Dès le moment où Mike Smith a réalisé une série d’arrêts de la mitaine au début de la deuxième période pour garder le score 0-0, des chants de « Smitty, Smitty, Smitty » ont régulièrement retenti parmi la foule bruyante, vêtue de chandails rouges.

Mike Smith s’attire les acclamations à Calgary

CALGARY — Il lui a fallu patienter 13 saisons, mais le gardien Mike Smith a finalement entendu la foule scander son nom lors d’un match — et cette fois pour les bonnes raisons.

Le joueur de 37 ans a repoussé 26 tirs et il a grandement contribué au blanchissage de 4-0 des Flames de Calgary aux dépens de l’Avalanche du Colorado, jeudi soir.

Dès le moment où il a réalisé une série d’arrêts de la mitaine au début de la deuxième période pour garder le score 0-0, des chants de « Smitty, Smitty, Smitty » ont régulièrement retenti parmi la foule bruyante, vêtue de chandails rouges.

« Je n’ai jamais entendu quelque chose du genre auparavant au cours de ma carrière, a reconnu Smith. Cela vous donne une dose de confiance lorsque vous entendez scander votre nom. »

Les seules acclamations entendues au Scotiabank Saddledome en saison régulière étaient plutôt du genre sarcastique, alors que Smith en arrachait parfois, avec un pourcentage d’arrêts de 88,9 % à domicile.

« C’était beaucoup mieux que les autres », a plaisanté Smith, lorsqu’on l’a questionné sur ses sentiments face à ces chants.

Alors que l’Avalanche bénéficiait d’un avantage numérique pour la troisième fois consécutive, Smith a réalisé deux arrêts clés en l’espace de 30 secondes pour garder le match 0-0.

D’abord, il a fait un geste rapide de la mitaine pour attraper un tir du revers de Gabriel Landeskog. Puis, il s’est de nouveau montré alerte sur un tir dangereux de Derrick Brassard.

« Nos joueurs en infériorité numérique ont accompli un travail incroyable pour écouler toutes ces pénalités, a dit Smith, qui a également récolté une passe. J’ai été en mesure de faire quelques gros arrêts en deuxième, puis (Andrew Mangiapane) a marqué un gros but pour nous. Évidemment, cela a constitué un tournant dans le match. »

Il s’agissait du premier jeu blanc de Smith en séries éliminatoires depuis le 20 mai 2012. Smith n’avait pas participé aux séries printanières depuis lors.

« C’est génial de voir les amateurs l’appuyer ainsi, a mentionné le capitaine Mark Giordano. Il joue un grand rôle au sein de notre équipe. Il trime dur à l’entraînement. On se réjouit pour lui. »

Il a fallu attendre 34:25 de jeu avant de voir un premier but, mais l’attente en a valu la peine.

Mangiapane a récupéré une rondelle libre et a foncé vers le filet. Il a fait preuve de patience et a contourné le défenseur Nikita Zadorov, a chuté sur ses genoux et a tiré du revers pour battre le gardien Philipp Grubauer.

« La rondelle était là pour moi. J’avais de l’espace et j’en ai profité pour foncer au filet. C’était un beau jeu de (Derek Ryan) devant, qui a fait écran devant le gardien. Je voulais juste y aller avec mon revers et j’ai vu l’espace devant moi », a précisé Mangiapane.

Le deuxième match de la série sera présenté samedi à Calgary.