Le commissaire de la LNH Gary Bettman estime qu’il « n’y a pas de problème » dans la capitale nationale.

Les Sénateurs n’inquiètent pas Bettman

DALLAS — Alors que les rumeurs de transactions impliquant leur capitaine Erik Karlsson ne font que s’amplifier même après le divorce de l’équipe avec l’attaquant Mike Hoffman, et que le mécontentement des amateurs à l’endroit du DG Pierre Dorion et du propriétaire Eugeny Melnyk est palpable sur les réseaux sociaux, le commissaire de la LNH Gary Bettman estime qu’il « n’y a pas de problème » dans la capitale nationale.

Lors d’un point de presse tenu à Las Vegas après une réunion du bureau des gouverneurs de son circuit, Bettman a dû répondre à des questions de journalistes concernant l’état de santé de la franchise des Sénateurs, et il s’est voulu rassurant.

« Nous ne pensons pas que le club est près de l’arrêt cardiaque... Il n’y a pas de problème là-haut. Je pense qu’il y a du sensationnalisme plus qu’autre chose », a-t-il dit, tel que rapporté par La Presse canadienne.

« Il va toujours y avoir certains problèmes quelque part avec lesquels il faut composer. Les pierres tombales ont été écrites souvent concernant différentes franchises, sous différentes circonstances et aucun enterrement n’a eu lieu. C’est un moment dans le temps », a-t-il ajouté.

Avec le départ de Hoffman, dont la fiancée a fait l’objet d’un lien de paix pour des allégations de cyberintimidation à l’endroit de l’épouse de Karlsson, certains observateurs se demandent si les Sénateurs ne chercheront pas à liquider d’autres vétérans, dont Zack Smith, pour se rapprocher plus du plancher salarial que du plafond qui devrait grimper de 75 à 79,5 ou 80 millions $, a indiqué Bettman mercredi.

D’autres nouvelles négatives ont également secoué l’organisation, dont l’arrestation du DG adjoint Randy Lee à Buffalo (il est présentement suspendu en attendant une prochaine comparution en cour), et un commentaire de l’ancienne étoile de l’équipe Daniel Alfredsson à l’effet qu’un changement de propriétaire serait souhaitable. Melnyk est toujours très critiqué par les amateurs qui n’ont pas encore digéré sa menace de décembre dernier, indiquant qu’il pourrait déménager l’équipe si les partisans ne l’appuient pas en plus grand nombre. Il avait plus tard fait marche arrière, mais le mal était déjà fait.

Melnyk a évité les journalistes à sa sortie de la réunion du bureau des gouverneurs et il s’est fait avare de commentaires depuis ses rencontres avec les partisans à la fin de la saison désastreuse de son équipe, en avril dernier.

Le directeur général Pierre Dorion a aussi évité les journalistes depuis le soir de la loterie du repêchage tenue à la fin avril, mais il mettra fin à son mutisme jeudi après-midi à l’hôtel de l’équipe à Dallas, à la veille d’un repêchage important pour son équipe puisqu’il détient deux choix de première ronde, les 4e et 22e, ce dernier ayant été acquis des Penguins de Pittsburgh dans la transaction qui a envoyé le Gatinois Derick Brassard en Pennsylvanie.

Dorion avait dit en avril qu’il était « certain à 99,9 % » de conserver le premier choix de l’équipe, ayant conservé l’option de garder celui-ci pour offrir plutôt celui de 2019 à l’Avalanche du Colorado dans le cadre de la transaction qui a amené Matt Duchene à Ottawa en novembre dernier.

En ce qui concerne Karlsson, la spéculation est que certains clubs qui avaient tenu des discussions en février dernier à son sujet vont tenter leur chance à nouveau, les Golden Knights de Vegas et le Lightning de Tampa Bay étant du nombre.

Karlsson est sous contrat avec Ottawa pour encore une autre saison, à un salaire sous le plafond salarial de 6,5 millions $ (7,5 M $ en vrais dollars la saison prochaine). Les Sénateurs peuvent commencer à négocier officiellement une prolongation de contrat qui pourrait aller jusqu’à huit ans à partir du 1er juillet.

Les noms de vétérans aux salaires élevés comme Zack Smith et Bobby Ryan sont également mentionnés dans les rumeurs de transactions.

•••

LES BLACKHAWKS EN PREMIER

Les Sénateurs d’Ottawa vont bien connaître leurs adversaires du match inaugural de la saison 2018-2019. Après avoir affronté les Blackhawks de Chicago à deux reprises pendant le calendrier préparatoire, c’est contre cette même formation menée par Jonathan Toews et Patrick Kane qu’ils lanceront leur prochaine saison régulière, avec un match à domicile au Centre Canadian Tire le jeudi 4 octobre. Le reste de leur horaire sera rendu public par la Ligue nationale de hockey jeudi, mais il est déjà acquis que les hommes de Guy Boucher, qui qu’ils soient après une saison morte turbulente, seront à Boston pour lancer la saison à domicile des Bruins le lundi 8 octobre.