avait une fuite. Pas une fuite dans l’air, mais dans les canaux en-dessous de la glace. C’était plus de manière préventive, donc les joueurs et le personnel n’ont pas été exposés à des fuites, mais pour la sécurité de tout le monde, il fallait (sortir)», a commenté Robitaille lors d’un point de presse tenu jeudi après-midi dans le stationnement à l’arrière du Centre Robert-Guertin.

Ce dernier, faut-il le rappeler, ne peut être utilisé comme domicile par ses principaux locataires étant donné que le CISSSO l’a réquisitionné comme refuge pour itinérants pendant la pandémie de la COVID-19. Les Olympiques espèrent y retourner vers le 1er décembre, mais rien n’est officiel à ce sujet encore.

Les Olympiques remercient deux vétérans

Olympiques

Les Olympiques remercient deux vétérans

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
On peut dire que le mouvement jeunesse a pris de l’ampleur, chez les Olympiques de Gatineau. Au moment d’effectuer ses dernières coupes, ce week-end, Louis Robitaille a remercié quelques vétérans.

Le défenseur Alexandre Hogue et l’ailier Jérémie Rainville font partie des joueurs qui ont écopé.

Un revers des Olympiques contre le Phoenix avant les dernières coupes

Olympiques

Un revers des Olympiques contre le Phoenix avant les dernières coupes

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
L’étau s’est resserré sur les joueurs luttant pour les derniers postes disponibles au camp des Olympiques de Gatineau après leur revers de 5-4 en tirs de barrage aux mains du Phoenix de Sherbrooke samedi à l'aréna Baribeau.

Les hommes du nouvel entraîneur-chef Louis Robitaille se sont réveillés en troisième période pour combler un déficit de trois buts, puis ils ont échappé une avance de 4-3 avec 70 secondes à jouer avant qu’un but de Julien Anctil au cinquième tour du concours d’habiletés procure ce gain aux visiteurs.

Zach Dean a dirigé l’attaque des siens à nouveau avec un doublé, à chaque fois des buts spectaculaires en coupant au filet adverse. 

La remontée a été amorcée par la recrue Tristan Allard, joueur invité arrivé au milieu de la semaine dernière. L’attaquant de 18 ans qui réside à Kanata mais a grandi en France a obtenu une bonne chance de montrer ce qu’il avait dans le ventre par la suite alors qu’il a été inséré aux côtés de Dean et Manix Landry sur le premier trio.

L’autre but des locaux a été l’oeuvre de Pier-Olivier Roy, qui a complété une belle stratégie du vétéran de 20 ans Métis Roelens.

«C’est un camp d’entraînement, on ne ‘focuse’ pas sur la victoire ou la défaite, mais on veut que les joueurs apprennent de certaines situations. C’est un camp éreintant, difficile physiquement et mentalement. On a tenu une pratique (vendredi) qui était probablement une des plus dures du camp et ils avaient encore des jambes en troisième période. C’est juste un état d’esprit, en jouant de la bonne façon, ça va apporter des résultats, même si on est fatigués», a souligné Robitaille après coup.

Celui-ci a aimé le travail d’Allard, notamment. «C’est un gros bonhomme qui a de la vitesse et des bonnes mains. Il est combatif sur la rondelle, C’est un premier match pour lui et il va continuer à s’ajuster au rythme des matches, mais c’est une belle entrée en scène pour lui», a-t-il souligné.

Le principal intéressé était content d’avoir secoué les cordages, aidant sa cause pour décrocher un poste. 

«Pour un premier match, je pense que ça s’est assez bien passé. Je me sens de plus en plus à l’aise. C’était excitant de compter notre premier but et ensuite, on a réussi à revenir. Le rythme est rapide, tout le monde patine vite et je fais de mon mieux pour suivre. C’était ‘sick’ de jouer avec Dean et Landry en troisième période, je pense qu’on a bien ‘connecté’», a noté Allard.

Un échange et sept coupes

Après le match, l’état-major des Olympiques s’est rencontré pour effectuer les dernières coupes et discuter de transactions avec les autres équipes de la LHJMQ. Avant la date limite pour les échanges d’avant-saison fixée à 10 h dimanche, ils ont refilé un choix de huitième ronde à l’Armada de Blainville-Boisbriand pour obtenir les services du défenseur de 19 ans Gabriel Jackson, qui a récolté deux buts et neuf points en 52 parties la saison dernière.

Le club a également retranché les vétérans Jérémy Rainville en attaque et Alexandre Hogue à la ligne bleue lors d’une ronde de sept coupes dimanche. Le défenseur Vincent Maisonneuve, les attaquants Mathis Zakorzermy, Julien Béland et Olivier Gervais-Daigneault, de même que le gardien Gabriel Boissonneault -- même si Robitaille a aimé sa tenue de samedi -- ont également été retranchés.

«On va finaliser l’équipe avant la fin de la période de transactions. On va avoir des décisions difficiles à prendre, mais on a une date limite aussi pour les gars qui rentrent au Cégep (dimanche). À partir de mardi, on va avoir notre formation, a dit Robitaille, incertain quant au nombre de joueurs qui amorceraient la saison à Gatineau. C’est l’étape numéro un de notre saison. J’ai parlé aux joueurs qu’il y a six étapes dans l’année. On vient de terminer la première, maintenant, on va s’attaquer à la deuxième. Avec un groupe plus restreint, on va pouvoir s’attaquer à notre identité et notre système. On va avoir quatre semaines avant le début de la saison régulière pour parfaire ça.»

L’entraîneur qui est aussi directeur général des Olympiques a aimé le travail de l’attaquant obtenu des Tigres de Victoriaville jeudi dernier, Émile Gaboury, ainsi que de ses deux gardiens de 17 ans qui se sont partagés le travail contre le Phoenix, Emerik Despatie et Gabriel Boissonneault.

Le premier a repoussé 15 des 16 tirs dirigés vers lui, cédant seulement devant Zachary Lessard au premier tiers. Venu en relève à mi-chemin du deuxième vingt, Boissonneault a connu une rentrée assez difficile, mais il a aussi effectué de bons arrêts en prolongation. Israel Mianscum l’a déjoué deux fois, Thomas Bégin complétant le pointage pour Sherbrooke.

Les Olympiques disputeront le quatrième de leurs six matches hors-concours dimanche prochain en rendant visite à ce même Phoenix.

Une autre vague de coupures chez les Olympiques

Hockey junior

Une autre vague de coupures chez les Olympiques

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Louis Robitaille a tenu promesse. Au lendemain du deuxième match préparatoire des Olympiques de Gatineau, l’entraîneur-chef et directeur général a procédé à une nouvelle vague de coupes.

Ce fut une vague relativement modeste. Trois défenseurs - Jeremie Hebert, Zachary Racicot et Justin Deblois - ont écopé. Le même sort a été réservé au gardien Nathan Pelletier.

Robitaille a également complété une transaction mineure. Il a cédé le centre Ludovick Lebel aux Tigres de Victoriaville. En retour, il a obtenu les services d’Émile Gadoury, un attaquant qui a inscrit 27 points en 41 parties dans le midget AAA, l’an dernier.

Il reste une trentaine de joueurs, au camp.

Les Olympiques ont par ailleurs indiqué que le sort des deux joueurs russes, Evgenii Kashnikov et Alexei Prokopenko, sera connu «dans les prochains jours.»

Les Olympiques prêts à faire leurs premières coupes

Olympiques

Les Olympiques prêts à faire leurs premières coupes

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Le deuxième match hors-concours des Olympiques de Gatineau, un revers de 5-2 aux mains de l’Armada de Blainville-Boisbriand jeudi soir au Centre d’excellence Sports Rousseau, aura permis de cristalliser l’opinion de l’entraîneur-chef et directeur général Louis Robitaille concernant certains joueurs à son camp.

Après avoir épié ses joueurs à partir de gradins vides, Robitaille a indiqué au Droit qu’il entend réduire son alignement de 34 à 27 ou 28 joueurs dès vendredi matin, en vue du prochain match à domicile des siens, samedi alors que le Phoenix de Sherbrooke s’amènera à l’aréna Baribeau.

«Les joueurs prennent les décisions pour nous, tant positivement que négativement, a dit Robitaille en entrevue téléphonique. Est-ce qu’il va y avoir des choix plus difficiles à la fin, oui. Mais quand on fait notre évaluation, on regarde ce que les jeunes nous donnent présentement. Les cartes vont tomber en place par elles-mêmes.»

À LIRE AUSSI: Les Olympiques ont leur calendrier de saison régulière

Robitaille se balançait un peu du résultat final de la rencontre où il a envoyé une dizaine de recrues dans la mêlée, se préoccupant plus de la façon de faire. Il n’a pas aimé le début de rencontre ainsi qu’une deuxième période où son équipe s’est éloignée de son identité.

L’Armada a pris rapidement les devants avec les buts de Benjamin Corbeil et Gabriel Jackson. Le défenseur de 20 ans Kyle Havlena a répliqué, puis Antoine Roy a compté le premier de ses deux buts contre le gardien partant Emerik Despatie.

Les Olympiques ont leur calendrier de saison régulière

Olympiques

Les Olympiques ont leur calendrier de saison régulière

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Les Olympiques de Gatineau ne savent pas où ils vont jouer tous leurs matches locaux, mais depuis jeudi, ils savent au moins quand ils vont les disputer.

La Ligue de hockey junior majeur du Québec a rendu public son calendrier pour la saison 2019-2020, une 52e campagne qui va débuter le 2 octobre avec huit parties, incluant une visite des Olympiques à Val-d’Or dans le cadre d’un programme double qui se poursuivra le lendemain au même endroit.

En raison de la non-disponibilité de leur domicile habituel, le Centre Robert-Guertin, les Gatinois vont inaugurer leur saison locale à l’aréna Baribeau le 9 octobre avec une visite de l’Armada de Blainville-Boisbriand, un club qu’ils affronteront à 12 reprises — comme les quatre autres clubs, Val-d’Or, Rouyn-Noranda, Sherbrooke et Drummondville — et au fil de la saison de 60 matches intra-division seulement en raison de la pandémie de la COVID-19.

La porte s'ouvre pour Tristan Allard

Olympiques

La porte s'ouvre pour Tristan Allard

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Les Olympiques ont procédé à une première coupe. Ils ont libéré l’attaquant de 17 ans de Cantley Samuel Emery. Ils ont donc libéré un espace, au sein de leur alignement, pour donner une chance à un espoir intrigant.

Tristan Allard, un centre anglophone de Kanata, a pu participer à une première séance d’entraînement, jeudi.

Le sort du Mondial de hockey junior de 2021 est entre les mains de l’IIHF

Hockey junior

Le sort du Mondial de hockey junior de 2021 est entre les mains de l’IIHF

La Presse Canadienne
EDMONTON — On ne sait toujours pas si le Championnat du monde de hockey junior qui doit être présenté à Edmonton et Red Deer, en Alberta, en 2021 se déroulera devant des spectateurs ou non.

Un comité de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) se réunira plus tard ce mois-ci afin de revoir le statut de tous ses tournois en 2020-21, a mentionné un porte-parole de l’organisation.

Zach Dean semble prêt pour une grosse saison

Olympiques

Zach Dean semble prêt pour une grosse saison

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Toute l’attention a été portée sur les quatre choix de première ronde de cet été au début du camp des Olympiques de Gatineau.

Lors du premier match hors concours de celui-ci, Zachary Dean a rappelé que le premier choix de l’an dernier n’était pas piqué des vers lui non plus.

Emerik Despatie content de rentrer au bercail

Olympiques

Emerik Despatie content de rentrer au bercail

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Passer du Centre Vidéotron de Québec à l’aréna Baribeau de Gatineau, c’est comme vendre sa Porsche pour rouler plutôt en Pinto.

Au deuxième jour du camp d’entraînement des Olympiques de Gatineau à ce dernier endroit, le gardien Emerik Despatie ne se plaignait pas de ce changement de domicile assez brutal, lui qui se retrouve avec l’équipe de son patelin après l’échange qui l’a amené de la Vieille capitale en retour d’un choix de deuxième ronde lors du dernier repêchage de la LHJMQ.

Ils sont là!

Olympiques

Ils sont là!

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Dans leur glorieuse histoire, les Olympiques de Gatineau ont soulevé la coupe du Président à sept reprises. Ils ont remporté une coupe Memorial, mais ils n’avaient jamais encore sélectionné le premier joueur d’une séance de sélection de la LHJMQ. Aussi, jamais ils n’avaient pu repêcher quatre fois pendant cette première ronde.

Dimanche matin, ils étaient tous là, réunis pour la première fois sur la même patinoire à l’aréna Baribeau. C’était le premier jour d’une grande aventure. Le premier chapitre va maintenant pouvoir s’écrire.

Une semaine déterminante

Olympiques

Une semaine déterminante

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
L’accueil a permis de casser la glace. Les tests physiques ont révélé certaines informations. Les premiers entraînements sur la patinoire ont été intenses.

La première journée du camp d’entraînement "masqué et sans spectateur" des Olympiques de Gatineau à l’ère de Louis Robitaille est maintenant classé. Au deuxième jour, la compétition va s’élever d’un cran et les outils d’évaluation vont s’accentuer.

Une nouvelle ère pour les Olympiques

Olympiques

Une nouvelle ère pour les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
C’est à Gatineau, avec l’Intrépide midget AAA, que la carrière de hockeyeur de Louis Robitaille a pris son envol.

À 16 ans, il a quitté le foyer familial de Mercier en Montérégie pour venir jouer sous les ordres de l’entraîneur-chef Alain Sanscartier.

Des luttes à toutes les positions chez les Olympiques

Olympiques

Des luttes à toutes les positions chez les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Louis Robitaille n’est pas le dernier venu dans la LHJMQ. Il attaque sa neuvième saison à titre d’entraîneur dans le circuit Courteau, mais tous les compteurs seront remis à zéro dimanche, alors qu’il entame une nouvelle étape de sa carrière chez les Olympiques de Gatineau.

Vétérans et recrues partiront sur un pied d’égalité lorsque le camp va débuter. Robitaille connaît les joueurs des Olympiques pour avoir dirigé contre eux par le passé, mais pour la première fois, il pourra les observer à partir de l’intérieur. Même chose pour les joueurs qui vont apprendre à connaître un nouvel entraîneur. Éric Landry, Ron Choules, Martin Dagenais et Francis Wathier ne sont pas de retour derrière le banc du club et Robitaille assure qu’il aura l’esprit ouvert.

À LIRE AUSSI : Une nouvelle ère pour les Olympiques

La Ligue centrale junior A en attente

Hockey junior

La Ligue centrale junior A en attente

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Les pré-camps des 12 équipes de la Ligue centrale junior A (CCHL) ont été complétés le week-end dernier.

Maintenant, tout le monde attend de connaître l’impact de la rentrée scolaire sur une potentielle éclosion au nouveau coronavirus. Si tout se passe bien, la ligue planifie un début de saison le 1er octobre. Si le virus prend de l’expansion, il faudra réviser les plans.

Le camp inédit de l’Intrépide achève

Hockey mineur

Le camp inédit de l’Intrépide achève

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
C’est tout sauf un camp d’entraînement conventionnel, mais le portrait de la saison 2020-21 se précise chez l’Intrépide de Gatineau.

Malgré des données incomplètes, l’entraîneur-chef Martin Lafleur a dû réduire ses effectifs à 23 joueurs dimanche.

Les Olympiques s’installent à Baribeau

Olympiques

Les Olympiques s’installent à Baribeau

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
La glace est prête. Le logo a fraîchement été peinturé au centre de la patinoire, mais les préparatifs se font à quelque 11 kilomètres de l’endroit habituel.

Pendant que le centre Robert-Guertin sert encore d’hébergement d’urgence aux sans-abri du Vieux-Hull, les Olympiques de Gatineau s’apprêtent à s’installer à l’aréna Baribeau dans le secteur Gatineau pour la durée complète de leur camp d’entraînement.

Robert-Guertin: l’évaluation du CISSSO terminée, les Olympiques ignorés

Gatineau

Robert-Guertin: l’évaluation du CISSSO terminée, les Olympiques ignorés

Catherine Morasse
Catherine Morasse
Le Droit
Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) a terminé ses évaluations pour trouver un site d’hébergement d’urgence aux sans-abri de Gatineau, a annoncé l’établissement de santé vendredi, mais le président des Olympiques de Gatineau, Norm MacMillan, déplore que le club de hockey ait encore été ignoré.

« Cette étude nous a permis d’identifier d’autres sites potentiels qui n’avaient pas été évalués antérieurement. L’Aréna Robert Guertin faisait également partie de cette analyse et a été évaluée au même titre que les autres endroits ciblés », indique le CISSSO, sans révéler l’emplacement choisi.

Ni l’échéancier pour faire déménager les usagers de l’actuel Centre Robert-Guertin, ni la date à laquelle les Olympiques de Gatineau pourraient retrouver l’aréna n’ont été communiqués.

Cette période d’évaluation de dix jours a suivi le plus récent chapitre dans la saga du centre d’hébergement d’urgence à l’aréna Robert-Guertin. Il y a deux semaines, le CISSSO a annoncé vouloir prolonger d’un an la mission de l’amphithéâtre sportif de l’Île-de-Hull — mais cette décision a reçu une forte opposition du club de hockey junior majeur des Olympiques, censé retrouver sa maison à la fin du mois d’août.

Des billets vendus malgré l’incertitude chez les 67's

67's

Des billets vendus malgré l’incertitude chez les 67's

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Alors que les Olympiques de Gatineau et la LHJMQ vont amorcer la prochaine saison dès le début d’octobre devant des gradins vides, les 67’s d’Ottawa devront attendre jusqu’au 1er décembre, si tout va bien, avant de lancer leurs activités.

Les voisins de l’autre côté de la rivière des Outaouais ont cependant espoir que la Ligue de hockey de l’Ontario obtiendra la permission des autorités de la santé publique ontarienne de leur permettre de présenter des matches à la Place TD devant un certain nombre de spectateurs en ces temps de pandémie.

À cette fin, le club dirigé par André Tourigny a invité les amateurs cette semaine à effectuer un dépôt de 25 $ pouvant être utilisé sur un abonnement saisonnier, ou encore des billets individuels ou de forfaits.

«C’est certain que c’est un défi de vendre des billets dans l’environnement actuel. On ne peut pas dire aux gens s’ils vont pouvoir assister aux matches, ni où ils pourront s’asseoir dans les gradins. Mais l’idée était d’offrir quelque chose de facilement accessible, et remboursable à 100 %, afin de savoir d’où vont venir nos partisans. Quand les choses vont devenir plus claires, nous serons capables de contacter ces gens qui nous ont déjà fait savoir qu’ils veulent participer au retour du hockey des 67’s», a expliqué le président et chef de la direction du Ottawa Sports and Entertainment Group, Mark Goudie, en entrevue avec Le Droit jeudi.

Landry et Dean soulagés

Olympiques

Landry et Dean soulagés

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Rien ne bat l’ambiance survoltée d’un centre Robert-Guertin bien plein, mais entre disputer la prochaine saison à huis clos ou ne pas jouer du tout, l’option est facile à choisir pour Manix Landry et Zachary Dean.

Les deux hockeyeurs de 17 ans des Olympiques de Gatineau attaquent leur année de repêchage dans la LNH, tout comme le défenseur Olivier Boutin d’ailleurs.

Six matches hors-concours pour les Olympiques

Olympiques

Six matches hors-concours pour les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Le temps où les camps d’entraînement servaient à remettre les hockeyeurs en forme est révolu.

La culture a changé. Les joueurs ont pris l’habitude de se présenter à leurs camps dans leur forme optimale. Il faudra que ce soit encore plus vrai pour les joueurs des Olympiques de Gatineau cette saison.

Pandémie ou pas, la Fondation Pat-Burns tient son tournoi

Sports

Pandémie ou pas, la Fondation Pat-Burns tient son tournoi

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Les tournois de golf pour organismes de charité ont presque tous été annulés au cours des derniers mois, pandémie oblige.

La Fondation Pat-Burns a cependant réussi à organiser le sien, qui se veut sa plus importante campagne de financement annuelle. La sixième édition de l’événement aura lieu le 11 septembre prochain, un mois plus tard que d’habitude, au club de golf Le Sorcier de Gatineau. Les cinq premières présentations ont eu lieu au club Tecumseh.

Olympiques: les 34 invitations sont lancées

Olympiques

Olympiques: les 34 invitations sont lancées

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Le camp d’entraînement 2020 des Olympiques de Gatineau n’est pas encore officiellement commencé, que déjà, le nouvel entraîneur-chef Louis Robitaille a dû procéder à des choix déchirants pour respecter la limite permise de 34 joueurs qui pourront être mis à l’essai.

Habituellement, le camp d’entraînement d’une équipe de la LHJMQ rassemble une cinquantaine ou même une soixantaine de joueurs, mais la pandémie continue d’avoir des effets sur tout le monde du sport.

Les Olympiques prêts à jouer à huis clos

Olympiques

Les Olympiques prêts à jouer à huis clos

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Financièrement, la prochaine saison s’annonce ardue pour les 18 marchés de la LHJMQ qui viennent de recevoir l’aval des gouvernements pour se lancer dans une saison de 60 matches sans spectateurs au Québec et avec une limite de spectateurs dans les Maritimes.

Les Olympiques de Gatineau ont appuyé le plan de relance proposé par les membres de la LHJMQ vendredi dernier. Une subvention gouvernementale va permettre d’éponger une partie des pertes. Les jeunes hockeyeurs pourront poursuivre leur développement sur la patinoire, mais l’envers de la médaille, c’est que les partisans devront suivre leurs joueurs ou leurs équipes préférées à distance.

Retour au jeu à huis clos le 1er octobre dans la LHJMQ

Sports

Retour au jeu à huis clos le 1er octobre dans la LHJMQ

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
La prochaine saison dans la LHJMQ débutera bel et bien le 1er octobre, mais sans spectateurs dans les arénas du Québec, dont le centre Robert-Guertin, domicile semi-officiel des Olympiques de Gatineau. Cette mesure pourrait bien durer toute la saison, prévient le commissaire Gilles Courteau.

«Ce que j’ai partagé aux membres depuis le début des discussions, c’est d’envisager pour les 12 équipes du Québec une saison complète à huis clos. Si au cours de la saison, il y a une évolution et que la Santé publique nous permet d’avoir des spectateurs, on considérera ça comme un bonus. Au moment où on se parle, la décision a été prise sur la recommandation que j’ai faite que ce serait à huis clos», a expliqué Gilles Courteau lors d’une conférence virtuelle à la suite de l’annonce de retour au jeu faite en début d’après-midi. La prochaine saison se déroulera normalement à cinq contre cinq et avec contact. 

Après quelques jours de tergiversations, les membres ont voté favorablement vendredi en faveur du retour au jeu le 1er octobre, à la suite des discussions avec les gouvernements des quatre provinces concernées, dont le Québec, ainsi que les agences de Santé publique. Dans son allocution, le commissaire Courteau a réitéré à plusieurs occasions qu’étant donné que les joueurs sont également des étudiants, il était important de prendre une décision rapide malgré des éléments encore inconnus. Des négociations se poursuivent avec les provinces des Maritimes, mais il est déjà déterminé qu’il y aura des spectateurs au Nouveau-Brunswick pour les Wildcats, le Titan et les Sea Dogs avec un pourcentage de capacité tout en respectant une distanciation physique d’un mètre. 

Gilles Courteau ne l’a pas abordé ouvertement, mais sans spectateurs au Québec, les revenus seront grandement affectés et une aide gouvernementale sera nécessaire pour permettre aux équipes de passer à travers la tempête. Sans entrer dans les détails, le commissaire de la LHJMQ a simplement confirmé les «discussions positives avec les quatre provinces à différents égards». 

Cette décision de la LHJMQ contraste avec les deux autres ligues canadiennes qui ont opté pour démarrer leurs activités en décembre. Gilles Courteau a expliqué que le premier facteur qui permet à son circuit de démarrer plus tôt, c’est en raison de l’absence d’équipes aux Etats-Unis, qui complique la situation en Ontario et dans l’Ouest. La LHJMQ se retrouve donc dans une position enviable à ses yeux pour parer à toute éventualité et compléter son calendrier de 60 parties. «Avec le facteur de la Santé publique, la sécurité des joueurs et tout ce qui pourrait survenir pendant la saison, par exemple un match annulé peu importe la raison, on va avoir du temps pour reprendre ces matchs», d’indiquer Gilles Courteau, rappelant l’inconnu face à l’évolution de la pandémie et la possibilité à moyen terme d’avoir des amateurs dans les amphithéâtres du Québec. 

Webdiffusion

N’empêche qu’en début de saison, la LHJMQ aura le champ libre alors que les séries de la Ligue nationale seront terminées et les activités des autres ligues professionnelles, dont la Ligue américaine, ne seront pas encore débutées. Pour les amateurs, la webdiffusion, qui sera payante, et les matchs à la télévision seront les seuls moyens de suivre leur équipe favorite. Verizon sera le nouveau fournisseur des parties sur le Web. 

«C’est plus de visibilité pour nos joueurs. On espère qu’on va avoir une qualité de webdiffusion à la hauteur pour pouvoir desservir notre clientèle. C’est certain que notre «visibilité» va être un facteur important. La vitrine qu’on va avoir, on va vouloir en profiter comme il faut, tout en respectant les mesures en place, sanitaires et médicales qui seront rigoureusement suivies», d’assurer Gilles Courteau, poursuivant que les détails précis pour les matchs, avec la présence des médias, des recruteurs et membres des équipes, seraient déterminés prochainement après discussions à l’interne de concert avec la Santé publique. Avec le début des camps le 30 août, des ajustements devront également être apportés, notamment pour l’école. 

Comme prévu depuis quelques semaines les camps d’entraînement débuteront le 30 août avec une limite de 34 joueurs par équipe. Le calendrier de la saison comportera 60 parties et les 18 clubs seront divisés en trois divisions de six équipes à l’intérieur de laquelle ils disputeront toutes leurs rencontres. Le format des séries sera annoncé en décembre, indique la LHJMQ tandis que la coupe Memorial est maintenant prévue du 17 au 27 juin à Oshawa ou Sault Ste. Marie, en Ontario. 

Joueurs de 20 ans

Avec la situation et le retard dans les ligues professionnelles, il est très possible que les équipes de la LHJMQ puissent aligner quatre joueurs de 20 ans la saison prochaine. Des joueurs qui devaient normalement faire le saut au prochain niveau ont fait des représentations qui ont trouvé écho chez les dirigeants. «La porte n’est pas fermée du tout et c’est toujours quelque chose qui est en discussions. Dès qu’on aura des nouvelles avec les trois ligues canadiennes et la Ligue nationale, on va les partager avec nos équipes», a indiqué Gilles Courteau lorsque questionné à ce sujet. 

Protocole

Avec le travail d’une cinquantaine de personnes sur différents comités dirigés par le commissaire adjoint Martin Lavallée, la LHJMQ a mis en place un protocole strict et chaque équipe sera responsable de son application. Parmi les mesures, Tous les joueurs des autres provinces devront respecter une quarantaine de 14 jours avant de participer aux activités de leur équipe, ce qui touche par exemple les joueurs des Maritimes des Saguenéens. Chaque éventuel cas positif à la COVID-19 sera géré de manière individuelle. «Toutes les équipes connaissent le protocole de retour au jeu. Je peux vous assurer, pour avoir eu des échos que ce soit des propriétaires ou des directeurs-généraux, la gestion des joueurs va se faire de façon extrêmement serrée. Tout le monde a réalisé le travail qui a été effectué», a mis de l’avant Gilles Courteau qui ne s’inquiète pas du respect des consignes chez les joueurs malgré encadrement serré. 

«Je ne suis pas inquiet et je suis convaincu que les joueurs vont être extrêmement disciplinés et rigoureux», a-t-il exprimé.  

Les Olympiques dessinent leur plan B

Olympiques

Les Olympiques dessinent leur plan B

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
La crainte de perdre leur dernière saison complète au centre Robert-Guertin ayant baissé de quelques coches, il était plus facile de sourire chez les Olympiques de Gatineau jeudi.

Sept jours après avoir appris qu’ils devaient être expulsés de leur domicile pour faire de la place aux sans-abri pendant la pandémie mondiale, ils pouvaient déjà plancher sur un plan B dans lequel ils anticipent reprendre leurs installations au mois décembre ou en janvier au plus tard.

«Nous avons entamé nos négociations avec la Ville de Gatineau aujourd’hui afin de voir comment nous pourrons être logés en attendant de pouvoir récupérer Guertin. Nous avons été en contact avec le cabinet du maire aussi. La rencontre a été très positive», a affirmé Norman MacMillan, président des Olympiques.

À Gatineau, il y a deux endroits où les Olympiques peuvent tenir leur camp d’entraînement, mais ils devront en choisir un des deux. La LHJMQ ne permettra pas de déplacements entre les arénas. La troupe de Louis Robitaille devra donc déterminer l’endroit qui deviendra son quartier général: le Complexe Branchaud-Brière (CBB) ou l’aréna Baribeau. L’Intrépide midget AAA étant déjà établi au CBB, il serait surprenant que l’équipe junior majeure s’y installe.

«La Ville a pris conscience de nos besoins. Il en existe plusieurs pour satisfaire les critères de la LHJMQ et ceux de la Santé publique pour protéger les joueurs. La Ville a été très réceptive. Nous sommes maintenant en attente de l’étude du CISSSO pour connaître les prochaines étapes. Présentement, on travaille comme si nous allions revenir à Guertin en décembre. On espère toujours que ça puisse se faire avant», a expliqué MacMillan, qui était accompagné de Louis Robitaille et du président du conseil d’administration François Beaudry pendant la rencontre.