Lyne Bessette s'occupe de la jeune formation LowestRates.ca.

Lyne Bessette, de «l'autre côté» du cyclisme

Lyne Bessette se trouvait dans un commerce d'articles de décoration pour la maison. Elle zieutait des lampadaires.
« Je dépense », lance en riant l'ancienne gloire du cyclisme canadien au bout du fil. Le magasinage allait prendre le bord toutefois pendant une dizaine de minutes.
Tout ça afin de jaser de cette nouvelle aventure dans laquelle la femme âgée de 42 ans se lance. Bessette a accepté de devenir directrice sportive de l'équipe masculine Lowestrates.ca de Gatineau.
La même formation de cyclisme sur route qui a fait les manchettes l'an dernier quand un de ses athlètes a remporté une étape du Tour du Rwanda.
« J'ai touché à diverses facettes dans le cyclisme. Mais je n'ai jamais joué ce rôle-là auparavant, souligne Bessette, qui avait gagné l'or et le bronze aux Jeux du Commonwealth.
Sa feuille de route comprend aussi deux victoires au Tour de l'Aude de même que des présences sur le podium de la Flèche wallonne et de la Coupe du monde à Montréal en 2001. La fierté des Cantons-de-l'Est a aussi remporté plusieurs autres médailles en cyclo-cross de même qu'en para-cyclisme, devenant championne aux Jeux paralympiques de 2012.
Bessette était alors pilote pour l'athlète non-voyante Robbi Weldon.
«Ça va être un beau défi, reconnaît-elle en parlant du poste de directrice sportive.
«Je me retrouve maintenant de l'autre côté. Ne pas être sur un vélo et ne pas faire la course, ça m'intéresse.»
Ce n'était pas la première fois par contre que Bessette se voyait offrir pareille occasion. Quelques équipes dont Lowestrates avaient tendu la perche ces dernières années. Chaque fois, elle avait dû refuser.
«Ça ne fonctionnait pas en raison de mon horaire. Mais Frédérick est revenu à la charge et je me suis dit pourquoi pas.»
Frédérick, c'est Frédérick Gates. Le fondateur de l'équipe Lowestrates qui entamera sa troisième saison sur le bitume.
La formation détient une licence nationale, le plus haut niveau dans les rangs amateurs. Elle comptera dix cyclistes et participera au Tour de Beauce, au Grand Prix du Saguenay en plus de se taper une course en Asie en septembre.
C'est sans compter une deuxième participation au Tour du Rwanda.
«Depuis que j'ai commencé l'équipe, je faisais tout, ou presque, seul. À la fin de la saison dernière, j'étais brûlé, indique Gates.
«L'équipe a beaucoup grossi. Je cherchais à déléguer la tâche de directeur sportif. Un seul nom me venait à la tête, celui de Lyne. Elle apporte beaucoup d'expérience. Elle a pas mal tout vu en course. Puis elle possède une belle personnalité. Elle est reconnue pour ne pas avoir la langue dans sa poche.»
Mais avant d'accepter, Bessette a fait ses devoirs. Elle a notamment parlé à une autre ancienne vedette du cyclisme canadien devenue directeur sportif d'une équipe professionnelle, Gord Fraser.
Un appel a aussi été fait auprès de son amie Josée Robitaille, une des rares femmes en Amérique du Nord à diriger une formation masculine. Elle lui a refilé quelques conseils.
Un point sur lequel Lyne Bessette a été claire ?
«Durant ma carrière de cycliste, j'ai toujours côtoyé des hommes. Je me suis entraîné souvent avec eux. Ça ne me fait pas peur. En fait pour moi, il n'y a aucune différence.»
La nouvelle directrice sportive n'a pas tardé non plus à communiquer avec les cyclistes de Lowestrates.
«J'ai déjà envoyé des questions aux gars afin de mieux les connaître», note-t-elle.
Bessette rencontrera les membres de l'équipe le mois prochain lors d'un camp d'entraînement à Nashville, au Tennessee. Elle rappelle que pour l'instant, son rôle sera à temps partiel, qu'elle va donner un coup de main ici et là.
Ce qui lui permettra d'attaquer d'autres défis en 2017. Il y aura des triathlons, des cyclosportives et même une course d'aventure d'une semaine en Chine. Elle pratique aussi ces jours-ci le ski de montagne - mieux connu sous le nom de «skimo» - tout en organisant certaines compétitions.
«J'ai beaucoup de variété dans ma vie», concède-t-elle avant de conclure l'entrevue et reprendre ses emplettes.