Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Paul Pageau
Paul Pageau

Paul Pageau jeté dans la fosse aux lions

Article réservé aux abonnés
À peine un an après avoir affronté la Grosse machine rouge de l’URSS. aux Jeux olympiques de Lake Placid en 1980, Paul Pageau est rappelé d’Oklahoma City, dans la Ligue centrale, par les Kings de Los Angeles pour agir comme adjoint à Mario Lessard.

Quand ce dernier remporte le premier match d’une série de deux en deux soirs au Madison Square Garden de New York, l’oncle de Jean-Gabriel Pageau obtient le départ le lendemain, 3 février 1981. En fait, l’entraîneur-chef Bob Berry le jette dans la fosse aux lions : il affronte les Islanders de New York, les champions en titre de la coupe Stanley qui en gagneront quatre de suite en tout.

« Quand j’étais invité pour parler devant des clubs Optimistes par la suite, je disais toujours que mon fait saillant de cette soirée, c’est que Mike Bossy n’a pas compté contre moi. Ça faisait rire le monde. Tout le monde a compté à part lui », raconte Pageau.

Les Islanders remportent donc un gain facile de 8-1 face aux Kings de Marcel Dionne. Le gardien gatinois fait face à 34 lancers et cède notamment devant Denis Potvin, Bob Nystrom, Clark Gillies et Butch Goring, de grands noms de la dynastie insulaire. Bossy, l’auteur de neuf saisons consécutives de plus de 50 buts, s’était contenté de trois passes.

Paul Pageau devant le filet du Canada aux Jeux olympiques d’hiver de Lake Placid de 1980

« Je me souviens de la plupart des buts. Surtout du premier où j’avais envoyé le retour d’un tir inoffensif dans le coin avec mon bloqueur. Notre défenseur Jerry Korab, surnommé “King Kong”, ne s’y attendait pas et il a été deuxième pour la rondelle dans le coin, et un gars des Islanders a passé à un joueur seul devant le but qui a compté. Korab est venu me voir et il m’a dit : “What the f...? Keep those rebounds.” C’était mon moment Welcome to the NHL », se souvient l’ancien des Remparts de Québec et des Cataractes de Shawinigan dans la LHJMQ.

Pageau retourne ensuite dans les mineures, et à part pour deux autres rappels pour agir comme substitut (dont un pour un match à Québec contre les Nordiques), il y restera jusqu’à la fin de sa carrière, en 1985-1986 avec les Canadiens de Sherbrooke. Affilié aux Jets de Winnipeg, il était avec eux la saison précédente quand un certain Patrick Roy est arrivé de Granby au printemps pour mener les Canadiens à la conquête de la coupe Calder.

Assistant-pro au club de golf Rivermead l’été, Paul Pageau y a rencontré André Beaudoin, fondateur de la compagnie Slush Puppie, qui l’a embauché comme représentant. Il est d’ailleurs toujours avec la compagnie, étant son vice-président pour l’Ontario.