Derrière le banc des Panthers de la Floride, Joel Quenneville sera de retour pour un premier match à Chicago, mardi, depuis la fin, il y a 14 mois, d’un règne réussi avec les Blackhawks.

Quenneville de retour à Chicago

CHICAGO — Dans certains cercles de la ville de Chicago, et certainement tous ceux où se trouve un aréna de hockey, ce n’est que «Q». Une seule lettre est nécessaire pour identifier un homme tellement vénéré qu’un compte Twitter a été ouvert pour sa moustache, attirant plus de 40 000 abonnés.

Or, «Q» sera de retour, mardi soir.

Joel Quenneville sera derrière le banc des Panthers de la Floride pour un match à Chicago, contre des Blackhawks au cœur d’une séquence positive. Pour Quenneville, il s’agira d’une première depuis la conclusion, il y a 14 mois, d’un règne pour le moins réussi dans la ville des vents.

Âgé de 61 ans, Quenneville a mené les Blackhawks à trois triomphes de la coupe Stanley et à neuf qualifications en séries éliminatoires en un peu plus de 10 ans, avant d’être congédié après un début de saison laborieux la saison dernière. Les Panthers l’ont engagé en avril, mettant ainsi la table à des retrouvailles qui seront probablement émotives pour l’entraîneur-chef et ses anciens joueurs.

«Il est comme une idole à Chicago, que ce soit parce qu’il a gagné trois coupes Stanley, que ce soit parce qu’il est arrivé ici et nous a aidés à devenir de meilleurs joueurs», a déclaré Patrick Kane, le joueur étoile des Blackhawks.

«Remarquable»

«Ce qu’il a fait ici pendant sa carrière est remarquable. Il sera accueilli chaleureusement et ce sera bien de le revoir. Nous allons tenter de récolter une victoire contre lui et savourer le moment.»

Quenneville qui affronte son ancienne équipe est la nouvelle de l’heure. Mais ce sera aussi un affrontement entre deux équipes en ascension, qui espèrent maintenir la cadence et prolonger leur saison aussi loin que possible.

Dimanche, Kane a récolté le 1000e point de sa carrière dans une victoire de 5-2 — une cinquième de suite — des Blackhawks contre les Jets de Winnipeg. Les Panthers avaient gagné quatre matchs consécutifs avant de rendre visite au Wild du Minnesota lundi.

Les Blackhawks n’avaient participé qu’une fois aux séries éliminatoires en 10 ans avant que Quenneville ne remplace le légendaire Denis Savard, après quatre matchs de la saison 2008-2009. Dale Tallon était le directeur général des Blackhawks à l’époque, et il a de nouveau embauché Quenneville avec les Panthers.

Séquence de succès

Le changement d’entraîneurs à Chicago a été le point de départ d’une séquence de succès sans précédent pour l’une des six équipes d’origine de la LNH.

Le choix de Quenneville s’est avéré le bon, au bon moment, pour un noyau de jeunes joueurs prometteurs. Et la présence de l’ancien défenseur derrière le banc des Blackhawks a permis à Kane, Jonathan Toews, Duncan Keith et Brent Seabrook de s’épanouir.


« Il est comme une idole à Chicago, que ce soit parce qu’il a gagné trois coupes Stanley, que ce soit parce qu’il est arrivé ici et nous a aidés à devenir de meilleurs joueurs »
Patrick Kane, des Blackhawks

Les Black­hawks ont gagné la coupe Stanley en 2010, en 2013 et en 2015, et ils ont également participé à la finale de l’Association Ouest en 2009 et en 2014.

«J’ai été chanceux, l’homme le plus chanceux au monde lorsque je suis arrivé dans la situation où se trouvait Chicago — une équipe prête à gagner», avait déclaré Quenneville après avoir accepté l’emploi avec la Floride.

«Je ressens la même chose, ici maintenant», avait-il ajouté.

Avant la partie contre le Wild, Quenneville avait mené les Panthers au plus fort de la lutte pour une première qualification aux séries éliminatoires depuis 2016. Jonathan Huberdeau participera au Match des étoiles pour la première fois de sa carrière.

Lorsque Quenneville a été limogé par les Blackhawks, Jeremy Colliton a été promu du club-école de l’organisation à Rockford, dans la Ligue américaine. Il est arrivé que Colliton se fasse huer lors de certains matchs locaux cette saison, ce qui ne l’empêche pas de donner l’impression d’avoir hâte d’entendre l’accueil qui sera réservé à Quenneville.

«C’est une chance d’honorer Joel. C’est une grande soirée pour l’organisation», a déclaré Colliton après la victoire contre les Jets.

«Il a été merveilleux à mon endroit, et je veux l’honorer aussi. L’une des raisons pour lesquelles je suis venu ici, c’est parce qu’il était ici.»