Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sur une passe de son coéquipier des Sénateurs Connor Brown, en arrière plan sur la photo, Nick Paul compte le but gagnant en prolongation du gain de 3-2 d'Équipe Canada contre la Finlande au Championnat mondial de hockey tenu à Riga, en Lettonie.
Sur une passe de son coéquipier des Sénateurs Connor Brown, en arrière plan sur la photo, Nick Paul compte le but gagnant en prolongation du gain de 3-2 d'Équipe Canada contre la Finlande au Championnat mondial de hockey tenu à Riga, en Lettonie.

Nick Paul procure l'or au Canada à Riga

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
L’attaquant des Sénateurs d’Ottawa Nick Paul a couronné une conquête de la médaille d’or improbable d’Équipe Canada dimanche en comptant en prolongation pour procurer un gain de 3-2 à son pays contre la Finlande au Championnat mondial de hockey tenu à Riga, en Lettonie.

Paul a complété une descente à deux contre un avec son coéquipier des Sénateurs Connor Brown à 6:26 minutes de la prolongation à trois contre trois pour permettre aux Canadiens de devenir la première équipe à commencer le tournoi avec trois revers consécutifs avant de revenir à la charge pour l’emporter. Il s’agit de la 27e médaille d’or du Canada à ce tournoi.

Brown a préparé les trois buts des siens dans cette victoire ultime pour finir au premier rang des compteurs du tournoi avec ses 2 buts et 14 passes (un record pour la formation canadienne) pour 16 points.

Il a aussi des talents de devin dignes de Nostradamus, apparemment.

«J’ai coupé une passe après la mise au jeu dans notre zone et j’ai vu que ‘Brownie’ était parti sur le ‘fly’ à l’aile. Quand on lui donne la rondelle, de bonnes choses arrivent. Ma passe n’était pas très bonne, mais il n’a redonné la rondelle et j’avais le filet ouvert, c’était incroyable l’adrénaline ensuite, lorsque toute l’équipe a sauté sur la glace», a relaté Paul en visioconférence après coup.

«Nous avons une bonne chimie, lui et moi, on peut faire des jeux et lire ce que l’autre veut faire. Mais ce qui est fou, c’est qu’avant le match, lorsqu’on se réchauffait, il m’a dit ‘j’ai la folle sensation que ça va aller en prolongation et que je vais te donner le but gagnant’. C’est fou que ce soit effectivement arrivé. Excellent jeu de sa part et toute l’équipe a joué un gros match. On s’est bien tenus ensemble après un début de tournoi difficile, on a joué les uns pour les autres et c’est une belle fin à ce tournoi», a-t-il ajouté, lui dont c’était le deuxième but de ce championnat pour aller avec deux passes.

L’entraîneur-chef canadien Gerard Gallant a indiqué en réponse à une question du Droit qu’il n’a même pas vu le but gagnant.

«Je n’ai pas regardé quand ils sont partis à deux contre un. J’avais un bon ‘feeling’, mais je me suis juste retourné, puis j’ai vu tout le monde qui sautait sur le banc, a-t-il relaté. Quand tu obtiens une chance en prolongation, tu veux en profiter et ils ont fait un excellent jeu, de ‘Paulie’ à ‘Brownie’, qui redonne à ‘Paulie’ pour le filet béant. Je suis content pour Paul, il a travaillé fort pour nous, il a été un joueur clé pendant tout le tournoi, il méritait ce but... C’était un match serré qui aurait pu aller dans un sens comme dans l’autre et nous sommes contents de l’avoir remporté, après le trou qu’on s’était creusé au début.»

Le capitaine Adam Henrique, membre de l’équipe canadienne qui s’était incliné contre les Finlandais lors du dernier championnat tenu en 2019, a forcé la tenue de la prolongation en comptant en avantage numérique avec moins de huit minutes à jouer au troisième tiers, sur une passe de Maxime Comtois, auteur du premier but des Canadiens, aussi sur un jeu de puissance. Deux buts préparés par Connor Brown, encore une fois.

«Personne ne croyait en nous après notre début de tournoi et c’est le ‘fun’ de prouver à tout le monde qu’ils avaient tort de douter de nous», a commenté Comtois, l’attaquant québécois des Ducks d’Anaheim.

«Le point tournant du tournoi, c’est quand ‘Mangi’ (Andrew Mangiapane, des Flames de Calgary) est arrivé (au quatrième match)», notait Henrique de son côté, lui qui était au centre du premier trio avec celui qui a été nommé joueur le plus utile du tournoi et Brown sur ses ailes.

Mikael Ruohomaa et Petteri Lindbohm ont procuré des avances d’un but aux Finlandais, priorités qu’ils ont été incapables de protéger.

Les gardiens Darcy Kuemper et Jussi Olkinuora ont tous deux excellé devant leurs filets respectifs, faisant face à 31 et 26 tirs, respectivement.

La formation canadienne avait une forte saveur ottavienne alors qu’en plus de Brown et Paul, le jeune défenseur Jacob Bernard-Docker a aussi endossé le chandail unifolié, lui qui avait commencé l’année à l’Université du North Dakota. André Tourigny, entraîneur-chef des 67’s d’Ottawa, était un des adjoints de Gerard Gallant, alors que le personnel de soutien comprenait le gérant de l’équipement des Sénateurs John Forget, son adjoint Alex Menezes, de Gatineau, ainsi que le thérapeute athlétique Dominic Nicoletta et le médecin Tim Cregan. 

Vaincue 4-2 en demi-finale par les Canadiens, Équipe États-Unis a mérité la médaille de bronze grâce à un gain de 6-1 contre l’Allemagne en matinée, l’ancien Sénateur Christian Wolanin, maintenant des Kings de Los Angeles, obtenant leur premier but. Américains et Canadiens vont revenir en Amérique du Nord sur le même vol nolisé lundi, comme ils l’avaient fait au départ vers la Lettonie il y a trois semaines.