Codi Ceci porte les couleurs de Toronto.

La vie en bleu de Cody Ceci

Cody Ceci a passé presque toute la dernière décennie à porter des uniformes noir, rouge et blanc.

Six semaines après l’échange qui l’a envoyé des Sénateurs d’Ottawa aux Maple Leafs de Toronto le 1er juillet dernier, le défenseur originaire d’Orléans commence à être habitué à ses nouvelles couleurs, le bleu et blanc du club de la Ville reine.

Les séances de patinage pour les hockeyeurs professionnels du coin organisées par son ancien coéquipier des Sénateurs Mark Borowiecki ont débuté depuis déjà un petit bout de temps au Sensplex de Kanata et il est assez bizarre de voir l’ancien premier choix des Sénateurs en 2012 et ancien des 67’s endosser un chandail des rivaux du club de la capitale nationale dans la Bataille de l’Ontario en ce jeudi où le représentant du Droit passe pour la première fois du mois d’août.

Ceci, lui, commence déjà à y être habitué, même s’il sait très bien qu’affronter ses amis Borowiecki et surtout Jean-Gabriel Pageau lorsque la saison régulière se mettra en branle le 2 octobre prochain au Scotiabank Arena sera pas mal différent que des séances de patinage informelles pour se préparer au camp d’entraînement.

« C’est encore un peu étrange, mais je pense que ce l’est encore plus pour les gars avec qui j’ai joué lors des six dernières années. Ce sont eux qui me voient arriver dans de l’équipement bleu, pas moi », a raconté Ceci après avoir réintégré ses habits de rue.

Souffre-douleur d’une section des partisans locaux qui se fient sur les statistiques avancées pour évaluer l’efficacité (ou non) d’un hockeyeur, Ceci n’est pas malheureux d’obtenir un nouveau départ avec une formation qui aspire à faire un bon bout de chemin en séries éliminatoires, voire à mettre fin à la longue disette sans parade de la coupe Stanley dans les rues de Toronto (la dernière remontant à 1967), alors qu’il quitte une formation en reconstruction.

« C’est certainement une belle opportunité qui se présente, je suis très excité de descendre là-bas et de jouer, dit-il. La poussière est retombée après l’échange. On (sa conjointe et lui) a récemment trouvé un logis qu’on va louer pour la saison, on va déménager certaines choses en fin de semaine. Ça va sembler encore plus réel quand on va s’installer là-bas et que je vais commencer à patiner chaque jour avec les gars, à la fin du mois. En attendant, je reviens ici alors que j’ai quelques événements, des tournois de golf, auxquels je dois participer. »

Ceci ne fuit donc pas son patelin malgré la nouvelle sortie cette semaine comme quoi lui et sa conjointe Jamie Thompson font l’objet d’une poursuite de 8 millions $ déposée par une amie, Hana Engel, brûlée sur 30 % de son corps après un accident survenu lors d’une fête tenue au domicile de Ceci à Stittsville, en mai 2018. Un dossier que Ceci a refusé de commenter, lorsque rencontré jeudi.

Le défenseur de 25 ans a eu des discussions avec l’entraîneur-chef Mike Babcock quant au rôle qui l’attend avec Toronto. « J’ai parlé aux dirigeants à plusieurs reprises et ils semblent excités par l’équipe qu’ils vont mettre sur la glace. À partir de là, tout est une question de chimie. J’espère qu’on pourra tous bien travailler ensemble et faire quelque chose de spécial », a-t-il indiqué.

Le droitier qu’il est devrait être jumelé à Morgan Rielly ou encore à Jake Muzzin alors que Tyson Barrie, acquis du Colorado cet été contre Nazem Kadri, devrait compléter le top-4. Du moins pour amorcer une saison 2019-2020 qui se veut importante pour l’avenir de Ceci. Il a signé un contrat d’un an pour 4,5 millions $ peu après l’échange qui a amené Nikita Zaitsev et Connor Brown à Ottawa, et il sera joueur autonome sans compensation l’an prochain si une prolongation de contrat n’est pas négociée en cours de saison.