Le Thursolien Mario Richer a placé un pied en Allemagne en décrochant le poste d’entraîneur-chef des Eispiraten de Crimmitschau, un club professionnel de deuxième division.
Le Thursolien Mario Richer a placé un pied en Allemagne en décrochant le poste d’entraîneur-chef des Eispiraten de Crimmitschau, un club professionnel de deuxième division.

Nouveau pays, nouveau défi pour Mario Richer

Double champion de la coupe de France avec les Gothiques d’Amiens, Mario Richer n’aura pas eu à attendre bien longtemps avant de prendre les commandes d’une autre équipe de hockey européenne.

Après ses expériences en Autriche, en Italie et en France, le Thursolien de 55 ans dirigera une équipe de deuxième division en Allemagne en 2020-21. Entraîneur-chef dans la Ligue Magnus aux cours des quatre dernières années, Richer se retrouvera derrière le banc des Eispiraten de Crimmitschau, au sein d’une petite communauté de 20 000 habitants située à 1 h 30 de route de Leipzig en Allemagne et de Prague en République tchèque.

À LIRE AUSSI : Mario Richer dans l’œil de la «tempête» de la COVID-19

«Comme il avait été convenu avant la dernière année de mon contrat à Amiens, le temps était venu de céder ma place à mon entraîneur-adjoint. J’ai donc embauché un agent d’entraîneurs en Allemagne. Rapidement, je me suis retrouvé avec deux possibilités, dont une en Suisse. La situation que nous vivons avec la Covid-19 place toutefois plusieurs équipes sur leurs gardes. Elles hésitent à accorder des contrats en ce moment. L’équipe d’Allemagne m’a fait une offre. J’avais deux jours pour l’accepter. Les jobs d’entraîneurs se font rares. Je ne pouvais pas refuser.»

Le hasard fait parfois bien les choses. À Crimmitschau, Richer va remplacer un ancien membre des Olympiques de Hull à la barre des «Pirates». À titre de joueur, Daniel Naud a notamment été un prolifique défenseur offensif à Hull en 1981-82. Il a aussi joué à Rouen, en France, avec... Benoît Groulx!

«Il a obtenu un emploi à Biettigheim, un club à gros budget de notre ligue. Son poste était donc devenu vacant», a expliqué Richer, toujours confiné à son appartement d’Amiens, où il n’a pas le droit de s’aventurer à plus d’un kilomètre de son logement. Ses sorties sont limitées à une heure par jour. Les mesures sont en place jusqu’à 11 mai.

Dans l’esprit de Richer, le mouvement de la Ligue Magnus vers la «DEL-2» s’avère une promotion.

«L’Allemagne fait partie des sept meilleures nations de hockey au monde. La DEL-2 est comparable à la Ligue Magnus, mais c’est une ligue au jeu plus physique, plus intense et les clubs travaillent avec des budgets supérieurs. Le championnat est également plus homogène. En France, le championnat se dispute habituellement entre Rouen et Grenoble. En Allemagne, plusieurs équipes peuvent réellement aspirer au championnat et obtenir une promotion en première division.»


« Même si l’équipe a eu des années difficiles, elle a des partisans déchaînés. Ils remplissent l’aréna. Toute la région est derrière son équipe et l’ambiance est quelque chose! »
Mario Richer

Aucune tradition gagnante

À Crimmitschau, Mario Richer fera face à un grand défi. Son équipe évolue en deuxième division depuis 2007, mais en 13 ans d’existence, elle n’a jamais connu une saison gagnante. Avant de penser à une promotion en première division, il y aura donc d’autres étapes à franchir.

«Je n’en suis pas à mon premier défi. Quand je suis arrivé à Amiens, le club n’avait pas gagné un championnat depuis 15 ans et n’avait pas gagné la coupe de France en 50 ans. Nous venons de réaliser l’exploit deux années de suite. C’est un défi intéressant. L’organigramme est plus grand qu’à Amiens ici. Il y a plus d’employés. Nous avons un directeur général qui s’occupe du recrutement des joueurs. De mon côté, ma première tâche va consister à évaluer l’équipe et voir de quelle façon nous pouvons l’améliorer.»

Ambiance déchaînée

Dans sa nouvelle ville d’adoption située au centre-est de l’Allemagne, Richer se retrouvera dans un environnement connu. Il est déjà familier avec les vieux édifices comme le centre Robert-Guertin à Gatineau et le Coliseum d’Amiens. À Crimmitschau, les Pirates évoluent dans une «vieille grange» construite en 1964. Elle a cependant une capacité de 5222 spectateurs.

«Même si l’équipe a eu des années difficiles, elle a des partisans déchaînés. Ils remplissent l’aréna. Toute la région est derrière son équipe et l’ambiance est quelque chose!»

En deuxième division allemande, les clubs ont droit d’aligner quatre joueurs étrangers. Chez les Eispiraten, les plus connus sont Carl Hudson, un défenseur de 34 ans qui a déjà joué chez les Hawks de Hawkesbury entre 2003 et 2006. Il y a aussi le défenseur Ty Wishart, un choix de première ronde des Sharks de San Jose en 2006.