Le sélectionneur italien, Roberto Mancini, connaît bien Mario Balotelli qu’il a lancé et dirigé à l’Inter Milan.

Mancini va rappeler Balotelli

COVERCIANO — Le nouveau sélectionneur de l’équipe d’Italie, Roberto Mancini, a annoncé mardi qu’il entendait rappeler Mario Balotelli, l’enfant terrible du football italien qui n’a plus porté le maillot azzurro depuis 2014 mais s’est refait une santé à Nice.

« Il est sûr que nous allons lui parler et probablement nous allons l’appeler », a déclaré M. Mancini lors d’une conférence de presse de présentation au centre d’entraînement fédéral de Coverciano, près de Florence, au lendemain de la signature de son contrat.

« C’est un joueur que nous voudrions revoir au niveau qu’il a eu à l’Euro (en 2012, quand l’Italie avait atteint la finale) », a insisté le technicien italien de 53 ans, qui a lancé et dirigé « Super Mario » (28 ans) à l’Inter Milan – avec un certain succès – puis avec plus de difficultés à Manchester City.

Au-delà de l’attaquant à la crête, « l’Italie a de bons joueurs et en a toujours eu », a assuré M. Mancini. « Il est clair qu’il y a eu des périodes où il y en avait tant que la qualité technique était impressionnante. Mais maintenant aussi, il y a de bons joueurs. Peut-être un peu jeunes, il faudra un peu de temps, mais je pense qu’on peut réunir une excellente équipe ».

À peine revenu en Italie après avoir mis fin dimanche à son contrat avec le Zenit Saint-Pétersbourg, le nouveau sélectionneur s’est refusé à évoquer d’autres noms, y compris l’icône Gianluigi Buffon, qui à 40 ans pourrait annoncer la fin de sa carrière lors d’une conférence de presse jeudi à Turin.

La nomination de Roberto Mancini met fin à six mois de quasi-vacance à la tête de la Nazionale à la suite du fiasco des qualifications pour le Mondial 2018, que l’Italie a échouées à franchir pour la première fois depuis 1958.

Reconnaissant arriver à un « moment difficile », il a cependant affirmé vouloir « ramener l’Italie là où elle mérite d’être : sur le toit du monde et sur le toit de l’Europe puisque ce sera le premier rendez-vous » en 2020.

« Je veux être celui qui réussira à reconstruire vraiment », a insisté l’ancien attaquant aux 35 sélections en tant que joueur.

Son premier match à la tête des Azzurri aura lieu dans deux semaines à peine, le 28 mai à Saint-Gall (Suisse) face à l’Arabie Saoudite qui, elle, sera en préparation pour la Coupe du monde.

L’Italie affrontera aussi les Bleus de Didier Deschamps le 1er juin à Nice, puis les Pays-Bas le 4 juin à Turin, pour ce qui pourrait être le dernier match de la carrière de Buffon.

Agence France-Presse