Trevor Philp sera de la compétition lui qui est quatre fois champion canadien et qui a participé aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014.

Mont Sainte-Marie prêt pour l'élite nord-américaine

Neuf pays seront représentés. Deux Olympiens ont confirmé leur présence et la limite de participants a été atteinte.
En prime ? Il neigeait beaucoup mardi.
Ça se frotte les mains ces dernières heures au bas des pentes du Mont Sainte-Marie. L'endroit se prépare à accueillir sa plus importante compétition de ski alpin depuis 1993.
Ce sera place aux finales masculines du circuit Nor-Am dès vendredi dans ce secteur rural de l'Outaouais. Ce qui ajoute du prestige à l'événement ?
Il s'agira du plus important rendez-vous alpin de l'hiver chez les hommes en Amérique du Nord. Les étapes de la Coupe du monde prévues avant Noël à Lake Louise et Beaver Creek avaient été annulées.
« Ça fait longtemps qu'il n'y a pas eu une compétition aussi relevée dans l'Est du Canada. Tu auras 12 membres de l'équipe nationale du Canada et 19 membres de l'équipe américaine », a commencé par énumérer une des organisatrices, Julie Klotz.
« En plus, nous aurons le maximum de 130 skieurs. Tu auras notamment les athlètes canadiens qui ont participé aux championnats du monde juniors en Suède tels que Simon Fournier, de Hull, qui a terminé 14e, et Jack Crawford qui a pris le quatrième rang. »
Ajoutez à la liste les noms de Trevor Philp et Philip Brown.
Le premier s'avère quatre fois champion canadien. Il a participé aux JO à Sotchi en plus de terminer 14e au slalom de la Coupe du monde de Kitzbuhel, l'an dernier.
Quant au second, il a été de l'aventure à trois championnats du monde. Tout comme Philp, il a skié aux Jeux en 2014.
L'enjeu pour tout ce monde ?
Deux laissez-passer en vue de la prochaine saison en Coupe du monde pour les épreuves de slalom et deux autres en slalom géant.
« Certains skieurs sont arrivés depuis dimanche. Mais la majorité débarque mercredi », a souligné Klotz, elle-même une ancienne skieuse sur la scène internationale.
« La piste est prête. Avec la pluie il y a deux semaines, il a fallu pousser de la neige qui se trouvait au bas de la piste vers le haut. Elle se faisait rare par endroits. Nous avons aussi arrosé afin de mettre en place un fond dur. Puis il y a cette chute de neige en ce moment. Il y a une personne au ciel qui nous aide beaucoup. »
Mont Sainte-Marie a pu obtenir la présentation des finales masculines du circuit Nor-Am en raison de travaux effectués au coût de 192 000 $, il y a un an et demi, sur la piste « Dustin Cook », jadis l'Outaouais. L'ancien tracé était considéré trop étroit, trop court et ne respectait plus les normes de sécurité pour les compétitions élites depuis 20 ans.
Le parcours revu et corrigé a été homologué par la Fédération internationale de ski (FIS). « Un beau défi attend les skieurs en slalom géant. Il n'y a aucun endroit où tu peux récupérer. Tu dois rester concentré du début jusqu'à la fin », a rappelé Klotz.
Plus de 100 bénévoles donneront un coup de main sur une base quotidienne durant les quatre jours des finales, qui prendront fin le lundi 20 mars.
Vendredi et samedi,  ce sera place à des épreuves de slalom géant. La première descente aura lieu dès 9 h 30. Les 60 hommes les plus rapides pourront prendre le départ de la deuxième manche sur le coup de 12 h 45.
La remise de médailles est prévue vers 14 h 15.
Le même horaire attend les skieurs lors des deux dernières journées réservées à des courses de slalom.
Quenneville pourra enfin skier chez lui
Raphaël Quenneville cherche encore à monter sur le podium. Il pourrait réussir l'exploit à domicile alors qu'il lui reste encore quatre courses.
Dix-neuf courses plus tard sur le circuit Nor-Am, Raphaël Quenneville cherche toujours à atteindre l'objectif qu'il s'est fixé avant le début de la saison.
« Je voulais me retrouver sur le podium au moins une fois. Ça n'est pas encore arrivé », a souligné mardi le skieur alpin du Mont Sainte-Marie.
Le jeune homme âgé de 20 ans garde espoir. Il lui reste encore quatre courses. Elles auront toutes lieu chez lui.
Quenneville s'avère un des deux skieurs locaux qui participeront aux finales du circuit Nor-Am au Mont Sainte-Marie, du 17 au 20 mars. Il héberge notamment des participants dans une des résidences de ses parents, non loin de la montagne.
« Ça fait cinq ou six ans que je participe à des courses FIS. C'est la première fois que je peux en faire une chez nous. C'est le fun. Je peux revoir des amis. »
Gagner une médaille à la maison, ce serait aussi le scénario de rêve pour lui qui a fait ses débuts sur ces pistes avant de se joindre à l'équipe du Québec, il y a quatre ans. Ce serait aussi une façon d'oublier la présente saison qui a été frustrante par moments.
« J'ai fait de grosses améliorations depuis l'an dernier. Mais j'ai encore de la misère à mettre ça sur papier, de mettre deux bonnes descentes de suite », a souligné Quenneville, un ancien champion des Jeux du Québec en 2009, à Blainville.
Sa meilleure sortie cet hiver sur le circuit Nor-Am a été une 13e place en slalom à Stowe Mountain lors de la première semaine de janvier.
Au total, Quenneville a pris le départ de 41 courses depuis le mois de décembre. Il s'est promené un peu partout. Sa feuille de route comprend des épreuves en France, en Autriche et même au Chili.
Une dizaine de courses l'attendent après son passage en Outaouais. Par la suite, ce sera l'heure des grandes décisions.
« J'ai l'intention d'aller à l'université américaine l'an prochain », a-t-il noté.
Son coeur balance entre le Vermont et le New Hampshire.
« Deux bonnes universités, autant du côté académique que pour le ski », a ajouté Quenneville.