Les Mariniers d’Aylmer Pee Wee AA sont une des équipes de l’Outaouais qui tentent de se qualifier ces jours-ci en vue de la Coupe Dodge.

L’Outaouais prête à accueillir la Coupe Dodge

Des banderoles et affiches ont commencé à être apposées dans les divers arénas de Gatineau pour mousser la venue du tournoi de hockey mineur le plus prestigieux au Québec. Certaines équipes locales ont même déjà obtenu leur laissez-passer.

La 41e édition du volet masculin des championnats provinciaux, mieux connue sous le nom de la Coupe Dodge, aura lieu en Outaouais pour la première fois depuis 12 ans, du 18 au 22 avril. Plus de 3000 hockeyeurs des rangs Atome à Junior batailleront pour la médaille d’or dans leur catégorie respective.

«La Coupe Dodge, c’est un peu comme la Coupe Stanley pour ces jeunes-là», a rappelé le président de Hockey Outaouais, Pierre Montreuil.

Ce dernier assure que la région est prête à recevoir l’élite du reste du Québec. Elle mise sensiblement sur le même comité organisateur que lors du dernier passage de l’événement en 2006.

Marie-Christine Côté et Alain Brisson, qui étaient coordonnateurs à l’époque, ont accepté de remplir à nouveau les mêmes fonctions. La présidence d’honneur a été confiée à l’ancienne vedette de la LNH, Daniel Brière. «Il (Brière) se souvient encore de son expérience en tant que joueur à la Coupe Dodge, même après toutes ces années», a souligné le directeur général de Hockey Québec, Paul Ménard.

Le Gatinois, qui a porté l’uniforme des Coyotes, Sabres, Flyers, Canadiens et de l’Avalanche, succède à Guy Lafleur. Le Démond Blond avait été président d’honneur lors des éditions 1994 et 2006.

L’Outaouais avait aussi accueilli le volet masculin des championnats en 1981. Qui dit hockey en Outaouais, dit aussi des équipes de plus en plus compétitives. La région a gagné six médailles en 2017 à Montréal.

«De ce que j’ai vu dans le double lettre, je peux lancer le message aux gens ailleurs au Québec que nous équipes vont être solides», a affirmé Montreuil.

Quatorze sites ont été retenus pour présenter des parties. Onze se trouvent à Gatineau tandis que Maniwaki, St-André Avellin et Val-des-Monts complètent le tableau.

Plan B... et C
Qui dit hockey en Outaouais, dit aussi certains plateaux de compétition vieillissants.

Déjà, les organisateurs ont dû recourir à leur plan B à la suite de la fermeture du centre Robert-Rochon de Masson-Angers, qui devait accueillir des joutes de la Coupe Dodge pendant cinq jours. Des parties ont été déplacées à l’aréna Beaudry. Qu’arrivera-t-il s’il y a un autre bris d’équipement dans un autre aréna de Gatineau?

«Nous avons travaillé fort avec la Ville de Gatineau, a souligné Pierre Montreuil. Les personnes qui s’occupent des arénas nous ont assuré qu’ils ont déjà ciblé un aréna ou deux s’il y a un problème... soit à Chelsea ou s’il faut aller en Ontario, nous irons en Ontario.»

Hockey Outaouais avoue que disputer des parties des championnats québécois à Ottawa «ne serait pas le scénario idéal».

Certains des arénas en milieu rural en Outaouais ne seraient pas disponibles puisqu’ils cessent leurs activités tôt au printemps. «Il y a des coûts à les laisser ouverts», a rappelé Montreuil.

Plus de 1000 bénévoles donneront de leurs temps pendant la Coupe Dodge.