Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa, D.J. Smith
L'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa, D.J. Smith

Le camp des Sénateurs à huis clos

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
L’arbre qui tombe dans la forêt fait-il du bruit si personne ne l’entend ?

Cette question existentielle bouddhiste, un Koan Zen, c’est un peu le principe qui sera appliqué semble-t-il au début du camp d’entraînement des Sénateurs d’Ottawa, qui débute officiellement jeudi, dernier jour de l’an — de disgrâce? — 2020.

Si Thomas Chabot est jumelé à Erik Gudbranson à la ligne bleue et qu’aucun média n’est présent pour le rapporter, est-ce vraiment ce qui s’est passé? Si Josh Norris ou Logan Brown obtient la première chance de jouer au centre du premier trio entre Brady Tkachuk et Evgenii Dadonov en attendant l’arrivée de Derek Stepan, mais que les réseaux sociaux de l’équipe n’en font pas mention, est-ce vraiment une option considérée par l’entraîneur-chef D.J. Smith?

Le défenseur, Thomas Chabot

Ces questions et bien d’autres restent en suspens alors que jusqu’à nouvel ordre, les Sénateurs invoquent le confinement actuel dicté par le gouvernement ontarien, et endossé par la Santé publique d’Ottawa (SPO), pour interdire l’accès aux gradins du Centre Canadian Tire — un amphithéâtre de plus de 18 500 places doté d’une galerie de presse qui peut accommoder environ 300 journalistes — aux médias locaux.

«En date de ce matin, l’accès aux médias au Centre Canadian Tire ne peut être alloué pour le camp d’entraînement en raison du confinement provincial et en accord avec les décrets de la Santé publique d’Ottawa», a fait savoir un porte-parole de l’équipe dans un courriel envoyé mercredi matin.

La Ligue nationale de hockey a publié mercredi sa Politique d’accès médiatique pour la saison écourtée 2021, où il est bien spécifié que les journalistes n’auront aucun accès direct aux joueurs et entraîneurs après les entraînements et matches, toutes les entrevues devant se faire par visioconférence ou par téléphone. En respectant les règles de distanciation, les médias pourront cependant assister aux parties et pratiques «sujet à toutes restrictions locales, provinciales/d’État et/ou fédérales», peut-on lire dans le document de sept pages.

Le domicile des Sénateurs d'Ottawa, le Centre Canadian Tire

Une demande d’entrevue auprès de SPO à ce sujet n’a pu être exaucée en cette période des Fêtes. Une représentante de l’organisme a indiqué que sa recommandation est conforme aux directives du gouvernement Ford quant au confinement à l’échelle provinciale. Dans ce documenté daté du 21 décembre on peut lire que les installations sportives et récréatives intérieures et extérieures sont toutes fermées, «à l’exception des installations exploitées ou à l’usage exclusif des athlètes de haut niveau, y compris les athlètes parasportifs, et des ligues professionnelles spécifiées (par exemple LNH, LCF, MLS, NBA)».

La COVID-19 va semble-t-il avoir le dos large encore une fois, jusqu’à nouvel ordre. 

Les Sénateurs ont fait savoir que seul le directeur général Pierre Dorion sera disponible en visioconférence jeudi, premier jour où les joueurs sauteront sur la glace. Cette information provient du compte Twitter du club, qui a révélé l’information que les joueurs se sont prêtés à des séances de photo mercredi — et possiblement aussi à leurs examens médicaux pré-camp. L’entraîneur-chef D.J. Smith va faire de même le lendemain.

Le directeur général des Sénateurs d'Ottawa, Pierre Dorion

Même l’alignement des 36 patineurs invités au camp, plus un nombre illimité de gardiens, ne sera pas rendu public avant samedi, alors que des entrevues via Zoom avec des joueurs ne seront à l’horaire que dimanche, début de la portion «formelle» du camp.

Rappelons que les sept équipes qui ont raté les séries éliminatoires de l’été dernier dans les bulles de Toronto et Edmonton, soit Ottawa, Detroit, San Jose, le New Jersey, Buffalo, Anaheim et Los Angeles, ont obtenu le droit de commencer à s’entraîner quatre jours avant les 24 autres formations du circuit Bettman.

En attendant de connaître la liste des participants au camp des Sénateurs, il était intéressant de noter que leur troisième choix de première ronde du dernier repêchage, le centre Ridly Greig, était sur l’alignement affiché sur le site internet de l’équipe. Comme son club de la LHOuest n’est pas actif, il pourrait être présent au camp en l’absence de Derek Stepan au début de celui-ci, lui qui attend la venue de la cigogne.

La liste comportait 38 noms (l’ancien Ranger Michael Haley est indiqué comme étant blessé), mais elle était incomplète alors que des espoirs comme Alex Formenton et Rudolfs Balcers y brillaient par leur absence.

Des considérations reliées à la COVID-19 pourraient évidemment affecter les décisions de la direction de l’équipe quant aux invités au camp, mais selon les modalités de l’entente entre la LNH et l’Association des joueurs pour ce retour au jeu, les noms de joueurs ayant obtenu des tests positifs ne seront pas dévoilés publiquement.