Le changement apporté par Sports Québec vise à raviver l'intérêt des communautés à travers la province pour ce rendez-vous qui existe depuis 1971.

L'Outaouais rêve à nouveau aux Jeux du Québec

Sports Québec cherche un milieu hôte pouvant la dépanner et présenter les Jeux du Québec à l'hiver 2019. Et si cette ville qui sauvera la compétition multisports devait s'avérer Gatineau ?
La question se pose depuis quelques semaines. La MRC de la Vallée-de-l'Or, en Abitibi, était la seule candidate en lice en vue de cette finale provinciale. Mais ses dirigeants ont fait marche arrière avant Noël.
Ce qui a poussé Sports Québec à entamer de la sollicitation à moins de deux ans de l'événement qui réunira plus de 3100 athlètes. Des lettres ont été acheminées à diverses communautés à travers la province.
La coordonnatrice aux communications stratégiques, Michelle Gendron, a confirmé que des discussions « sérieuses » se déroulaient actuellement derrière des portes closes avec une ville. Pas question toutefois pour l'organisme de dévoiler l'identité du milieu hôte ciblé.
La municipalité pourrait toutefois afficher publiquement ses couleurs d'ici deux semaines, dit-on.
Cette ville n'est pas Gatineau, assure le directeur du service des loisirs, des sports et du développement des communautés.
« Nous n'avons pas approché Sports Québec », a soutenu au Droit Yess Gacem. Du même souffle, il avoue que des partenaires de Gatineau dans la région ont discuté de la possibilité d'attirer éventuellement une finale hivernale.
« Mais ce n'est pas pour la présentation de 2019 », a précisé M. Gacem.
« C'est vraiment embryonnaire... Des discussions de corridor », a-t-il ajouté.
Gatineau a accueilli une finale d'été à deux reprises. D'abord en 1981 puis en 2010.
La facture s'avère toutefois plus salée ces jours-ci.
La MRC de la Vallée-de-l'Or estime que les Jeux allaient lui coûter 6,1 millions $, dépassant ses prévisions initiales de 4,4 à 5,5 millions. La recherche d'engagements financiers s'avérait difficile, ce qui l'a motivée à retirer sa candidature pour la finale de 2019.
Le conseiller de la Ville de Gatineau, Marc Carrière, fait partie de ces intervenants dont la curiosité est piquée. Ses jumelles ont déjà participé aux Jeux en BMX, il y a sept ans.
« On ne doit pas fermer la porte. Ça mérite une très bonne réflexion, surtout quand on sait que ça peut venir avec des sommes d'argent importantes des paliers de gouvernement pour nos infrastructures sportives », a affirmé M. Carrière, qui occupe aussi le poste de président de la Commission des loisirs, des sports et de la vie communautaire.
Ce dernier dit avoir « eu vent de discussions dans la région » au sujet d'une éventuelle candidature de l'Outaouais pour une finale d'hiver des Jeux du Québec. Sports Québec a déjà octroyé la représentation de 2021 à Rivière-du-Loup. La finale de 2023 pourrait s'avérer une option.
La directrice générale de Loisir Sport Outaouais, Frédérique Delisle, aimerait bien voir une formule différente dans laquelle Gatineau ferait équipe avec les diverses MRC de la région pour accueillir le Québec. « C'est le grand rêve de plusieurs personnes », a-t-elle rappelé.
Peu importe ce que l'Outaouais décidera, le visage des Jeux du Québec est appelé à changer au fil des prochaines années. Le nombre minimal de sports que devra présenter une ville sera abaissé à 18 dès l'été 2018, à Thetford Mines.
Vingt-trois disciplines se trouvaient au menu, l'hiver dernier, à Alma.
Le changement apporté par Sports Québec vise à raviver l'intérêt des communautés à travers la province pour ce rendez-vous qui existe depuis 1971. « Certaines villes trouvaient que c'était rendu un peu gros à accueillir les Jeux. Elles n'étaient plus intéressées », a expliqué Michelle Gendron.
« Nous voulons les rendre plus accessibles. »