Jaccob Slavin (74) est de ces jeunes joueurs qui se trouvent en vedette dans les présentes séries éliminatoires de la LNH.

LNH : de nouvelles têtes attirent l’attention

Quand Rod Brind’Amour suivait les émissions d’avant-match pendant la saison régulière, il était loin de se douter que ses Hurricanes de la Caroline retiendraient autant l’attention.

« Ils regardaient les statistiques et disaient : ‘‘Oh, Sebastian Aho est un bon joueur. Surveillez-le bien’’ », a récemment mentionné Brind’Amour.

Maintenant que les Hurricanes sont en finale de l’Association Est comme partie prenante d’un carré d’as peu commun en séries de la Coupe Stanley, Jaccob Slavin, des Hurricanes, fait partie des vedettes qui se retrouvent sous les feux de la rampe. Brad Marchand des Bruins de Boston, Logan Couture et Brent Burns des Sharks de San Jose, ainsi que Ryan O’Reilly des Blues de St. Louis sont certes un peu plus connus, mais ils ont repris l’affiche à des vedettes des séries éliminatoires comme Sidney Crosby et Alex Ovechkin, qui sont déjà en vacances.

Même en l’absence de plusieurs noms connus, il y a encore plusieurs histoires intéressantes pour ceux qui s’en donnent la peine.

De belles histoires

« Plus les séries éliminatoires progressent, plus l’intérêt suscite l’intérêt, et c’est vraiment excitant, a reconnu Josh Bernstein, producteur principal à NHL Network. Il y a tellement de belles histoires en séries éliminatoires en ce moment, et je vois que ça suscite vraiment l’intérêt de tout le monde. C’est formidable pour le sport. »

Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen de l’Avalanche du Colorado ont brillé lors des deux premières rondes. L’ailier Artemi Panarin, des Blue Jackets de Columbus, a démontré pourquoi il obtiendra une importante augmentation de salaire, le 1er juillet. Le gardien Ben Bishop, des Stars de Dallas, fait de nouveau parler de lui lorsqu’il est question des meilleurs de la ligue. Mais ces joueurs ne sont plus là eux non plus.

Toujours actif en séries éliminatoires, Couture est en tête des marqueurs avec 11 buts et 17 points. Ses 45 buts en séries éliminatoires depuis ses débuts en 2010 ne sont surpassés que par Ovechkin au cours de cette période, et son jeu complet en fait un candidat logique au trophée Conn Smythe cette année.

« Logan Couture, s’il n’est pas le joueur de centre le plus complet de la ligue, il figure dans cette catégorie, a révélé l’entraîneur Peter DeBoer des Sharks après la victoire de son équipe contre les Blues lors du premier match de la série, samedi. Il est aussi efficace en zone offensive qu’en territoire défensif, toujours là où se trouve la rondelle, faisant toujours les bonnes lectures du jeu. Quand votre centre agit comme ça, il incite ses coéquipiers à faire de même. »

Bien entendu, Couture n’est pas le seul à s’illustrer chez les Sharks. Brent Burns, qui a remporté le trophée Norris décerné au meilleur défenseur du circuit il y a deux saisons, vient au deuxième rang du classement des marqueurs en séries et il se démarque bien plus que par son seul brio offensif.

« Il a toujours été un bon joueur défensif, a reconnu le gardien Martin Jones. Il a toujours été difficile de jouer contre lui en zone défensive. C’est un grand bonhomme, il ne laisse pas beaucoup d’espace à ses rivaux. »

O’Reilly représente l’un des plus gros défis des Sharks en finale de l’Ouest contre les Blues. Il n’a pas obtenu autant de points que pendant la saison régulière, mais il a été l’un des meilleurs joueurs sur la patinoire lors du premier match. O’Reilly est finaliste pour le trophée Selke en tant que meilleur attaquant défensif et il a dit qu’il était redynamisé par ce parcours éliminatoire après avoir raté les séries ces quatre dernières années.

Rod Brind’Amour

Pour gagner

« Ça redonne de l’enthousiasme à coup sûr, a confié O’Reilly, qui totalise 10 points à ses premières séries éliminatoires depuis 2014. C’est ça jouer pour la coupe Stanley. C’est pour cela que vous vous entraînez l’été et chaque fois que vous sautez sur la patinoire, l’objectif est d’atteindre les séries éliminatoires et de se battre pour gagner. »

Personne au sein de la formation active des Blues n’a remporté la coupe et Jones — en tant que réserviste chez les Kings de Los Angeles en 2014 — est le seul membre des Sharks à avoir son nom sur le trophée. Ce n’est pas le cas de plusieurs des principaux joueurs des Bruins qui sont encore là après l’avoir remportée en 2011.

Cela inclut Marchand, qui est peut-être plus connu à l’extérieur comme celui qui a léché un adversaire l’année dernière, mais il fait parler de lui cette fois en raison de son jeu et évite surtout les problèmes. Il y a certes eu cet épisode contre les Blue Jackets où il a sauté sur le bâton de Cam Atkinson et l’a brisé, mais il est aussi le meilleur marqueur de l’Association Est avec 15 points en 14 matchs.

« Il a été de ces grands matchs, a mentionné l’entraîneur Bruce Cassidy des Bruins. C’est un champion de la coupe Stanley, alors il comprend peut-être un peu plus l’enjeu. Il y a un moment et un lieu où il faut vraiment être discipliné. »

Le gardien Tuukka Rask des Bruins, comme Jones, possède une bague de la coupe comme réserviste et tente d’en gagner une autre comme gardien partant. Son pourcentage d’arrêts de .938 est le meilleur parmi les gardiens des séries éliminatoires qui ont participé à au moins quatre matchs.

Incroyablement dans un sport où l’objectif est de marquer des buts, la plus grande vedette des Hurricanes est Slavin, qui n’en a pas encore inscrit un. Mais il mène les Hurricanes avec 11 points — tous des aides — et joue en moyenne plus de 26 minutes par match tout en s’imposant dans les confrontations défensives les plus difficiles.

Slavin n’est pas en reste, et les Hurricanes savent depuis un moment de quoi il est capable. Maintenant, c’est au tour de la planète hockey de le voir et de lui porter une attention bien méritée.

« Cela fait partie du jeu, a déclaré Slavin. Tout le monde mentirait s’il disait que ce n’est pas agréable, mais je dois encore continuer à bien jouer pour l’équipe. »