Dimanche, Anthony Brodeur aura été le meilleur joueur de l’équipe qui passera en demi-finale de l’Association de l’Est contre les Redmen de McGill dès mercredi.

Maîtres des campus d’Ottawa

Le programme de hockey masculin des Gee Gees de l’Université d’Ottawa est bel et bien de retour à l’avant-scène du sport universitaire canadien.

Des comportements hors glace douteux de certains joueurs avaient mené à la suspension du programme par la direction de l’établissement en 2014, mais les opérations régulières ont repris la saison dernière et l’entraîneur-chef Patrick Grandmaître n’aura mis que deux ans pour redonner une crédibilité à l’équipe dont il a hérité.

Dimanche soir, dans le Ice House de l’Université Carleton bondé à sa capacité, les Gee Gees ont éliminé les Ravens en gagnant le troisième et dernier match de la série par la marque de 4-2.

Contre une équipe de bonne réputation à l’échelle nationale, le gardien Anthony Brodeur a remporté son duel contre un autre ancien cerbère des Olympiques de Gatineau: François Brassard.

L'ancien des Olympiques de Gatineau, François Brassard, performe son rituel d'avant-match.

À la fin du match, le tableau des lancers donnait un avantage de 41-24 aux locaux, mais le fils de Martin Brodeur a presque tout vu jusqu’à ce qu’il se blesse lors d’une mêlée devant son filet à 15 secondes de la fin.

« Nous avons montré que nous pouvons gagner contre une bonne équipe. Nous savions ce que nous pouvions faire. Je joue beaucoup mieux depuis Noël et l’équipe aussi. Je n’ai rien changé. Je suis juste plus confortable. J’ai confiance et l’équipe aussi », a dit celui qui a fait quelques petits miracles en troisième période alors que les Ravens luttaient pour leur survie devant leurs bruyants partisans.

Les Ravens avaient gagné le premier match en prolongation à domicile mercredi, mais ils s’étaient inclinés 5-0 vendredi au Complexe Minto. Le grand Martin Brodeur était sur place pour voir Anthony récolter le jeu blanc.

Dimanche, Anthony Brodeur aura été le meilleur joueur de l’équipe qui passera en demi-finale de l’Association de l’Est contre les Redmen de McGill dès mercredi.

Pendant son séjour avec les Olympiques, Brodeur n’a jamais gardé les buts pendant les séries éliminatoires. Brassard avait quant à lui voler la série contre l’Armada de Blainville-Boisbriand en 2015.

«Je ne voyais pas ça comme un duel contre François. C’est un ami et nous avons joué à la même place dans le junior. Je voulais juste gagner parce que les Ravens sont de grands rivaux», a dit celui qui est sorti du match de façon préventive dimanche

Fierté de Grandmaître

Cody Drover, qui n’a joué que 13 matches dans la LHJMQ à Moncton, a inscrit deux des quatre buts des Gee Gees. L’ex-Intrépide Kevin Domingue et Brendan Jacome ont été les autres à déjouer François Brassard pendant qu’Alexandre Boivin et Josh Burnside assuraient la réplique des Ravens.

L’entraîneur-chef Patrick Grandmaître cachait mal sa fierté après cette victoire historique des Gee Gees contre ses éternels rivaux.

« Anthony Brodeur s’est tenu sur sa tête. Je suis tellement fier de ce groupe. Pas juste pour avoir gagné une série. Quand on connaît l’histoire du programme et de sa reconstruction, il y a plusieurs joueurs qui ont pris un risque en venant chez nous. Il y avait de gros nuages noirs au-dessus de nos têtes. Tout ce chemin parcouru en seulement deux ans! Les joueurs méritent beaucoup de crédit. Nos écoles ont des rivalités en basket-ball et au football et nous sommes contents de faire partie de ça. »

Grandmaître a aussi souligné la contribution de joueurs moins connus du public.

« Cody Drover et Kevin Domingue n’ont pas le profil du joueur typique qui a connu une grosse carrière au niveau junior majeur, mais ils sont venus ici pour se défoncer et jouer de la bonne façon. »

Chez les Ravens, l’entraîneur-chef Shaun Van Allen pouvait difficilement en vouloir à ses joueurs.

« Nous avons travaillé fort. Nous avons envoyé beaucoup de rondelles au filet. Les Gee Gees ont profité sur nos rares erreurs. Nous n’avons pas profité de nos chances alors qu’ils l’ont fait. Nous savions que la série serait chaudement disputée. Il n’y avait qu’une victoire d’écart entre les deux équipes pendant la saison. »