Quand Jean-Gabriel Pageau (centre) avait explosé pour quatre buts, dont celui de la victoire en prolongation, dans un gain de 6-5 des Sénateurs contre ses Rangers de New York, au printemps de 2017, Alain Vigneault avait ensuite blagué qu’il devrait lui porter une attention particulière.
Quand Jean-Gabriel Pageau (centre) avait explosé pour quatre buts, dont celui de la victoire en prolongation, dans un gain de 6-5 des Sénateurs contre ses Rangers de New York, au printemps de 2017, Alain Vigneault avait ensuite blagué qu’il devrait lui porter une attention particulière.

Vigneault contre Pageau, ronde 2

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Quand Jean-Gabriel Pageau avait explosé pour quatre buts, dont celui de la victoire en prolongation, dans un gain de 6-5 des Sénateurs contre ses Rangers de New York, au printemps de 2017, Alain Vigneault avait ensuite blagué qu’il devrait lui porter une attention particulière.

« Peut-être que je devrais mettre un checker sur leur checker ! Il est supposé être leur checker mais il a marqué quatre buts », avait lancé l’entraîneur gatinois le lendemain de ce match qui avait été un point tournant d’une série de deuxième tour remportée par Ottawa, en route vers une participation à la finale de l’Est.

Lors de son point de presse quotidien de dimanche, à la veille du début d’une série entre ses Flyers de Philadelphie et les Islanders de New York où il retrouvera Pageau, Vigneault s’est fait demander par le Droit s’il entendait porter une attention particulière à son concitoyen gatinois et ancien Olympique comme lui — et comme Claude Giroux, son capitaine, et Derick Brassard, son ancien protégé avec les Rangers de New York.

«Il n’y a aucun doute que du côté des Islanders, ils ont quatre trios bien ‘balancés’ de différentes façons. Le trio de Jean-Gabriel est très bon, le trio de (Brock) Nelson est aussi très bon. Le trio de (Matthew) Barzal est en un autre très bon. Et c’est qui le numéro 53 (Casey Cizikas), son (quatrième) trio prend beaucoup de mises au jeu dans leur territoire et donne beaucoup de mises en échec. Les Islanders, c’est une très bonne formation, ils l’ont prouvé tout au long de la saison et ici en battant la Floride et Washington après ça, alors que sur papier, (les Capitals) avaient une meilleure formation. On sait qu’on a une grosse commande devant nous et on se prépare en conséquence», a-t-il répondu bien sérieusement.


« Il est un bon petit joueur, il travaille fort et il joue de la bonne façon. Ce n’est jamais facile de l’affronter. »
Sean Couturier, à propos de Jean-Gabriel Pageau

«Ça va être une série ‘graisseuse’ (‘greasy’, en anglais)», avait-il déclaré auparavant.

Vigneault comme son homologue Barry Trotz chez les Islanders, n’allait certes pas dévoiler son jeu à la veille du premier match de la série disputée dans la bulle de Toronto, mais il sera intéressant de voir le jeu d’échec entre eux au cours de cet affrontement.

Dans l’éventualité où le trio de Pageau se retrouverait face à celui de Sean Couturier, ce serait une reprise d’une série quart-de-finale de la LHJMQ de 2011 où les Olympiques de Pageau avaient eu raison des Voltigeurs de Drummondville de Couturier en six parties. C’était leur année de repêchage, Couturier s’avérant le huitième choix au total alors que les Sénateurs ont réclamé Pageau en quatrième ronde. Ça n’avait pas empêché ce dernier d’avoir largement le dessus sur son adversaire à qui il concédait cinq pouces, Pageau finissant cette série avec 12 points, dont cinq buts, tout en limitant Couturier à quatre buts.

«Il est un bon petit joueur, il travaille fort et il joue de la bonne façon. Ce n’est jamais facile de l’affronter. Il va y avoir des ‘match ups’ intéressants dans cette série. De mon côté, je dois juste me concentrer sur mon jeu, faire les bonnes choses et capitaliser un peu plus sur mes chances», a souligné Couturier, un des Flyers invités à participer à la visioconférence des Flyers dimanche.

Retranché lors du dernier match de la série contre les Capitals, jeudi dernier, il reste à voir si l’attaquant Derick Brassard, qui jouait sur le même trio que Pageau jusque là, sera réintégré dans l’alignement.

Samedi, celui qui est maintenant un copropriétaire des Olympiques a mentionné à quel point l’arrivée de Vigneault a transformé les Flyers cette saison.

«C’est une de ses forces (changer l’identité d’un club), il a fait la même chose avec les Rangers il y a quelques années. Je n’ai que de bonnes choses à dire au sujet d’AV. Il est un bon entraîneur et en plus, il a deux assistants qui ont été des entraîneurs-chef dans la ligue pendant longtemps. Leur équipe va être prête à jouer. Ça devrait être une bonne série contre nous, le ‘fun’ pour les amateurs. Je m’attends à ce qu’Alain prépare bien son équipe, comme il l’a fait toute la saison», a dit Brassard, qui s’est rendu en finale de la coupe Stanley en 2014, les Rangers s’inclinant devant les Kings de Los Angeles.

Trotz a eu de bons mots pour Brassard dimanche, en parlant des joueurs qui étaient dans l’alignement et qui en ont été retirés, pour cause de blessure ou autre. «Un gars comme Johnny Boychuk, un gars comme Derick Brassard, ils sont ‘all in’. Ils savent que ça n’aiderait personne si leur attitude n’était pas bonne. Ils ne veulent pas nuire au groupe», a-t-il noté lors de son point de presse via Zoom.