LNH

Trois ans de plus pour Fleury à Vegas

LAS VEGAS — Les Golden Knights de Vegas ont récompensé vendredi le gardien québécois Marc-André Fleury pour leur parcours époustouflant à leur première saison dans le circuit Bettman.

La formation du Nevada a consenti une prolongation de contrat de trois saisons et 21 millions $ US à Fleury, a confirmé le directeur général George McPhee.

LNH

Le Lightning accorde une prolongation de huit ans à Nikita Kucherov

TAMPA — L’attaquant Nikita Kucherov du Lightning de Tampa Bay a signé une prolongation de contrat de huit ans qui lui vaudra en moyenne 9,5 millions $ US en salaire et en bonis annuels.

Le joueur de 25 ans aurait pu devenir joueur autonome avec compensation l’été prochain avec un an à écouler à son entente actuelle qui lui vaudra une rémunération de presque 4,8 millions $ en 2018-2019. Il est maintenant sous contrat avec le Lightning jusqu’en 2026-2027 et deviendra le joueur le mieux payé de l’équipe lorsque la prolongation entrera en vigueur après la prochaine saison.

Kucherov a amassé 39 buts et 100 points en plus d’afficher un différentiel de plus-15 la saison dernière. Il s’est classé troisième dans la LNH pour le total de points, sixième pour les passes et à égalité au neuvième rang pour les buts.

Il a été l’attaquant le plus utilisé du Lightning avec une moyenne de 19:49 minutes par match. L’équipe s’est inclinée au septième match de la finale de l’Association Est.

Cette entente signifie que le Lightning a fait signer des contrats à un noyau de joueurs âgés de moins de 30 ans.

En plus de Kucherov, le capitaine Steven Stamkos, les défenseurs Victor Hedman et Ryan McDonagh, les ailiers gauches Alex Killorn et Ondrej Palat ainsi que les centres J.T. Miller et Tyler Johnson sont sous contrat au moins jusqu’à la saison 2021-2022.

«Dans mon esprit, nous avons une chance d’amorcer les négociations après le 1er juillet de la dernière année de leur contrat. C’est l’occasion de s’asseoir avec les joueurs et leurs agents pour voir si nous pouvons aboutir à une entente rapidement, a expliqué le directeur général Steve Yzerman, lors d’une conférence téléphonique.

«Du point de vue des joueurs, je crois que ça les rassure, ça leur permet de planifier leur avenir et de bien s’établir. Du côté de l’équipe, ça nous permet de connaître les montants liés au plafond salarial pour les joueurs, nos responsabilités envers eux et de prendre les autres décisions en fonction de cela.»

LNH

Rasmus Dahlin signe un contrat de trois ans avec les Sabres

BUFFALO, N.Y. — Le défenseur Rasmus Dahlin a signé un contrat de trois saisons à deux volets avec les Sabres de Buffalo.

L’équipe en a fait l’annonce dans un communiqué lundi matin. Elle n’a pas dévoilé les détails financiers de l’entente.

Selon certaines sources, Dahlin toucherait un salaire de base annuel de 925 000 $, incluant un boni de signature.

Par ailleurs, selon ces mêmes sources, son salaire annuel pourrait s’élever jusqu’à 3 775 000 $ en incluant les bonis de performance. S’il est cédé aux mineures, Dahlin toucherait 70 000 $.

Âgé de 18 ans, Dahlin a été le premier joueur choisi lors de la séance de sélection de la LNH à Dallas en juin. Il est ainsi devenu seulement le troisième joueur dans l’histoire des Sabres à réaliser pareil exploit, après les Québécois Gilbert Perreault (1970) et Pierre Turgeon (1987).

À sa deuxième saison avec le Frolunda dans la Ligue de Suède, Dahlin, 6'3'' et 185 livres, a récolté sept buts et 13 mentions d’aide en 41 matchs l’an dernier.

Originaire de Lidköpiong, Dahlin a aidé la Suède à remporter la médaille d’argent au Championnat du monde de hockey junior de 2018, à Buffalo. Il a dominé son équipe, ou terminé à égalité, aux chapitres des points (six), du ratio défensif (+ 7) et du temps d’utilisation moyen par partie (23:08). Il a été élu le meilleur défenseur du tournoi et a mérité une place sur l’équipe d’étoiles.

Dahlin a également représenté son pays au Championnat du monde junior de 2017, alors qu’il n’avait que 16 ans. De plus, à l’âge de 17 ans, il a été le plus jeune participant lors du tournoi de hockey des Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud.

LNH

Le court été de Marchessault

Pas facile de se remettre d’une défaite en finale de la Coupe Stanley. Même si personne ne vous voyait là.

Jonathan Marchessault et les Golden Knights de Vegas ont écrit l’un des plus improbables chapitres de l’histoire du sport, en 2017-2018. Mais les dernières phrases sont tombées à plat pour l’équipe d’expansion : une défaite en cinq rencontres face aux Capitals de Washington pour l’obtention du célèbre trophée.

Ça fait encore mal, a admis Marchessault, mardi, en marge de la quatrième «Soirée des Étoiles» organisée par Marc-Édouard Vlasic et sa conjointe, Martine Auclair, au profit du Patro Laval. Les images de la défaite sont encore bien vives dans la mémoire du hockeyeur de Cap-Rouge.

«Je ne pense pas que c’est quelque chose que tu peux vraiment oublier. Quand tu passes si près et que t’es pas capable de clutcher au bon moment, ça fait un court été», a affirmé le petit attaquant de Vegas, auteur de 96 points en 97 matchs, saison et séries confondues.

Déjà de retour au gym

Marchessault a pris des vacances en famille pour décompresser après la défaite. Trois semaines plus tard, il était déjà de retour au gym pour préparer la prochaine saison. «Ça recommence vite, mais je pense que c’est le temps de passer à autre chose.»

Toutefois, pas question d’oublier complètement cet échec. «Il faut que tu y penses. C’est ce qui te rend plus fort», lance-t-il d’un trait. Et les Golden Knights ont bien l’intention d’être plus forts, même s’il semble y avoir plus de place pour une régression que pour une amélioration, après une saison de 109 points prélude à une place en finale.

«On sait à quel point ça va être dur de répéter ce qu’on a fait. C’est quelque chose de rare. Mais sincèrement, avec le talent qu’on a là-bas, on est capables d’avoir une franchise exceptionnelle», soutient l’ex-Remparts.

Si Vegas a été si bon, c’est en partie grâce au sentiment de vengeance éprouvé par les joueurs, reconnaît Marchessault. Car la majorité de ses coéquipiers, comme lui, ont en quelque sorte été abandonnés par leur ancien club lors du repêchage d’expansion. «On devait tous prouver qu’on pouvait avoir une organisation de la Ligue nationale qui veut de nous. On n’a jamais été satisfaits avec ce qu’on a accompli.»

Malgré leurs incroyables débuts, les Golden Knights vivent déjà un petit vent de changement, à leur première entre-saison. James Neal (Calgary) et David Perron (St. Louis) ont signé des contrats ailleurs; Paul Stastny s’est amené depuis Winnipeg. S’il apprécie l’acquisition du fils de l’ancien Nordiques, Marchessault admet que le départ de Neal et de Perron représente de «grosses pertes».

«Je pense que l’organisation le sait. J’ose espérer qu’elle a de plus grands plans après avoir perdu deux joueurs de deuxième ligne. Je suis sûr qu’ils n’ont pas fini de s’améliorer», espère Marchessault.