Max Verstappen

Max Verstappen veut relancer sa saison

MONTRÉAL — C’est un secret de Polichinelle : l’équipe Red Bull disposera d’une amélioration moteur juste à temps pour le Grand Prix de Formule 1 du Canada. Sans entrer dans les détails sur cette innovation, le pilote Max Verstappen semblait optimiste à l’aube du week-end.

« Oui, j’ignore jusqu’à quel point nous pourrons augmenter notre vitesse, mais une chose est certaine, c’est que c’est toujours agréable de pouvoir compter sur davantage de chevaux vapeurs », a-t-il déclaré.

Verstappen espère ainsi que Red Bull pourra rétrécir l’écart de puissance qui persiste entre son moteur Renault et ceux de Ferrari et Mercedes.

« Je crois que nous avons une bonne voiture, et si nous réduisons un peu l’écart, alors nous pourrons être compétitifs. Mais je ne crois pas que nous soyons encore au niveau de Ferrari et Mercedes », a expliqué celui qui avait été contraint à l’abandon l’an dernier à Montréal.

Verstappen pourrait bénéficier d’un bref moment de répit puisque du côté de Mercedes, Valtteri Bottas a laissé entendre jeudi matin que l’équipe devait compter également sur une amélioration moteur au Grand Prix du Canada, mais que les plans avaient finalement été changés à la dernière minute.

« Cette amélioration nous aurait permis de gagner un petit avantage, mais nous avons trouvé de petits pépins, donc pour éviter des ennuis nous avons décidé de la reporter à dans deux semaines (au Grand Prix de France), a expliqué le Finlandais. Notre nouveau moteur risque d’être meilleur (que l’actuel), mais nous voulons nous assurer qu’il soit fiable. »

Ce petit délai pourrait donc être favorable à Verstappen, mais encore faudra-t-il qu’il évite de se tirer dans le pied comme il l’a fait si souvent depuis le début de la campagne.

Le principal intéressé ne s’en cache pas, il connaît des difficultés sur le circuit cette saison. À l’aube de l’épreuve sur le circuit Gilles-Villeneuve, le pilote de 20 ans occupe le sixième rang du championnat avec 35 points – loin derrière son coéquipier, Daniel Ricciardo, troisième à 72.

Verstappen a commis des erreurs de pilotage inhabituelles cette saison, dont la plus spectaculaire s’est produite au Grand Prix d’Azerbaïdjan. Il a alors été coupable d’un accrochage avec Ricciardo qui a coûté la course aux deux pilotes Red Bull.

Puis, il y a deux semaines à Monaco, il a été victime d’une sortie de piste à la toute fin des essais libres, une bourde survenue trop tard pour que les mécaniciens de l’écurie autrichienne puissent réparer son bolide à temps pour les qualifications. En conséquence, Verstappen s’est élancé de la toute dernière position sur la grille de départ.

En conférence de presse jeudi, Verstappen a paru exaspéré de devoir revenir sur ses erreurs passées. Les membres des médias lui ont demandé à répétition pourquoi il commettait autant d’erreurs, au point où il a fini par lâcher : « Je vais finir par donner un coup de tête (headbutt) à quelqu’un ! »

+

JACQUES VILLENEUVE PILOTERA LA VOITURE DE SON PÈRE

Joann Villeneuve vivra un moment spécial quand son fils Jacques mènera le peloton pendant le défilé des pilotes du Grand Prix de Formule 1 du Canada au volant de la Ferrari de son époux décédé, Gilles.

Il y a 40 ans, Gilles Villeneuve est devenu le seul Canadien à remporter cette épreuve.

La course de 1978 était d’ailleurs la toute première disputée sur ce qui s’appelait alors le circuit de l’île-Notre-Dame, mais qui a depuis été rebaptisé circuit Gilles-Villeneuve.

«Ça me fait revivre beaucoup d’émotions», a déclaré Joann Villeneuve jeudi, au cours d’une conférence de presse tenue sur la piste.

Après avoir retracé le véhicule, qui a déjà été la propriété du batteur de Pink Floyd et grand amateur de course Nick Mason, le promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier, a obtenu le feu vert de Liberty Media, proprio de la F1, afin que Jacques Villeneuve puisse la conduire devant le défilé des pilotes, dimanche.

Gilles Villeneuve

Maintenant âgé de 47 ans, Jacques Villeneuve, vainqueur du championnat en 1997 avec Williams, a indiqué que la voiture avait été testée il y a deux semaines et que tout est en ordre.

Il l’a d’ailleurs déjà pilotée au Festival of Speed de Goodwood, en Angleterre. Il l’avait trouvée bien différente des bolides de haute technologie qu’il a lui-même conduits 20 ans plus tard.

«C’est comme s’asseoir dans une boîte de sardines, a-t-il dit. Ils mettent une petite pièce en plastique autour de vous et c’est la coquille. Même si vous vous sentez en sécurité, il ne s’agit que de plastique.»

Malgré ses 11 victoires en F1 de 1996 à 2006, Jacques Villeneuve a toujours éprouvé des ennuis à Montréal.

À la blague, il a affirmé que le défilé des pilotes sera la première fois qu’il sera en tête sur l’île Notre-Dame.

Gilles Villeneuve est devenu une figure de proue de Ferrari, jusqu’à ce qu’il se tue en piste, lors des qualifications du Grand Prix de Belgique, à Zolder, en 1982.

UN TEST IMPORTANT POUR LES PNEUS

 À l’instar de Red Bull, l’équipe Ferrari a reconnu jeudi qu’elle comptera sur une nouvelle évolution moteur au Grand Prix de Formule 1 du Canada. Mais ce n’est pas ce qui a retenu l’attention du pilote Sebastian Vettel jeudi; ce sont plutôt les pneus.

Cet enjeu risque d’être déterminant ce week-end sur le circuit Gilles-Villeneuve. Le manufacturier de pneus Pirelli a d’ailleurs déclaré plus tôt cette semaine que l’épreuve montréalaise sera un test important pour les nouvelles gommes hypertendres.

La course servira en ce sens d’étalon de mesure afin de déterminer quelles gommes seront privilégiées pour les autres Grands Prix cette saison.

Les pneus hypertendres, aux flancs roses, ont été utilisés pour la première fois au Grand Prix de Monaco, mais la particularité du circuit urbain – où la vitesse de pointe n’est guère élevée – a empêché Pirelli de tirer des conclusions claires sur la qualité de ceux-ci.

«C’est important pour nous de comprendre le comportement de la gomme hypertendre au Canada, a déclaré au site internet ‘Motorsport.com’ le grand patron de Pirelli Mario Isola. Ça aura un impact sur le choix des pneus plus tard cette saison.

«Nous avons un nouveau pneu (hypertendre) sur lequel nous apprenons des choses. Nous avons certes recueilli des données pour ces gommes sur un circuit qui n’est pas celui d’Abu Dhabi ni de Barcelone, où nous avons déjà procédé à des tests, a ajouté Isola. Mais la piste au Canada est différente, elle a plus d’adhérence; donc elle nous enseignera davantage sur la dégradation des hypertendres à l’arrière de la voiture, plutôt qu’à l’avant.»

Sebastian Vettel

Un point de vue qu’a partagé Vettel.

«Ce seront les mêmes pneus (qu’à Monaco), mais l’environnement, la piste, tout est différent, a-t-il souligné. Le coefficient de dégradation des pneus pourrait donc être différent de celui à Monaco. Nous verrons, mais les essais libres du vendredi seront importants.»