Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Antony Auclair
Antony Auclair

Antony Auclair serein malgré tout

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Les Buccanneers de Tampa, tout comme Antony Auclair, ont vécu leurs moments d’adversité, pendant cette saison de la NFL un peu malmenée par la COVID-19. Mais les ajustements apportés après la semaine de pause de l’équipe, à la fin du mois de novembre, alors qu’elle présentait une fiche de 7-5, furent la clé du succès, estime Antony Auclair.

L’ailier rapproché des Bucs était en appel Zoom avec les médias du Québec, mardi matin.

L’ancien des Cougars du Collège Champlain et du Rouge et Or de l’Université Laval n’a malheureusement pas participé au match de dimanche, une victoire de 31-9 des Bucs face aux Chiefs de Kansas City.

Une blessure subie en début de saison aura fort probablement coûté une participation au Super Bowl pour le Beauceron.

Serein malgré tout, Auclair profite du moment présent, il célèbre l’accomplissement et ne pense pas trop à l’avenir, lui qui a signé un contrat d’une saison, à l’hiver 2020.

« Je suis un gars de processus. Et pour l’instant, le processus indique qu’il faut profiter de la victoire du Super Bowl, alors je ne pense pas à ce qui s’en vient plus tard », indique le jeune homme de 27 ans. 

L’adversité vécue par les Bucs fut le début de leur long périple vers le Super Bowl, confirme Auclair.

Après leur semaine de pause, les Bucs n’ont pas perdu un match (8-0).

« Chaque année que j’ai remporté la finale, il y a toujours eu un point où ce fut plus difficile. Et cette année, ce fut en novembre, une situation extrêmement difficile. On a mangé des volées contre les Saints (Nouvelle-Orléans), contre les Chiefs (Kansas City), mais ce sont des événements qu’on doit avoir pour se resserrer, pour voir ce qu’on fait mal, et voir sur quoi on doit travailler. On a eu le bye week et, ensuite, on a pas perdu un match. On a juste mis l’accent sur les points qu’on devait travailler et on a passé plus de temps ensemble. Ça a aidé », analyse-t-il.

Adam était à Tampa Bay pour la finale du Super Bowl de son frère Antony, dimanche.

L’ajout de plusieurs joueurs dans l’entre-saison, dont le quart Tom Brady, l’ailier rapproché Rob Gronkowski ou le porteur de ballon Leonard Fournette, l’absence de matchs préparatoires et des activités d’équipes (OTA) qui servent, justement, à créer la chimie dans une formation, ont été autant de facteurs à conjuguer.

« On a ajouté des éléments qui se sont bien greffés au groupe. Ce ne fut pas une année pas facile. Ça prend du temps bâtir cette relation-là entre les joueurs, de créer une cohésion. Surtout cette année, sans OTA ou camp d’entraînement. Les entraîneurs, et les joueurs, tout le monde a fait un bon travail pour bâtir cette cohésion-là en peu de temps », a dit l’ancien quart-arrière et ailier rapproché des Cougars de Champlain.

Tom Brady

C’est à partir des lignes de côté qu’Antony Auclair a suivi le match. Une expérience fort différente que celle d’être habillé et de participer à l’action, mais il a tout de même apprécié au plus haut point.

« C’était incroyable ! C’était une première expérience au Super Bowl pour moi, en plus, lors d’une finale disputée à la maison. L’ambiance était extraordinaire, ils ont fait un bon travail de mettre des photos sur les bancs, et on avait beaucoup plus de fans de Tampa que KC, on pouvait sentir l’avantage de jouer à la maison ! »

« On avait un excellent plan de match et on l’a juste très bien exécuté sous toutes les facettes. C’est un travail d’équipe au complet. L’attaque, la défensive, mais aussi les unités spéciales, qui ont mis de la pression sur leur botteur qui a raté des dégagements. Ça nous a donné de belles positions de terrain. Ce ne sont pas des choses dont on parle souvent, mais c’est important. À l’attaque, l’exécution a été excellente, pas de revirements. En défensive, depuis quelques matchs, l’unité était en feu. Elle a donné de bonnes positions sur le terrain et elle a contenu Mahomes tout le match. »

Après des années de vaches maigres, les Buccaneers sont enfin de retour au sommet. La route pour s’y rendre fut parfois pénible. Auclair en sait quelque chose, lui qui est avec l’équipe depuis quatre ans.

« Je pense à des gars comme Mike Evans, Lavonte David, qui sont là depuis des années. C’est cool pour eux, ce sont la fondation de l’équipe. Je suis tellement content pour eux. Ils ont connu des années difficiles, des exclusions des séries, là ils gagnent le Super Bowl ! »

Blessure

Si les Bucs ont vécu des moments difficiles, Antony Auclair aussi.

Une blessure à la jambe subie en début de saison lui a probablement coûté une place sur l’alignement partant de l’équipe.

« Clairement, c’est l’élément qui a changé les choses. Je me suis blessé à la semaine deux, j’ai manqué 6-7 matchs, et pendant ces matchs là, ils ont utilisé quelqu’un d’autre à ma place, un joueur de ligne offensive qui a très bien fait. À mon retour, j’ai été utilisé un peu, j’ai joué des bons matchs. Mais question logistique, est-ce que c’était profitable de m’habiller ? L’équipe pouvait ainsi ajouter un ailier rapproché, qui est davantage un receveur, alors que moi, je suis davantage un bloqueur. Ça ajoutait de la profondeur à cette position et plus d’options pour l’attaque », précise-t-il.

« Dans le futur, ce sera important de rester en santé. Dans la NFL, tu te blesses et d’autres joueurs saisissent l’opportunité. »

L’arrivée de Brady et de Gronkowski, entre autres, fut une inspiration pour Auclair, à bien des niveaux.

« Les gars ont une culture de gagnants, ils travaillent jour et nuit, ils font attention aux détails, ils font attention à ce qu’ils mangent, ils s’entraînent bien, ils ont toute une équipe derrière eux qui les aident à rester en santé. J’ai appris beaucoup de tout ça et pour moi, ça sera important dans le futur, de m’entourer de gens comme ça pour rester en santé, car ça m’a coûté cher cette année », a-t-il dit.

« Mais aussi, il y a l’aspect plaisir. Ces gars-là ont du fun à jouer au football et c’est contagieux. Des fois, on l’oublie dans la NFL, car c’est gros et tout, mais à la fin de la journée, c’est important d’avoir du fun ! »

Fondation

« J’aurais aimé être du match, c’est certain ! J’ai appris juste avant le match que je ne jouerais pas. Je m’en doutais un peu, notamment à cause du plan de match et de la manière dont on pratiquait pendant la semaine précédant le Super Bowl. Je suis ici depuis quatre ans, on a vécu des moments difficiles et je crois avoir participé à la création de la fondation de l’équipe. Je suis juste super content d’avoir gagné. Le reste, ça ne compte pas ! »

Le défilé des champions doit se dérouler mercredi à Tampa Bay.

Par la suite, Antony Auclair veut se dépêcher à rentrer à la maison. Son frère Adam était sur place pour la finale, mais pas ses parents.

« Je veux revenir au Québec le plus rapidement possible, avant que les nouvelles mesures sanitaires concernant les voyageurs soient mises en place. »

Antony Auclair aimerait bien amener le trophée Vince-Lombardi dans sa Beauce natale, mais aussi à l’Université Laval, si les conditions le permettent, au cours des prochains mois.

Parions que les Cougars vont certainement inviter leur ancien joueur à passer faire un tour en région, le moment venu.