Peter DeBoer, congédié par les Sharks il y a à peine cinq semaines, a dit que l’appel des Knights a été «un choc, mais un bon choc».
Peter DeBoer, congédié par les Sharks il y a à peine cinq semaines, a dit que l’appel des Knights a été «un choc, mais un bon choc».

L'offre des Golden Knights pour DeBoer est venue «du champ gauche»

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Avant l’affrontement de son nouveau club contre les Sénateurs, les choses ont plutôt mal commencé pour Peter DeBoer en tant qu’entraîneur-chef des Golden Knights de Vegas.

Il était sur le bord d’une piscine en Floride quand l’appel du DG Kelly McCrimmon à savoir s’il était intéressé à prendre la relève de Gerard Gallant est venu «du champ gauche». Après sa réponse dans l’affirmative, il s’est rendu à Toronto pour ramasser quelques complets et ses patins. De là, son vol vers Ottawa a été annulé et il est arrivé trop tard pour l’entraînement matinal des Knights.

«Dans les 24 heures entre le moment où j’ai été approché et l’annonce de mon embauche, il ne s’est pas passé grand-chose qui a bien été, j’espère qu’on pourra changer ça ce soir. C’est un tourbillon, mais pour moi, il n’y a eu aucune hésitation, je voulais sauter sur cette occasion qui se présentait à moi parce que je pense qu’il y a un groupe spécial dans ce vestiaire et j’ai hâte de rentrer dedans et trouver des solutions», a-t-il déclaré jeudi matin en arrivant au Centre Canadian Tire,

L’ancien entraîneur des Sharks, congédié il y a à peine cinq semaines, a dit que l’appel des Knights a été «un choc, mais un bon choc». Il estime que c’est une équipe qui était bien dirigée par Gallant, qui l’avait appelé un «clown» pendant la dernière série opposant les deux clubs (ils ont fait la paix lors d’une rencontre plus tôt cette saison).

Dans le vestiaire avant même qu’il n’ait rencontré les joueurs, ceux-ci étaient un peu anxieux face à ce saut de l’autre côté d’une rivalité intense. «C’est bizarre. Il y a 10 mois, je n’aurais pas dit grand-chose de positif à son sujet. On ne dit pas de belles choses au sujet des Sharks de San Jose dans notre vestiaire», a dit l’ancien Sénateur Mark Stone, pourtant un coéquipier de longue date d’Erik Karlsson.

«Je n’ai pas une trop bonne relation avec lui. Je vais devoir sourire lorsque je vais me présenter à lui, peut-être lui donner une accolade», a renchéri l’attaquant Ryan Reaves.

DeBoer n’entrevoit pas de problème. «J’ai un énorme respect pour les joueurs de cette équipe. Une chose que j’ai apprise à San Jose est que lorsque tu te présentes dans un vestiaire rempli de gens de caractère et de bonnes personnes, il y a moyen de passer à travers les eaux turbulentes, a-t-il indiqué. Ça va être comme revoir une ancienne copine avec qui ça ne s’est pas bien terminé.»

En débarquant dans la capitale comme un cheveu sur la soupe, le nouveau pilote n’allait évidemment pas avoir beaucoup de temps pour apporter des changements en profondeur à la façon de jouer des Knights.

«Pete a gagné partout où il est allé, il a gagné chez les juniors et il continue à gagner dans la Ligue nationale de hockey, atteignant une couple de finales de la coupe Stanley. C’est un gars à qui j’ai parlé beaucoup lorsque nous avons gagné la coupe Memorial à Oshawa, dont il était un copropriétaire. Je lui ai parlé beaucoup tout au long de ma carrière, il est un gars dont les clubs sont orientés sur les détails et ils jouent avec ardeur. Ses clubs sont prêts à jouer chaque soir et j’imagine que ce sera le cas (jeudi soir)», a relaté l’entraîneur des Sénateurs D.J. Smith, notant qu’il est un ancien des Spitfires de Windsor, comme lui.

«Il a fait beaucoup de chemin, a dit DeBoer au sujet de Smith. J’ai beaucoup de temps pour les gars qui ont fait les choses de la bonne façon. Il a commencé dans le hockey junior à se promener en autobus comme adjoint, il a progressé au fil des années et il a eu du succès. Il a travaillé pour cette chance et je pense qu’il fait très bien. Il s’est rendu ici de la bonne manière, c’est un vrai et je pense qu’il va faire de grandes choses ici.»

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Duclair rétabli

L’attaquant Anthony Duclair a affronté les Golden Knights jeudi soir, participant à l’exercice optionnel de son club en matinée après avoir raté la majorité de l’entraînement de la veille parce qu’il ne se sentait pas à l’aise.

« J’essayais bel et bien une nouvelle paire de patins, mais ce n’est pas à cause de ça (qu’il a quitté), c’est juste mon pied qui était endolori. Mais je suis prêt à jouer ce soir », a-t-il indiqué.

Frustré par un arrêt de Robin Lehner sur une glissade à deux jambières, Duclair tente de ne pas se laisser décourager par sa léthargie de huit parties sans but. « Avant, quand j’avais des séquences comme ça sans compter, je devenais trop down. Là, j’essaie de rester positif et je pense aux bonnes choses que j’ai fait cette saison », a dit l’auteur de 21 buts avant d’affronter Vegas.

Stone chez Tkachuk

Mark Stone a profité de son retour dans la capitale pour aller souper chez Brady Tkachuk, qui loue sa résidence du quartier Westboro cette saison, mercredi soir.

« C’était bien, un environnement familier. C’était bien de voir d’excellents amis, je suis devenu proche de Brady l’an passé et j’ai une bonne relation avec ses parents (Keith et Chantal), c’était fantastique de passer du temps avec eux... Tout est beau à la maison », a-t-il relaté.

Stone n’avait pas trop la tête au vidéo d’hommage que les Sénateurs ont présenté à la première pause commerciale du premier vingt, avec la crise qui secouait son club. « Je suis pas mal plus intéressé à gagner des matches de hockey présentement, dans notre situation actuelle », a-t-il dit.

Retour de Sabourin

Comme il l’avait laissé entendre la veille, D.J. Smith a inséré le robuste Scott Sabourin dans l’alignement.

« On affronte une grosse équipe et on a besoin d’un joueur comme lui », a simplement justifié Smith, qui devait retrancher Rudolfs Balcers pour lui faire place sauf que Jean-Gabriel Pageau a déclaré forfait à la dernière minute. Lors de la visite des Sénateurs à Vegas en octobre dernier, l’attaquant originaire d’Orléans avait lâché les gants contre le poids lourd Ryan Reaves, qui lui avait fait un mauvais parti.

« Je vais aller sur la glace et remplir mon rôle, essayer d’apporter de l’énergie à l’équipe, a dit celui qui avait été retranché lors des cinq matches précédents. Pour le reste, c’est du hockey d’abord et on verra ce qui va arriver pendant le match. Je vais jouer de façon physique et lui aussi. »