Jean-Gabriel Pageau
Jean-Gabriel Pageau

Pageau rechausse les patins sur une glace d'Ottawa [VIDÉO]

Jean-Gabriel Pageau était déjà dans de bonnes dispositions à son arrivée. Son large sourire, à la sortie, est venu le confirmer.

Le centre gatinois des Islanders de New York a pu chausser les patins pour la première fois du printemps, vendredi.

«Ça m’a manqué, c’est fou», a-t-il déclaré.

Ça se passait au Minto Skating Club, dans le sud d’Ottawa.

Le complexe sportif privé a ouvert ses portes la semaine dernière, avec de strictes directives pour tous ceux qui souhaitent réserver ses patinoires. 

Il a rapidement fermé ses portes, à la demande des autorités.

Les installations sont de nouveau disponibles, pour les athlètes d’élite.

«J’ai sorti mes vieux roller blades, ce printemps, mais ce n’est pas la même chose. C’est ma passion, tu sais. J’en parlais avec ma femme, ce matin. Elle pouvait voir, dans mes yeux, à quel point j’ai hâte que le hockey recommence. Le simple fait de pouvoir patiner, ici, ça fait déjà une belle différence.»

Pageau était flanqué de son grand ami Cody Ceci, quand il s’est arrivé.

D’autres joueurs ont patiné, à des heures différentes.

Le capitaine des Flyers de Philadelphie, Claude Giroux, était sur la liste des invités.

Le défenseur Calvin de Haan, des Blackhawks de Chicago, a salué les journalistes de loin, tout comme les joueurs des ligues mineures François Brassard et Tye Felhaber.

Pageau ne se souvient pas d’avoir passé autant de temps loin de la glace. Il entend profiter de toutes les opportunités qui s’offriront à lui d’ici le début des séries éliminatoires de la coupe Stanley.

Parce que le plan élaboré par le commissaire Gary Bettman a de quoi le réjouir.

Si jamais les dirigeants de la ligue réussissent à s’entendre avec ceux de l’Association des joueurs, les Islanders affronteront les Panthers de la Floride dans une série trois de cinq en levée de rideau.

«Les séries, c’est tout le temps un beau moment de l’année. C’est le premier objectif de toutes les équipes au début de chaque saison. Obtenir une opportunité d’y participer, ce serait génial.»


« Elle [ma femme] pouvait voir, dans mes yeux, à quel point j’ai hâte que le hockey recommence. »
Jean-Gabriel Pageau

«Je n’ai pas eu la chance de passer beaucoup de temps à New York. Je suis revenu en ville dès le début de la période de confinement. C’était la meilleure décision à prendre. J’ai pu me rapprocher de ma femme et du reste de ma famille.»

«En ce moment, je vous dirais que j’ai très hâte de retourner à New York, même si je ne sais pas trop quand ce sera possible.»

Pageau participe à toutes les conférences téléphoniques et virtuelles auxquelles les joueurs sont conviés.

La perspective de retourner au travail dans un contexte où la pandémie mondiale n’est pas entièrement sous contrôle ne l’effraie pas trop.

«Non, personnellement, je ne suis pas vraiment nerveux. Je suis convaincu que nos dirigeants sauront prendre les bonnes décisions. Nous travaillons tous dans la poursuite d’un objectif commun. Je suis convaincu qu’on attendra le moment opportun avant de prendre une décision.»

«L’important, c’est d’effectuer ce retour dans un contexte sécuritaire. Il ne faudrait surtout pas contribuer à propager le virus. Je suis certain que la sécurité des joueurs se retrouvera au coeur de toutes les discussions.»

+

Jean-Gabriel Pageau et Cody Ceci (gauche)

CECI VEUT RETOURNER À TORONTO LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE

Jean-Gabriel Pageau pourrait vite perdre son partenaire d’entraînement. Cody Ceci l’a dit, vendredi. Il a l’intention de retourner à Toronto, afin de rejoindre ses coéquipiers des Maple Leafs, le plus rapidement possible.

«Les choses ont bien évolué dans les derniers jours. Je vais retourner à Toronto pour entreprendre la phase 2 du déconfinement. Là-bas, on commencera à penser à la phase 3», déclare-t-il.

L’ancien défenseur des Sénateurs a marqué un but en 56 parties à sa première saison dans la Ville-Reine.

Son rendement en séries éliminatoires pourrait lui donner un fier coup de pouce pour la suite de sa carrière. Il est sur le point d’obtenir son autonomie complète.

Les Leafs affronteraient les Blue Jackets de Columbus, en première ronde, selon le modèle proposé.

Ils pourraient avoir un - léger - avantage sur la compétition. La métropole canadienne fait partie des villes qui sont en lice, comme milieu hôte.

«Je pense que ça pourrait nous aider de bien connaître l’aréna, de rester dans notre vestiaire...»

«Les Jackets ont composé avec les blessures, durant la saison. Ce fut notre cas, aussi. Je pense que ça nous donnerait une belle série.»