Stéphan Larouche (à droite) a annoncé mercredi en conférence de presse qu'il préférait ne plus être l'entraîneur de Lucian Bute (à gauche).

Lucian Bute et Stéphan Larouche se séparent

Lucian Bute va poursuivre sa carrière de boxeur, mais sans Stéphan Larouche comme entraîneur. La rupture a à toutes fins utiles été officialisée par les deux hommes, mercredi, à l'occasion d'une conférence de presse du groupe InterBox. Une rupture à l'amiable après 12 ans, comme un vieux couple.
Larouche a affirmé qu'il pose le geste dans le meilleur intérêt de la relance de la carrière de Bute, qui a fait taire les rumeurs de retraite. Le vétéran entraîneur a en outre argué qu'un changement d'encadrement ne peut qu'être bénéfique pour le boxeur d'origine roumaine.
«Depuis plusieurs mois, il y a un nuage noir au-dessus de notre tête et on a de la difficulté à s'en débarrasser, a déclaré Larouche. Dans l'équation, il y a une personne qui est remplaçable, c'est moi, pas Lucian. Je ne voudrais pas me dire à la fin de sa carrière que j'aurais dû me tasser.
«C'est une décision difficile à prendre. Lucian ne souhaite pas nécessairement qu'on se laisse. Mais je me mets à sa place. J'ai le sentiment que de retourner dans le gymnase avec un nouveau coach, de nouvelles routines, ce sera positif pour lui, a-t-il poursuivi. Il ne réapprendra pas à boxer, mais de se retrouver dans un nouvel environnement rafraîchissant, avec un nouveau coach qui va être content d'être là, ça va lui faire du bien. Lucian a besoin de rayons de soleil actuellement, pas d'un nuage noir.»
La décision, «officieuse pour le moment», a été prise à la suite de nombreuses discussions entre les deux comparses et le président d'InterBox Jean Bédard. Elle est le fruit de la réflexion qui s'est amorcée au lendemain de la cinglante défaite que Bute a subie face à Jean Pascal, le 18 janvier.
«Je vois ça positivement. Ça va donner un second souffle à ma carrière», a commenté Bute.
Aucun candidat n'a encore été approché afin de prendre la relève de Larouche, qui pourrait demeurer associé au nouveau clan formé. Le processus de sélection va se mettre en branle sous peu. Bute a dit souhaiter demeurer au Québec, mais il n'écarte pas la possibilité d'être dirigé par un entraîneur basé aux États-Unis ou ailleurs.
Temps d'arrêt
À l'âge de 34 ans, Bute (30-2, 24 K.-O.) estime qu'il peut reprendre sa place à l'avant-scène de la boxe internationale. Celui qui a été champion du monde IBF des super-moyens de 2007 à 2012 a dit ne pas savoir à quel moment il remontera dans l'arène - «dans trois mois, six mois ou un an». Il veut s'accorder un temps d'arrêt.
Contrairement à la rumeur qui se faisait persistante, il ne boxera pas en sous-carte du gala d'Adonis Stevenson, le 24 mai. Il a indiqué que la possibilité n'a jamais été évoquée et qu'aucune approche n'a été faite en ce sens.
«Je veux continuer, c'est sûr et certain. Je l'ai dit après mon dernier combat et je vous le répète aujourd'hui, a réitéré Bute, en disant souhaiter obtenir sa revanche contre Pascal. Je n'ai jamais pensé prendre ma retraite, j'ai encore le goût de boxer. Je n'ai pas dit mon dernier mot, je crois que je peux redevenir champion. Mais j'ai besoin de temps. Depuis que j'ai été champion du monde, je n'ai jamais pris du temps pour moi-même. Je veux me reposer, refaire mes forces. Quand le moment sera venu de retourner dans le gymnase, je serai à 100 pour cent sur les plans physique et psychologique.»
Bute n'a pas remis les gants depuis le 18 janvier. Tout au plus a-t-il gardé la forme en s'adonnant au jogging. Il s'est plutôt soumis à une batterie d'examens physiques et psychologiques. Il a consulté pas moins d'une dizaine de professionnels, au total, tant au Québec qu'en Roumanie.
Les résultats démontrent qu'il est en parfaite santé. Sans entrer dans les détails, Bédard a dit qu'on a pu mieux cibler des pistes de solution, principalement en ce qui a trait au «blocage psychologique» qui lui fait perdre tous ses moyens dans le ring.
«Quand, à l'entraînement, ça va super bien et que tu déchausses tes partenaires, mais que tu fais patate le soir du combat, c'est clair qu'il y a un problème, a relevé Larouche. C'est ce que la démarche entreprise vise à régler. Pour moi, c'est hors de mon champ de compétence.»
La fin de l'association avec Bute permettra à Larouche d'entraîner d'autres boxeurs chez InterBox. En vertu de l'entente d'exclusivité existante, il ne pouvait pas le faire.
«J'ai des demandes de plusieurs athlètes. J'en reçois fréquemment», a-t-il conclu.