L'éventualité de voir la barrière des deux heures tomber dès cette année agite les spécialistes.

L'Ougandais Moses Kipsiro vise la victoire au Marathon d'Ottawa

Le Marathon d'Ottawa aura une saveur ougandaise, dimanche, lors de son coup d'envoi à sept heures du matin.
Moses Kipsiro sera le premier coureur élite de ce pays africain voisin du Kenya et de l'Éthiopie à participer à l'épreuve de 42 km. « J'ai hâte de prendre le départ », a-t-il dit, vendredi, lors d'un point de presse réunissant les têtes d'affiche de l'épreuve reine de la Fin de semaines des courses.
Cet ancien médaillé de bronze au 5000 m des championnats du monde de 2007 à Osaka s'est recyclé en marathonien l'an dernier. Son meilleur temps jusqu'ici ? Deux heures, 14 minutes et 18 secondes.
C'est huit minutes plus lent que ses principaux adversaires qui l'attendent à Ottawa.
Sauf que...
Sa meilleure performance a été réalisée à New York, quelques mois après que l'athlète âgé de 30 ans eut livré une nouvelle bataille à la malaria.
« C'est une maladie qui te brise le corps, surtout pour un coureur. Tu as des douleurs partout », a raconté Kipsiro, qui doit aussi vivre avec des séquelles d'un autre virus.
Celui de la fièvre typhoïde contractée en 2011, un an avant sa deuxième participation aux Jeux olympiques.
« Les trois derniers mois vont bien. Je n'ai pas eu de problèmes. »
Sa carrière a été marquée par des succès, mais aussi la malchance.
Kipsiro a terminé au pied du podium aux Jeux olympiques en 2008 à Pékin. Quatre ans plus tard, il est tombé durant l'épreuve de 10 000 m, se contentant du 10e rang.
Ajoutez à cela qu'en 2015, de jeunes Ougandaises l'ont rencontré afin de dénoncer un entraîneur national qui les aurait agressées sexuellement. L'athlète l'a dénoncé à son tour aux autorités qui ont arrêté l'instructeur en question.
Un épisode que Moses Kipsiro préfère ne plus aborder. Il est prêt par contre à jaser de course et surtout de sa famille.
Père de trois filles, il aime travailler sur sa ferme, à prendre soin de son champ de maïs et de ses nombreuses vaches. Ses cachets de course servent justement à grossir son troupeau de bétail.
Un chèque de 40 000 $ sera remis au gagnant du Marathon d'Ottawa. Un boni de 10 000 $ attend le vainqueur s'il bat le record du parcours de 2:06:54.
« Je pense que cette marque peut être abaissée. Nous avons quatre coureurs dont le meilleur temps en carrière s'avère plus vite que ça », a souligné le responsable du recrutement des athlètes élites de la Fin de semaine des courses, Manny Rodrigues.
« Les plus récentes prévisions météo prévoient 9 à 10 degrés Celsius lors du départ. S'il ne vente pas en plus, nous aurons les conditions parfaites pour que le record soit réécrit. »
L'Éthiopie a dominé le Marathon d'Ottawa au cours des trois dernières années, gagnant autant l'épreuve masculine que féminine. La championne en titre, Koren Jelela, avait aussi remporté le Marathon de Toronto en 2011.
« J'aime ça courir au Canada. Tout le monde nous encourage. J'ai l'impression de me pointer chez ma mère tellement c'est tout aussi accueillant », a dit Jelela via un interprète.
Plus de 43 000 personnes sont inscrites à l'une des six épreuves au menu de la Fin de semaine des courses d'Ottawa.