Le premier choix devrait être l’attaquant québécois Alexis Lafrenière, qui est considéré par la majorité des observateurs comme le meilleur espoir en vue du prochain repêchage.
Le premier choix devrait être l’attaquant québécois Alexis Lafrenière, qui est considéré par la majorité des observateurs comme le meilleur espoir en vue du prochain repêchage.

Les Rangers remportent la loterie, mais Lafrenière jouera-t-il à Broadway?

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Les Rangers de New York ont remporté la deuxième loterie de la LNH et repêcheront au tout premier rang en octobre prochain. Reste à voir si Alexis Lafrenière jouera à Broadway ou non.

Le directeur général Jeff Gorton a refusé de confirmer lundi soir si son équipe allait choisir l’ailier québécois en octobre prochain lors de l’encan annuel. Auteur de 112 points en 52 matches l’hiver dernier dans la LHJMQ, l’attaquant de l’Océanic de Rimouski s’avère le plus bel espoir disponible selon la majorité des observateurs.

«Je suis issu de la vieille école. Nous allons prendre un peu de temps, laisser la poussière retomber. Je ne veux pas vendre la mèche sur ce qui se va se passer», a soutenu Gorton durant une vidéoconférence tenue lundi soir par la LNH, une quarantaine de minutes après avoir vu la boule avec le logo des Rangers être choisie.

«Nous ne voulions pas nous apporter de la malchance. Durant nos entrevues avec les espoirs, nous n’avions pas encore discuté avec Alexis (...) Pour le moment, laissons les partisans des Rangers être heureux et célébrer cette victoire à la loterie.»

Les Rangers ont terminé au 16e rang au classement général de la LNH en saison régulière. Ils avaient participé à la ronde de qualification la semaine dernière, subissant toutefois une élimination rapide aux mains des Hurricanes de la Caroline.

New York détenait une chance sur huit d’obtenir le premier choix. Les Penguins de Pittsburgh, les Maple Leafs de Toronto, les Oilers d’Edmonton, les Predators de Nashville, les Jets de Winnipeg, le Wild du Minnesota et les Panthers de la Floride étaient également en lice.

La LNH avait tenu une première loterie en juin. Les Kings de Los Angeles avaient obtenu le second choix au total.


« Une très belle équipe avec un bon mix de jeunes joueurs et de vétérans. C’est une bonne nouvelle. On verra ce qui arrivera par la suite. »
Alexis Lafrenière

Les Sénateurs se sont retrouvés avec les troisième et cinquième sélections au total.

Est-ce qu’ils pourraient tenter le grand coup et refiler ces deux choix élevés aux Rangers afin de réclamer Lafrenière? Tout est possible quand le propriétaire d’une équipe s’appelle Eugene Melnyk.

Puis ce ne serait pas le premier échange majeur entre Gorton et le dg des Sénateurs, Pierre Dorion. En 2016, Ottawa avait envoyé Mika Zibanejad et un choix de deuxième tour en retour du centre gatinois Derick Brassard et un choix de septième tour.

Zibanejad vient de connaître la meilleure saison de sa carrière avec 75 points, dont 41 buts, en seulement 57 parties. Il était le centre numéro un des Rangers, misant sur l’ailier Artemi Panarin à ses côtés.

Candidat au trophée Hart remis au joueur le plus utile de son équipe, Panarin s’avère d’ailleurs le joueur favori de Lafrenière chez les Rangers. Le principal intéressé en a fait la confidence en vidéoconférence, lundi soir.

«Il vient de connaître une année phénoménale. Il était dominant», a souligné Lafrenière, qui n’a jamais mis les pieds dans la Grosse Pomme auparavant.

«Je n’ai jamais visité New York. Mais j’ai des amis qui y sont allés et m’ont dit que c’était un bel endroit.»

Lafrenière a répété qu’il était «très heureux», que les Rangers forment déjà une bonne équipe avec les Panarin, Zibanejad de même que l’ailier Kaapo Kakko, repêché au deuxième rang au total en 2019. Sa venue ne fera qu’accélérer la reconstruction entamée depuis deux hivers à Madison Square Garden.

«Une très belle équipe avec un bon mix de jeunes joueurs et de vétérans. C’est une bonne nouvelle. On verra ce qui arrivera par la suite», a-t-il dit.

Surtout, le jeune homme de 18 ans était soulagé. Il espérait connaître sa destination en juin dernier lors de la première loterie de la LNH.

Mais le sort a voulu que le premier choix soit alloué à une formation issue de la ronde de qualification des séries éliminatoires du circuit Bettman.

«Les derniers mois ont été longs. C’est le fun de voir qui a gagné la loterie», a soutenu Alexis Lafrenière, qui aura une décision importante à prendre dans les prochaines semaines.

La LNH lancera sa prochaine saison, au plus tôt, en décembre 2020. Est-ce que le numéro 11 de l’Océanic pourrait revenir à Rimouski cet automne pour quelques semaines si la LHJMQ présente bel et bien des matches? Il n’a pas fermé la porte à ce scénario.

«C’est sûr que Rimouski est une des options», a-t-il avoué.

Ce qu’on sait? Lafrenière ne pourra pas porter le «11» chez les Rangers si l’équipe le repêche bel et bien. Le numéro a été retiré en 2006 afin de souligner le passage fructueux de Mark Messier durant quelques saisons à New York.

À LIRE AUSSI : Giroux et Konecny dans les pattes du CH