Les Blues de Saint-Louis sont passés du dernier rang au début du mois de janvier à champion de la coupe Stanley six mois plus tard.

Une autre conquête de l’Ouest ?

Les Blues de Saint-Louis sont passés du dernier rang au début du mois de janvier à champion de la coupe Stanley six mois plus tard.

Quel visage les Blues présenteront-ils cette saison ? Est-ce que l’arrivée de Matt Duchene permettra aux Predators de Nashville de gagner enfin les grands honneurs ? Les Flames seront-ils la première équipe canadienne à soulever la coupe Stanley depuis 1993 ?

Voici un aperçu de la prochaine saison dans l’Association de l’Ouest de la LNH.

Les favoris

Les Predators devraient enfin avoir l’attaque pour appuyer leur excellente défensive grâce à l’ajout de Duchene et de Mikael Granlund. À la ligne bleue, Dante Fabbro aura pour mission de faire oublier P.K. Subban, échangé aux Devils du New Jersey, en intégrant le top-4 de l’équipe. Après avoir perdu en grande finale en 2017, les Predators espèrent enfin compter sur la bonne combinaison.

L’arrivée à Dallas de Joe Pavelski via le marché des joueurs autonomes devrait alléger le fardeau placé sur les épaules de Jamie Benn, Tyler Seguin et Alexander Radulov. Les Stars ont aussi confiance de voir Roope Hintz connaître une saison productive au sein des deux premiers trios. Comptant sur une bonne jeune défensive et Ben Bishop devant le filet, les Stars seront à prendre au sérieux cette saison.

L’acquisition de Mark Stone avant la date limite des transferts en février dernier signifie que les Golden Knights de Vegas comptent maintenant sur deux trios complets particulièrement menaçants. Derrière une défensive plutôt anonyme, Marc-André Fleury demeure l’un des gardiens les plus compétitifs du circuit.

Jordan Binnington a sauvé la saison des Blues l’hiver dernier. Le gardien âgé de 26 ans devra maintenant prouver qu’il n’est pas un feu de paille. Un joueur comme Jaden Schwartz devra produire comme il l’a fait en séries, et non en saison, pour éviter que les Blues se placent à nouveau en position précaire en première moitié de saison.

Dans la course

L’offensive des Flames est l’une des plus spectaculaires de la LNH grâce à Johnny Gaudreau, Sean Monahan et Matthew Tkachuk. Lauréat du trophée Norris, Mark Giordano devrait connaître une autre saison productive. Le seul point d’interrogation demeure devant le filet. Qui de David Rittich ou Cam Talbot s’imposera ?

L’Avalanche du Colorado compte sur l’un des meilleurs trios du circuit, celui de Nathan MacKinnon, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen. Le défenseur Cale Makar a prouvé à son arrivée en séries le printemps dernier qu’il sera un joueur d’impact. L’acquisition de Nazem Kadri ajoute de l’expérience ainsi qu’un peu de mordant à l’équipe.

Même si le gardien Martin Jones a connu une campagne exécrable, les Sharks de San Jose ont trouvé le moyen de faire un bon bout de chemin. Le départ de Pavelski leur fait mal et l’un des espoirs de l’équipe devra trouver le moyen de prendre la relève à l’attaque pour appuyer Logan Couture, Tomas Hertl, Timo Meier et Kevin Labanc.

Les Jets de Winnipeg ont peut-être connu l’été le plus difficile de la LNH. S’ils ont finalement été capables de s’entendre avec les attaquants Patrik Laine et Kyle Connor avant le début de la saison, la défensive des Jets a toutefois connu une transformation presque complète. Jacob Trouba a été échangé aux Rangers de New York contre Neal Pionk, tandis que Ben Chiarot et Tyler Myers ont quitté via le marché des joueurs autonomes. C’est sans oublier Dustin Byfuglien, qui songerait à la retraite.

Après avoir raté les séries pour une deuxième saison d’affilée, les Blackhawks de Chicago ont été particulièrement actifs pendant l’été. Ils espèrent avoir réussi un vol en obtenant l’attaquant Alexander Nylander des Sabres de Buffalo. Nylander pourrait commencer la saison au sein du premier trio, à la gauche de Jonathan Toews et Patrick Kane. En défensive, Olli Maatta et Calvin de Haan sont de nouveaux visages. Le gardien Robin Lehner tentera de répéter ses exploits de la saison dernière, quand il a relancé sa carrière avec les Islanders de New York.

Le Wild du Minnesota a tenté de greffer quelques jeunes à son noyau vieillissant. Kevin Fiala et Ryan Donato pourraient s’avérer de belles prises à l’attaque. Si Mathew Dumba demeure en santé, il pourrait être l’un des défenseurs les plus productifs du circuit, lui qui avait inscrit 12 buts et 10 aides en 32 parties avant de tomber au combat en décembre dernier.

En queue de peloton

Les Canucks de Vancouver sont promis à un bel avenir grâce aux attaquants Elias Pettersson et Brock Boeser, ainsi qu’au défenseur Quinn Hughes. Le gardien Jacob Markstrom n’est peut-être pas la solution. Thatcher Demko et Michael DiPietro auront peut-être un jour leur chance devant le filet. Les Canucks connaîtront de meilleurs jours, mais peut-être pas cette saison.

Le nouveau directeur général Ken Holland aura besoin d’un peu de temps pour laisser sa marque sur la formation des Oilers d’Edmonton. La profondeur en attaque derrière Connor McDavid et Leon Draisaitl, la défensive et les gardiens demeurent des problèmes à régler.

Les Coyotes de l’Arizona ont le don de surprendre malgré une formation peu spectaculaire sur papier. L’arrivée de Phil Kessel devrait aider à relancer une offensive anémique la saison dernière. Limité à 12 matches la saison dernière, le gardien Antti Raanta est déjà ennuyé par une blessure au bas du corps.

Le visage des Ducks d’Anaheim est en train de changer. Corey Perry a quitté via le marché des joueurs autonomes et c’est sur Sam Steel, Maxime Comtois et Troy Terry que les projecteurs seront braqués cette saison, et non vers Ryan Getzlaf. John Gibson demeure une valeur sûre devant le filet, mais si les jeunes attaquants ne sont pas en mesure de produire dès cette saison, l’hiver pourrait être long chez les Ducks.

Après avoir été l’une des forces de la LNH grâce à des attaquants robustes et colosses, les Kings de Los Angeles font difficilement la transition vers le jeu rapide prôné de nos jours dans le circuit Bettman. Anze Kopitar et Drew Doughty sont toujours des étoiles, tandis que Jonathan Quick espère rebondir après une saison difficile. L’influx de sang neuf tarde toutefois à arriver.