Michael Woods participe au Critérium du Dauphiné avant de prendre part au Tour de France.

Michael Woods: du parc de la Gatineau au Tour de France

Un cycliste d’Ottawa-Gatineau prendra le départ du Tour de France... s’il évite les blessures d’ici le prochain mois.

Michael Woods a confirmé mardi qu’il fera partie de l’alignement de son équipe professionnelle EF Education First en vue du grand rendez-vous du 6 au 28 juillet. « Tant et aussi longtemps que je demeure en santé », a-t-il pris le soin de préciser en entrevue avec Le Droit.

L’athlète âgé de 32 ans se trouvait déjà en sol français, mais pour un autre événement fort médiatisé. Il venait de compléter la troisième étape du Critérium du Dauphiné, terminant 48e après une sortie de 177 km.

« Une journée misérable côté météo. Il pleuvait et la température a chuté jusqu’à 4 °C. Ce n’est pas habituel pour ce temps-ci de l’année ici », a-t-il fait valoir.

Reste que Woods était tout de même heureux de ses trois premiers jours.

« Ça va bien jusqu’ici, même si c’est tôt, a dit Woods, qui avait pris le cinquième rang la veille.

«C’est le fun de rivaliser avec les meilleurs coureurs. Ça augure bien en vue du Tour.»

Le cycliste qui a grandi des deux côtés de la rivière des Outaouais rêve au Tour de France depuis ses débuts sur le tard chez les pros en 2013 sous les couleurs de Garneau-Québécor. Il était auparavant un mordu d’athlétisme, se spécialisant dans le demi-fond avant qu’une fracture au pied gauche le pousse à la retraite en 2007.

L’an dernier, ses patrons chez EF Education First avaient opté d’en faire un des leaders de l’équipe au Tour d’Espagne.

Woods avait répondu en gagnant la 17e étape.

Puis à l’automne, il a raflé le bronze aux championnats du monde derrière Alejandro Valverde et Romain Bardet.

Plus tôt durant la saison 2018, il avait pris la deuxième position à la classique Liège-Bastogne-Liège en plus de terminer le Giro d’Italie au 19e rang.

Michael Woods participe au Critérium du Dauphiné avant de prendre part au Tour de France.

Toutes des performances qui ont mis la table à ce qu’il vivra dans un mois.

Pour l’instant, Michael «Rusty» Woods refuse de s’emballer à l’idée de rouler enfin au Tour de France. C’est clair durant la discussion qui a duré cinq minutes.

«Parce que plein de choses peuvent encore se produire, a répété le principal intéressé qui a fait ses débuts en vélo dans le parc de la Gatineau.

«Il reste quelques jours de courses ici. Puis il y aura un mois avant le Tour... Quand le Tour commencera, je pourrai alors être excité, emballé... tu peux utiliser le qualificatif que tu veux.»

On peut le comprendre. Woods a eu sa part d’épreuves durant sa carrière, subissant notamment une triple fracture à une main au printemps 2016 en Belgique. La roue avant de son vélo est restée coincée dans un nid-de-poule durant Liège-Bastogne-Liège, provoquant un vol plané au cycliste.

Woods préfère se concentrer sur le Critérium du Dauphiné pour l’instant. «Ça ne fait que trois jours que c’est commencé et je peux déjà confirmer ce que plusieurs personnes m’avaient dit au sujet de cette compétition. C’est la plus exigeante course par étape à laquelle j’ai participé depuis que je roule, a-t-il dit.

«Tu as plusieurs cyclistes qui se servent du Dauphiné comme préparation en vue du Tour de France. Puis tu en as d’autres qui cherchent à bien faire afin de convaincre leur équipe de miser sur eux en vue du Tour.»

Woods, lui, ne cache pas qu’il aimerait aboutir sur le podium dans les prochains jours. Ça ne sera pas le cas toutefois mercredi.

«C’est un contre-la-montre qui nous attend... C’est un peu mon tendon d’Achille. Donc mes attentes sont peu élevées, a-t-il expliqué.

«En revanche, les trois dernières étapes sur route s’annoncent très ardues pour le peloton. J’espère pouvoir en profiter pour réaliser quelque chose de très spécial.»