Le centre gatinois Hendrix Lapierre
Le centre gatinois Hendrix Lapierre

Repêchage de la LNH: peu d’avantages à recommencer les saisons plus tôt

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Les recruteurs de la LNH ont perdu de bonnes occasions d’évaluer les meilleurs espoirs pour le repêchage sous pression lorsque la pandémie que l’on connaît a forcé une pause le printemps dernier. Pas de séries voulait dire pas de chance de voir comment ils se comportent dans les « gros » matches.

Maintenant que les activités reprennent dans certaines ligues, en Europe comme dans la LHJMQ, est-ce que ceux qui auront l’occasion de se faire voir d’ici à l’encan des 6 et 7 octobre seront avantagés.

Pas vraiment, selon les dépisteurs consultés par Le Droit cette semaine.

À LIRE AUSSI : Que feront les Kings ?

Lafrenière... et les autres

« C’est bien de pouvoir revoir certains gars, mais je ne pense pas que ça va changer nos évaluations, on parle de matches de début de saison, ou de parties hors-concours (dans la LHJMQ), il faut être prudent avec ça. On ne les a pas vu jouer en séries, quand la compétition monte d’un cran, et c’est ce qui est le plus dommage. On ne les a pas vu jouer depuis février ou début mars. On n’a pas d’informations provenant des Combines (tests physiques), ce qui complique les choses. Mais on a pu réviser plus de vidéos, et réaliser plus d’entrevues par l’entremise de Zoom », confiait l’un d’entre eux.

L’exception serait le centre gatinois Hendrix Lapierre, considéré comme un espoir pour la première ronde même s’il a raté la majorité de la saison dernière en raison de problèmes cervicaux semblables à une commotion cérébrale.

« S’il peut montrer qu’il est en santé, ça va peut-être l’aider. Le kid a beaucoup de talent », croit un autre dépisteur affecté principalement à la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Ce dernier pense que s’il y a un bénéfice pour les joueurs de la LHJMQ, ça pourrait se faire sentir pour le repêchage de 2021 plutôt que le prochain.

« Comme l’Ontario et l’Ouest ne commenceront pas avant décembre et que ça va débuter au Québec en octobre, tout le monde va regarder ces matches-là, ils vont peut-être pouvoir prendre une longueur d’avance. En même temps, si les dépisteurs se concentrent ensuite sur les autres ligues, ils vont se rappeler plus de ces joueurs-là vu qu’ils les auront vus plus récemment (avant le repêchage) », notait-il.