Chaque année, la même question revient : quelle équipe ayant besoin de renfort devant son filet va être la première à choisir un gardien de but.
Chaque année, la même question revient : quelle équipe ayant besoin de renfort devant son filet va être la première à choisir un gardien de but.

Repêchage: l’invasion russe va continuer avec Askarov

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Il est la carte frimée du prochaine repêchage.

Chaque année, la même question revient : quelle équipe ayant besoin de renfort devant son filet va être la première à choisir un gardien de but.

Pour l’encan spécial de cette année 2020 bouleversée par la pandémie, un cerbère s’est élevé au-dessus du lot parmi les espoirs masqués, le Russe de 18 ans Yaroslav Askarov, du SKA-Neva Saint-Pétersbourg.

Il semble bien qu’il va éventuellement venir s’ajouter à une liste de plus en plus longue de portiers issus de la KHL s’amenant en Amérique du Nord pour arrêter des rondelles... et faire beaucoup d’argent.

Choix de première ronde (19e au total) en 2012, Andreï Vasilevskiy a amené le Lightning de Tampa Bay à une victoire près de la finale de la coupe Stanley, ce qui fait qu’il vient en tête de lice. Leurs adversaires en finale de l’Est, les Islanders de New York, misent présentement sur son compatriote Semion Varlamov, mais au courant de l’été, ils ont mis sous contrat le jeune Ilya Sorokin, qui se veut leur gardien de l’avenir. Un choix de troisième ronde en 2014, il a été dominant lors de ses cinq dernières saisons avec le CSKA de Moscou.

Au cours des prochaines années, il sera intéressant de surveiller la rivalité qu’il pourra développer avec Igor Shesterkin, qui a délogé Henrik Lundqvist du poste de numéro un à sa saison recrue de ce côté-ci de l’Atlantique. Shesterkin est aussi passé devant son compatriote Alexandar Georgiev.

C’est sans oublier Sergeï Bobrovsky, l’homme de 10 millions $ des Panthers de la Floride qui a deux trophées Vézina à son crédit, et Anton Khudobin, le natif du Kazakhstan qui a mené les Stars de Dallas à une finale improbable en l'absence de l’ancien Sénateur Ben Bishop, blessé. Les Capitals de Washington s’apprêtent pour leur part à laisser partir Braden Holtby, qui leur a pourtant gagné une coupe Stanley il y a deux ans, pour donner le poste de numéro un à leur choix de première ronde en 2015, Ilya Samsonov.

C’est une véritable invasion russe qui ne fera que se poursuivre avec Askarov.

Yaroslav Askarov

Comme gardien recrue dans la KHL la saison dernière à 18 ans, il a connu une solide saison avec une fiche de 12-3-3, une moyenne de 2,45 et un taux d’efficacité de ,920 avec Saint-Pétersbourg, qui l’a utilisé comme gardien auxiliaire.

Il a aussi été appelé à représenter son pays en compétitions internationales et c’est là que ça s’est gâté pour lui : au Championnat mondial junior, il a éprouvé des difficultés (taux d’efficacité de ,877), perdant son poste de partant à la faveur de Amir Miftakhov en demi-finale (c’est ce dernier qui a affronté le Canada en finale pour l’or, match remporté par les Canadiens).

«Il devrait sortir dans les 20 premiers. Il y a un an, j’aurais dit 10 premiers, mais il n’a pas eu une très bonne saison. Lors des compétitions internationales, il n’a pas été au même niveau que l’année précédente. Ses performances devraient faire diminuer sa valeur, surtout que plusieurs équipes n’aiment pas repêcher un gardien trop tôt (en première ronde)», confiait un dépisteur-chef d’un club de la LNH récemment sous le couvert de l’anonymat.

Au cours de la dernière décennie, seulement cinq gardiens ont été sélectionnés au premier tour. Outre Vasilevskiy et Samsonov, il y a eu Malcolm Subban par les Bruins en 2012 (24e), Jake Oettinger par les Stars en 2017 (26e) et Spencer Knight l’an dernier par les Panthers (13e).

Gardien qui attrape de la main droite, Askarov est assez imposant avec son gabarit de 6’ 3’’ et 175 livres.

«Il est des milles en avant des autres gardiens de ce repêchage, et son développement — sans parler de son sentier de développement, lui qui a déjà du succès dans les circuits professionnels — fait qu’il représente un pari facile comme gardien qui sera prêt pour la LNH plus tôt que tard», estime Elite Prospects dans son guide des meilleurs espoirs.

Il est 11e à leur classement des espoirs, même rang qu’à celui compilé par Bob McKenzie, de TSN. Craig Button, aussi de TSN, le voit encore plus dans sa soupe, le classant au septième rang.