Le gérant des Nationals de Washington, Dave Martinez

Malgré un parcours chaoteux, Dave Martinez se trouve «dans un bel endroit»

WASHINGTON — Le gérant des Nationals de Washington, Dave Martinez, est de nature optimiste. Un gars qui vit l'instant présent, qui aime ses mantras et ses devises,comme lorsqu'il dit à ses joueurs de «prendre les devants 1-0 aujourd'hui» ou de «continuer de se battre».

Aussi lugubres semblaient les choses quand les Nats avaient une fiche de 19-31 et que les gens croyaient que Martinez n'était pas à sa place et devait être sur le point d'être congédié, il n'a jamais flanché. Plus important encore: l'appui de son directeur général Mike Rizzo et des propriétaires non plus.

Et aussi inquiet pouvait être Martinez - quiconque l'aurait été - quand son coeur s'est emballé au cours d'une rencontre en septembre, ce qui l'a obligé à passer quelques jours à l'hôpital, il peut maintenant en rire. À la blague, il dit que chaque jour est un stress pour son coeur. Il fait remarquer qu'il a dû éviter l'alcool, sur l'ordre de son médecin, lors de toutes les célébrations des Nationals en route vers la Série mondiale, qui se mettra en route mardi, contre les Yankees ou les Astros.

Cela explique à comprendre pourquoi, après la victoire de 7-4 des siens pour balayer la série de championnat de la Nationale contre les Cardinals de St. Louis, Martinez a déclaré : «Souvent, les chemins cahoteux mènent à de beaux endroits, et nous sommes dans un très bel endroit».

Quelques instants plus tard, en parlant de ses joueurs, Martinez a ajouté: «Ces gars ont guéri mon coeur et mon coeur se sent très bien présentement».

Pour tous les joueurs dont la contribution mérite d'être soulignée, l'homme de 55 ans surnommé «Davey» doit aussi recevoir sa large part de félicitations pour la façon dont il a aidé les Max Scherzer, Stephen Strasburg, Anthony Rendon et autres a passé d'où ils étaient en septembre à où ils se trouvent en octobre, alors que les Nats sont la quatrième équipe de l'histoire de la MLB à s'être retrouvée 12 matchs sous la barre des ,500 à participer à la Série mondiale.

«J'ai eu beaucoup de gérants, évidemment, dans ma carrière. Ils arrivent tous au camp en disant que peu importe la situation, ils vont garder le cap, que nous gagnerons et perdrons en équipe. Aussitôt que le bateau se met à prendre l'eau, chacun d'eux a oublié cela pour protéger leurs fesses. Davey est resté le même», a déclaré Ryan Zimmerman, qui dispute sa 15e saison à Washington.

«Il est toujours positif, a ajouté Zimmerman. Il croit toujours en ses joueurs et les défend toujours.»

Embauché pour remplacer Dusty Baker avant la saison 2018 après deux titres de l'Est suivis d'exclusion dès le premier tour, Martinez n'a pas connu un bon départ. Il avait notamment fait venir deux chameaux lors de son premier camp, pour faire comprendre aux joueurs des Nationals qu'ils pouvaient «remonter la pente». On s'en est beaucoup moqué. La saison, conclue à 82-80, n'a rien fait pour l'aider. Puis il y a eu le début de 2019.

«Plusieurs équipes se seraient effondrées, les joueurs auraient été divisés, a affirmé Rizzo. Mais Davey a tout tenu en place.»

L'état d'esprit du propriétaire Mark Lerner après ces 50 premiers matchs?

«Comment voulez-vous ne pas penser que votre saison est en péril? a-t-il admis. Mais ça ne m'a jamais traversé l'esprit d'effectuer un changement avec Davey ou Mike. Ça n'allait pas se passer comme ça. Nous avions trop confiance en Davey et en son intelligence comme gérant. Nous savions qu'à un moment donné, il allait se démarquer. Et il l'a fait.»

Malgré la confiance et sa propension à vivre dans le moment présent, Martinez a tout de même changé la façon dont il préparait son club.

«Pendant le premier mois et demi, nous étions mauvais défensivement. Nous courions mal les buts. Nous donnions trois ou quatre retraits par match. Nous donnions trois ou quatre retraits à nos adversaires chaque rencontre. Il fallait que ça cesse, a expliqué Rizzo. Davey a rendu les entraînements au bâton et à l'avant-champ obligatoires jusqu'à ce que les choses changent.»

Ça a fonctionné, culminant avec les présentes séries, alors que chaque décision de Martinez semble la bonne: utiliser tel partant en relève, tel frappeur d'urgence, faire de Zimmerman un joueur régulier de nouveau.

Le 15 septembre, Martinez a eu toute une frousse quand il a ressenti des douleurs à la poitrine pendant un match contre les Braves, à Atlanta.

«Effrayant, a déclaré Martinez, qui a joué 16 ans dans les Majeures, dont avec les Expos de Montréal. Vraiment effrayant.»

Mais quelques jours seulement après une intervention chirurgicale, il était de retour dans l'abri. La plus grande différence depuis son retour? Il essaie de demeurer assis le plus souvent possible, afin de garder ses pulsations les plus basses possible.

«Les joueurs ne cessent de me dire à quel point ils veulent jouer pour moi, a indiqué Martinez. Je leur dis qu'il ne s'agit pas de moi, mais de nous. Je leur dis de jouer pour nous.»