Paul Stastny, qui porte les couleurs des Golden Knights de Las Vegas, a profité du dévoilement du monument en l’honneur de son père Peter et de ses oncles Marian et Anton, pour revenir à Québec pour la première fois depuis sa participation au Tournoi pee-wee il y a une vingtaine d’années.

Paul Stastny sur les traces de son enfance

Le dévoilement du monument dédié aux frères Marian, Peter et Anton Stastny a été l’occasion pour tout le clan de se retrouver à Québec. Et de faire un pèlerinage sur les traces de leur vie dans la capitale.

Avant de converger vers le Centre Vidéotron en après-midi, la famille Stastny au grand complet est retournée sur les lieux qui ont marqué leur passage dans la cité de Champlain, dont la maison où la famille de Peter a vécu pendant près de 10 ans.

«Plus tôt aujourd’hui, on a pris la voiture et on est retournés à notre ancienne résidence avec mes cousins, mes neveux et mes nièces. C’était cool de voir là où on a grandi il y a 30 ans et de voir que la maison se trouve toujours là!» a raconté Paul, le fils de Peter, qui revenait à Québec pour la première fois depuis sa participation au Tournoi pee-wee, il y a une vingtaine d’années.

Parti à l’âge de quatre ans, l’attaquant des Golden Knights de Vegas n’a que de vagues souvenirs de Québec, comme de jouer dehors dans la neige ou sur l’étang, mais il n’a jamais oublié ses anciens voisins, chez qui il a été cogner, jeudi.

«C’était vraiment plaisant! On est allés les voir à leur maison. Et on a demandé aux résidents de notre ancienne maison de prendre une photo dans leur cour arrière, parce qu’on y a tellement de souvenirs! Ils ont été assez gentils pour accepter. On est arrivés à 14, alors ils ont probablement été choqués de nous voir. Avec tous ces enfants, ça ressemblait à un party à l’extérieur de leur maison!» a relaté Paul.

Ce retour dans le passé a particulièrement plu à la mère de Paul, Darina, qui s’est amusée à faire le décompte des nouvelles constructions de Québec.

«C’est drôle, parce que ma mère me disait aujourd’hui : “Cet édifice-là n’était pas là. Celui-là non plus. Celui-là non plus! ” On est même allés à la maison où mon père et mon oncle ont passé leur première année à Québec. C’était vraiment l’fun. Ma mère, particulièrement, a eu beaucoup de plaisir à revisiter ces endroits», a raconté Paul.

Accueil chaleureux

Ce dernier s’est dit plus ou moins surpris de la réception qui a été faite à son père et ses oncles plus tard dans la journée, à la Place Jean-Béliveau.

«Toute la cérémonie était incroyable. Je pense que Québec a eu un impact tellement majeur dans nos vies et on n’y a que de bons souvenirs. C’est quelque chose qu’on n’oubliera jamais.»

Le second fils de Peter se réjouit qu’un monument immortalise dorénavant les exploits des Stastny. Parce que les principaux intéressés se font discrets quant à leurs réussites passées.

«Mon père et mes oncles sont très humbles. Ils ne parlent pas beaucoup d’eux-mêmes. Mais dès que je joue au Québec, où que je me retrouve près de gens qui sont du Québec, ils me parlent toujours d’eux. Et je sais à quel point ils étaient respectés à Québec et dans le monde du hockey. Chaque fois qu’ils reviennent, ils obtiennent toujours un accueil chaleureux et c’est toujours spécial. Pour nous quatre, mon frère, mes deux sœurs et moi, ici, ce sera toujours la maison. C’est ici qu’on est nés», a conclu celui qui porte le numéro 26 en l’honneur de son père, «son idole et son mentor».

À LIRE AUSSI:

Les frères Stastny honorés grâce à une nouvelle statue

Statue des frères Statsny: «c'est la parfaite conclusion»

Pro-Am Gagné-Bergeron: un éléphant dans la pièce

Une page à tourner pour Gourde et Paquette