Arrêté depuis le 23 mars, le chantier du nouveau complexe de quatre glaces qui servira de nouveau domicile des Olympiques de Gatineau va prendre d’autres retards. Cette fois, c’est la date de livraison des patinoires communautaires qui est menacée.
Arrêté depuis le 23 mars, le chantier du nouveau complexe de quatre glaces qui servira de nouveau domicile des Olympiques de Gatineau va prendre d’autres retards. Cette fois, c’est la date de livraison des patinoires communautaires qui est menacée.

Nouveau Guertin: chantier arrêté depuis un mois

Bonne nouvelle. Le chantier du futur amphithéâtre des Olympiques de Gatineau est complété à près de 60 %.

Mauvaise nouvelle. Le chantier du boulevard de la Cité est complètement arrêté depuis le 23 mars.

Si l’organisme Vision Multisports Outaouais (VMSO) n’a pas à s’inquiéter pour la date de livraison de la patinoire principale des Olympiques en 2021, le temps pourrait commencer à manquer pour ouvrir les trois patinoires communautaires. Avant l’éclosion de la crise sanitaire mondiale, elles étaient en voie d’être complétées comme prévu en novembre 2020.

«Nous étions en plein dans les temps pour les patinoires communautaires. Elles représentent notre priorité. Ce sont des patinoires qui seront ouvertes 12 mois par année. Notre plan d’affaires est surtout axé sur ces patinoires. C’est urgent. Pour les Olympiques, nous avons jusqu’au début de la saison 2021-22 (septembre) pour compléter. Si on commence à s’inquiéter pour ça, nous aurons un sérieux problème!», a lancé Alain Gagné, directeur général de VMSO.

Le groupe anticipe des nouvelles du gouvernement du Québec cette semaine. La rumeur veut que le premier ministre François Legault annonce la réouverture de tous les chantiers de construction à partir du 4 mai. Actuellement, seulement les chantiers résidentiels avec des travaux urgents ont pu reprendre leurs activités.

«Nos travaux sont arrêtés depuis un mois. C’est très difficile de connaître les impacts sur nos échéanciers alors que rien ne bouge. Même quand ça va repartir, ça va nous prendre deux à trois semaines pour mesurer l’impact des retards. En temps normal, nous pourrions rattraper le temps perdu, mais il n’y a rien d’ordinaire dans la situation que nous vivons. Même si les travaux reprennent le 4 mai, il y aura des mesures à respecter.»

En ce sens, Alain Gagné s’attend à ce que le chantier ne soit pas opérationnel à 100 %.

Initialement, la patinoire des Olympiques de Gatineau devait  être prête en novembre 2020.

«Est-ce qu’il va y avoir moins de monde sur le chantier? Est-ce que ça va repartir par étape? Est-ce que les quarts de travail seront plus courts? Y aura-t-il plus de règles à respecter? Nous sommes devant l’inconnu.»

Le groupe JPL, gestionnaire du chantier du nouveau Guertin, composait déjà avec une pénurie de main-d’oeuvre quand le site a été déserté. Alain Gagné pense que la situation pourrait être problématique à la reprise des travaux.

«Ça ne sera certainement pas plus facile avec la sous-traitance. À Ottawa, ça roulait déjà plus qu’ici. Est-ce que la main-d’oeuvre sera prise de l’autre côté de la rivière? Tout le monde se tient prêt. On attend. Concrètement, ça va changer notre casse-tête financier. Les retards vont engendrer des coûts supplémentaires. On ne sait pas encore combien ça va coûter.»

Initialement, la patinoire des Olympiques de Gatineau devait aussi être prête en novembre 2020, mais lors de la dernière mise à jour de février, VMSO avait indiqué que ses travaux accusaient de trois à quatre mois de retard. Cette partie du projet avait donc été repoussée à mars 2021.

VMSO avait aussi laissé miroiter un dépassement des coûts de construction qui atteignait, à ce moment-là, entre 8 et 10 millions $. L’organisme s’était toutefois engagé à assumer ces frais supplémentaires.

Avec le stationnement étagé qui est un projet à part, la facture totale de la construction du complexe de quatre glaces va maintenant dépasser 114 millions $.