Sa carrière junior terminée, Yvan Mongo se joindra aux Gee Gees de l’Université d’Ottawa.

Mongo tourne la page du hockey junior

Le centre gatinois Yvan Mongo a vu une belle carrière junior prendre fin dimanche quand ses Voltigeurs de Drummondville ont été éliminés en deuxième ronde par les Tigres de Victoriaville, en cinq matches âprement disputés.

C’était son cinquième printemps à participer aux séries de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, l’ancien Intrépide ayant été rappelé en fin de saison par son premier club, l’Armada de Blainville-Boisbriand, à la fin de la saison 2013-2014.

Sauf en 2015 quand ces derniers se sont inclinés devant les Olympiques de Gatineau, ses équipes ont toujours au moins franchi la première ronde des séries, incluant une participation à la finale contre les Sea Dogs de Saint-Jean, menés par Thomas Chabot, l’an dernier.

Il conclut donc sa carrière avec 61 parties de séries au compteur, ce qui est le 30e meilleur total de l’histoire du circuit Courteau, à égalité avec sept autres joueurs.

«J’étais assez triste quand notre dernier match s’est terminé (un revers de 3-0 dimanche), c’est une étape importante de ma vie qui prend fin, a raconté Mongo lorsque joint au dernier souper d’équipe des Voltigeurs mardi soir. En même temps, comme me disait ma mère après le match, c’est un peu comme lorsqu’on passe du primaire au secondaire, puis du secondaire au Cégep ou l’université. Je savais que ma carrière junior prendrait fin à un moment donné et que je devrais passer à autre chose, ça fait partie de la vie.»

Un choix de deuxième ronde de l’Armada à l’été 2013, le petit attaquant de 5’ 9’’ et 185 livres originaire du quartier Aylmer a fait sa place dans la LHJMQ en étant un joueur responsable dans les deux sens de la patinoire, féroce en échec avant et capable de marquer des buts à l’occasion. Sa dernière campagne junior à Drummondville, qui l’a acquis l’été dernier pour être un de ses trois joueurs de 20 ans, aura été sa meilleure, avec une récolte de 18 buts et 29 passes pour 47 points en 57 matches, avec un excellent différentiel de plus-28. Il a été encore plus productif en séries, avec 10 points (dont 3 buts) en 10 matches.

«Je suis content du joueur, mais aussi de la personne que je suis devenue au cours de ces quatre années, j’ai appris beaucoup de choses autant sur la glace qu’en dehors. J’ai adoré ma dernière année à Drummondville, nous avions un des clubs les plus jeunes de la ligue et je pense que nous avons surpris beaucoup de monde avec la saison que nous avons connue. Tout était parfait avec les Voltigeurs, l’organisation était excellente, mes entraîneurs et coéquipiers également, j’avais une super bonne pension», souligne-t-il.

La porte du hockey junior se refermant derrière lui, Yvan Mongo (Yvan-Gabriel pour ceux qui le connaissent depuis longtemps) va voir une autre porte s’ouvrir devant lui alors qu’il se joindra aux Gee Gees de l’Université d’Ottawa. Il termine actuellement ses derniers cours au Cégep et a soumis une demande pour être admis en droit à l’institution de haut savoir de la capitale nationale.

«Je pense aller en droit corporatif, ou quelque chose comme ça. Ce n’est pas évident (de joueur au hockey et faire son droit), mais c’est une opportunité vraiment spéciale que je vais avoir, alors que je vais avoir des bourses d’études pour le faire. J’aimerais quand même obtenir une invitation à un camp professionnel, je ne ferme certainement pas la porte à ça. Et le calibre du hockey universitaire canadien est très élevé maintenant. Je sais que lorsque je vais sortir de l’université, je pourrai peut-être tenter ma chance chez les pros également», ajoute-t-il.

Avec les Gee Gees de l’entraîneur gatinois Patrick Grandmaître, Mongo sera le troisième Gatinois, rejoignant les Jonathan Bourcier et Jean-Robin Mantha.