John Tavares empoche plus de 15 millions $ cette saison. Auston Matthews vient de signer un lucratif contrat de cinq ans. Les Leafs pourront-ils garder Mitch Marner tout en restant sous le plafond salarial ?

Les millions$ pleuvent à Toronto

TORONTO — Les questions d’affaires sont aussi importantes que les questions de hockey en ce mois de février dans la LNH.

Pendant que le suspense se poursuit à Ottawa dans les dossiers des négociations de la dernière heure avec Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel, les riches Maple Leafs ont pris de l’avance sur leur liste de choses à faire en réglant le cas du centre de 21 ans Auston Matthews, qui a signé mardi un contrat de cinq ans qui lui rapportera en moyenne 11,634 millions $ par saison, la majorité versée sous la forme de primes payables le 1er juillet.

C’est le même genre d’offre qui a permis au DG Kyle Dubas d’attirer John Tavares l’été dernier (77 M$ pour 7 ans, une moyenne de 11 M $ mais cette saison, il fait 15,25 M$ en prime et 650 000 $ comme salaire de base). Le jeune Dubas a aussi réussi à mettre l’attaquant William Nylander, 22 ans sous contrat après un long bras de fer, pour la bagatelle de 41,77 M$ pour six ans, ce qui comprend 24,5 M$ en prime.

Dans la Ville-Reine, où les partisans attendent avec impatience la fin de la disette sans coupe Stanley qui remonte à 1967, ces bonnes nouvelles sont accompagnées d’une certaine dose de crainte que le club n’ait plus assez d’argent sous le plafond salarial pour payer son autre jeune attaquant vedette, Mitch Marner.

L’agent de ce dernier, Darren Ferris, a fait jaser mardi en déclarant au Toronto Star que les Leafs essayaient d’obtenir son client à rabais (lowball), avant de se rétracter à la radio mercredi.

Le joueur s’est présenté dans le vestiaire quelques heures avant le match contre les Sénateurs pour affirmer qu’il est confiant qu’une entente pourra être négociée l’été prochain, quand il deviendra joueur autonome avec compensation (sans droit à l’arbitrage) et que les négociations vont reprendre.

« Parfois, vous [les médias] pouvez tordre les mots. Ma famille et moi adorons ça ici. Mon agence aime ça ici. C’est un endroit fantastique pour jouer au hockey. Nous avons une excellente direction. Nous avons une excellente équipe dans ce vestiaire. Nous voulons tous, incluant moi-même, que je sois un Leaf pour longtemps et qu’on gagne plusieurs coupes Stanley ensemble. Je suis certain que ça va arriver », a lancé le jeune homme de 22 ans, un Torontois d’origine qui est le meilleur compteur du club avec ses 63 points avant le match contre Ottawa.

Les Leafs ont environ 18 M$ disponibles sous le plafond pour la saison prochaine afin de mettre Marner sous contrat, ainsi que leurs autres joueurs autonomes avec ou sans compensation (un groupe qui comprend le défenseur Jake Gardiner, souffre-douleur des partisans torontois, comme Cody Ceci à Ottawa).

« C’est [la mise sous contrat de Matthews] une excellente nouvelle pour notre franchise. Ça nous donne une bonne idée d’où on s’en va... Pour Marner, il n’a qu’à jouer vu que ça va se négocier rendu à l’été prochain. Il ne veut pas de distraction et c’est parfait », a souligné l’entraîneur-chef Mike Babcock.

Le vétéran pilote s’est fait demander par Le Droit s’il sympathisait avec le lot de son collègue des Sénateurs Guy Boucher, qui est à la barre d’un club en reconstruction qui pourrait perdre ses trois meilleurs attaquants d’ici au 25 février. « On ne commente pas ce qui se passe ailleurs, surtout qu’il n’y a pas si longtemps, on devait tourner le journal à l’envers chaque jour pour regarder le classement nous-mêmes. On remercie le ciel d’être où on est maintenant », a-t-il rétorqué.

Anderson content

Le gardien des Sénateurs Craig Anderson était content d’entendre dire le DG Pierre Dorion qu’il n’est nullement question de l’échanger d’ici au 25 février, lui qui avait confié au Droit lundi qu’il souhaitait demeurer dans la capitale jusqu’à la fin de son contrat et/ou de sa carrière. « Ça me donne de la confiance de savoir qu’ils croient en moi. Mon travail est donc de continuer à offrir de bonnes performances pour redonner à cette organisation et aider nos jeunes joueurs à progresser », a dit Anderson mercredi matin.

+

McCormick échangé contre Beaudin

Les Sénateurs ont procédé à un échange des mineures qui leur fera économiser un peu d’argent mercredi, refilant l’attaquant Max McCormick à l’Avalanche du Colorado en retour du centre de 21 ans Jean-Christophe Beaudin. McCormick a joué 14 parties avec Ottawa cette saison (et 70 depuis 2015), comptant un seul but avant d’être rétrogradé au club-école de Belleville malgré un contrat à sens unique lui rapportant 650 000 $. Beaudin, un ancien des Huskies de Rouyn-Noranda qui a gagné la coupe du Président avec l’ancien Sénateur Francis Perron, avait 6 buts et 13 points en 42 matches avec les Eagles du Colorado à sa deuxième saison dans la Ligue américaine. Il se rapportera à Belleville, où il se veut un projet à long terme. Originaire de Longueuil, il avait été repêché en troisième ronde par l’Avalanche en 2015.