Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Olympiques

Les Wildcats trop puissants pour les Olympiques

À leur cinquième match d’un long voyage dans l’Est-du-Québec et les Maritimes, les Olympiques de Gatineau ont manqué d’essence face à un des clubs de l’heure de la LHJMQ à Moncton vendredi soir.

Les Wildcats ont profité de deux buts d’Alexander Khovanov pour filer vers une victoire convaincante de 5-1 où ils ont doublé les Gatinois 41-21 au chapitre des tirs. Les Wildcats (17-4-0) mènent l’Association de l’Est et ils ont maintenant gagné 15 de leurs 17 derniers duels. Charles-Antoine Roy a été le seul à passer une rondelle derrière Charles-Antoine Lavallée pendant un avantage numérique, mais il était mal en point. Il n’a d’ailleurs pas terminé le match.

«On s’est bien battu en première et deuxième période, mais chaque fois où nous étions proches de revenir, Khovanov a marqué des buts qui ont fait mal. Il a fait la différence. Il nous restait peu d’attaquants à la fin du match. Charles-Antoine a essayé, mais à un moment donné, nous lui avons dit de rentrer au vestiaire. Émile Hegarty-Aubin a eu une punition de cinq minutes. Mathieu Bizier est blessé et Matthew Grouchy s’est à nouveau blessé dans le voyage. Il a fallu faire jouer des défenseurs en attaque», a expliqué l’entraîneur-chef Éric Landry.

Mika Cyr, Jacob Hudson et Ozzie King ont été les autres Wildcats à déjouer Creed Jones. Malgré ce deuxième revers de suite au Nouveau-Brunswick, Éric Landry s’est montré satisfait du voyage de trois victoires en cinq matches.

«J’aurais aimé un dénouement différent hier à Bathurst, mais nous avons fait du bon travail dans nos deux matches à Rimouski et celui à Charlottetown. Nous avons dépensé beaucoup d’énergie dans ces matches-là. Ç’a paru en fin de voyage, mais au moins nous avons récolté des points pour nos efforts.»

L’Intrépide s’incline

À Dollard-des-Ormeaux, les Lions du Lac St-Louis ont infligé un quatrième revers consécutif à l’Intrépide vendredi soir quand ils ont triomphé par la marque de 6-4. 

Frédéric Brunet, Jacob Santerre, Marc-Olivier Racine-Roy et Marc-Antoine Séguin ont compté dans la cause perdante.

Olympiques

Les Olympiques dégonflés à Bathurst

De tous les matches du plus long voyage de la saison des Olympiques de Gatineau, celui contre le Titan d’Acadie-Bathurst lui était le plus accessible.

À la surprise générale, ils ont gagné leurs trois premiers duels contre des clubs de tête de la LHJMQ vendredi, samedi et lundi, mais ils ont échappé celui de jeudi soir à Bathurst par la marque de 6-2. Tristan Bérubé, ancien gardien des Olympiques et futur gardien des Gee Gees de l’Université d’Ottawa, a effectué 36 arrêts pour donner une deuxième victoire en 21 matches au Titan (2-13-6).

Hockey universitaire

Ottawa/Carleton: à qui le Colonel?

Quand on pense aux chocs sportifs entre l’Université d’Ottawa et l’université Carleton, le match Panda au football et la Classique de la capitale au basket-ball frappent immédiatement l’imaginaire.

Ces duels épiques entre les deux campus universitaires de la capitale nationale font courir les foules. Au hockey, la Classique Colonel By, troisième joyau de la rivalité Ottawa/Carleton, est encore à ses balbutiements et n’a pas généré le même engouement. Mais ça s’en vient.

Olympiques

Les Olympiques se surprennent eux-mêmes

La dernière fois qu’ils ont croisé le Titan d’Acadie-Bathurst à Gatineau le 27 octobre dernier, les Olympiques étaient en danger de tomber dans la cave du classement de la LHJMQ.

Ils avaient fini par l’emporter 3-2 contre un club qui n’avait toujours pas savouré sa première victoire de la saison. Les deux équipes s’affronteront pour la deuxième et dernière fois de la saison jeudi soir à Bathurst. Cette fois, le Titan (1-13-6) a gagné son premier duel de l’année, mais les Gatinois ont pris leurs distances du dernier rang du circuit Courteau avec une séquence où ils ont amassé 11 points sur une possibilité de 12 à leurs six derniers matches.

LHJMQ

Simoneau au sommet de son art

Xavier Simoneau a vécu une grande déception en juin dernier quand 31 équipes de la LNH ont levé le nez sur lui à Vancouver.

Fidèle à ses habitudes, l’attaquant de Saint-André-Avellin n’a pas bronché. Il s’est servi de ce nouvel affront pour en sortir plus fort. Depuis le jour du repêchage, les bonnes nouvelles se succèdent à un rythme fou pour la bougie l’allumage des Voltigeurs de Drummondville.

Olympiques

Un balayage inattendu pour les Olympiques à Rimouski

Non seulement les Olympiques de Gatineau ont-ils été capables de contenir le meilleur trio de toute la LHJMQ pendant cinq périodes sur six à Rimouski, mais ils ont aussi empoché quatre points improbables au classement en balayant leur série de deux matches contre l’Océanic ce week-end.

Après une victoire de 5-2 vendredi où le trio d’Alexis Lafrenière, Cédric Paré et Dmitry Zavgorodniy avait été blanchi, les Gatinois ont récidivé avec un gain de 4-3 en fusillade samedi grâce à un but marqué en avantage numérique dans la dernière minute de jeu par David Aebischer.

67's

Paputsakis demeure invaincu face aux 67's

Sous les huées et les chants pas très gentils de la foule envers les arbitres, les Generals d’Oshawa ont quitté la patinoire de la Place TD vendredi soir avec une victoire de 3-2 sur les 67’s d’Ottawa.

Le duel entre les deux clubs au sommet du classement de la Ligue de l’Ontario (LHO) s’est terminé dans la controverse quand Brett Neumann a marqué le but vainqueur avec seulement 46 secondes à faire au match.

Remparts

Frédérick Roy, l'adjoint spécial de retour

Pour un second week-end d’affilée, Frédérick Roy accompagnera son père derrière le banc des Remparts de Québec. «Mon adjoint spécial sera de retour», confirme en riant l’entraîneur-chef Patrick Roy en parlant de son fils.

L’étudiant à l’Université d’Ottawa avait donné un coup de pouce au paternel, en fin de semaine dernière à Gatineau, en l’absence de l’entraîneur-associé Martin Laperrière, parti diriger l’une des trois équipes du Canada au Défi mondial des moins de 17 ans. Le même scénario se présente pour les matchs de vendredi (Blainville-Boisbriand) et dimanche (Val-d’Or) au Centre Vidéotron.

«Il a une bonne tête de hockey. Il a joué pour les Remparts, bien sûr, mais aussi dans la Ligue américaine, et il peut amener une vision du jeu que nous, on ne voit pas», expliquait l’entraîneur-chef à propos de la présence du meilleur marqueur des Remparts en 2011-2012 avec 92 points.

Roy admet avoir eu beaucoup de plaisir à voir son fils à ses côtés, à Gatineau. Et il n’a pas hésité à répéter l’expérience, cette fois à Québec.

«J’ai appelé ma DG [Nicole Bouchard) pour savoir si elle me donnait la permission, elle a dit oui... Pour moi, c’est super le fun. Un, ça me permet d’être avec mon gars, et deux, j’aime le petit côté offensif qu’il peut apporter. Il a vécu des choses dans sa carrière, il est capable de les partager. Nous avons chacun nos tâches derrière le banc, mais si une situation particulière survient, je peux lui dire de parler aux joueurs sur les détails à apporter à l’intérieur de notre structure, qu’il connaît bien.»

Le plus jeune des deux fils de Roy étudie en droit à Ottawa. Après quelques saisons dans la Ligue américaine, il a joué un peu à l’Université Concordia avant d’accrocher ses patins, sauf pour quelques matchs avec l’Assurancia de Thetford Mines, dans la Ligue nord-américaine, la saison dernière.

Retour à la maison

Les Remparts sont de retour devant leurs partisans, devant qui ils n’ont gagné qu’une fois à leurs quatre derniers matchs et seulement trois fois en huit rencontres locales, cette saison. L’adversaire du jour occupe le cinquième rang de la conférence de l’Ouest avec une fiche de 8-7-1-1 en 17 matchs contre le sixième rang avec 22 points (11-7) en 18 matchs pour la formation québécoise.

«Tout le monde est pareil, il y a des moments où nos structures ont l’air de la LNH, et le lendemain, elles ont l’air du junior, mais je sais une chose avec l’Armada : c’est une équipe qui compétitionne, et c’est à quoi je m’attends», disait Roy à propos du club appartenant aussi à Québecor.

La visite de l’Armada à Québec permettait aussi de ramener sur le tapis le règlement qui interdit aux deux clubs de transiger entre eux.

«Je pense qu’éventuellement, ça va être appelé à changer. Du moins pour les choix au repêchage ayant déjà appartenus à l’une ou l’autre des équipes. Je pense qu’il y a une vision positive à travers la Ligue à cet égard, on réalise que ça va un peu loin», disait Roy, en rappelant que ce règlement l’avait empêché d’essayer d’obtenir le choix de fin de première ronde de Moncton, au dernier repêchage, parce que celui-ci avait déjà transité par Blainville-Boisbriand.

«Et même si j’avais voulu parler à Saint-Jean pour le tout premier, je ne pouvais même pas le faire pour la même raison», notait l’homme de hockey qui s’est quand même amusé à effectuer beaucoup de transactions à la première année de son retour comme directeur général des Remparts, l’hiver dernier.

Olympiques

Voyage déterminant pour les Olympiques

Deux semaines complètes au centre Robert-Guertin ont permis aux Olympiques de Gatineau de reprendre des forces.

Ils ont amassé des points dans chacun de leurs trois derniers duels. Quand ils ont pris la route pour entreprendre leur plus long voyage de la saison jeudi, les hommes d’Éric Landry formaient à nouveau un club des séries.

67's

67's: un duel Paputsakis contre Andrée

Le hasard fait parfois bien les choses.

Les Generals d’Oshawa visiteront les 67’s d’Ottawa vendredi soir à la Place TD. Ça tombe plutôt bien parce qu’ils ont l’intention de confier la garde de leurs filets à Zachary Paputsakis, une recrue de Rockland qui fêtera justement ses 18 ans vendredi.

67's

Marco Rossi fait tourner les têtes

Le repêchage 2020 de la LNH est réputé pour la qualité de ses joueurs d’impact.

Parmi les surdoués, Alexis Lafrenière, Quinton Byfield, Cole Perfetti et le Gatinois Hendrix Lapierre font déjà les délices des recruteurs, mais un joueur des 67’s d’Ottawa veut aussi s’inviter dans la conversation.

Saguenéens

Harvey-Pinard en grande forme

Rafaël Harvey-Pinard a trouvé ses aises dans l’uniforme des Saguenéens de Chicoutimi. Limité à deux passes au cours de ses six premiers matchs, le capitaine a récolté 18 points, dont huit buts, dans les 11 rencontres suivantes. De quoi rassurer certains partisans de l’équipe qui commençaient à voir apparaître quelques cheveux gris sur leur tête.

Le début de saison plus tranquille de l’ancien attaquant des Huskies de Rouyn-Noranda a effectivement fait grincer des dents certains amateurs un peu plus intenses. Le principal intéressé, lui, avait certainement hâte de débloquer offensivement, mais il n’a jamais été inquiété.

Olympiques

Emerik Despatie maître chez lui

En attendant d’obtenir un premier départ à Québec, Emerik Despatie a pleinement savouré sa première sortie à la maison samedi soir.

Le gardien de Cantley a aidé les Remparts à enregistrer une victoire de 2 à 1 en prolongation au centre Robert-Guertin. La recrue de 16 ans a hérité de la deuxième étoile de la rencontre en repoussant 20 tirs des Olympiques de Gatineau.

Même s’il faisait partie du club visiteur, chacun de ses arrêts était accompagné d’une salve d’applaudissements. Deux sections complètes derrière le banc des Remparts avaient clairement un parti pris pour l’équipe d’Emerik Despatie.

« J’entendais tout. Même les dégagements étaient applaudis ! Leurs encouragements m’ont donné confiance. J’avais déjà gagné mes deux premiers départs sur la route, mais cette victoire est encore plus spéciale parce qu’elle a été obtenue chez nous et c’est notre visite de la saison à Gatineau », a indiqué celui qui a fait le grand saut du midget espoir jusqu’à la LHJMQ.

Pendant qu’il se réchauffait sur la glace où il avait encouragé les Olympiques dans sa jeunesse, Despatie a dit ne pas ressentir de papillons dans son estomac.

« Je ressentais surtout de la pression, mais je joue normalement mes meilleurs matches sous pression. Ça me motive. Il y avait beaucoup de monde ici pour me voir jouer. Je voulais tout faire pour gagner. J’avais un peu de nervosité, mais j’étais surtout excité de jouer ce match. »

Ce match a commencé un peu brutalement pour la recrue. Métis Roelens a ouvert la marque sur le deuxième tir des Olympiques. Le géant de 6’5’’ a fait dévier un lancer de David Aebischer pendant un avantage numérique. Il n’y avait pas grand-chose à faire sur la séquence.

« D’habitude, quand tu te fais compter sur le deuxième tir d’un match, c’est un peu décourageant, mais là, c’était une déviation. Je pouvais l’accepter, l’oublier et passer à autre chose. »

Les Olympiques n’ont pas été capables de le déjouer à nouveau. Despatie a d’ailleurs réservé son meilleur arrêt pour la fin du match quand il a bloqué un tir de Pier-Olivier Roy avec un score de 1-1.

Son entraîneur-chef, qui connaît une chose ou deux sur la position de gardien, s’est donné la peine d’aller le rencontrer pour le féliciter personnellement après la victoire.

« Je suis très content de son travail, a indiqué Patrick Roy. Il travaille fort dans les pratiques. Je sens qu’il progresse et je suis obligé de te dire qu’il gagne ma confiance de match en match. C’est son troisième départ et il a trois victoires. Il s’est fait battre par une bonne déviation de Roelens. C’est un des bons joueurs de la ligue devant le filet. »

Peu occupé devant la cage des Remparts dans les deux premières périodes où il n’a fait face qu’à 13 tirs, Despatie a expliqué qu’il était parvenu à garder sa concentration en suivant les mouvements de la rondelle.

« Même quand c’est notre équipe qui avait la rondelle, je faisais mes déplacements pour rester dans ma bulle. »

Pour la deuxième fois en 24 heures, les Olympiques menaient les Remparts par un but après deux périodes, mais comme dans le premier duel, les visiteurs ont créé l’égalité en profitant d’une descente à deux contre un où Gabriel Montreuil a déjoué Creed Jones pour la première fois.

Les Remparts ont ensuite profité d’une mauvaise punition à Chris McQuaid avec 10 secondes à faire au match pour marquer le but vainqueur en prolongation. Félix Bibeau a placé une rondelle derrière Jones après avoir été alimenté par l’ancien Olympique Darien Kielb.

Jones a été le meilleur joueur de son équipe. Il a gardé le pointage serré même s’il a été bombardé de 36 tirs. Les Remparts ont aussi dominé 20-8 dans les tirs dangereux, mais la prestation de Jones a permis aux Olympiques d’amasser trois points sur quatre contre les Remparts ce week-end.

Olympiques

Gatineau 5/Québec 3: troisième gain de suite à Guertin pour les Olympiques

Est-ce que la tendance est en train de se renverser ?

Depuis le début de la saison, les Olympiques de Gatineau ont souvent laissé filer des avances pour échapper de précieux points au classement. Vendredi soir, au centre Robert-Guertin, ils s’étaient même donné un coussin de trois buts contre les Remparts de Québec, mais encore une fois, les visiteurs ont été en mesure d’égaler la marque 3-3 en milieu de troisième période.

Hockey junior

L’ascension fulgurante d’Emerik Despatie

À pareille date l’an dernier, Emerik Despatie ne savait même pas s’il allait être repêché dans la LHJMQ

Le hockeyeur de Cantley gardait les buts de l’Intrépide de l’Outaouais midget espoir. Samedi soir, au centre Robert-Guertin, il sera pourtant devant le filet des Remparts de Québec pour affronter les Olympiques de Gatineau.

Olympiques

Une semaine d’entraînement qui fera du bien aux Olympiques

Pour la première fois depuis qu’ils ont amorcé une séquence de huit matches en 13 jours le 11 octobre dernier, les Olympiques de Gatineau profitent d’une semaine d’entraînement complète où ils peuvent enfin peaufiner certains éléments essentiels de leur jeu collectif.

Aux commandes d’un jeune club qui peine à savourer des victoires en ce début de saison, Éric Landry compte profiter de ce rare luxe pour lui permettre de mieux préparer son club pour sa série de deux matches contre les Remparts de Québec au centre Robert-Guertin en fin de semaine.

Intrépide

Belchamber récompensé par l’Armada

Le fort début de saison du Gatinois Andrew Belchamber dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec n’est pas passé inaperçu.

L’attaquant de 16 ans fait partie des 20 meilleurs compteurs de la ligue avec une récolte de 14 points en 16 matches. À son meilleur dans les moments cruciaux d’un match, il s’est hissé en tête du circuit en inscrivant quatre buts gagnants avec l’Intrépide de Gatineau.

Olympiques

Vétérans dans les gradins des Olympiques

Insatisfait des résultats de son équipe sur la patinoire, l’entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau a pris les grands moyens pour secouer ses équipiers.

Éric Landry a laissé des vétérans de côté au cours des derniers matches. Le défenseur de 19 ans Chris McQuaid a notamment regardé les deux derniers matches à partir des gradins, dont celui de mercredi à Rouyn-Noranda, là où il avait amorcé sa carrière junior.

Olympiques

L’honneur des Olympiques a été sauvé

Ce n’était pas l’enjeu qu’ils avaient prévu défendre en début de saison, mais les Olympiques de Gatineau ont sauvé leur honneur dimanche soir en remportant une bataille entre deux clubs qui voulaient sortir de la cave du classement de la LHJMQ.

Kieran Craig a profité de son premier match de deux buts en carrière dans le circuit Courteau pour aider les Gatinois à vaincre le Titan d’Acadie-Bathurst 3-2. En arrière 3-0 après deux périodes, les visiteurs ont compliqué la tâche des Olympiques dans le dernier tiers.

67's

Autre remontée spectaculaire des 67's

Sur les réseaux sociaux, le slogan des 67’s d’Ottawa est #NoQuit depuis l’année dernière. Ils devraient peut-être en ajouter un dans le genre de #ScoreFirst en 2019-20.

Pour la 11e fois en 12 matches vendredi soir, ils ont laissé les visiteurs marquer le premier but d’un match. Les Rangers de Kitchener ont même pris l’avance 3-0 en deuxième période, mais fidèle à leurs habitudes, les 67’s n’ont pas lâché.

Jack Quinn a marqué un premier but spectaculaire en se faufilant entre deux défenseurs pendant un avantage numérique pour allumer la foule. Puis Alec Bélanger a livré un solide combat contre Reid Valade. Les 2564 spectateurs à la Place TD étaient debout. C’était l’euphorie sur le banc des locaux. Cameron Tolnai a aussitôt ajouté son premier but de la saison, puis Austen Keating a créé l’égalité sur une passe de l’ex-Ranger Joseph Garreffa.

En moins de trois minutes, les 67’s étaient de retour à 3-3. En fin de troisième période, Noel Hoefenmayer a envoyé tout le monde à la maison dans la bonne humeur en marquant le but vainqueur avec 48 secondes à écouler. C’était le troisième point du défenseur de 20 ans. Austen Keating lui avait préparé la table pour inscrire son troisième point lui aussi.

Les 67’s (8-4-0) ont ainsi comblé un retard de trois buts pour l’emporter 4-3. Les Rangers (5-3-4) devront donc attendre encore un peu avant de gagner un premier match à l’étranger cette saison (0-3-3).

Quand on lui demande s’il devrait échanger son slogan #NoQuit contre le premier but dans un match, l’entraîneur-chef André Tourigny hoche de la tête.

« Je n’échangerais pas ce trait de caractère de notre club. Nous en avons besoin. Ça n’a pas de prix, mais j’aimerais bien avoir l’avance pour une fois. J’aimerais protéger une avance, mais ce soir, nous l’avons eu pendant un gros 48 secondes ! Pour l’instant, nous allons continuer de bâtir sur les éléments positifs. Nous sommes revenus de l’arrière en disputant un bon match. C’est juste que les Rangers ont aussi très bien joué en première période. »

Les bons 20 ans

En plus de Joseph Garreffa qui affrontait son ancien club moins d’une semaine après avoir été échangé à Ottawa, André Tourigny s’est montré élogieux envers ses deux autres joueurs de 20 ans : Noel Hoefenmayer et Austen Keating.

« Noel est un grand leader dans ce club. À mes débuts ici, il créait de l’offensive pour les deux clubs sur la glace ! Maintenant, il a appris à en créer juste pour nous ! Il se comporte comme un pro. Il mérite amplement ce qui lui arrive. Quant à Keats, c’est le secret le mieux gardé dans le monde du hockey. Il est incroyable. Il est tellement intelligent. Il joue à haute vitesse. Les gens pensent qu’il lui manque de la rapidité en raison de sa démarche sur patins, mais il est vif et il sait quoi faire avec une rondelle. »

À sa cinquième saison avec les 67’s, Noel Hoefenmayer connaît un début de saison canon. Il a six buts et 17 points en 12 matches. Keating a un point de plus que lui. Le défenseur a appris à calculer le moment où il peut aider l’attaque et ce sont les 67’s qui en sortent gagnants.

« Je sais quand appuyer l’attaque et quand rester derrière. Ce soir, nous n’avons jamais abandonné. Les avances des autres équipes ne sont jamais sécuritaires contre nous. Le combat d’Alec Bélanger a été le point tournant du match. Il a mis de la vie sur notre banc. Nous avons formé une équipe différente après. »

Olympiques

Henry ne reconnaît pas ses Olympiques

Son nom sera toujours associé aux années de gloires des Olympiques de Hull/Gatineau.

Charles Henry avait fait une entrée fracassante en 1985. Le Franco-Ontarien du quartier Overbrook avait injecté une dose de crédibilité instantanée à cette franchise moribonde en guidant son bon ami Wayne Gretzky à acheter l’équipe auprès de la Ville de Hull. Le meilleur joueur de hockey de la planète avait permis au « Grand Manitou » d’explorer de nouveaux marchés pour construire une dynastie. Rapidement, il a pu convaincre des Européens, des Ontariens, des joueurs des Maritimes et des Américains à rallier son club.

Saguenéens

Commotion pour Hendrix Lapierre

Le verdict est tombé pour Hendrix Lapierre. L’attaquant de 17 ans des Sags souffre bel et bien d’une commotion cérébrale, subie mercredi à Rimouski.

En entrant en territoire adverse à mi-chemin en troisième période, Lapierre a été frappé solidement par le défenseur de l’Océanic Zachary Massicotte, qui mesure 6 pieds 4. Il a immédiatement retraité au vestiaire, visiblement ébranlé. Des tests plus poussés ont finalement révélé les craintes initiales. Hendrix Lapierre sera donc au repos pour au minimum une semaine. «On va voir», a laissé tomber l’entraîneur-chef Yanick Jean après avoir confirmé le verdict. Il s’agit d’une deuxième commotion cérébrale en deux ans pour Hendrix Lapierre. Ironie du sort, il avait également subi la première à Rimouski l’an dernier. 

«Toutes les fois qu’on a une commotion, peu importe c’est qui, c’est plate. C’est la raison pour laquelle la ligue essaie de faire le maximum pour les enrayer», de mentionner Yanick Jean qui modifiera donc ses trios pour les deux rencontres de la fin de semaine, à domicile au centre Georges-Vézina face aux Voltigeurs de Drummondville samedi puis l’Armada de Blainville-Boisbriand le lendemain. Thomas Belgarde obtient une promotion bien méritée pour l’entraîneur-chef sur un trio offensif complété par Christophe Farmer et Vladislav Kotkov. La combinaison de Samuel Houde, Rafaël Harvey-Pinard et Xavier Labrecque demeurera intacte. 

Hockey junior

Chaude lutte en tête de la CCHL2

Les équipes de la Ligue de hockey junior B de l’Est ontarien (CCHL2) ont franchi la barre des 10 matches en fin de semaine dernière et le portrait n’a pas trop changé depuis la saison dernière.

Les « suspects habituels » trônent au sommet de la division Martin. Le Canadien junior d’Ottawa (9-1-0) mène le bal avec neuf victoires en 10 matches. Il est suivi de près par les Vikings de Casselman (8-1-1). Les Golden Knights d’Ottawa Ouest (6-3-1) ne sont pas loin derrière, mais ce qui pourrait ajouter du piquant à la saison, c’est la prestation des Panthères d’Embrun qui sont de retour parmi l’élite de la ligue avec une fiche de 7-3-0.

Olympiques

Voyage infructueux en Abitibi pour les Olympiques

Autre match serré. Autre défaite pour les Olympiques de Gatineau.

Cette fois, la bande d’Éric Landry s’est inclinée 5-2 à Rouyn-Noranda. Oubliez le pointage. Les Huskies ont compté leurs deux derniers buts dans un filet désert. C’était même 2-2 au début de la troisième période quand Alex Beaucage a marqué le but de la victoire à la 46e minute de jeu.

« Nous avons disputé un bon match. Nous avons obtenu un bon effort de tout le monde. Nous avons manqué plusieurs bonnes chances de marquer. Eux, la rondelle est tombée sur la palette du bon joueur quand Beaucage l’a mis dedans pour faire la différence. Les Huskies nous attendaient. Ils n’avaient pas joué hier, mais nous avons été capables de créer autant de chances de marquer qu’eux. Ils ont tiré souvent sur le jeu de puissance, mais à cinq contre cinq, nous avons eu plus de tirs qu’eux », a raconté l’entraîneur-chef Éric Landry après la rencontre.

Beaucage a ajouté un deuxième but dans une cage déserte. Tyler Hinam en a fait de même. William Rouleau et Adrian Valigura ont marqué les autres buts des Huskies (7-6-1), qui ont ainsi mis fin à une série de quatre défaites consécutives.

Olivier Boutin avait pourtant été le premier marqueur de la soirée à l’aréna Iamgold. Le défenseur de 16 ans a inscrit son premier but dans la LHJMQ pendant une supériorité numérique. Manix Landry a aussi compté pendant un jeu de puissance en troisième période pour égaler la marque 2-2. Le défenseur Alexandre Hogue a participé aux deux buts des Olympiques (2-11-2) pour hériter de la deuxième étoile. Les Gatinois étaient privés de l’attaquant de 20 ans, Matthew Grouchy, blessé à la fin du match à Val-d’Or mardi.

Devant le filet, Rémi Poirier a bloqué 29 des 32 tirs des Huskies. Zachary Émond a effectué 26 arrêts, dont un sur un tir de pénalité d’Émile Hegarty-Aubin.

Les Olympiques seront de retour au centre Robert-Guertin dimanche dans un duel entre les deux clubs du bas du classement de la LHJMQ. Le Titan d’Acadie-Bathurst (0-7-5) sera le visiteur. Le club du gardien Tristan Bérubé n’a toujours pas gagné cette saison. Pour les Gatinois, ce sera le moment ou jamais de se sortir d’impasse. Pour le moment, l’équipe semble à court de solutions.

Transaction des 67’s

Quelques jours après avoir acquis les services du prolifique attaquant Joseph Garreffa des Rangers de Kitchener, les 67’s d’Ottawa ont réglé leur problème de surplus de joueurs de 20 ans en expédiant le défenseur Hudson Wilson aux Petes de Peterborough. 

Les rivaux de division des 67’s ont payé un choix de quatrième ronde en 2022 pour obtenir ses services. Wilson attaquait sa quatrième saison complète à Ottawa. 

Les Petes ont encore cinq matches contre les 67’s cette saison. Garreffa, lui, aura la chance d’affronter son ancien club des Rangers dès vendredi soir à la Place TD.

Olympiques

Les Foreurs doublent les Olympiques en fin de match

Les matches se suivent et se ressemblent pour les Olympiques de Gatineau.

Mardi soir, à Val-d’Or, ils menaient 3-2 en troisième période quand ils ont vu leurs adversaires remonter la pente pour ensuite récolter les deux points de la victoire en fin de match. Pour la huitième fois de la saison, les Gatinois ont laissé filer une avance acquise tôt ou tard dans une partie pour finalement s’incliner. Mardi, William Provost a marqué le but vainqueur avec 3:40 à écouler au tableau et Nicolas Ouellet a complété son tour du chapeau dans une cage déserte pour aider les Foreurs à signer un gain de 5-3.

LHJMQ

Xavier Parent retrouve une famille avec le Phoenix

Xavier Parent n’a pas su comment réagir lorsqu’il a appris qu’il avait été échangé par les Mooseheads de Halifax, mais il a vite retrouvé ses sens au moment de connaître sa nouvelle destination.

Quelques mois après être passé à une victoire de soulever la coupe Memorial, Parent était chez lui à se préparer pour la prochaine saison lorsque son directeur général, Cam Russell, lui a annoncé qu’il était échangé pour la première fois de sa carrière, en août.

Olympiques

Gilles Courteau a un œil sur les Olympiques de Gatineau

Des assistances en forte baisse. Une promotion précipitée, aussitôt retirée. Des déclarations étonnantes et des entrevues malaisantes de ses dirigeants. Des résultats en dessous des attentes sur la patinoire.

À tort ou à raison, les Olympiques de Gatineau ont beaucoup fait parler d’eux depuis quelques semaines à travers la planète LHJMQ. Le bruit a eu tôt fait de se rendre jusqu’aux oreilles du commissaire Gilles Courteau dans son bureau de Longueuil, là où il a cru bon d’offrir un peu plus d’encadrement à la nouvelle équipe administrative des Olympiques.

67's

Impact immédiat pour Garreffa avec les 67's

Les 67’s d’Ottawa n’ont pas tardé à réagir à la perte de leur meilleur franc-tireur pour une période de quatre à six mois.

Les marqueurs au potentiel de 50 buts ne courent pas les rues, mais samedi, les 67’s ont pris les grands moyens pour amenuiser l’absence prolongée de Graeme Clarke en expédiant trois choix de troisième ronde aux Rangers de Kitchener afin de leur soutirer l’attaquant Joseph Garreffa.